FR | EN

Paris: Hommage à Cheikh Anta Diop

Publié : le 26 février 2012 à 19:18 | Par | Catégorie: Culture

«  Le moment est venu de rassembler toutes les énergies de l’Afrique dispersées à travers le monde pour reconstruire la terre mère » Cheikh Anta Diop.

Ce samedi 25 février, l’association Diaspora africaine basée à Paris a organisé comme tous les ans au mois de février un après midi d’hommage au penseur sénégalais Cheikh Anta Diop. L’après midi a débuté par une exposition de Nadine Fidji autour des penseurs qui ont marqué l’histoire du peuple noir tels que Aimé Césaire, Frantz Fanon, Kwame Nkrumah, Martin Luther King, Leopold Sedar Senghor. Ensuite, Djibril Gningue qui a connu personnellement Anta Diop est revenu sur la personnalité de ce penseur, son œuvre et son apport à l’histoire africaine. Enfin, un débat avec le public a clôturé la rencontre autour du rôle de la diaspora africaine dans le développement économique, politique et socioculturel du continent et de la place de la jeunesse de la diaspora dans ce combat.

Malgré le temps maussade et la fine pluie qui battait le pavé du trottoir parisien, c’est avec une vive émotion que j’ai pris la direction de la mairie du 20è arrondissement parisien où se tenait une conférence d’hommage à l’intellectuel sénégalais Cheikh Anta Diop. Dès mon arrivée, c’est une salle comble que j’ai la surprise de découvrir. Cela montre l’engouement que cet évènement suscite. Dans la salle, je note particulièrement la présence de professeurs de lettre, d’économiste (Hamidine Kane), d’écrivain (Elvire Maurouard) de poète (Félicien Jerrent) et d’étudiants. Après une présentation de l’exposition de Nadine Fidji autour des grands noms qui ont fait l’histoire du peuple noir, Djibril Gningue nous présente l’œuvre d’Anta Diop et son empreinte dans l’histoire africaine.

Cheikh Anta Diop

Cheikh Anta Diop

  1. A la recherche d’une histoire des peuples négro-africainsi.

Lorsqu’il se lance dans des recherches pour trouver les racines du passé négro-africain, Cheikh Anta Diop dispose d’atouts sérieux. Il est d’abord militant de la section étudiante du rassemblement démocratique africain(RDA). Il se destine aux sciences exactes ; d’ailleurs l’esprit de rigueur caractérise sa méthode. Son don extraordinaire dans la connaissance des langues joint à la maîtrise des principes de la science linguistique lui permet de lire les auteurs dans le texte original (surtout les anciens grecs et latins ayant laissé des témoignages sur l’Afrique de l’antiquité). Il connait parfaitement ses classiques marxistes. L’abolition de la traite négrière s’accompagnait d’une mise en route de l’idéologie anti nègre qui prend le vernis philosophico scientifique. De Friedrich Hegel ( qui ne voit dans l’homme africain qu’un être brut vivant dans un état d’inconscience de soi) à Gobineau ( théoricien de l’inégalité des races humaines) et Lévy Bruhl ( père de la théorie de la mentalité prélogique des sociétés dites primitives), le ton est donné comme quoi l’Afrique demeure depuis la nuit des temps la terre de la barbarie dont les habitants n’ont apporté aucune contribution à la civilisation universelle. Les années 1950 constituaient une croisée des chemins pour les peuples noirs dont la culture, la personnalité et la libération étaient menacées. C’est dans ce contexte qu’Anta Diop débuta le travail qui aboutira à la publication en 1954 de Nations nègres et culture, un ouvrage majeur qui marquera un tournant dans l’histoire africaine.

  1. Les thèses de Cheikh Anta Diop.

Anta Diop mène un combat radical pour la réhabilitation et la promotion des valeurs culturelles constituant l’identité nègre. Il remet en cause complètement la conception de l’histoire africaine telle qu’elle figure dans les manuels depuis l’époque coloniale. Il affirme que l’Egypte pharaonique était nègre et que les tronçons de civilisation retrouvés par la suite dans différentes régions d’Afrique se rattachent culturellement à la civilisation égypto-nubienne de la vallée du Nil. Dans Civilisation ou barbarie, il approfondit ses thèses à la lumière des nouvelles données selon lesquelles l’Afrique apparaît comme le berceau de l’humanité et le point de départ du peuplement de toute la planète. Les thèses présentées par Anta Diop dans Nations nègres et culture sont approfondies dans les publications de 1959 à 1981. Il s’agit des thèmes sur l’indépendance de l’Afrique, la création d’un Etat continental africain, l’origine africaine et négroïde de l’humanité et de la civilisation, l’origine nègre de la civilisation égypto-nubienne, l’identification des grands courants migratoires et la formation des ethnies africaines.

Le moment le plus marquant de la rencontre fut sans aucuns doutes le moment où le poète martiniquais Félicien Jerrent prit la parole et lut devant l’auditoire le discours d’Aimé Césaire sur la négritude et le poème Blanchi de Léon Gontran Damas, cofondateur du mouvement de la négritude avec Césaire et Senghor. L’auditoire était ému et acquiesçait. Un grand silence régnait dans la salle. La rencontre s’est achevée par un débat avec le public concernant la pensée d’Anta Diop aujourd’hui, le rôle des diasporas africaines et de la jeunesse de la diaspora dans le développement du continent.

Je termine par ces quelques mots que Cheikh Anta Diop adressait à la jeunesse africaine de la diaspora et qui font écho d’autant plus aujourd’hui que certains politiciens tels que Guéant affirme sans vergogne à la maison du peuple que toutes les civilisations ne se valent pas. A la jeunesse de la diaspora, Anta Diop disait qu’il fallait qu’elle étudie, travaille avec acharnement et intègre la science moderne. Il faudra qu’elle connaisse son passé non pas pour s’y replier mais pour tirer des leçons et avancer vers son destin. Aucune race n’a le monopole de la vérité, on appartient tous à la race humaine.

Marie Umukunzi.

Jambonews.net

 

i Le nègre, la civilisation et le combat de Cheikh Anta Diop par Michel Ndoh ( ancien militant panafricaniste de l’union des populations du Cameroun, article publié dans la revue Genève-Afrique n°2 en 1987)

 

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

4 Commentaires à “Paris: Hommage à Cheikh Anta Diop”

  1. Musa dit :

    très bon article. ça change un peu de trouver des articles parlant d’autres sujets que de la politique tout le temps. Keep it up

       1 likes

  2. Kagabo dit :

    Excellent article, merci Marie. J’espère que la jeunesse de la diaspora le méditera.

       0 likes

  3. Marie Umukunzi dit :

    @Kagabo: Je te remercie. Personnellement, c’est un penseur qui m’a marqué. Bien sur comme tu le dis, j’espère que le jeunesse de la diaspora et notamment de la diaspora rwandaise le méditera. Si ça soulève des questionnement, des débats , tant mieux.
    Cordialement!

       1 likes

  4. Gaston Médard dit :

    Une excellence qui tranche d’avec les convictions des esclavagistes noirs qui se contentent des glaner les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres occidentaux (généralement blancs et juifs), et qui agissent par multinationales interposées. Ces prétendus hommes forts de l’Afrique ne représenteront jamais la terre mère de civilisations. Ils sont notre indignité. Que sa mémoire se réponse au plus haut des sommets de l’excellence. Ce qui ne sera pas le cas de nos « esclavagistes noirs lécheurs de l’homme blanc ». L’Afrique ne les regrettera pas !

       2 likes

Laissez un commentaire