FR | EN

Quand le cinquantenaire devient un camp de réfugiés

Publié : le 4 juillet 2011 à 6:13 | Par | Catégorie: Actualité
Partipants devant la tente expliquant la vie dans les "burende"

Partipants devant la tente expliquant la vie dans les "burende"

Jambo ASBL a organisé ce samedi 2 juillet 2011 une simulation des conditions de vie dans un camp de réfugiés visant à rendre hommage aux réfugiés de la région des Grands Lacs africains.

La scène principale qui a été choisie pour l’occasion a été le parcours de réfugiés rwandais au Congo qui fût parcouru ce samedi après-midi par une centaine de personnes.

Les participants ont tout d’abord franchi la frontière Rwando-Zaïroise à laquelle ils se sont faits dépouiller de leur argent par des militaires.

Passés la frontière, ils se sont rendus au stand HCR afin d’y recevoir leur carte de réfugiés ainsi qu’une autre leur permettant d’avoir accès à l’aide alimentaire et aux soins de santé.

Ils devaient ensuite se rendre endéans un temps limité à toute une série d’autres stands notamment pour recevoir la nourriture, se faire soigner, ou rechercher leurs proches disparus.

Dernier groupe assistant à la cloture de l'événement après la destruction des camps

Le stand ayant attiré le plus de regards a été celui relatif à l’habitat.  Une véritable tente de réfugiés communément appelée par les rwandais « burende » avait été reconstituée au milieu du cinquantenaire et deux femmes du Réseau International des Femmes pour la Paix et la Démocratie expliquaient aux participants comment la femme préservait son intimité dans une telle promiscuité.

 

L’action avait pour objectif de sensibiliser  le public par rapport à la problématique des réfugiés des Grands Lacs qui connaissent des vagues de migration depuis 1959 vagues qui se sont accentuées au cours de ces 20 dernières années.

Par rapport aux réfugiés rwandais, les organisateurs ont expliqué leur préoccupation face à la possibilité de faire jouer la clause de cessation de leur statut de réfugiés d’ici décembre 2011, alors que les conditions qui les ont fait fuir n’ont pas cessées et se sont même dans certains cas empirées.

Entre 1996 et 2001 entre 200 000 et 600 000 réfugiés Hutu rwandais ont été massacrés et le conflit dans la Région des Grands a fait de 4 à 6 millions de victimes depuis octobre 1990, à très grande majorité des congolais.

Ruhumuza Mbonyumutwa
Jambonews.net
Cliquez ici pour lire le rapport de l’événement par l’Agence Belga

 

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

5 Commentaires à “Quand le cinquantenaire devient un camp de réfugiés”

  1. Rodman dit :

    RUHUMUZA,

    « L’action avait pour objectif de sensibiliser le public par rapport à la problématique des réfugiés des Grands Lacs qui connaissent des vagues de migration depuis 1959 vagues qui se sont accentuées au cours de ces 20 dernières années. »

    Qui ne sait pas que ces réfugiés existent? et c’est quoi cette problématique inconnue?

       1 likes

    • Victor Ingabe dit :

      @Rodman

      Cette simulation ne dit absolument rien à comparer de la situation que le peuple tutsi à connu dépuis 1959.Personne n’empeche les refugiés hutu de rentrer dans leur pays.Ceux qui ne veulent pas rentrer c’est parce que ils sont responsables de leurs actes, ils craignent la justice.Lors de l’attaque de Mugunga à Goma, combien des personnes qui sont rentré au pays ? Que disait Habyarimana quand les réfugiés tutsis voulaient rentré dans leur pays ? Que le pays est petit et ne poura pas trouvé où les casés.On vous tends les bras pour venir participer au developpement de votre pays mais pas de la facon dont vous l’avez géré .Venez voir ce que le nouveau regime a fait.Loin à comparé avec l’ancien régime sanguinaire qui avait comme ambition d’exterminer une partie de sa population.

         1 likes

      • Kamanda dit :

        Tu oublies trop vite mon ami.Ce sanguinaire régime auquel tu fais allusion n’a rien de spécial apporté à la majorité de la population sauf une petite minorité clanique.

           1 likes

  2. joniko dit :

    Merci Jambo de nous rappeller le calvaire que le FPR nous a fait subir dans ces camps de réfugiés du Congo.
    Une pensée speciale sur les corps de nos frère et parents qui sont éparpiées par tout dans les brousses du congo. Meme si eux n’ont pas droit à un mémorial, mais nous ne les oublions pas.

       1 likes

  3. hummer dit :

    What happened and still happening to the Hutu people can’t be described by any words . I can only say that whoever is responsible of any killing whever tutsi or hutu should pay, Otherwise time for the cessation close is far from being reached, the same killer is still on power, he is using this strategy to have at his mercy all those who managed to run away, only people who think like kagame are the ones who can say that people who do not want to go back are criminals. far from that usually the innocent , simple people who do not want the daily humiliations because of simply being hutus are reluctant to go back. Thanks

       0 likes

Laissez un commentaire