FR | EN

Belgique – Enquête : les africains comme « inférieurs » et « moins civilisés »

Publié : le 22 mars 2011 à 6:53 | Par | Catégorie: Opinion
CECLR

CECLR

C’est ce qui en ressort de l’étude du Centre pour l’Egalité des Chances et la Lutte contre le Racisme (CECLR). En effet les populations subsahariennes qui font partie des groupes minoritaires de Belgique, ensemble avec celles du Maghreb, de l’Europe de l’Est et de la Turquie, sont cataloguées selon le sondage en question comme « gais », « enjoués » et orientés vers le « plaisir ». Ça, c’est le côté, dira-t-on ‘positif’ de la petite histoire, car il va s’avérer que ces traits apparemment sympathiques qu’on attribue aux africains vont souvent de pair, toujours selon l’enquête, avec « paresseux », « inférieurs » et « moins civilisés ». Une douche froide pour les concernés ! La question est : doit-on prendre cela au sérieux ? Parce que voilà qu’on revient de nouveau sur le débat – tenace – des « races ». Et il en va de la survie des concernés – vus comme primitifs – de répondre à de tels stéréotypes au risque de retomber à nouveau dans le dilemme hégélien, qui voulait que l’esclave assume stoïquement son statut d’inférieur sans jamais chercher à le modifier par peur du châtiment, pire: de la mort. Aujourd’hui il ne s’agit plus de châtiments corporels, mais bien de la recherche d’un logement, d’un emploi… Eh oui, les données ont changé.

De plus, quand on dit « populations subsahariennes », c’est une autre manière – tout aussi évocatrice – de dire «les noirs-africains ». Assurément, parce que si je dis les « subsahariens », je ne suggère point une race (en l’occurrence « noire »), mais bien une région géographiquement « neutre », en revanche qu’on sait peuplée de… Ah la subtile manœuvre! Donc, ne pouvant plus parler de « race » pour ne point se faire passer pour un « raciste », il est plus politiquement correct de les nommer par leur région géographique d’origine, quitte à sombrer dans un sérieux crime contre la logique.

Cette enquête dévoile cependant un point plus profond qu’est celui d’une Europe continentale qui a encore du mal à parler de son passé prédateur et le mépris refoulé que renvoi la couleur de peau. Entre politiques assimilationnistes franco-républicaines et la fameuse « barrière de couleur » propre aux colonies britanniques, la Belgique ne sait quelle attitude adopter face à son malaise postcolonial. Il fallait bien qu’un jour les anciennes puissances affrontent leur passé face à face. En effet, ces « subsahariens » amassés dans les banlieues des pays du nord, ils ne tombent pas du ciel, tant ce serait, aujourd’hui, faire preuve de mauvaise foi que de parler de fracture coloniale, quand il s’agit davantage d’une fracture sociale voire identitaire que portent les agglomérations européennes du XXIème siècle, pour emprunter les mots de l’africaniste Jean-François Bayart. On a beau publier des enquêtes, toutes aussi ingénieuses les unes que les autres, on ne résout toujours pas le véritable problème qu’est celui de la « reconnaissance » de ces minorités, issues d’anciennes colonies. C’est la thèse que développe le philosophe libéral canadien, Charles Taylor. Ce dernier s’inspire en partie de l’écrivain- psychiatre, Frantz Fanon, qui déplora l’image dépréciative qu’ont développé les noirs envers eux-mêmes, sans cesse vus comme inférieurs – de part leur couleur de peau et la symbolique qu’elle recèle – par l’oppresseur blanc durant et après la colonisation. Les longtemps opprimés doivent se libérer – mentalement – de cette image négative qui les condamne. Et cette tâche incombe également à l’ex-colon, afin, dans les mots de Taylor, de « donner la reconnaissance légitime à ceux qui en étaient jusque-là exclus » (traduction française, 1994: 89). Et cela passe aussi par le monde académique, qui doit inclure, dans ses manuels, ces cultures longtemps marginalisées.

Tout ça pour dire qu’on n’échappe pas à son histoire, d’autant que les préjugés ne tardent pas à se cristalliser, même dans nos sociétés dites multiculturelles. Ces dernières commencent par ailleurs à froisser plus d’un quand on voit la montée de la droite, représentée par Bart de Wever, en Belgique, notamment. Une attitude réfractaire face à la crise économique et aux risques incommensurables que représentent la mondialisation, comme l’ouverture des frontières, laissant passer une immigration non-régulée.

Finalement, doit-on tout amputer à l’ex-colon ? Au refus de l’octroi d’un logement décent, à la violence dans les cités, quelle part de responsabilité endossent les communautés « noires » dans leur malheur, entre temps devenu celui des métropoles du nord ? Le lundi 21 mars est dédié à la Journée Internationale pour l’élimination de la Discrimination Raciale. Ce qui est dommage, c’est qu’on reste toujours pris au piège par l’emprise « raciale », quand c’est l’inclusion « sociale » qui fait défaut. A savoir : on ne peut supprimer définitivement le symbole voire le fantasme que renferme le mot « race » – si inexact soit-il, par contre, de cette dernière, on peut l’émanciper pour mieux l’intégrer dans nos sociétés modernes, c’est-à-dire pluralistes. Et cela commence d’une part, comme dit plus haut, par la reconnaissance et d’autre part, le respect mutuel.

Par Jean Bigambo
JamboNews.net

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

5 Commentaires à “Belgique – Enquête : les africains comme « inférieurs » et « moins civilisés »”

  1. Jeannot dit :

    Je vous prie de regarder le reportage « Blanc sur noir » sur Arte Tv pour vous en rendre compte. Il y a de quoi vomir. Ce documentaire a été diffusé il y a deux mois. Même la chaîne Arte est réticente pour le rediffuser tellement l’ignominie est grande. Sa diffusion a fait couler de larmes auprès des occidentaux qui l’ont regardé si bien qu’il y a un nombre de personnes qui en est sorti traumatisé. Alors que le pauvre Kagame dans son rôle de singe postcolonial se croit l’ami de blancs ! Il se permet de massacrer les siens pour plaire à l’occident. C’est ce qui est repugnant. Un tel homme ne souffre t-il pas du complexe d’infériorité ?

       6 likes

  2. Judith dit :

    Les Africains comme inférieurs et moins civilisés ? Oui, un sujet très intéressant.! Pourquoi?? car
    – Ce sont les soit-disant dirigeants africains dits lâches comme Kagame, Kabila,.etc,…. qui massacrent leurs citoyens de jour au jour pour satisfaire leurs intérêts égoistes et quelques occidentaux
    – Ce sont ces mêmes lâches dirigeants qui ont et continuent à expulser leurs propres citoyens de leurs pays.
    – Ce sont les dirigeants qui condamnent les citoyens africains à l’exil.
    – Ce sont les dirigeants qui pillent jusqu’à même subtiliser les fonds publics pour soit les placer en occident ou acheter des maisons, voitures et des avions de luxe.
    – ce sont encore des soit- disant dirigeants qui ne savent pas quoi faire, une fois que le continent Africain fait face à une agression impérialiste venant de l’extérieur
    – Ce sont également ces mêmes soit- disant africains qui, en arrivant au pouvoir , trichent les élections ou préfèrent arriver á ce poste par des voies terroristes.
    – Ce sont ces mêmes lâches qui, en cas de conflits, au lieu de privilégier le Dialogue , optent pour la voie de massacrer leurs citoyens car, ils agissent sous le commendement des occidentaux qui les ont placé à la tête du pays contre la volonté des citoyens et qui souhaitent que l’Afrique reste définitivement dans la pauvrété et la guerre.
    – Ce sont ces mêmes dictateurs dépourvus de raison et de patriotisme, qui contraignent leurs citoyens à révéler le secret du Continent Africain à l’extérieur, pour pouvoir survivre.
    En agissant ainsi, ces lâches dictateurs se ridiculisent tout en ridiculisant aussi leur peuple pour enfin le mettre dans le complexe d’infériorité par rapport aux autres peuples du monde entier.
    Les dictateurs ont spécialement des caractéristiques sataniques envers leurs frères comme la haine, la jalousie, mensonge, une peure exagérée et la diabolisation.
    En général, les dictateurs ont une courte mémoire et n’ont même ni des yeux ni des oreilles ; et n’aiment pas leur continent et c’est la raison d’ailleurs qui poussent les occidentaux à leur fournir des armes pour faire taire et fermer les yeux aux peuples africains.

       4 likes

  3. Rwembe dit :

    Les Noirs- inferieurs et non civilises…
    A qui la faute? Je ne pense pas que la faute soit imputabla a notre couleur, a la couleur noire.
    La faute je l’impute a l’histoire tout court. C’est quoi l’histoire? L’histoire nous montre que les blancs d’Europe, disposant de plus de moyens techniques, ont un jour entrepris d’aller a la decouverte des autres mondes/autres peuples. Au debut des colonisations et de l’esclavage, c’etait de l’aventure! Les blancs se sont vite rendus compte que les autres mondes avaient des choses enviables, et surtout des populations a gogo. Tres vite le malin blanc a entrepris de faire du business: ce qui etait aventure est vite devenu business! L’esclavagisme etait ne, et le complexe racial qui l’accompagne etait ne. Desormais le commercant blanc, disposant de technologie lui permettant de faire du commerce des autres peuples dit corveables=inferieurs et non civilises, est vite devenu presque un Dieu…et ce jusqu’a nos jours. Plus tard, ces populations noires se retrouveront a la merci des blancs: ceux-ci vont en faire ce qu’ils voudront: les christianiser, les baptiser, leur apprendre a lire dans la langue des blancs, a prier comme des blancs, a s’habiller comme des blancs, les vendre,les posseder, les tuer, les violer, les deshumaniser, les calomnier…et ce jusque aujourd’hui le jour.
    Imaginez l’inverse: que le noir ait ete dans de meilleurs draps et le blanc reste sans technologie et sans civilisation…l’on dirait alors: Blancs inferieurs et non civilises…
    Sijye wahera,
    Rwembe.

       1 likes

  4. Amani dit :

    Je pense que celui qui souffre puisque insulté d’être inférieur , est aussi coupable que celui qui le traite ainsi. cet article est un non-évènement. Celui qui se croit être quelque chose et celui qui pense qu’on le prend pour un rien sont deux malades souffrant de la même pathologie. Celui qui cherche sa valeur dans les défauts de l’autre, et plus stupide car c’est parce qu’il ne voit rien d’intrinsèquement valable en lui.

       1 likes

  5. Mbo dit :

    Les belges ne sont-ils pas somme toute inférieurs au monde entier pour leur incapacité à se doter d’un gouvernement ? Chose que même les républiques bananières peuvent faire. Un article sur Nouvel observateur s’interroge sur la stupidité des américains.
    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20110323.OBS0144/reactions/#reagir

       0 likes

Laissez un commentaire