FR | EN

RWANDA-AFRIQUE DU SUD : fuite d’enregistrements dans l’affaire Nyamwasa ?

Publié : le 19 juin 2011 à 9:40 | Par | Catégorie: Actualité

Le Géneral Jack Nziza

Le Géneral Jack Nziza

Des enregistrements, présentés comme des écoutes téléphoniques de la police sud-africaine sont en circulation sur Internet depuis quelques jours sur la toile et sont l’un des sujets à la une dans les discussions de la commaunauté rwandaise.

JamboNews a pu se procurer l’un d’entre eux en vue de l’analyser pour ses lecteurs. On y entend deux hommes converser en Kinyarwanda, langue nationale du Rwanda.

En bref  une personne en Afrique du Sud donne le compte rendu au [selon le journal Umuvugizi ] Général Jack Nziza, actuel chef de cabinet du ministre de la défense de ses négociations avec un groupe de tueurs à gage pour éliminer Kayumba Nyamwasa sur le lit de l’hôpital où il recevait des soins suite à l’attentat raté. La voix du Général Jack Nziza a été confirmée par plusieurs sources indépendantes ayant travaillés avec Jack Nziza et contactées par  JamboNews.

Rappelons aussi que ce personnage semble s’être imposé pour des missions d’élimination d’opposants ou dissidents de grande importance. Dans le passé il a conduit les assassinats de Seth Sendashonga, ancien ministre de l’intérieur – c’était le 16 mai 1998 – et du Colonel  Théoneste Lizinde le 06 octobre 1996 tous deux assassinés à Nairobi.

Dans le présent cas, dès le début de la conversation Jack Nziza demande à son interlocuteur de « parler dans le plus possible langage codé». Ce dernier continue en faisant part de la délicatesse de la situation car la sécurité était au maximum du fait de la Coupe du monde qui était imminente. De cette situation les exécutants demandaient 500 000$ pour faire le « travail »mais la difficulté se trouvait dans le cheminement de cette somme du Rwanda vers l’Afrique du Sud car  le complot se voulait urgent et les tueurs exigeaient bien sûr qu’ils soient payés presque instantanément : 250 000 d’avance, 250 000 autres juste après l’accomplissement de leur « tâche ».

Intox ou document authentique?

D’aucuns se posent la question de l’authenticité de ces enregistrements. Pourquoi ces interlocuteurs s’efforceraient ils de parler en Kinyarwanda alors qu’ils ont facile à parler Anglais ? Etant des gens du renseignement, ignorent-ils que le risque est hautement élevé de voir leurs conversations décryptées – surtout lorsque cette affaire faisait grand bruit? Etait-il nécessaire qu’un général s’expose aussi directement dans un complot qui allait porter atteinte à l’ordre public d’un autre Etat et pas n’importe lequel : l’Afrique du Sud qui tout de même une grande puissance à l’échelle continentale et dont le parti dominant ANC avait plutôt une certaine sympathie pour les anciens exilés du FPR dont certains d’entre eux ont participé aux différentes guerres de Libération en Afrique du Sud au temps d’Apartheid et au Mozambique notamment ?

De notre avis le fait de parler Kinyarwanda serait sûrement motivé par cet  espoir fragile de ne pas être compris par les services de renseignements qui travaillaient sur l’affaire d’arrache pied. Mais bien sûr qu’ils ne peuvent se désintéresser du simple fait que la conversation est dans une langue étrangère et peu usitée au niveau international – l’origine et la destination des appels, la nationalité des personnes sont des éléments suffisants pour attirer l’attention.

Quant au risque, l’importance de l’affaire, ou plutôt de la victime, vaut pour le régime du FPR, et du Président Kagame en particulier, la peine. Et ceci explique aussi que la situation soit traitée par un des généraux les plus influents et les plus fidèles  à Paul Kagame. La même réponse, l’importance de la personne, justifierait le risque pris pour porter un coup dur aux relations diplomatiques entre les deux pays. Pour le FPR en effet, il s’agirait d’une question de survie et donc d’un jeu sans règles et dans lequel tous les coups seraient permis.

En marge de l’interview accordée par Gérald Gahima  à Jambonews au mois de décembre, ce dernier avait confié à deux membres de l’équipe que le RNC détenait plusieurs enregistrements audios qui démontrent l’implication des plus hautes autorités rwandaises dans la tentative d’assassinat.

Selon un proche du RNC contacté, le RNC dévoilera progressivement au grand public l’ensemble de ces enregistrements qui sont à la source de la congélation des relations diplomatiques entre Pretoria et Kigali.

Espérons que d’ici là, la justice sud africaine aura fait son bout de chemin et aura permis de lever le voile, sur cette tentative d’assassinat et notamment sur l’authenticité de ces audios.

 

Pacifique Habimana
Jambonews.net
Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

22 Commentaires à “RWANDA-AFRIQUE DU SUD : fuite d’enregistrements dans l’affaire Nyamwasa ?”

  1. I.Victoire dit :

    0 rédibilité de cet article? amateshwa

       2 likes

    • Rwandanews1 dit :

      L’unité des Rwandais et leurs amis vont perturber et vaincre les plans des criminels de Kigali.

      Lu pour vous:

      La conférence internationale du 21 05 2011 à l’Hôtel Manhattan à Bruxelles constitue une histoire importante entre le rapprochement des victimes Rwandaises, Burundaises et Congolaises du genoci
      Revue de: Habibu
      �crit par: 06-12-2011 15:24:22 -0400GMT

      Nuko nuko da ! Ndabona namwe kakzi mugakora neza rwose TUBEHOTWESE asbl Bruxelles. Njya nibaza impamvu abantu bamwe barwanya initiatives zanyu nziza bikanyobera.Aho yenda ntiyaba ari ya mashyari ko nayo yogeye ? Mukomere gusa mwamagane ibibi byose n`aho biva hose. !

      ————————————————-

      From: TUBEHO VictimRwanda
      Subject: A publier: Communiqué de presse :La conférence internationale du 21/05/2011 à l’Hôtel Manhattan à Bruxelles s’est déroulée dans le calme et elle constitue une histoire importante entre le rapprochement des victimes Rwandaises, Burundaises et Congolaises du génocide.
      Date: Tuesday, June 14, 2011, 10:56 AM

      Communiqué de presse :La conférence internationale du 21/05/2011 à l’Hôtel Manhattan à Bruxelles s’est déroulée dans le calme et elle constitue une histoire importante entre le rapprochement des victimes Rwandaises, Burundaises et Congolaises du génocide.
      Nous portons à la connaissance du public que la conférence internationale du 21 mai 2011 à l’Hotel Manhattan de Bruxelles a eu lieu et a connu un succès international inattendu basé sur la représentativité des conférenciers et de la richesse des sujets traités.
      Cette conférence a réuni les victimes Burundaises, Congolaises et Rwandaises du génocide.
      Du coté du Burundi, les victimes Burundaises ont été représentées par le conférencier Monsieur Joseph Ntamahungiro. Les victimes Congolaises ont été représentées par Monsieur Wilkens E. Alhongo, Président du mouvement indépendant pour la reconnaissance du génocide congolais (MIRGEC). Les victimes Rwandaises ont été représentées par Rutayisire Boniface, Président du Comité International pour les Victimes de la Haine Ethnique Massacres et Génocide et Président de Tubeho Twese ASBL.

      Photo : Monsieur Joseph Ntamahungiro (à gauche de la photo),
      Monsieur Rutayisire Boniface (au milieu) et
      Monsieur Wilkens E Alhongo (adroite)

      La conférence a été aussi animée par d’autres conférenciers tels que Madame Lucie Umukundwa, journaliste à la voix de l’Amérique (VOA). Etaient aussi présent Monsieur Martin Kamango et les autres.
      Selon la culture africaine, la priorité de commencer a été réservée à la femme.

      Photo:Lucie Umukundwa (devant le public dans la salle)

      Madame Lucie Umukundwa a rappelé les difficultés que les journalistes rencontrent dans la région des grands lacs. Parmi ces difficultés, il y a des menaces qui vont jusqu’à l’élimination physique de certains journalistes. Madame Lucie Umukundwa a rappelé son expérience en tant que journaliste de la Radio Voix de l’Amérique (VOA) à Kigali dans des reportages qu’elle a réalisé à partir du territoire congolais. Elle a présenté aussi une longue liste des Rwandais tués.
      Le moment qui a suivi a été reservé au Burundais, Monsieur Joseph Ntamahungiro. Il a consacré une grande partie de son exposé au génocide Hutu commis au Burundi en 1972 par le régime politique d’un Tutsi Capitaine Michel Micombero. Monsieur Joseph Ntamahungiro a rappelé que l’horreur génocidaire Burundais qui a eu lieu en juin 1972 a emporté entre 100000 et 300000 Hutus tués selon certains auteurs. Il a précisé que « le génocide contre les Hutus du Burundi a pris pour prétexte une insurrection des Hutus qui a éclaté le 29 avril 1972 dans la région du sud du Burundi qui ont massacré des Tutsis dont les victimes sont évaluées entre 2000 et 5000 mort selon le bilan du pouvoir de l’époque en place. Monsieur Joseph Ntamahungiro a continué son exposé en disant que « ce génocide a été orchestré par le ministre de la justice d’alors, Arthémon Simbananiye. Il prit pour cible tout Hutu, à commencer par les membres du gouvernement, les officiers, les hommes de troupes. Le pouvoir de Micombero a nié ce génocide et les différents gouvernements tutsis qui lui ont succédé ont fait la même chose. Les régimes politiques hutus « n’osent pas reconnaitre ce génocide officiellement pour ne pas s’attirer les foudres de ceux qui l’ont commis et qui sont encore très puissants ».
      Les victimes Burundaises de la diaspora organisent chaque année une commémoration comme celle du 29 avril 2011 à Bruxelles. L’un des Responsables de l’organisation de cette commémoration Monsieur Victor Ntacorigira était présent dans la conférence du 21/05/2011.
      Selon Joseph Ntamahungiro, dans la commémoration Burundaise, « ils ne veulent pas nier la souffrance des autres, les Tutsis et les Twa ».
      Avant de clôturer son exposé, Monsieur Joseph Ntamahungiro a remercié et encouragé les organisateurs de cette conférence. Il a qualifié cette conférence comme le premier signe important dans l’histoire de rapprochement des victimes de la région des grands lacs d’Afrique.
      Le moment qui a suivi a été réservé aux victimes congolaises qui étaient représentées par Monsieur Wilkens E. Alhongo. Le titre de son exposé était « In put de la diaspora congolaise à la conférence international du 21 mai 2011 ». Il a parlé de Mapping Report de l’ONU et comment le Rwanda, le Burundi et l’Ouganda ont attaqué le Congo. Il a développé la notion de génocide en droit international. Monsieur Wilkens Alhongo a accusé les troupes de Kagame pour avoir fait « le bombardement des camps des refugiés Hutus Rwandais au Kivu, Mugunga, Sake, Kahindo, Katale, Tingitingi. Il a accusé les troupes de Kagame « d’avoir massacré les Hutus au port fluvial de Mbandaka à la province de l’Equateur en RDC ». Il a accusé Kagame d’avoir massacré plusieurs congolais depuis 1996 jusqu’à ce jour. Il a précisé que des victimes Congolaises sont des conséquences directes et indirectes des guerres pilotées et soutenues par le Rwanda de Paul Kagame. Pour la question des FDLR au Congo, Monsieur Wilkens Alhongo a dit « Toutefois, nous condamnons aussi de vive voix les massacres qui sont perpétrés jusqu’aujourd’hui par les FDLR au Congo. Le peuple congolais ne doit pas être victime d’une importation de guerre sur son sol».
      Le représentant des congolais dans la conférence internationale du 21/05/2011, lui aussi a félicité les organisateurs de cette conférence en précisant que c’est le premier pas important qui vient d’être réalisé dans l’histoire de rapprochement de toutes les victimes de la région des grands lacs d’Afrique. Monsieur Wilkens E. Alhongo dans ses propres mots (soutenus et complétés par le Burundais Joseph Ntamahungiro), il a dit que « celui qui va faire un long voyage de mille kilomètres fait d’abord le premier pas et le premier pas pour le rapprochement des victimes Congolaises, Burundaises et Rwandaises a été fait aujourd’hui avec cette conférence».
      Après la prise de parole d’un Burundais et d’un Congolais, Monsieur Rutayisire Boniface, l’organisateur de cette conférence internationale du 21/05/2011 a pris la parole. Il a rappelé beaucoup de difficultés rencontrées en organisant cette conférence. Il a informé les participants que cette conférence été combattue farouchement par les différentes personnes et organisations comme le FPR, l’Etat Rwandais et les autres qui sont accusés d’avoir commis des crimes que cette conférence dénonce.
      Il a dit que certains conférenciers ont rencontré beaucoup de pression directe et indirecte jusqu’à ce que certains aient été obligés d’annuler leur participation à la conférence. Beaucoup de personnes parmi les invités qui avaient manifesté la volonté de participer, ont été victimes de harcèlement et de pression par leurs proches (qui travaillaient pour le compte des autres) en vue d’empêcher la tenue de cette conférence qui faisait peur dans certains milieux. L’organisateur a expliqué que lui aussi a subi une pression énorme, intimidation par téléphone, filature et d’autres menaces jusqu’à la dernière minute de l’ouverture de la conférence.
      Il a précisé qu’avant la tenue de la conférence, après avoir annoncé la participation des représentants des victimes Burundaises et Congolaises, la situation a complètement changé et la panique s’est augmentée chez les criminels et dans des milieux proches de ces criminels.
      Monsieur Rutayisire Boniface a souligné que « les personnes qui ont répondu présent à cette conférence sont des héros et l’histoire retiendra leur combativité qui dépasse la peur ».
      Le moment fort de son exposé à été concentré sur la vérité sur le génocide contre les Hutus commis par le FPR au Rwanda et au Congo, le génocide contre les Tutsis, l’unité de toutes les victimes, la ténacité, la détermination, le respect, le combat pour la reconnaissance et la justice pour toutes les victimes Rwandaises, Congolaises, Burundaises et d’autres qui ont la même cause. Rutayisire Boniface a dit « je demande à toutes les victimes partout où elles sont de venir unir leur force avec nous pour que nous faisions trembler tous les criminels. Un criminel est un criminel qu’il soit Rwandais, Congolais, Burundais ou autre. L’heure de la fin de l’impunité dans la région et dans toute l’Afrique a sonné. Les peuples de la région des grands lacs ont droit de respirer la paix et vivre ensemble paisiblement. Je vous demande de rester déterminés et montrer que nous les victimes nous sommes forts plus que les criminels. Dans le monde moderne d’aujourd’hui, la victoire pour notre combat ne nécessite pas le grand nombre de gens. Elle nécessité la tenacité, la détermination et la manière d’agir. Avec cette conférence internationale d’aujourd’hui le 21/05/2011 à Bruxelles, les Congolais, les Rwandais et les Burundais victimes de différents génocides viennent de montrer au monde entier et à l’histoire que les victimes de ces trois pays viennent de s’unir contre tous les criminels. Il s’agit d’un signal fort. Cette conférence est un geste qui a plusieurs significations dans l’histoire de l’humanité.
      Aujourd’hui c’est l’échec pour certaines personnes qui avaient fait le pari que cette conférence ne pouvait pas avoir lieu en se basant sur le fait qu’il y avait beaucoup de forces de l’ombre pour l’empêcher d’avoir lieu et beaucoup de haine entre les peuples de la région. La conférence d’aujourd’hui répond à ces gens là qu’ils se sont trompés. Ils se sont trompés comme les criminels qui ont commis des crimes dans la région des grands lacs d’Afrique en ayant l’idée qu’ils ne seront pas découverts et punis un jour ».
      Il a demandé aussi de rendre hommage à des prisonniers politiques.
      Rutayisire Boniface a clôturé son exposé en rappelant que les participants sont des ambassadeurs de ceux qui n’étaient pas présents vu que la majorité des participants dans cette conférence appartenaient à des organisations de toutes sortes.
      Le moment qui a suivi a été réservé aux questions-réponses.
      Dans des échanges, l’histoire des pays des grands lacs d’Afrique a été abordée. Monsieur Martin Kamango est revenu sur les insultes qui ont eu lieu entre le Burundi de Micombero et le Rwanda de Kayibanda.
      Parmi les questions posées, certains participants ont posé la question de savoir pourquoi on parle la Radio des Mille colline (RTLM) et on ne parle pas la radio Muhabura qui a fait aussi la même chose que la Radio des Mille Colline.
      Vu le climat de confiance et de sincérité qui a régné dans la salle de la conférence du début à la fin, un ancien militaire congolais DSP (dans le cadre de montrer qu’il y a un travail énorme qui doit être fait pour favoriser la cohabitation pacifique) a révélé qu’un jour les Congolais aimeraient attaquer le Rwanda et le Burundi pour que les Rwandais et les Burundais puissent gouter au gout de la guerre menée par les voisins.
      Pour le génocide contre des Tutsis du Rwanda, les participants de la conférence n’ont pas nié ce génocide des Tutsis. Ils ont tous dit que ce génocide a eu lieu. Mais, ils ont dit que le fait qu’un Tutsi a connu le génocide cela ne lui donnait pas le droit d’aller tuer les Hutus et les Congolais. Un Tutsi victime qui a tué les Hutus ou les Congolais est un criminel qui doit être puni comme d’autres génocidaires.
      Quant au génocide au Burundi, le public est revenu sur le fait que le génocide contre les Hutus n’est pas reconnu alors que celui des Tutsis est reconnu à cause des gouvernements Tutsis qui ont soutenu la cause. Une question a été posée au Barundi présents « pourquoi leur gouvernement actuel ne reconnait pas le génocide Hutu alors que ce sont des Hutus victimes (ou enfants des victimes) qui dirigent le Burundi ».
      Pour les Congolais, la question des Congolais qui ont commis des crimes contre d’autres Congolais a été posée. Le public est revenu aussi sur la question de Laurent Nkunda et d’autres groupes.
      Les conférenciers et le public ont décidé ensemble de continuer à développer des liens forts (entre les peuples de ces trois pays) qui ont été crées par cette conférence. Ils ont décidé de rester ensemble en contact permanents en échangeant des idées et autres.
      La journée a été clôturée par le partage d’un verre d’amitié et le concert animé par le musicien très célèbre Ben Ngabo et ses chanteurs.

      Photo:Le Musicien Ben Ngabo et ses chanteurs

      Photo:Vu la réussite de la conférence, les conférenciers
      et le public sont très contents et dansent à l’africaine

      La sécurité a été assurée par la police de Bruxelles qui a envoyé même les policiers habillés en civils.

      Avant de publier l’article, nous avons reçu le courrier de Son Excellence le Vice Premier Ministre Belge Didier Renders qui s’excusait et regrettait de n’avoir pas eu le temps de participer à cette conférence.
      Fait à Bruxelles, le 27/05/2011
      RUTAYISIRE Boniface
      L’organisateur de cette conférence et Président du Comité International pour les Victimes de la Haine Ethnique Massacres et Génocide et Président de l’association des victimes Tubeho Twese ASBL et Banyarwanda Party.
      Email : infotubeho@yahoo.fr (Yahoo.fr)
      Tel (32) 488 25 03 05

         0 likes

  2. Rasta dit :

    Je crois que l’enregistrement est une mise en scène. En effet, je ne vois pas comment on pourrait préparer d’éliminer quelqu’un et oser dire ça au téléphone tout en sachant qu’il est très facile de nos jours d’intercepter l’appel. Normalement les gens qui recourent à ce genre de pratique sont très pro,et à mon avis ils n’auraient jamais pris le risque de parler de cette affaire au téléphone. Si cette hypothèse est vrai, alors qui serait à l’origine de cet enregistrement? Pour quelle raison ferait-il cela? mystère..;

       2 likes

  3. karim dit :

    Il faudrait être tombé de la dernière pluie pour prêter le moindre crédit à cette histoire d’espionnage à la Tintin. Qui ignore que le premier venu peut fabriquer un enregistrement sonore sans problème? Un enregistrement sonore est un élément de preuve si peu crédible qu’il n’est pas accepté dans les procédures judiciaires. Même pour inventer des histoires à dormir debout qui puissent tenir un tant soit peu la route, il faut de l’imagination. Ceux qui ont cru pouvoir distraire l’opinion avec cette pantalonade n’en ont pas un gramme. Ridicule pour tout dire.

       0 likes

  4. epaminondas dit :

    L’opposition au régime rwandais ne sera jamais crédible avec des histoires aussi ridicules. Trop en faire, c’est souvent pire que de ne rien faire du tout.

       2 likes

  5. kagabo dit :

    Ariko murasetsa, none se ko byari byihutrwa wagira babivuganire he atari telephone, infrarouge se? bluetooth se? Umva ntibashoboraga kwandikirana kuko ho byakwerekana ko ari abaswa. Maneko ikorera kumviriza téléphone, ntifite ubushobozi bwo kuzumva zose, niyo mpamvu abenshi bakoresha telephone mukizere ko batabumva. Njye, uretse ko ntazi amajwi y’abo bagabo, ndumva kuba barabumvirije bishoboka. Ikindi gishoboka ni uko uwo bavuganaga (utari Nziza) ariwe watanze iriya communication, mwongere muyumve, uwo bita Nziza avugira kure undi akavugira hafi.
    Abatabizi bicwa no kutabimenya.

       2 likes

  6. maestro dit :

    @Karim

    Aux états unis , il me semble que les enregistrements audio sont parfois acceptés comme éléments de preuves lors de procès. Vous arrivez ici avec vos gros sabots pour hurler à l’intox ! APPORTEZ-NOUS donc des éléments qui tendraient à prouver que ces enregistrement sont faux, peu crédibles. Vous auriez dû aussi noter que la rédaction de Jambonews a pris toutes les précautions nécessaires afin de respecter le minimum exigé en termes de déontologie journalistique, en questionnant les faits ( leur véracité). L’auteur de l’article n’est pas affirmatif !
    Comme vous semblez être catégorique, nous aimerions connaître les raisons pour lesquelles vous n’accordez aucune crédibilité à ces informations. Merci de faire ce travail minimum. Votre honnêteté intellectuelle est engagée.

       1 likes

    • epaminondas dit :

      @maestro! Veuillez croire que mon intention n’était pas de vous priver, vous et les autres, d’une si belle occasion de jouissance. « Kigali en état de siège », manifestation « historique » à Chicago, « le vent de la démocratie en Afrique et le sort de Kagame » et j’en passe… il est clair que l’information pour les fanas de ce site, c’est d’abord se faire plaisir! Pourquoi pas? Sauf qu’à mon humble avis, une entreprise qui se voudrait d’information et non de divertissement, devrait avoir d’autres ambitions que celle-là.

         1 likes

      • maestro dit :

        @ epaminondas dont la rhétorique ressemble à s’y méprendre à celle du sieur Nduhungirehe

        Point de réjouissance dans mon propos mais l’unique souci de connaître la vérité. Lorsqu’on a la prétention de remettre en cause une information, vaut mieux être suffisamment armé et apporter des éléments qui puissent éclairer nos pauvres esprits. Dans le cas contraire, on brasse du vent . Comme vous vous érigez en défenseur du sieur Karim, pourriez – vous faire ce nécessaire travail que les journalistes de Jambo n’auraient pas daigné d’effectuer ( puisque selon vous, ils désinforment!)

           0 likes

    • karim dit :

      OK maestro. Pardon pour mes gros sabots. Je ne tiens pas à vous gâcher le plaisir si cette histoire d’enregistement compromettante pour vos ennemis peut vous faire passer une bonne soirée. Quelle importance? Pourquoi devrais-je décevoir ceux qui croient au Père Noel? Bonne soirée.

         1 likes

  7. Rugamba dit :

    Vous les Kagamistes vous etes extraordinaires!!Comment osez-vous nier l’authenticite de ces enregistrements? Connaissez vous les voix de Jack Nziza et de Munyuza Dan? Moi je les connais tres bien, j’ai pas eu aucun doute pour les identifier comme les voix sont tres claires. Donc, si quelqu’un ose nier des choses pareilles, c’est que il est implique dans l’affaire. C’est comme ca que des assassins de Kagame ont continue et continuent a nier des atrocites commises a l’encontre des populations Hutu. Que vous incendiez des cadavres des hutu ou les melanger avec ceux des tutsi dans le cadres d’effacer toute trace vous implicant dans ce genocide, vous resterez genocidaires, vous mourirez avec ce peche.

    Cher Compatriotes, avez vous entendu un etat criminel la ou on fait un test sur l’efficacite du poison sur des vies humaines ( population rwandaises)? Pourriez vous imaginer combien d’innocents ont peri dans ces tests? Notre cher leader, visioniste, un president ultra moderne qui test l’efficacite du poison sur sa propre population et encore pour decimer encore sa propre population. Que le diable t’en porte. Avez vous aussi entendu le genocidaire Nziza evoquant le AKAZI or GUKORA du temps des INTERAHAMWE en 1994? Coincidence? Je pense non. Il est fort probable que s’etait lui qui donnait les ordres aux vrais INTERAHAMWE, donc confirmant l’hypothese que les INTERAHAMWE (apana za rusahurira munduru zagendeye mukigare cyo kwica abatutsi) etait une branche des inkotanyi. C’est aussi une tres bonne indicateur que le FPR de Kagame ( tres differente de l’FPR originale de Fred Rwigema) avait un plan d’eliminer tous les Rwandais (Hutu-Tutsi confondus) en se cashant derierre INTERAHAMWE pour eliminer les Tutsi de l’interieure et enfin de trouver un pretexte d’eliminer les hutu les accusant d’avoir commis le genocide. Avez vous lis cette recherche recente par cette femme Neerlandaise ou elle a documente des massacres commis par le FPR dans le commune de Ngenda? Vous allez trouver une partie de la reponse (le FPR a massacre hutu et tutsi rescapes moderes).

    Je demande a tout le monde (c’est une affaire internationale) ce qui suit:

    – Qu’une investigation internationale soit lancee sur l’origine du poison

    – Que les auteurs et leur complices soient arretes et traduits au plus tot possible sans aucune condition

    – Qu’on dementele ces soient disant reseaux des assassins partout dans le monde

    Que Dieu vous garde!!!

       1 likes

  8. cmunan dit :

    Tant que Kagame sera magnifié, ca ne lui posera pas de problème de descendre le ciel sur la terre.
    S’il est innocant de ce qu’on lui reproche en tout lieu et tout le temps , je pense qu’il est tout à fait capable de chercher un moyen pour se disciculper .
    Qui a tué,les refugiés hutu au Rwanda et au Zaïre et ailleurs?, qui a tiré sur l’avion de Habyalimana?, qui a assassiné les evêques pendant la guerre civile du Rwanda? qui envoie les tueurs à Londres, et Afrique du Sud pour éliminer les réfugiés? , qui est ce qui emprisonne , les opposants politiques au Rwanda, tue et pousse les journalistes à l’exil?, Gatabazi, Bucyana, set Sendashonga, Gapyisi,Rwigemaont été tué par qui etc….Si ce n’est pas Kagame il a la possoblité de demander de l’argent à ses mentors comme il l’habitude de le faire, afin qu’il conduise une enquête indépendante pour le disciculper.mais je pense qu’il ne peux pas le faire parce que ça ne l’arrange pas.encore moins ses mentors qu’il a manipulé pour s’appropir le pouvoir.

       0 likes

    • vignault dit :

      J’ai découvert ce site sur recommandation d’un ami français. A la lecture de l’argumentation des uns et des autres, la première interrogation qui me vient à l’esprit est la suivantei: comment tant de gens font-ils pour être aussi ignorants des réalités comme du fonctionnement de ce monde? Avec des adversaires comme vous autres, Kagame n’a pas beaucoup de soucis à se faire. Et pourtant je ne l’apprécie guère.

         2 likes

  9. epaminondas dit :

    @cmunan. Vous ne semblez pas vous rendre compte qu’à force d’en faire trop, vous finirez par innocenter Kagame de tous les crimes dont vous l’accusez. L’hystérie n’est pas bonne conseillère. Surtout quand le tribunal devant lequel vous rêvez de le faire comparaître n’est pas le vôtre.

       0 likes

  10. tumai dit :

    @rugamba. Au risque de vous décevoir, permettez que j’engage avec vous un pari. Comme toutes les catastrophes « imminentes » que vos amis et vous ne cessez de prophétiser contre le régime honni de Kigali, cette dernière histoire d’enregistrement-bidon, dont vous semblez tout attendre, aura perdu tout intérêt d’ici quelques jours. Hors de vos milieux à vous, aucun organe de presse ne s’est même donné la peine de la reprendre. Il faut aussi de la subtilité pour concocter une désinformation un tant soit peu crédible. Or, les gens du journal « Umuvugizi » ne sont pas des lumières. Et ça se lit entre les lignes de ce montage si naïf qu’il ne peut convaincre que des naïfs au centuple.

       0 likes

    • Rugamba dit :

      @Tumai, J’accepte. Reka twe kuvuga byinshi igihe kizadusobanura.

         1 likes

      • tumai dit :

        Yee… Icyo umuntu yakwemeza atagombye no gutega iminsi abandi, ni iyi phrase: « Il faut aussi de la subtilité pour concocter une désinformation un tant soit peu crédible ».

           0 likes

  11. routondille dit :

    J’ai un doute au sujet de la somme de 500 000 dollars promise à celui qui exécuterait Kayumba. A mon avis, c’est trop ou trop peu. Chacun sait qu’en Afrique du Sud, pays dont le taux de criminalité figure parmi les plus élevés au monde, quelques centaines de dollars suffisent à des tueurs à gage capables d’exécuter ce genre de « contrat » comme on dit. Et si chacun le sait, Jacques Nziza ne l’ignore pas non plus. Et puis, que ce soit aux Etats-Unis ou ailleurs, un enregistrement sonore ne passera jamais pour un élément de preuve à lui tout seul. Il faut qu’il soit recoupé par d’autres éléments matériels de preuve. Sinon ce serait trop facile. Un technicien expériementé serait capable de vous produire des voix synthétiques parfaitement identiques à celles de personnes que vous tenez à incriminer. La voix encore plus que l’image, est facile à reproduire artificiellement. Inutile de nous bourrer le crâne en prenant nos désirs pour la réalité.

       1 likes

  12. routondille dit :

    PS. J’ajoute que l’authentification d’une voix ne se devrait pas se faire sur simple écoute d’une personne-témoin. Des appareils existent pour « visualiser » les fréquences et les autres paramètres physiques caractéristiques de la voix humaine. Toute cette fausse bombe médiatique est marquée d’un amateurisme effarant dans sa conception. Ce qui ne contredit pas le niveau intellectuel des journalistes d’Umuvugizi. Désolé de ne pas aller dans le sens de ceux qui poussent leur adhésion jusqu’à l’insulte.

       1 likes

  13. joniko dit :

    ils commensent à être demasqué. Erega bazafatwa bose interet abazungu babafiteho nizirangira.

       0 likes

  14. JIKO dit :

    voici les opposition des menteurs seulement.kayumba et victoir dans une coallitio.ca vraiment c est une blague.ils s unissent dans un meme objectif ( detruire le rwanda) et apres on va se manger entre nous..ils n ont aucun programme pour notre avenir.NOTRE CHEF EST SON EXCELLENCE MR PAUL KAGAME.Et nous sommes pres a nous sacrifié pour lui

       0 likes

Laissez un commentaire