FR | EN

Rwanda-Canada : rebondissement dans l’affaire Mugesera

Publié : le 11 janvier 2012 à 21:08 | Par | Catégorie: Actualité

Le Comité contre la Torture de l’ONU a adressé ce mercredi 11 janvier, une lettre demandant aux autorités canadiennes de ne pas exécuter la décision d’extradition de Mugesera et de lui accorder un sursis.

 

Léon Mugesera

Léon Mugesera

Ce lundi 09 janvier 2011 avait en lieu à la Cour fédérale du Canada une audience de dernier recours pour demander l’arrêt du renvoi vers le Rwanda de Léon Mugesera. La décision du juge qui était attendue dans les 48 heures est tombée ce mercredi 11 janvier et le juge confirmait le renvoi du Professeur Mugesera au Rwanda.

Alors que l’extradition de Mugesera devait être exécutée ce jeudi 12 janvier 2012,  le Comité contre la torture a prié le Canada de ne le pas renvoyer au Rwanda, étant donné  la suite favorable qui a été donné à la requête de l’avocat de Mugesera  de l’examen du dossier de ce dernier en vertu de l’article 22 de la Convention contre la torture.

Le gouvernement du Canada va devoir prendre une décision très rapidement, soit ignorer cette demande de l’ONU ou accepter de revoir le cas Mugesera.

Cet appel au Canada de la commission des droits de l’homme de l’ONU s’ajoute à d’autres appels formulés ces derniers jours par le Congrès Rwandais du Canada, les Partis d’opposition FDU-INKINGI et RNC, l’ancien Premier Ministre du Rwanda Mr. Faustin Twagiramungu, l’écrivain canadien Robin Philipot et d’autres.

Par téléphone sa famille nous  a confié avoir retrouvé une lueur d’espoir là où elle s’est réunie à son domicile, les enfants ayant pris l’avion en catastrophe pour venir dire un « dernier » au revoir à leur Papa, car ils pensent qu’une fois déporté vers le Rwanda il n’y aura plus d’espoir de le revoir.

Tous ces appels à ne pas extrader Léon Mugesera au Rwanda soulignent un manque de justice indépendante et équitable au Rwanda, l’emprisonnement des opposants politiques et les journalistes, l’instrumentalisation de la justice par le pouvoir en place, les risques encourus par les réfugiés qui seraient forcés de rentrer au Rwanda, les assassinats et tentatives d’assassinats des refugiés à l’extérieur du pays.

A présent, la décision n’est plus entre les mains de la justice canadienne mais entre les mains du gouvernement : la question est : que réserve le gouvernement Canadien à Léon Mugesera ?

 

Christian Mutware

JamboNews.net

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

4 Commentaires à “Rwanda-Canada : rebondissement dans l’affaire Mugesera”

  1. Inararibonye dit :

    Ariko ibyisi ni gatebegatoki, Mugesera wavugaga ngo bazacishe Abatutsi muri nyabarongo babasubize iwabo yirwaje cg yarwaye kubera ko bagiye kumucira urubanza gusa atari ukumuteme nkuko yabisabiraga abandi? Ni hatari, nzaba ndeba ibyiyisi.

       1 likes

  2. gasabo dit :

    Pendant les meetings des partis (1992-1993)au rwanda les gens disaient n’importe quoi pour mobiliser les militants et la jeunesse des partis. C’est dans ce cadre que Mugesera a prononcé le fameux discours dans la sous-préfecture de Kabaya. Il a incité la population à la haine des tutsis(kubacisha iyubusamo(Nyabarongo) bagasubira muri Abisiniya(Ethiopie).Et il a prononcé ce discours avant 1994.Mugesera doit être traduit devant la justice sans faute.Mais le jour ou on va traduire devant la justice Kagame qui se vanta dans son discours de Byumba comment il a tué les hutus au Congo(abo tutashoboye gucyura twarabarashe); ou est la difference entre ces discours :Mugesera et Kagame? Je crois que quand Mugesera a prononcé ce discours il croyait le MRND tout puissant!!Kagame aussi se croit tout puissant aujourd’hui.Dans 18 ans comment on va juger les discours de Kagame???La réponse est : comme le discours de Mugesera.

       1 likes

    • CESAR dit :

      J’étais présent lorsqu’il a prononcé les propos qui lui sont imputés à Kabyaya en 1992.
      Le discours de Mugera pronocné lors d’un meeting politique était en Kinyarwanda.
      Il n’y avait de journaliste de Radio Rwanda pour la radio-diffusion du discours et corrélativement des propos qui lui sont aujourd’hui opposés par le Canada. Les personnes qui étaient présentes étaient de la commune et membres ou sympathisants de son parti MRND d’une part et ne dépassait pas deux cents personnes d’autre part.
      A ma connaissance, sous réserve de prouver le contraire, le discours de Mugesera n’a jamais était radio-diffusé par la Radio Rwanda et corrélativement, hormis les membres ou sympathisants de son parti qui étaient présents et dont le nombre était insignifiant, il n’a pas été porté à la connaissance des Rwandais. Ce fait n’est pas à prouver. Il s’ensuit que ses effets à l’égard des Rwandais étaient inexistants.
      Dès lors, une question se pose de savoir comment ses propos tenus dans un petit village et qui sont restés dans ce même village a eu des affets sur les Rwandais sur l’ensemble du pays d’une part sont constitutifs d’incitation à la haine d’autre part? Pour que ses propos puissent inciter les Hutu à développer un sentiment de haine à l’endroit des tutsi vus par le Canada comme une race ou un groupe humain ethniquement spécifique des Rwandais et se livrent à la commission de crimes à leur encontre, il fallait que les Hutu soiient d’abord informé des propos et approuvent les propos de Mugesera mais encore fallait -il que par ses propos Mugesera ait intetionnellement voulu inciter les Hutu dans tout le pays à génocider les tutsi en raison de leur race ou ethnie. Or, en réalité, es membres du parti MDR, par divers moyens, ont pu obtenir le discours de Mugesera. Ils l’ont traduit en Français. Au vu de la traduction en français de ce discours, les membres du MDR l’ont altéteré et travesti gravement, le tout dans l’unique dessein politiquement Mugesera et nin fine le président Habyalimana dont il était conseiller politique et le MRND. Ils entendaient prouver que le MRND est un parti extrémiste qui contre la paix et les Tutsi, confondus avec FPR-INKOTANYI. Pour optimiser l’action contre le président Habyalimana, ils ont diffusé à grande échelle l’extrait en cause actuellement. J’ai personnellement désapprouvé l’action du parti. En effet, la loi rwandaise prévoyait la sanction de telle agissement s’il est prouvé que leur auteur avait effectivement l’intenton de commettre un acte constitutif d’incitation àla haine contre une partie des Rwandais. Dans le cas présent, il fallait appliquer la loi dans toute sa rigueur. Le problème qui s’opposait est que la loi avait été appliqué par le gouvernement rwandais dirigé par l’opposition ( car il faut préciser qu’à l’époque des faits , le Rwanda était dirigé par l’opposition sous l’autorité du premier ministre Nsengiyaremye), c’est l’opposition et le FPR par son IMPURUZA de Kimenyi, qui allaient obtenir la médaille d’or. Les juges Canadiens, s’ils ont pu comparés les propos avec ceux du FPR par IMPURUZA édité et diffusé par Kimenyi Alexandre au Canada en l’espèce, sur les Bahutu et les Batutsi, Mugesera était un nain à côté de Kimenyi. Par ailleurs, le Rwanda étant dirigé par l’opposition, allié du FPR, à supposer que Mugesera avait effectivement l’intention d’inciter les Bahutu de Kabaya à la haine contre les Tutsi de Kabaya, ses propos ne pouvaient nullement produire l’effet attendu d’une part et étaient sans effet au niveau régional et national d’autre part . Ces genres de propos étaient devenus la chanson pour les hommes hommes poltiques rwandais de l’époque y compris le FPR (voir Cassettes émissions Radio Muhabura et Journal IMPURUZA de Kimenyi et les journaux pro-opposition et MRND). Bref, le Rwanda de l’époque était un bazar où la loi était et l’éthique étaient, pour les hommes dits politiques rwandais( sauf Habyalimana) des notions inexistants et où la loi étaient l’infamie, les insultes et autres méfaits à l’agard des uns et des autres.
      Par conséquent, il me semble hasardeux de soutenir que les propos tenus par Mugesera il y a plus de dix huit ans sont constitutifs d’incitation à la haine et à la commission du génocide des tutsi, le tout sans prendre en considération la climat politique au Rwanda à l’époque des faitset sans examen comparé de certains discours des hommes politiques rwandais d’un côté et des propos tenus par les dirigeants du FPR sur radio Muhabura et dans IMPURUZA de l’autre.

         0 likes

  3. epimaque dit :

    hahahaha, mwagiye mwirinda kwihuta mumagambo?hanyumase amagmbo umwicanyiwanyu avuga kd avugira ku radio international yo muyavugaho iki ? yivugirako ariwe wishe habyarimana ubu bakaba bavugako ari les hutus biyiciye mwenewabo.Kagome yivugira ko aboyagombaga kwica muri Congo RDC ko yabishe ubu rapport ya ONU ikabayarasohotse akaba avugako atigeze abica?mushatse mwakwitonda;

       1 likes

Laissez un commentaire