FR | EN

RDC – Belgique : M. De Gucht confirme sa visite vendredi prochain à Kinshasa

Publié : le 29 novembre 2010 à 3:57 | Par | Catégorie: En bref

BRUXELLES 28/11 (BELGA) – Le commissaire européen au commerce, Karel De Gucht, a confirmé dimanche qu’il se rendrait vendredi prochain à Kinshasa, après avoir été frappé en début d’année d’une interdiction d’entrée décrétée par les autorités de la République démocratique du Congo (RDC).

Sans renouveller ses habituelles critiques contre les dirigeants congolais, il a toutefois assuré, lors de l’émission L’indiscret de la RTBF-télévision, que la complaisance n’était « pas de mise » envers la situation en RDC.

« Je dois me rendre à Kinshasa » pour l’Assemblée parlementaire paritaire des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) et de l’Union Européenne, a indiqué M. De Gucht, confirmant ses propos tenus la veille à l’agence BELGA.

Il a précisé qu’il discuterait des Accords de Partenariat Economiques (APE) en cours de négociation entre l’UE et 79 pays ACP – un dossier qu’il gère en tant que commissaire européen au commerce.

Il s’agira de la première visite de M. De Gucht en RDC depuis avril 2008, quand ses déclarations faites en tant que ministre belge des Affaires étrangères – et qu’il a par la suite maintenues en tant que commissaire européen – sur la corruption dans l’ex-Zaïre avait provoqué une crise diplomatique entre Kinshasa et Bruxelles. Il avait été déclaré en début d’année persona non grata par le gouvernement congolais, dont le porte-parole, Lambert Mende Omalanga, également ministre de la Communication, l’avait qualifié de « personnage incapable d’entretenir des relations dignes avec » la RDC.

« La Commission a demandé un visa et l’obtenu », a-t-il simplment dit dimanche midi.

M. De Gucht a néanmoins souligné que « la complaisance n’est pas de mise » à propos de la situation en RDC, notamment dans l’est, où les
violences sexuelles continuent.

« C’est difficile de construire un Etat de droit », a-t-il ajouté, encémettant l’espoir que la classe politique congolaise « évolue ».

Lorsqu’il était chef de la diplomatie belge (2004-2009), M. De Gucht avait, par ses propos répétés sur la corruption en RDC, provoqué
en mai 2008 une profonde crise diplomatique entre Bruxelles et Kinshasa.

En décembre dernier, lors d’un débat au Parlement Européen, le commissaire De Gucht avait relevé que la Commission Européenne dépensait beaucoup en matière d’aide humanitaire et de programmes visant à rétablir l’état de droit en RDC. « Le problème est quelle est l’efficacité de tout cela au bout du compte si vous n’avez pas d’interlocuteur approprié dans l’arène politique », avait-il déclaré.

Dans la foulée, le ministre congolais des Affaires étrangères, Alexis Thambwe Mwamba, avait, dans une note verbale remise au
représentant de la Commission à Kinshasa, signifié « que toute visite en RDC (de M. de Gucht) n’était pas souhaitée ».

« Ce monsieur (…), que ce soit au niveau du gouvernement belge, que ce soit maintenant au niveau de l’Europe, partout où il passe, nous avons des problèmes avec ces institutions là. C’est probablement lui qui pose problème. Donc, sans remettre en cause nos bons rapports avec l’UE, nous ne voulons pas avoir affaire avec ce personnage », avait expliqué M. Mende.

Kinshasa avait également affirmé en janvier que toute demande de visa serait « considérée comme une provocation ».

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn
Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laissez un commentaire