FR | EN

Trafic d’or en RDC: des millions de dollars dans la nature

Publié : le 9 février 2011 à 18:56 | Par | Catégorie: Actualité
Lambert Mende Omalanga - Le ministre de la Communication et des Médias, porte-parole du gouvernement.

Lambert Mende Omalanga - Le ministre de la Communication et des Médias, porte-parole du gouvernement.

KINSHASA 09/02 (AFP) – Les trafiquants d’or présumés interpellés la semaine dernière dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) auraient payé la somme de 6,5 millions de dollars pour l’achat de 310 kg de métal précieux, mais les services de sécurité congolais n’ont récupéré que 1,8 million, a-t-on appris mercredi de source officielle.

Les quatre trafiquants présumés – un Américain, un Français et deux Nigérians-, « ont dit aux enquêteurs avoir donné 6,5 millions de dollars (aux vendeurs d’or). Mais il y a une contradiction, car il n’a été rapporté à la banque centrale que 1,8 millions de dollars », après l’interpellation des suspects, a déclaré le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende Omalanga, à l’AFP.

Selon M. Mende, quelque 310 kg d’or achetés par les suspects ont été saisis. D’autres sources avaient indiqué jusque-là qu’environ 450 kg d’or avaient été récupérés par les enquêteurs.

Le porte-parole du gouvernement a par ailleurs indiqué qu’il n’était « pas impossible que des militaires (congolais) soient impliqués » dans ce trafic.

Les quatre suspects étaient toujours en garde à vue mercredi à Goma, le chef-lieu de la province du Nord-Kivu, où leur avion – un biréacteur immatriculé aux Etats-Unis- s’était posé le 3 février.

L’aéronef était toujours immobilisé mercredi après-midi sur le tarmac de l’aéroport de Goma, a constaté un correspondant de l’AFP.

Les quatre trafiquants présumés « sont placés sous surveillance dans un hôtel et sont bien traités », a déclaré le gouverneur de la province, Julien Paluku. « Ils ne nient pas avoir participé à une transaction » pour acheter de l’or, a-t-il ajouté à l’AFP.

Le Nord-Kivu et le Sud-Kivu sont des provinces très instables en raison de la présence de groupes armées toujours actifs, qui sont régulièrement accusés de se financer notamment grâce au trafic de minerais, dont la région regorge (cassitérite, coltan, or…). Des militaires sont aussi accusés de tirer profit de ce commerce illicite.

L’exploitation minière artisanale dans ces provinces a justement été suspendue depuis septembre par le président congolais Joseph Kabila, qui avait dénoncé l’implication d’autorités civiles et militaires congolaises dans ces trafics.

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

Laissez un commentaire