FR | EN

Paris-Bruxelles: 309 KM contre les violences sexuelles en RDC

Publié : le 14 juillet 2011 à 13:19 | Par | Catégorie: Opinion

 

Marche Paris-Bruxelles

Une marche mémorable de 309 kilomètres, depuis Paris à Bruxelles, a été entreprise contre les crimes sexuels commis contre les femmes en RD Congo du 30 juin au 14 juillet 2011.

Le second but était celui de déposer auprès des instances politiques et judiciaires belges un mémorandum demandant l’ouverture d’un tribunal international pour les crimes et violences sexuelles commis en RD Congo pour juger et punir les coupables, grands et petits. Car reconnaitre qu’il y a eu crime est une chose mais il faut passer à l’étape supérieur: faire justice! Car il ne peut y avoir de paix sans justice dans la région des grands lacs d’Afrique.

Cette initiative fut soutenue par plusieurs associations et organismes dont Ni Putes Ni soumises de France et Belgique mais aussi de manière ponctuelle par des municipalités des villes traversées qui offrirent le gite et le couvert gratuitement. Beaucoup d’habitants des villes traversées de France et Belgique accordèrent leur soutien, leur compréhension et compassion à la cause. Il s’agit des villes suivantes: Goussainville, Senlis, Compiègne, Noyon, Tergnier, St Quentin, Bohain en Vermandois, Solesnes, Valenciennes, Boussu, Mons, Soignies, Halle, Bruxelles.

En marge de cette marche, un groupuscule de Belgique s’est tristement distingué par son manque de compréhension de l’objectif de la marche parlant de récupération politique de la part d’autres personnes s’étant intégrées dans la marche

Alors  que la marche n’avait aucun but politique mais plutôt social voire judiciaire, ce groupe  ouvertement anti-Kabila, s’en est pris à quelques  personnes, dont principalement Gisèle Mandaila, députée bruxelloise(MR), présentés comme étant pro-régimes et a épousé à leur égard des comportements déshonorant pour la communauté congolaise mais aussi africaine de France et Belgique.

A leur décharge toutefois, même si cela n’excuse pas leurs gestes, Madame Gisèle Mandaila avait été prévenue depuis Mons qu’elle était indésirable. La bonne séance aurait voulu qu’elle agisse avec sagesse et laisse la direction du groupe des membres de Ni Putes Ni Soumises de France à Fatoumata Sidibe, elle aussi députée dans le même parti mais aussi activiste de très longue date dans ces mouvements d’émancipation de la femme.

Autant les combattants ont fait preuve de brutalités autant il y a eu sans doute un moment un manque de sagesse surtout de la part d’une femme politique. Et c’est du mélange des deux qu’est née cette cacophonie.

L’inaction de ceux connus comme étant les leaders de ces mouvements face à ces comportements est également à regretter.

Les 309 kilomètres parcourus par ceux venus de France mérite d’attirer plus l’attention que ces comportements ayant déshonorés la cause qui a fait marcher les uns depuis Paris, les autres depuis Mons ou Halle.

Marche Paris-Bruxelles contre les viols en RDC

Marche Paris-Bruxelles contre les viols en RDC

309 kilomètres de détermination de voir justice enfin faite à ces femmes, filles et hommes. 309 kilomètres de volonté de vouloir participer à son niveau. Car ce sont 309 kilomètres pour dire qu’on aurait pu être à la place de ceux et celles en RD Congo et ailleurs en Afrique victime de ces comportements criminels ayant pour but le pillage et l’exploitation des minerais dont le Coltan qu’utilisent nos appareils portables (GSM et Ordinateurs).

Donc à défaut de prendre les décisions, de changer radicalement les choses, nous avons marché, pour que symboliquement la voix, la douleur de ces femmes et les crimes des personnes concernées soient plus que jamais connu de tous et que… justice soit faite!

Momi M’buze

Jambonews.net

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

5 Commentaires à “Paris-Bruxelles: 309 KM contre les violences sexuelles en RDC”

  1. Girubutwari dit :

    Très bonne initiative. Félicitations à tous les organisateurs, à ceux qui ont pris part à la manifestation et à tous ceux qui l’ont soutenue de près ou de loin. Oui, il revien à nous les africains de comprendre que nous sommes les principaux acteurs du changement sur notre continent, que nous sommes les seuls maîtres de notre destin. Oui, reconnaître que des crimes graves de droits humains ont été commis et se poursuivent encore au RD Congo est une très bonne chose dans la mesure où cela constitue une première étape menant à la justice. Ainsi, démasquer et traduire devant les tribunaux tous les auteurs de ces crimes est une étape ultime et urgente pour mettre fin à la culture de l’impunité en vue d’une paix durable dans toute la région des Grands lacs. RESTER MUET ET INACTIF DEVANT TOUTES CES VICTIMES QUI SE COMPTENT PAR MILLIONS EST UNE VÉRITABLE ABOMINATION HUMAINE. LEVONS-NOUS D’UN MÊME ÉLAN POUR RÉCLAMER LA JUSTICE SINON L’HISTOIRE NOUS JUGERA TOUS !

       4 likes

  2. joe dit :

    merci à doit Girubutwari, et à toi l’auteur de cet article, justice doit être faite, l’impunité doit quitter notre region, les massacreurs, génocidaires en fuite au congo et vous militaire congolais sans remord nous vous demandons pardon cesser donc ces actes inhumains qui font souffrir notre region, nous demandons à la communauté international de voir les chose telles qu’elles sont au moins cette fois ci, nous demandons le partenariat de la population et du gouvernement pour que ses crimes soient poursuivit en justice, par la grace de DIEU justice sera faite au nom du peuple voilà que tout ceci sème de la confusion au sein de la population congolaise d’ou les gens n’ont pas l’unanimité sur les suspects et ne voient pas la vraie cause de ces faits jamais vecu dans l’hitoire du congo.

       1 likes

  3. Blaise dit :

    eradiquer d\abord la cause sinon les vilences sexuelles vont continuer.

       1 likes

  4. epimaque dit :

    Joe tu travl pour Kagome ou koi?? on parl des violes et des crimes et toi tu parl du FDLR?est c que ls congolais ont des probls avc l FDRL ?dis moi c que tu sais sur les fdrl?parl plutot des tes frere tutsis qu’on a impos ts les les Congolais comm NTaganda ancien militaire de Kagome .et ancien instructaire commnd de kagome si me tromp pas ;alors pour le vrais le reconsiliation il faut dire la verite pas continue a mantir on gens.c que le fdrl demande, c l’espace politique au Rwanda c que les amies de kagome ne veulent pas impose a a kigali . pour koi ls occidantaux impos le dialog inter congolais pas l dialogu inter Rwandais.j’attent votr re

       0 likes

Laissez un commentaire