FR | EN

La Côte d’Ivoire aurait-elle « réussi » là où le Rwanda a échoué ?

Publié : le 18 avril 2011 à 17:49 | Par | Catégorie: Opinion
Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire

De la première, on peut dire que ça été la transition démocratique qui aura tenu le plus de monde en haleine tant elle semblait interminable et sans issue. Parce qu’au niveau symbolique, son succès a une importance capitale pour tout l’avenir politique du continent africain. Du miracle ivoirien post-indépendance, à la crise politique et économique la plus dramatique du début de ce siècle, le chemin a été long et semé d’embûches. Mais au final, les ivoiriens semblent avoir choisi celui du progrès et de la paix – qui tous deux supposent des compromis.

Les événements qu’on vient de suivre en Côte d’Ivoire ne marquent pas seulement l’image d’un peuple en désir de démocratie – bien que forcée à coups de canons et interventions des forces militaires françaises – mais ils dévoilent également un appel à l’émancipation, dans la lignée des révolutions populaires arabes, que les ivoiriens suivent également de près. C’est le signe que la jeunesse d’Afrique est « fatiguée » (pour emprunter le jargon ouest-africain) des discours paternalistes, aussi bien de leurs dirigeants que ceux de l’occident sur leur avenir, plus qu’incertain tant le chômage et le clientélisme mine ces Etats. Alassane Outtara, économiste de profession, sera-t-il répondre à leurs attentes?

C’est bien là le challenge, parce que comment un dirigeant, au pouvoir depuis des décennies, peut-il comprendre ce à quoi aspirent ces jeunes amassés dans les périphéries des capitales africaines ? C’est-à-dire que Laurent Gbagbo a même dû faire appel désespérément à un leader des jeunes, le très « patriote » Charles Blé Goudé, pour convaincre ces derniers. Sa mission, qu’était celle d’endoctriner les jeunes pro-Ggagbo à prendre les armes pour défendre leur patrie de l’invasion de la France, sous couvert de la très controversée « communauté internationale », qui soutenait le camp d’Alassane Ouattara, a échoué, marquant davantage la rupture entre les deux protagonistes.

Outtara et Gbagbo

Outtara et Gbagbo

C’est sur ces dissensions que le peuple ivoirien va pourtant devoir apprendre à vivre à nouveau ensemble, sous Ouattara. Car Gbagbo ainsi que Simone, son épouse – après des mois – je dirai, au fond, des années de résistance et de ruse ! – ont finalement été vaincus. Le lundi 11 avril 2011, date de leur capture, restera à jamais une date gravée dans les annales.

Le mois d’avril…Un mois qui me permet de sauter au deuxième sujet de cet essai : le Rwanda. Effectivement, Kigali, sa capitale, commémore chaque année en avril le génocide rwandais perpétré en 1994, voilà maintenant dix-sept ans. Amorcé par l’abattage de l’avion du défunt président, Juvénal Habyarimana et son homologue burundais, Cyprien Ntaryamira, le soir du 06 avril, au retour d’Arusha, Tanzanie. L’événement reste vif, voire figé dans la mémoire de tous les rwandais. Mais alors quel est le lien avec la Côte d’Ivoire ? Dans le cas du Rwanda d’avant avril 1994, ce dernier était aussi engrainé dans une violence et guerre civile qui avaient commencé trois ans plus tôt, plus précisément le 01 octobre 1990, à la frontière nord du pays : l’offensive d’un groupe rebel composé  entre autres d’ extrémiste Tutsi, l’APR (Armée Patriotique Rwandaise), attaquant depuis l’Ouganda et soutenu par les Etats-Unis et l’Angleterre: il exige au gouvernement de Habyarimana, alors au pouvoir, le multipartisme et le retour des réfugiés Tutsi exilés. Les accords de paix et d’un cessez-le-feu (les accords d’Arusha) sont sans cesse bafoués, et ce par les deux parties. Plusieurs fois l’APR tente, par des tactiques de guérillas, la prise de Kigali, mais il est à chaque fois refoulé vers l’Ouganda par les FAR (les Forces Armées Rwandaise) de Habyarimana, soutenu à l’époque par la France. Cette situation dure pendant trois ans jusqu’à l’assaut « final » de l’APR d’ avril 1994.

“Est-ce que l’intervention de l’ONU et communauté internationale en Côte d’Ivoire ont sauvé inextremis ce qui semblait devenir un Rwanda bis?”

L’ONU, bien qu’observant que le pays s’enlise brutalement vers une guerre civile aux conséquences catastrophiques, décide pourtant de retirer ses troupes – laissant la population livrée à elle même, au grande dam des bouchers. Le 06 avril, l’avion présidentiel est abattu. L’APR est pointé du doigt par les Interahamwe, le groupe opposant, celui des extrémistes Hutu. Autant dans l’avancée des premiers vers la capitale rwandaise que dans l’échec des seconds à les arrêter: les deux protagonistes commettent des massacres à grande échelle, sous silence de la communauté internationale. Le pays sombre à une vitesse phénoménale dans le chaos : l’une des guerres les plus sanglantes qu’ai connu le continent africain jusqu’à ce jour.

Mon point est le suivant : est-ce que l’intervention de l’ONU et communauté internationale en Côte d’Ivoire ont sauvé inextremis ce qui semblait devenir un Rwanda bis ? Pour ce qui est de la légitimité de l’intervention militaire en Côte d’Ivoire, elle reste à caution. Mais il est vrai qu’il fallait une intervention humanitaire, tant la situation semblait sans issue, avec un Ggagbo terré dans un bunker, refusant d’abandonner ses fonctions – pendant que la population subit les bombes de son armée – de plus en plus affaiblie par les frappes des alliés. On ne pouvait rester sur un statu quo. De plus, les deux camps estimaient que la phase des négociations était résolue. Dès lors, ne pas intervenir, c’était laisser avoir lieu d’autres crimes contre l’humanité – perpétrés par les deux camps ennemis, dont le plus grave à ce jour, et sous constat du Human Rights Watch, semble s’être opéré là où l’on s’y attendait le moins, à savoir dans le cas des vainqueurs. Plus précisément à l’est du pays, à Duékoué : où l’on a dénombré le massacre de centaines de civils, imputés aux forces de Ouattara. Ces actes barbares vont sérieusement écorner sa légitimité. Aussi, les clichés de la capture du couple présidentiel, où des soldats du camp des vainqueurs s’affichent aux côtés des vaincus meurtris et humiliés – ne peut m’empêcher de faire le lien avec le spectacle déshumanisant des soldats d’Abu Graïb par les soldats américains durant la guerre d’Irak.

Soldats de la MINUAR

Soldats de la MINUAR

Mon soulagement est que l’action de l’ONU et la non mise en pratique du discours des « patriotes », fidèles à Charles Blé Goudé – ce dernier qui incitait, indirectement, à la haine et à terme: au massacre de civils, ont sauvé la Côte d’Ivoire de devenir un charnier. Les plus pessimistes diront qu’on a évité le pire, en pensant au Rwanda, et plus généralement, à la région des Grands Lacs.

Pour la Côte d’Ivoire, la transition fut longue certes et l’ONU publie des rapports de plus en plus accablants sur le nombre des victimes. Mais une nouvelle page a été tournée et les yeux semblent à présent tournés vers l’avenir. Cependant, le message que tous ont sur les lèvres est de savoir si réconciliation il y aura. A vrai dire, on est loin d’avoir résolu le conflit. En effet, comment les ivoiriens vont-ils réussir à se faire de nouveau confiance, à vivre ensemble comme avant ? C’est l’étape la plus dure.

“L’ivoirien aime la paix”

Comme dit dans l’introduction, ces derniers savent faire preuve de pragmatisme. Ils savent également, sans doute mieux que les rwandais – et c’est là la grande différence – qu’avoir un esprit inflexible ne peut mener à une paix durable. La culture de non-violence et, moins connue: de camaraderie entre différents groupes ethniques, que les ivoiriens cultivent entre eux ont, je suis convaincu, joué un rôle majeure dans la façon dont ils ont appréhendé les conflits internes. En effet, une chose remarquable à propos de la Côte d’Ivoire, en suivant les journaux qui couvraient les événements durant tout ce long cycle de transition politique, jusqu’à la capture de Gbagbo, était la réaction des ivoiriens, lors de micros-trottoirs, qui répondaient le plus souvent par des messages d’un retour à la paix. Allant jusqu’à dire qu’ils ne se souciaient plus de savoir lequel des deux candidats, Ggabgo ou de son rival Ouattara, devait diriger le pays. « L’ivoirien aime la paix », voilà des phrases qu’on entendait à travers nombreux témoignages. Un discours manquant au Rwanda, tant les clivages ethniques font rage.

Loin d’idéaliser la culture ouest-africaine, c’est pourtant un appel à l’auto-critique que je lance aux rwandais. Parce que, je le rappelle, la Côte d’Ivoire réunissait tous les ingrédients favorables à une guerre civile des plus meurtrières. Et pour ce qui est de la phase de réconciliation d’après-guerre: le Rwanda n’a toujours pas abordé sérieusement, 17 ans après, le problème d’une authentique alliance nationale, qui inclue le retour des réfugiés (ou) opposants Hutu et Tutsi. En effet, il est étonnant de constater que jusqu’à ce jour, toute voie critique au régime de Paul Kagame se voit passible d’une peine d’emprisonnement pour « trouble à l’ordre public » ; « divisionnisme » ; « idéologie génocidaire » ; « négationnisme » ; voire de « terrorisme » ! Une absurdité quand on sait que la véritable cause de ces accusations est liée au musellement des libertés d’expressions, de presse et d’association – sévèrement réprimandées.

Pourtant la culture du dialogue et de l’honnêteté sont des conditions capitales à toute société juste. Non seulement ces caractéristiques permettent à la société civile de participer activement aux décisions politiques (on a vu le débat télévisé entre Ggagbo et Ouattara durant la course électorale sur la chaîne nationale, RTI, qui a permis aux téléspectateurs de se faire une idée et juger quant à celui apte à les représenter), mais également, elles permettent d’exprimer ses frustrations en toute sincérité et ce de manière publique, ce qui favorise le fameux processus de résolution de conflits. On l’oublie souvent mais: la parole guérit l’homme.

“Nul besoin d’aller chercher très loin des modèles de résolution de conflits, alors qu’il suffit juste de tourner la tête à son voisin”

On vient de le voir, la mondialisation – des médias du moins – permet à certaines nations (oubliées) de sortir de l’isolement et pourquoi pas de l’impunité, grâce à l’intervention humanitaire. Ce ne fut pas le cas pour le Rwanda en 1994, jusqu’à aujourd’hui d’ailleurs, quand on voit le silence de la communauté internationale face aux crimes contre l’humanité et crimes de génocide contre les populations congolaises et réfugiés Hutu à l’est de la République Démocratique du Congo. Dans ce dernier cas, on a à faire à une sérieuse crise humanitaire dont le bilan dépasse, selon les dernières estimations de l’International Rescue Committee, les 4,5 millions de morts. Nicholas D. Kristol, du New-York Times, parle lui de 6,9 millions. Quant à la secrétaire d’Etat américaine, Mme Hillary Clinton, face à un tel bilan, exhorte l’instauration d’un Tribunal Pénal International pour la RDC. Parce qu’il s’agit là du bilan humain le plus lourd depuis la Seconde Guerre Mondiale. Une vraie catastrophe. Pourtant les commanditaires de ces crimes ne sont point inquiétés – aggravant davantage le solde des victimes: une conséquence directe de l’impunité qui sévit dans cette région du monde.

Cependant, et c’est la clé finale de cet essai, il est important de rappeler que la justice, ainsi que la paix doivent être l’affaire de tous – et non communément aux dirigeants et organismes supranationaux. De plus, nul besoin d’aller chercher très loin des modèles de résolution de conflits, alors qu’il suffit juste de tourner la tête à son voisin ougandais, ivoirien ou encore tunisien…parce que les africains n’ont pas de commun que la couleur de peau et le sens du rythme.

Jean Bigambo.
Jambonews.net
Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

5 Commentaires à “La Côte d’Ivoire aurait-elle « réussi » là où le Rwanda a échoué ?”

  1. Chance Kwizera dit :

    J’aime bilan ton analyse.

    J’ai juste une remarque. Quand tu dis que l’ONU a évité une crise humanitaire, je pense qu’il y a une erreur dans ton analyse. Moi, je dirais que c’est la stratégie de la France qui a réussi. Le fait que la France avait une force de réaction rapide qui était en stand-by en cas de problème grave.

    Le cas du Rwanda a été un échec à cause de l’incapacité de la Belgique à se doter d’une telle unité spéciale. La France a beaucoup d’expérience dans ce genre des conflits.

    Je pense à l’Opération Turquoise, en 1994 au Rwanda, qui a permis aux innocents de pouvoir s’échapper des massacres des extrémistes Tutsis (car tous le monde sait ces extrémistes Tutsis, après le départ des français, ont commis le plus grand génocide en Afrique avec plus 10 millions rwandais, burundais et congolais Hutus).

    Je pense à l’Opération l’Aube de l’Odyssée, en Libye, ou les français ont vu le génocide de Benghazi à l’avance et ils ont pu l’arrêter à temps.

    La gestion du conflit en Cote d’Ivoire montre la capacité de la France et ses forces spéciales à comprendre la nature des guerres par rapport à l’ONU, la Belgique, UK et les Etats Unis.

    PAS DE CENSURE S’IL VOUS PLAIT !!!

       1 likes

  2. cmunan dit :

    Les américains qui ne connaissent rien des noirs qui sont restés en Afrique doivent entrer dans les ecoles françaises pour apprendre les moeurs du continent Africains.
    Même si leur réaction en Lybie et en côte d’Ivoire est louable, pourquoi ce comportement cynique au Rwanda?

       1 likes

  3. Gaston Médard dit :

    Dans l’un ou l’autre cas il y a un piteux larbin: kagame pour le Rwanda, Ouatara pour la Côte d’Ivoire; les deux minables hommes sont arrivés au pouvoir sur des cadavres; les deux rendent comptent à leurs maîtres; ils garantissent des intérêts néo-esclavagistes des occidentaux pour lesquels ils occupent remarquablement la fonction de valets;… Voilà pourquoi le chef de bandes Ouatara ne peut réussir, tout comme cet autre valet: l’hitler africain.

       3 likes

  4. Papi dit :

    Méfiez-vous des médias
    accédez à ce lien pour savoir la vérité:
    http://kwalai.com/component/content/article/1-latest/8835-les-partisans-de-gbagbo-traques-comme-des-betes

       0 likes

  5. onelove dit :

    Chers Patriotes , méfions-nous des médias et surtout la soit disant « communauté internationale »
    dans le cas de la cote d’ivoire ,les français viennent d’y réaliser un vrai coup d’état qu’ils avaient commencé depuis 2002 de la même façon que les américains l’ont réussi chez nous en nous imposant un vrai Hitler !
    Moi personnellement je suis beaucoup inquiet de l’avenir de nos pays voire notre continent « Afrique ».

    La vérité en cote d’ivoire est très loin de ce que cette fameuse « communauté internationale veut nous faire avaler ,comme au Rwanda quand le public saura la vérité ça sera penne perdu car ces même médias et cette fameuse femme communauté internationale feront sourd oreilles .

    Plus d’info / Mujyarukire kuri : http://www.ivorian.net/ ou Abidjan.net

       0 likes

Laissez un commentaire