FR | EN

Rwanda – RDC : Steve Hege, l’homme à abattre

Publié : le 29 août 2012 à 21:41 | Par | Catégorie: Analyses de l'actualité

Il y’a quelques mois le nom de ce haut fonctionnaire onusien était inconnu du grand public suivant l’actualité de la Région des Grands Lacs ; si ce n’est qu’il est expert auprès du conseil de sécurité de l’ONU et coordinateur du groupe d’experts sur la RD Congo. Après avoir présidé les travaux du groupe d’experts ayant remis un rapport à l’ONU il y’a quelques semaines sur la situation trouble au Nord Kivu et accusant Kigali de soutenir le M23 et d’être artisan de ces troubles, Hege  est devenu la cible médiatique du régime de Kigali et de ses médias satellites qui l’accusent d’être « révisionniste », « raciste », «  pro génocidaires » et « hostile à Kigali en soutenant les FDLR ».

James Munyaneza, un journaliste du New Times, chargeant Hege sur son compte twitter.

James Munyaneza, un journaliste du New Times, chargeant Hege sur son compte twitter.

Le quotidien en ligne rwandais IGIHE , Albert Rudatsimburwa, rédacteur en chef de Contact FM  Kigali et Jean Pierre DUSINGIZEMUNGU, président de l’association IBUKA sont les plus virulents à l’égard de Hege et se basent pour ce faire sur un article intitulé  « Understanding the FDLR in the DR Congo ; key facts on the disarmament and repatriation of Rwandan rebels » faisant parti d’un rapport que l’expert avait adressé à la Peace Appeal Foundation, une ONG américaine qui soutient et encourage toutes les initiatives de prévention des conflits et de maintien de la paix. En étudiant l’article qui déclenche la fureur des hauts dignitaires de Kigali, on découvre que les choses sont bien plus complexes qu’IGIHE, contact FM  et IBUKA veulent bien faire croire. Les accusations graves de ces médias  tombent bizarrement au moment même où le régime de Kigali fait l’objet de plusieurs défections des puissances occidentales dont les Etats Unis en première ligne.

Qu’en est-il réellement de cet article ?

Pour la première fois, un expert onusien apporte des éléments de réflexion politique sur la rébellion FDLR( Front  Démocratique de Libération du Rwanda) que le régime de Kigali a toujours voulu relié au génocide rwandais de 1994 afin de bloquer toute éventuelle négociation et de se prévaloir du droit d’annexer le Nord Kivu au nom de la lutte contre ce mouvement qualifié de terroriste. On comprend bien l’acharnement médiatique du régime FPR qui a pour but de décrédibiliser Steve Hege. Loin d’être un plaidoyer en faveur de la rébellion FDLR, l’expert Onusien dresse un état des lieux sur le difficile maintien de la paix et de la stabilité dans cette région, traite la question FDLR à travers les enjeux politiques régionaux en faisant fi de la diabolisation que le régime de Kigali fait preuve depuis 16 ans. Les FDLR qui ont toujours été dépeint par Kigali comme la cause de l’instabilité dans cette région « ne sont  qu’une des nombreuses conséquences de cette instabilité » selon Hege jetant  par là même un pavé dans la mare. Comprenons nous bien, il ne s’agit pas de dire que le FDLR est la victime comme Ibuka  tente  de  le faire croire afin de qualifier aisément l’analyse  de l’article d’Hege de révisionniste mais plutôt d’analyser la face cachée de l’iceberg.

Dans le même article, Steve Hege ajoute qu’ « Eradiquer la branche armée de l’opposition FDLR n’apportera pas la liberté politique à Kigali tant que l’économie et l’espace politique seront dominés par la même élite tutsie ougandaise issue du FPR ». L’expert Onusien estime également que « les FDLR doivent être analysés au regard de l’histoire régionale caractérisée par la formation de rebellions armées de réfugiés ».

Le régime FPR  en est lui-même issu. « Les FDLR ne peuvent pas être systématiquement reliées au génocide rwandais de 1994 mais être plutôt situées  dans la période 1996-1999 caractérisée par les massacres massifs  de réfugiés Hutus dans l’Est du Zaïre ». Steve Hege pointe du doigt le double langage et la mauvaise volonté du régime de Kigali et du gouvernement congolais qui ne favorisent pas et entravent le désarmement et le retour en paix des réfugiés et combattants.

Malgré les promesses de rapatriement de la déclaration de Rome de 2005 et du programme « go and see », les officiels du FDLR pointent du doigt les intimidations, l’absence d’une commission internationale censée assurer leur sécurité dans l’hypothèse d’un retour.

En 2001, le HCR (Haut Commissariat pour les Réfugiés) était menacé d’expulsion au Rwanda en voulant enquêter et contrôler sérieusement la réintégration effective des réfugiés et des anciens combattants.  A l’intérieur comme à l’extérieur de ses frontières, le régime rwandais se borne à propager l’idée reçu selon laquelle les FDLR est un mouvement terroriste, constitués de génocidaires qui se financent en pillant des mines du Nord Kivu dans le seul objectif de générer une instabilité perpétuelle dans la région.

Mais en réalité, les choses sont plus complexes étant donné qu’actuellement aucune étude indépendante n’a été réalisée pour établir le profil des combattants FDLR et  leurs objectifs.

Bien qu’ils bénéficient des ressources minières comme la plupart des rebellions et des forces armées régulières congolaises, les FDLR se financent également au travers de l’agriculture, le commerce de détail des produits de première nécessité, l’achat des vaches aux tutsis congolais et la revente de ceux-ci.

Effectivement, Steve Hege propose une analyse du mouvement FDLR à contre courant de la position de Kigali et 16 ans après, on ne peut plus continuer à se servir du génocide rwandais de 1994 pour occulter  et ne pas traiter les problèmes politico-sociaux économiques qui nuisent à la stabilité régionale. L’instabilité tient surtout à la question épineuse des intérêts économiques rwandais dans le Nord Kivu, l’absence de l’Etat Congolais et une gestion désastreuse des ressources minières congolaises.

Certes, on peut ne pas partager l’analyse d’Hege, mais l’instrumentalisation du génocide et le recours par certains médias des  termes « révisionnistes, raciste, pro génocidaires » est  non seulement dangereux et hâtif mais démontre aussi une allégeance claire à la position du régime FPR.

Marie Umukunzi

Jambonews.net



Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

20 Commentaires à “Rwanda – RDC : Steve Hege, l’homme à abattre”

  1. Tiftondu73 dit :

    Excellent article et heureusement que des gens courageux comme ce Hege commencent à émerger. La voix unique et absurde du FPR commence à être de moins en moins d’actualité et tant mieux!

       14 likes

  2. Théoneste Rwemalika dit :

    Si cet article de Steve Hege ne posait aucun problème, pourquoi donc l’intéressé l’a-t-il immédiatement supprimé du web, après sa révélation par Inner City Press ?

    Le fait qu’un certain Steve Hege soit sympathisant des FDLR, tout le monde s’en fout, à la limite. Mais le problème est que l’on parle ici d’un « expert indépendant » sur la RDC, nommé par le Secrétaire General des Nations Unies !

    Ceci explique cela !

       3 likes

    • Marie Umukunzi dit :

      L’article est toujours disponible à http://www.therwandan.com/wp-content/uploads/2012/08/steve-hege-understanding-the-fdlr-in-the-dr-congo-fact-sheet-feb-09.pdf. Dans l’article en question, Steve Hege ne prend pas parti. Il expose son analyse concernant le désarmement des FDLR, le double jeu de Kigali et Kinshassa, l’instrumentalisation du génocide par le régime de Kigali depuis 18 ans, et les problématiques politico socio-économiques qui nuisent à la stabilité régionale.

         4 likes

      • Théoneste Rwemalika dit :

        Chère Martie Umukunzi.

        Vous n’avez pas très bien suivi, ma chère. L’article a été retiré du web par Steve Hege, après les révélations d’Inner City Press sur son soutien aux FDLR. Ce n’est que plus tard que cet article a été remis sur le web par des lecteurs attentifs! Lisez donc vous-même : http://www.innercitypress.com/rwanda1hege073112.html. Steve Hege avait donc fait un travail d’amateur, comme il l’a d’ailleurs démontré dans son rapport sur la RDC!

        Quant à dire que l’article ne « prend pas partie », là vous me faites rigoler! Lisez-vous même:

        1. « Following the destruction of the refugee camps in the Kivus, the RPF systematically hunted down, often bating with promises of humanitarian aid, and slaughtered over 300,000 Hutu civilians. The survivors of these massacres constitute the young officer corps and rank and file of the FDLR today. These forgotten massacres strengthened Hutu extremists who provoked the genocide through inciting fear the RPF would be this brutal ».

        2. « The overwhelming RPF victory in recent local elections legitimates FDLR claims that space for any political opposition is non-existent in Rwanda. […]. Economic and political power remains resoundingly concentrated in the hands of the Ugandan Tutsi elite from the RPF ».

        3. «  »Eradicating » the armed political opposition of the FDLR, would not be a guarantee that political freedom would magically appear in Kigali ».

        4. « The FDLR would rather wait for political negotiations when international opinion eventually sours on the Rwandan regime ».

        Alors, chère Marie, continuez-vous à dire que cet article ne “prend pas partie”? Pensez-vous que l’auteur d’un article pareil peut être qualifié pour être un “expert indépendant” sur la RDC? Si tu es juriste, tu sais bien que si Steve Hege était un juge d’instruction, il aurait été, depuis très longtemps, dessaisi de l’affaire !

        Bonne journée.

        Rwemalika Théoneste

           0 likes

        • Marie Umukunzi dit :

          Cher Théoneste Rwemalika,
          Vous citez l’article de Matthew Russell Lee et je vous rappelle qu’il s’est vu refusé son accréditation en raison de son manque d’éthique journalistique et d’un manque de professionnalisme: http://www.asiantribune.com/news/2012/06/07/un-denies-journalist-accreditation-mathew-lee-inner-city-press
          http://www.lesoir-echos.com/l%E2%80%99onu-infiltree-par-le-polisario/presse-maroc/20572/
          Vous allez trop vite en besogne en affirmant que l’article de Steve Hege a été retiré du web par Steve Hege parce que l’article que vous citez vous même ne confirme pas vos dires. L’article de Steve Hege existe depuis 2009, pourquoi est ce qu’Ibuka et les hauts dignitaires du régime de Kigali ne s’indignent ils que maintenant ?  » Cette indignation n’aurait elle pas un caractère politique en réalité? »
          Je conçois que vous ne partagiez pas l’analyse de Steve Hege et d’ailleurs là n’est pas l’objectif mais je vous ferai remarquer que vous faites des jugements trop hâtifs en affirmant que  » Steve Hege avait donc fait un travail d’amateur, comme il l’a d’ailleurs démontré dans son rapport sur la RDC ».
          S’agit-il de prendre parti ou d’exposer des faits quand Steve Hege déclare:
           » Eradiquer le FDLR n’apportera pas par magie la liberté politique à Kigali »
           » L’économie et l’espace politique sont dominés par la même élite tutsi ougandaise issue du FPR »
          « Le FDLR est constitué de survivants issus de la destruction de camps de réfugiés Hutus Rwandais par le FPR »
          Gérald Gahima, ancien procureur du Rwanda et ancien dignitaire de cette même élite dont parle Steve Hege exprime les même idées en décrivant ce système dont il a été un acteur majeur: http://www.marianne2.fr/Rwanda-pour-Gahima-Kagame-a-tue-plus-de-gens-que-Kadhafi_a210301.html

          Pensez vous que les idées mises en évidence par l’article de Steve Hege ne sont que pure diffamation ?

             2 likes

  3. byenaku dit :

    « Genocide », c’est mot affreux, que les utilisateurs devraient faire attention.
    Il y a eu génocide juif, mais le gouvernement israélien n’utilise pas ce mot à tort et travers. Derrière ce mot, qu’il est facile de prononcer pour certains, il y a des souffrances humaines atroces.
    Le danger, pour le sujet qui nous concerne, est que ce mot « génocide » sera « dilué », et que d’ici quelques années, on parlera de génocide comme on parle d’un banditisme de grand chemin.
    Je fais attention à ce que j’écris pour ne pas heurter certaines âmes sensibles.

       3 likes

    • CESAR dit :

      Vous avez parfaitement raison.
      J ‘ajoute que dans notre tradition, un mot « MORT » un sens profond. Le respect des morts et la compassion à leur égard est un des éléments de la civilisation humaine qui distinguent l’Homme de l’animal. Ce qui proscrit l’exhibition des crânes des morts comme produits touristiques que tout touriste étranger venu ici au Rwanda en l’occurrence doit à tout prix regarder et le déterrement des restes des morts et leur réduction en miettes.
      Le mot Génocide est un teneur profond. Ce qui proscrit son évocation avec légéreté, en faire un fonds de commerce, le chanter sur le toit, l’utiliser comme insturment de réplique à toute critique légitime sur la gestion du Rwanda par Kagame, l’utiliser comme instrument d’oppression contre les opposants politiques, l’utilser comme moyen de quémander de l’argent au près des bienfaiteurs dans son propre intérêt.
      Le cas Kagame et les excroissances de son FPR dont IBUKA est sui generis dans l’histoire de notre pays.
      Les faits sont flagrants. Pour illustrer mes propos,
      – des milliers de crânes des Rwandais dites des Batutsi sont exposés et exhibés par le gouvernement Kagame comme produits touristiques et tous les dignitaires étrangers qui viennent ici doivent iimpérativement aller les regarder, accompagnés de Kagame et les siens, le tout au mépris absolu de la tradition séculaire de notre pays et de la mémoire des morts rwandais. Comment prétendre que les siens ont été victimes du génocide et aller exposer leurs crânes au public? Le respect de la mémoire des siens n’est-il pas la chose la plus élémentaire que l’on doit observer à leur égard et ce, sa vie durant?
      – Kagame a ordonné le déterrement des restes du premier président rwandais. Ils ont été réduits en miettes. Que celui qui entend m’infirmer précise le lieu où il repose et apporte la preuve que les restes du feu Président Mbonyumutwa sont intacts. Il en a été de même pour le feu Président Kayibanda, Père Fondateur de la République Rwandaise dont Kagame est président. Le corps de Monseigneur Phocas Nikwigize a été réduit en cendre puis jeté comme un déchet sur ordre de Kagame. Que celui qui veut m’infirmer précise le lieu exact où repose le feu prélat Phocas Nikwigize et en apporte la preuve. Les membres de sa famille et tous ceux qui l’ont connu en lui seront infiniment reconnaissants.
      Il s’ensuit que les réactions négatives des excroissances du FPR comme IBUKA aux affirmations de l’américain Steve Hege ne sont pas surprenantes. Elles sont normales et s’inscrivent dans le droit fil de la nature même de leurs auteurs.S’il ya quelques années leurs slogans avaient une certaine valeur, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Les mensonges et la mauvaise foi se retournent en tout état cause contre leur auteur.Ici bas aucun homme n’échapappe à son passé positif ou négatif. Les intéressés semblent manifestement l’ignorer.

         7 likes

      • Gervais kirato dit :

        Uyunguyu ntabwo ashaka inzibutso za Jenoside. Arashaka ko zisibangana, jenoside ikibagirana, abayikoze bakagirwa abere, ubuzima bugakomeza nkaho ntacyigeze kiba mu Rwanda.
        Birumvikana ko uyu CESAR ari umwe mubakoze hasi mugihe cya Jenoside, agomba kuba ari ruharwa. Buriya arareba turiya duhanga namagufa, umutimanama we ukamucira urubanza, akumva abuze iyo akwira, akabura amahoro, niyompamvu adashaka INZIBUTSO.
        Yewe, Jenoside y’Abatutsi mu Rwanda izahora yibukwa iteka ryose, kugirango ibere isomo rikomeye ugifite igitekerezo kibisha wese.

           0 likes

        • kijiko dit :

          Uriya muntu uvuga iby’amagufa berekana mu Rwanda ari umusazi, buriya iyo akiba ari bene wabo bishwe kariya kageni yari kuvuga biriya. Genda urakoze sinzi ko nakwita umuntu muzima cyangwa ikindi

             0 likes

  4. Titus dit :

    Bravo à vous pour avoir démontré que finalement les FDLR sont des anges alors qu’ils figurent sur la liste des groupes terroristes que l’ONU lui mm reconnait. Et puis on peut dire tout ce que l’on veut mais ce ne seront jamais des anges. E t puis dire qu’on ne peut plus utiliser le génocide après 18ans, on pourrait reprocher à Israël de poursuivre des vieux de 90 voir 100 ans aujourd’hui après tout cela fais plus de 60 ans que le génocide des juif à eu lieu ( qu’on les laisse tranquille ses NAZIS )
    Votre analyse est bien fait mais je lui reproche d’avoir parti pris on ne voit rien de nouveau dans votre approche à la problématique des grand lacs. Quand on aura des analyses moins guidés de votre part je crois que l’on pourras vous dire que vous avez une vue critique et juste, mais excusez moi du peu vous n’êtes pas du tout objectif.

       1 likes

    • edouarda dit :

      Titus. On pourrait plutôt dire que les ‘analyses’ ont toujours été guidées par les mêmes jusqu’à maintenant malgré d’éléments troublants. Si les FDLR se trouvent sur la liste de groupes terroristes, c’est essentiellement dû au massacre de touristes américains qui a été imputé au FDLR qui l’a pourtant toujours nié (pointant du doigt des éléments envoyés par le Rwanda). Des journalistes ayant interviewé des membres du FDLR ont souvent été frappés par le jeune âge des soldats et on ne peut donc pas automatiquement prétendre que FDLR = génocidaires jusqu’à la preuve du contraire (et donc une étude plus approfondie de ce mouvement qui n’est pas le seul à opérer dans la région). Je ne vois donc pas plus d’objectivité dans les écrits d’un Titus qui ne veut pas en savoir plus sur l’existence et l’évolution du FDLR – parce que ce mouvement a certes changé – or que Steve Hege ne fait que proposer d’analyer de plus près ce ‘groupe’. Pourquoi des gens comme Titus ne nous parlent pas du CNDP ou le M23 – dont on ne peut pas non plus prétendre qu’il s’agit d’anges – ou simplement des origines du l’APR/FPR qui est effectivement également issu d’une branche terroriste qui opérait via l’Ouganda à l’époque et qui ensuite a opéré au Congo àpd du Rwanda ? Est-ce vraiment plus impartial ? Dans la région des Grands Lacs, il y a eu plusieurs génocides (au Burundi, au Rwanda, en Ouganda, au Congo). Que l’ONU les ait reconnus ou non dépend plus d’intérêts économiques et politiques mais ils ont eu lieu et on le sait tous ! Parler d’un seul génocide sans vouloir reconnaître les autres, sans avoir pitié de toutes les victimes, sans vouloir analyser les causes profondes qui ont mené à toute cette misère, cela ne peut jamais mener à une bonne cohabitation.

         5 likes

      • CESAR dit :

        Kirato n’infirme pas mes affirmations. Il se contente de reproduire le slogan officiel, consacré pas la constitution Kagame en vogue au Rwanda à savoir que les Bahutu sont génétiquement génocidaires et les Batutsi sont des victimes du génocide qui a été perpétré par ces derniers. Il reproduit exactement Kagame dans ses diverses déclarations publiques selon lesquelles » les Bahutu sont génétiquement génocidaires; par conséquent, il est légitime d’éradiquer le mal par ses racines », le tout en réponse sur des crimes qui ont été commis contre des milliers de réfugiés rwandais en ex-Zaïre »par son armée. Selon Kirato, pour que le monde entier n’oublie pas ce génocide, il faut exhiber des crânes des victimes dites des Batutsi comme des produits touristiques. Bientôt, il faudra que les touristes et visiteurs payent pour pouvoir les regarder.C’est spécial dans les annales de la culture et l’histoire de notre pays.
        Le désordre et le chaos qui règnent dans notre Région ainsi que des millions de morts sont, à mon avis, les conséquences logiques et inéluctables de
        1- l’incapacité caractérisée du commandant en chef de tenir son baton de commandement face à l’armée ougandaise sous le pseudonyme de FPR dès le 01/10/1990, même si certes les puissances étrangères y ont une part mais qui, à mon point de vue, était inopérante si le chef avait prouvé qu’il était effectivement chef, indépendamment des chantages en tous genres de la part des maîtres du monde dont l’objectif visé était pourtant clair même pour un profane dans les relations internationales et géopolitique; le Peuple Rwandais vient du fond des âges; il n’a pas attendu des miettes des mundelés pour manger et vivre;
        2- l’impotence organique et fonctionnelle des institutions au Rwanda dès le 16 avril 1992 et l’incapacité du gouvernement rwandais mis en place en avril 1994 quant à l’accomplissement de ses missions impératives en cas de crise grave en l’occurrence,
        3- l’impotence organique et fonctionnelle des institutions en RDC aussi bien sous Mobutu que sous Kabila fils,
        4- l’existence d’un régime despotique en place au Rwanda depuis juillet 1994 sous la protection des USA, Royaume Uni, Belgique, Allemagne et autres pays,
        5- la puissance des charognards internationaux opérant actuellement aussi bien au Rwanda qu’en RDC pour les orgarchies financières et industirelles des maîtres du monde avec le soutien de ces derniers et l’accord des dirigeants de notre Région qui sont leurs associés dans le pillage des richesses de leurs pays; en contre partie, ces autocrates et despostes obtiennent la protection des pillards; pour gagner de l’argent en dormant, il faut créer le chaos et le désordre dans la famille de celui qui a de quoi manger, aider les despotes à éliminer politiquement ou physiquement quiconque est considéré comme constitutif d’une menace pour leurs intérêts, rester passif face aux violations massives des droits de l’homme et des massacres des millions de paysans rwandais et congolais.
        La régle qui régit les relations entre les Etats modernes d’une part et entre les Peuples d’autre part et ce, depuis un certain nombre d’années déjà est la suivante: les dollars d’abord, le droit de l’Homme après. C’est ce principe édicté par les maîtres du monde qui gouverne actuellement le fonctionnement de ce que l’ on appelle communément « Communauté internationale ».
        Plus de six millions de morts rwandais et congolais dans l’indifférence absolue des prédicateurs du respect des droits de l’Homme. Ceux-ci ne sont-ils pas venus ici pour prétendument exprimer leur compassion à l’endroit des victimes dont les crânes sont exhibés comme des produits touristiques par Kagame? Qui les a entendus sur la tragédie qui frappe des milliers de femmes, enfants et hommes de tous âges du Kivu? Qui les a entendus en 1994 lorsque des millions de femmes, enfants et hommes rwandais de tous âges et conditions étaient l’objet d’une extermination massive, jetés dans les lacs et rivières du Rwanda commes des déchets ? Qui les a entendus lorsque des millions de femmes, enfants et hommes rwandais et congolais de tous âges étaient l’objet d’une extermination massive en ex-Zaïre?
        La demande des FDLR est simple et légitime: retour dans un Rwanda démocratique. Leur demande maintes fois réitérée a été adressée expressément aussi bien à Kagame qu’au Conseil de Sécurité de l’ONU par ses dirigeants. Elle est sur la Toile.
        En réalité, c’est la liberté d’expression et le pluralisme d’opinions et par conséquent la démocratie au Rwanda qui inquiètent gravement Kagame et les siens. La démocratie, le pluralisme d’opinions et la liberte d’expression auront impérativement pour effet, la fin des régime et privilèges des autocrates au Rwanda et du pillage des patrimoines des Rwandais et Congolais par des rapaces qui grouillent actuellement dans notre région d’une part et la fin définitive des guerres et des bandes armées en RDC d’autre part.
        Si les FDLR étaient une oganisation terroriste et ses éléments des génocidaires comme l’affirme Kagame et ses protecteurs, les généraux Ngendahimana Jérôme, Rwarakabije et autres, fondateurs et ex-dirigeants des FDLR, auraient déjà répondu de crime de génocide des Batutsi devant la justice du régime Kagame. Leur intégration dans l’armée de Kagame par celui-ci ôte toute crédiblité à ses dires à l’endroit des FDLR.
        Au surplus, Kagame n’a jamais produit précisement les noms des éléments des FDLR,prétendument génocidaires nonobstant les demandes répétées de la RDC. Il convient de rappeler que les FDLR ont toujours précisé que si certains de leurs éléments ont effectivement commis le génocide, ils devront répondre de leurs actes devant un tribunal indépendant et impartial au Rwanda.
        Le principe de l’idépendance des juridictions, reconnu comme constitutif du principe de séparation des pouvoirs, constitue, avec l’exigence d’impartialité, une exigence propre à assurer le respect des droits de la défense et le respect d’un procès équitable.
        Or, dans notre pays, Kagame est la loi et la justice comme en témoignent les affaires Ingabire Umuhoza et ses compagnons qui croupissent dans les géôles de Kagame sur ordre de celui-ci. C’est le propre de tout régime
        despotique. Il s’ensuit qu’il n’y pas un tribunal impartial et indépendant au Rwanda . Le cas contraire aura pour effet la fin du despotisme, le retour de la paix durable et définitive dans notre Région et la cohabitation harmonieuse entre les Rwandais. Les FDLR sont évoqués par Kagame pour opérer une fuite en avant au lieu de répondre positivement à leur demande légitime. Qu’il accepte la séparation effective des pouvoirs et partant la démocratie dans notre pays. Les éléments des FDLR rentreront au Rwanda. Et le tribunal impartial et indépendant dira le droit et rien que le droit à l’endroit de ceux qui ont commis le génocide. La démocratie et l’Etat de droit se prouvent par l’inexistente d’mpunité pour des criminels, quels qu’ils soient.
        Au lieu d’opérer une fuite en avant, il aurait été judicieux pour les pro-Kagamistes dont Kirato de réagir par le jeu d’argument contre argument relativement aux affirmations de Monsieur Hege. Ainsi, ils auraient apporté une contribution à la qualité des articles de Jambo News.La négation de l’évidence et le cynisme n’honorent pas leur auteur.

           3 likes

    • Marie Umukunzi dit :

      @ Titus: Le problème que Steve Hege soulève ne consiste pas à savoir si oui ou non les FDLR sont des anges mais plutôt de savoir si 16 ans après le régime rwandais peut continuer à se servir du génocide de 1994 pour ne pas négocier avec les FDLR. Il met également sur la table la question des intérêts économiques rwandais dans l’est de la RD Congo parce que cela a une influence considérable dans le processus de stabilisation régionale.

         3 likes

      • Titus dit :

        @ Marie Umukunzi Si je comprends bien alors les juifs aussi ne devraient pas faire savoir que 70 ans après la ville de Bruxelles leurs à présenté des excuses pour la première fois… mais là n’est pas le problèmes, moi je suis ^pas un journaliste ou ne pétant pas l’être , je suis l’actualité de la région des grands lacs mais comme je vois dans les différents commentaires les FDLR sont des saints ce que je signale que pour des gens qui veulent  » la paix  » . En ce qui concerne la « négociation avec les FDLR » Négocier quoi, quels sont leurs revendications, moi je les connais pas, p ê que toi t’es dans le secret.
        Et puis ne pas condamner les FDLR pour ce qu’ils font est vraiment regrettable, pour ma par je crois qu’ils ne veulent mm pas rentrer au Rwanda vu qu’ils ce font un max de $ au Congo que vont ils aller faire au pays redevenir des agriculteurs????

           0 likes

  5. byenaku dit :

    Pro-kagamistes d’aujourd’hui
    Pro-habyarimanistes du début des années 1990,
    Tous les mêmes!
    Défendre le système, même à contre-courant.
    Une fois que les intérêts de quelques individus du système sont en jeu, de gros moyens sont investis pour les préserver.
    L’histoire devrait être une leçon pour chacun de nous.

       2 likes

    • CESAR dit :

      Ce que Byenaku dit est intéréssant mais il me semble qu’il n’est pas exact de mettre les présidents Kagame et Habyalimana au même niveau.
      Kagame est un desposte notoire. Il s’obstine dans son refus de regarder la réalité en face à savoir que le Peuple Rwandais est pluriel quant à ses opinions mais n’aspire qu’à une seule chose : la démocratie c’est-à-dire le droit absolu de choisir librement ses dirigeants, la liberté d’expression sur les sujets qui le concernent, la justice pour tous les Rwandais et le respect de ses droits fondamentaux. Comme méthode de gouvernement, il a opté pour la terreur contre les Rwandais. Il a ethnicisé les institutions de notre pays.Il est la loi et la Justice. La sagesse, la tolérance et la tempérance sont des notions inconnues chez lui, le tout en sus des mensonges devenus une maladie chronique chez notre commandat suprême.

      Information pour Byenaku: sous le régime Habyalimana, les numéros deux de l’Etat et du gouvernement rwandais étaient tutsi à savoir Habimana Bonaventure et l’infaillible Colonel Nsekalije Aloys(1), les meilleurs amis de Habyalimana étaient Batutsi: Shamukiga, Sebera Antoine, Kajeguhakwa Valens etc.(2), l’économie rwandaise était à 90% entre les mains des Batutsi par le jeu des crédits bancaires consentis à leurs entreprises avec les garanties de l’Etat Rwandais et l’obtention des marchés publics par leurs entreprises sur décision du gouvernement rwandais car il fallait, à bon droit, favoriser les entreprises rwandaises, créatrices de richesses et d’emplois pour les Rwandais(3). Je ne parle de pas des hauts fonctionnaires tutsi qui occupaient des postes stratégiques dans tous les ministères et entreprises publiques(4). Alors qu’ils étaient notoirement connus comme financiers du FPR, sous Habyalimana, les millionnaires tutsi qui se sont enrichis grâce au régime de celui-ci ne se sont jamais inquiétés outre mesure avant sa mort. Habyaliama était-il alors anti-tutsi comme le chantent sur le toit certains kagamistes et Kagame en personne? L’histoire le dira.

      Général Major Habyalimana Juvénal avait regardé la réalité en face: Il avait accepté de se dépouiller de tous ses pouvoirs exécutifs au profit du premier ministre et du gouvernement issus de l’opposition . En effet, le feu Président Habyalimana avait accepté l’adoption d’une nouvelle constitution, celle de juin 1991. Celle-ci le dépouillait de tous ses pouvoirs exécutifs en l’occurrence ( articles 52 et suivants de ladite constitution) au profit du premier ministre issu du parti MDR à savoir respectivemnet Nsengiyaremye et Uwilingiyimana Agathe, véritable patron de l’Exécutif d’une part et du gouvernement dominé par l’opposition alliée du FPR contre Habyalimana d’autre part. Celui-ci était dès lors un président dont la fonction était réduite au simple contrseing des actes du gouvernement sans pouvoir s’y opposer.In fine, il était un président potiche ou de nom tout simplement. Ensuite, le 16 avril 1992, il a mis en place un gouvernement dominé par l’opposition sous l’autorité du premier ministre issu de l’opposition, véritable patron de l’Exécutif, le tout en application de la constitution de juin 1991. Il s’ensuit que le véritable président du Rwanda était Nsengiyaremye puis Uwilingiyimana. Enfin, il a, de bonne foi, signé l’Accord de Paix d’Arusha dont Kagame a qualifié d’accord sans valeur juridique, alors que les signataires dont lui-même par l’intérnédiaire de Kanyarengwe, lui avaient conféré une valeur constitutionnelle. Par ses déclarations publiques publiées dans le Journal Afrique Asie en 1995, Kagame a signé cet Accord avec mauvaise foi. Par sa signature, Habyalimana a intégré le FPR, alors un groupe des bandes armées issues de l’armée ougandaise, dans le jeu politique rwandais. Etait-il tenu de le faire?Sûrement pas car avec l’appui du Peuple Rwandais, nonobstant les chantages et embargos adoptés par les sponsors de Kagame à l’endroit du Rwanda et de lui-même, il pouvait retourner le FPR à son envoyeur et mettre hors jeu tous les renégats et traitres notoires, le tout en application des lois en vigueur au Rwanda et sans conséquence aucune ni pour lui ni pour le Rwanda. La tolérance, l’amour profond à l’égard de son pays, la tempérance et la sagesse étaient quelques unes des vertus qui avaient toujours guidé l’action du Président Habyalimana. Il ne l’a pas fait parce qu’il a cru, de bonne foi, à la volonté de Kagame et les siens d’intégrer le jeu politique rwandais et partant participer à l’indispensable reconstruction et développelent de notre pays, meurtri par quatre années de guerre avec plus de deux millions de déplacés qui vivaient dans des conditions infra-animales. Il était un vrai Général. Un vrai général respecte sa porole en tout état de cause. Il était dit que Kagame était commandant en chef du FPR et major. En ces qualités ni Habyalimana ni aucun autre Rwandais au demeurant ne pouvait imaginer la mauvaise foi de Kagame ou sa malhonnêteté intrinsèque: signer l’accord d’Arusha avec mauvise foi et poignarder mortellement Habyalimana au dos dans l’obscurité au surplus. Etat-il naïf? L’Histoire le dira.
      Le feu Président Habyalimana a fait tout cela dans l’unique dessein de répondre aux aspirations du Peuple Rwandais. Il a donc écouté celui-ci. Par conséquent, Habyalimana n’avait pas peur de la compétition politique ouverte et libre avec ses adversaires( différents des ennemis). Il n’avait pas peur de se soumettre au jugement démocratique des Rwandais. Il l’avait prouvé par la signature de l’Accord sus-évoqué. S’il avait peur de compétitir avec ses adversaires et de se soumettre au jugement démocratique des Rwandais, il n’aurait sûrement pas accepté de se dépuiller en droit et en fait de tous ses pouvoirs et signer l’Accord d’Arusha qui reprenait partiellement la constitution de juin 1991. Pour lui, seul le Peuple Rwandais a le dernier mot et est maître de son destin. Il ne pouvait, dès lors, agir contre sa volonté. Il avait un respect et un amour profonds à l’égard de son Peuple. Tout Homme a ses défauts et ses qualités. L’honnêteté élémentaire exige de reconnaître les qualités d’un Homme, quelles que soient les opinions que l’on a à son égard, qu’il soit vivant ou mort.
      Kagame a, lui aussi, des qualités que jai maintes fois précisées dont le refus de chantage à l’endroit de pays ou de lui-même par certains maîtres du monde. Je partage avec lui les points suivants: le Rwanda est un Grand Pays car la grandeur d’un pays ne smesure pas ou ne se prouve pas par sa superficie. Le Peuple Rwandais vient du fond des âges. Par conséquent, il n’a pas attendu qui que ce soit pour vivre et manger. Tout au long de son histoire, il a tojours connu le haut et le bas mais il s’est toujours levé, a relevé les défis et affronté courageusement les échéances qui l’attendaient.

         2 likes

  6. byenaku dit :

    @CESAR

    Une chose est sûre cependant: tout oppose Kagame à Habyarimana, ça va de la manière de gérer la chose publique à la manière de s’occuper du menu-peuple.

       1 likes

  7. byenaku dit :

    Sorry ! Pour me compléter, étant enfants, l’un a connu le joug de la féodalité, tandis que l’autre a connu la misère d’être réfugié dans un pays pauvre. Ce qui, plus tard, va influer sur la manière de prendre des décisions vitales pour le pays.

       0 likes

  8. Inararibonye dit :

    Retrait des militaires rwandais de la RDC: Lambert Mende dénonce le «mensonge» de Kigali
    Le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, a démenti, ce dimanche 2 septembre, l’information selon laquelle deux compagnies de militaires rwandais se sont retirés de la RDC vendredi 31 août. Selon lui, le nombre de ces militaires «ne pouvait pas dépasser cinquante». Il s’agit, a-t-il poursuivi, des officiers rwandais qui participaient avec un nombre similaire de leurs homologues congolais à la surveillance conjointe de la frontière commune de deux pays.
    Lambert Mende a souligné que l’annonce du retrait des militaires rwandais, telle que rapportée par les médias, constituait une diversion du régime de Kigali :

    «Une fois de plus, par le mensonge et la dissimulation, nos amis rwandais essaient de distraire l’opinion, d’opposer la République démocratique du Congo à son propre peuple, pour faire oublier des crimes graves qu’ils sont en train de commettre au Kivu.»

    Le nombre exact des militaires qui se sont retirés vendredi de villages de Katwiguru, Kiseguro et Kaunga dans le territoire de Rutshuru au Nord-Kivu n’a pas été précisé. Il s’agit, selon des témoins, des militaires des forces spéciales du Rwanda et de la RDC déployés, depuis février 2011, pour traquer des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR).

    Mais, les mêmes sources, citées par différents médias, ont fait état des deux compagnies. Le nombre des Rwandais avoisinerait donc les 280 hommes, une compagnie étant constituée d’environ 140 hommes en général.

    Lambert Mende a confirmé le retrait des Rwandais, mais pas les chiifres annoncés. «Le Rwanda déclare qu’ils sont 240. Nous, nous savons que, dans les discussions que nous avons eues avec eux pour cette surveillance commune, il ne devrait pas y avoir plus de 100 officiers de chaque côté», a-t-il affirmé.

    En outre, le ministre Mende a souligné que leur retrait a été initié par Kinshasa:

    «Il y a eu des contingents d’officiers de renseignements. Et c’est la République démocratique du Congo – contrairement à ce que le Rwanda a débité comme mensonge – qui a demandé le démantèlement de ce mécanisme de surveillance, depuis que les preuves se sont accumulées que le Rwanda agressait la République démocratique du Congo.»

    Selon lui, le déploiement de ces «officiers de renseignements» est intervenu «bien avant Umoja wetu», cette opération conjointe lancée par les armées de deux pays pour traquer les FDLR, début 2009.

    Cependant, Kigali a refusé que le retrait de ses troupes soit encadré par les FARDC. «Ils sont passés par des espaces qu’ils ont donnés à leur propre armée qui soutient le M23», a indiqué Lambert Mende.

    Kinshasa accuse Kigali de soutenir la rébellion du M23 qui contrôle une partie du territoire de Rutshuru.

       0 likes

  9. SAUTI LA NYASI dit :

    Aux dires de tous, ils sont de petits saints. Mais, pour la cause de leur pays le rwanda, hutus et tutsis divergent et divaguent sur la base meme de leur probleme cle. Le hutu expose les faits et les extrapolent tandis que le tutsi en bon menteur riposte et dement tout. Ca fait partie de leur culture, mentir et toujours mentir, jurer en prenant dieu pour temoin,c’est le cas echeant pour convaincre l’opinion publique. Et si l’observateur retorquait?
    -Julius Nyerere, ancient president de la Tanzanie, crepitait mensonge sur mensonge sur ses origines, rassurant tout tanzanien qu’il etait fils authentique du pays, mais son village natal reste sujet de speculations repetitives. Enfin, vint sa mort pour retracer ses origines et demasquer son mensonge. Il a ete enterre pas autour de son pretendu village pres de la frontiere entre le burundi et la tanzanie, mais tres loin en foret, et seul Museveni parmi les membres de la famille du defunt. Aucun officiel tanzanien n’y a participe car tous sont restes a dar-es-salaam.
    Ma question a titus:
    1.pourquoi le « rais » tanzanien (Mwini ou Mkapa, peu importe) etait-il omit ipso facto de la ceremonie d’enterrement a cet endroit tres precis, et pourquoi museveni qui n’est ni tanzanien ni faisant partie integrale de la famille Nyerere?
    2.Certainement il y a anguille sous roche titus, lui (Nyerere) qui se faisait passer pour un bantou comme Mkapa et Mutikira ou encore Oscar Kambona (mr OK), exclure toute la scene politique de son pays en faveur d’un etranger (Museveni) a suscite une curiosite qui demeure encore active et vivace a Bongoland (Tz). Etabli un peu le lien entre ces deux personnages stp. Ensuite, que se cache-t-il ou juste?
    3.En tanzanie, les tutsis sont masques sous les noms connus de Bahaya et les Masai surtout et vivont jusque la en harmonie. A ma tres grande surprise titus, ma voisine d’en face a dar-es-salaam (avec laquelle je dancais le vunja mufuba) soit la soeur jumelle de l’actuel president de DR congo et par surcroit presidente d’une des comites du parlement congolais. Soyons serieux stp, que se passe-t-il au juste? Et j’ose epauler les hutus sur ce topic que chez vous les tutsis, le mensonge constitue une religion ou un culte. Qui dit mieux?
    4.Il va sans dire que mon pays (Tz) que vous avez longtemps infiltre et vaincu, serait tombe ou subirait les memes exactions qu’en Ouganda, Rwanda ou la DRC, s’il pouvait afficher les enjeux economiques dont les charoniards qui vous equipent et incitent au vandalisme de toute nature, infligeant pleures et detresse dans la region etaient pret a piller. Qui hier pouvait affirmer ou valider que Nyerere etait tutsi? Ca surprend bien de gens n’est-ce pas?
    En tout ca, en swahili on dit: « Shida aina mwenyewe ». A mon humble avis, c’est qui est valable pour les pays precites envahis par le clan hima serait aussi applicable a ma pauvre nation car nous les bantous sommes tous naifs et chauvins et les charoniards se servent de cette attitude laxiste pour nous museler et nous chatier, se servant de leurs chiens de guerre, car ce que leurs patrons emportent sur leur parcours ne leur appartient pas, alors tant pis. Et enfin, nos cultures sont diametralement opposees, car le tutsi venere ses ngombe, ne reconnaissant jamais la valeur de l’etre humain. A mon avis, la cohabitation entre tutsi et bantous s’avere impossible, car meme chez moi, le tutsi (haya) constitue une societe a part, bien qu’officiellement nous vivotons. Se marier a une haya ou a une somali constitue un signe de bassesse ou de declin puisque le gros lot des prostitues de Dar (dala dala) est issu de ce clan. Un pays comme le mien (Tz) sans carte d’identite nationale est infiltre sans reserve ni caution et, avec nos mbunge (MPs) qui ne voient pas aussi loin que leur bout de nez, l’empire hima s’etale et s’ettend lentement et surement. Sans ambage, ce clan souffre et souffrira du « Theoreme de la main tendue trop tard » pendant que leurs patrons tergiversent encore et encore, le laissant ainsi gravement expose et aux abois. Cohabitation? Just forget. En toute chose, il faut considerer la fin (La Fontaine).

       0 likes

Laissez un commentaire