FR | EN

RDC: situation de « naufrage » pour les droits de l’Homme

Publié : le 21 décembre 2010 à 1:47 | Par | Catégorie: En bref

KINSHASA 19/12 (AFP) – L’ambassadeur français pour les droits de l’Homme, François Zimeray, a qualifié de « naufrage » la situation des droits de l’Homme en République démocratique du Congo (RDC) où il a effectué une visite « bouleversante ».

« Je dois à l’amitié (avec la RDC) et à l’honnêteté de dire les choses vraies, crues, et ce voyage était bouleversant », a-t-il déclaré samedi à l’AFP à Kinshasa à l’issue d’un séjour d’une semaine dans le pays.

« Il y a eu des moments extrêmement forts qui me donnent le sentiment d’une situation de naufrage s’agissant des droits de l’Homme » en RDC, a ajouté l’ambassadeur.

A Goma (est), il a relevé le cas des défenseurs de droits humains « menacés et vivant de façon extrêmement dure et douloureuse la présence » dans la ville du général de l’armée congolaise Bosco Ntaganda, « c’est à dire la présence notoire d’un homme poursuivi par la CPI alors que l’on a que le mot de lutte contre l’impunité à la bouche ici ».

Ex-chef d’une rébellion congolaise ralliée à Kinshasa début 2009, Ntaganda est sous le coup d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre commis quand il était dans une milice en 2002-2003.

« J’ai vu à Goma une prison de 140 places où survivaient, dans des conditions d’hygiène et de promiscuité épouvantables, 1.046 détenus » qui « n’avaient à manger qu’un gobelet de haricots une fois par jour la semaine, et rien le samedi et le dimanche », a raconté M. Zimeray.

« J’ai vu le sort de femmes victimes de violences sexuelles et l’absence totale de leur prise en charge par des institutions autres que relevant de la communauté internationale », a-t-il ajouté.

L’ambassadeur a dénoncé « ce phénomène des enfants +sorciers+ qui jette à la rue une grande partie des enfants de ce pays, et qui est particulièrement choquant ».

Le ministre congolais de la Justice et des droits humains, Emmanuel-Janvier Luzolo Bambi, « n’a pas nié les difficultés » et « a demandé plus de soutien de la communuauté internationale », selon M. Zimeray.

« Je lui ai dit que le soutien de la France était acquis, mais qu’il n’y avait aucune raison d’accepter que nous pallions les carences de l’Etat congolais, et que les solutions viendront, si elles viennent, du gouvernement de ce pays », a-t-il affirmé.

L’ambassadeur français pour les droits de l’Homme a rencontré samedi matin la femme de Fidèle Bazana, le chauffeur du militant des droits de l’Homme assassiné début juin à Kinshasa, Floribert Chebeya. M. Bazana a disparu depuis, on corps n’a jamais été retrouvé et ses proches affirment qu’il a aussi été assassiné.

« L’incertitude dans laquelle (Mme Bazana) est quant au sort de son mari est incompréhensible et inacceptable », a déclaré M. Zimeray.

« Nous sommes extrêmement attentifs au déroulement » du procès des policiers assassins présumés de M. Chebeya qui se tient actuellement à Kinshasa, a ajouté l’ambassadeur.

« C’est trop tôt pour parler d’un déni de justice. On ne peut pas faire croire à la lutte contre l’impunité tant que le général John Numbi ne sera pas devant ses juges », a-t-il estimé au sujet du chef de la police congolaise, suspendu depuis juin dans le cadre de cette affaire et qui n’est pas jugé comme le réclame la famille Chebeya qui l’a toujours qualifié de « suspect numéro un ».

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

Laissez un commentaire