FR | EN

Rwanda: prison à vie pour Bazaramba – preuves obtenues sous torture?

Publié : le 24 octobre 2012 à 11:43 | Par | Catégorie: Actualité

 Le 22 octobre, les juges de la cour suprême finlandaise ont confirmé la condamnation à perpétuité par la Cour d’appel d’Helsinki contre François Bazaramba.  Ville Hoikkala, l’avocat de Bazaramba ea informé qu’il évalue la possibilité de porter l’affaire devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) et le Comité de l’ONU contre la torture.

Pasteur François Bazaramba

Pasteur François Bazaramba

François Bazaramba, a été reconnu coupable d’actes de génocide, comprenant  le meurtre et l’ordre d’assassiner de nombreux Tutsi dans la province de Cyahinda  «Pendant le génocide de 1994, Bazaramba a répandu une propagande anti-Tutsi et encouragé les Hutu à commettre des meurtres  en suscitant la colère et le mépris envers les Tutsis», indique le jugement.

Contrairement aux cas de Ahorugeze contre la  Suède (CEDH) et celui de Mugesera contre le Canada , où les requêtes étaient fondées sur la torture contre l’accusé, le cas de Bazaramba soulève une autre question.

En effet, Hoikkala a indiqué à Jambonews que « les témoins de la défense qui ont donné des preuves très détaillées n’ont pas été pris au sérieux et les preuves présentées contre son client ont été obtenu sous la torture »

Bazaramba a été arrêté par la police finlandaise en avril 2007, soupçonné d’avoir pris part au génocide rwandais. Il a été poursuivi en Finlande puisque le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR) n’acceptait plus de nouveaux cas.

Pour avoir coûté jusqu’à  1,8 millions de dollars, son cas est considéré comme étant le plus cher de l’histoire des affaires pénales finlandaise.

Uwamahoro Josiane

Article original publié sur la version anglais de Jambonews.

Traduit de l’anglais par Honorine Sebatware

Jambonews.net

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

4 Commentaires à “Rwanda: prison à vie pour Bazaramba – preuves obtenues sous torture?”

  1. Gervais kirato dit :

    Ariko mwagiye mureka kuvuga ubusa. Ubuse muzaba les « Avocats du diable » kugeza ryari???? Ubuse ko ukatiwe wese muvuza induru ngo ararengana? Nonese, jenoside yahitanye 1.000.000 y’abantu yarikoze,cg bishe n’uburwayi? Soyez serieux.

       1 likes

  2. Gervais kirato dit :

    Bimaze kuba akamenyero ko ukatiwe wese muvuga ngo ararengana. Muzaba « Avocats du diable » kugeza ryari????? Ubwo se niba ntamunyacyaha uriho, 1.000.000,00 yabazize Genoside, ese bariyahuye, cg bazize uburwayi cg n’urupfu rusanzwe kuri mwebwe? Une chose est certaine, Il y a eu un genocide, il y a donc des coupables. Ils sont meme plus nombreux que les seuls juges jusqu’ici.

       1 likes

  3. CESAR dit :

    Tous ces pauvres réfugiés pourchassés par Kagame comme des animaux sans maître sont des nains à côté de celui-ci .
    Si ces pays qui exécutent le sale travail de Kagame étaient conséquents avec eux-mêmes, ils auraient dû s’intérésser au cas du géant en cruoté et nullement aux pauvres réfugiés, cela d’autant plus qu’ils ont son dossier depuis des années.
    Certains pays comme la Finlande, les Pays-Bas et autres s’embourbent dans une affaire dont ils ne connaissent ni le fond ni la forme. C’est regrettable.
    Ce qui est édifiant pour ces pays dits droit c’est que pour eux, le droit n’existe que pour leurs citoyens et le mépris flagrant de celui-ci à l’encontre des réfugiés rwandais en l’occurrence est devenu une banalité qui semble être admis par l’ensemble de la collectivité nationale. En effet, dans l’affaire Ingabire Umuhoza, les faits irrétubles viennent de prouver que Kagame est à la fois justice et loi, que les juges dont donc au service de celui-ci et nullement à celui de tous les Rwandais. C’est le propre des régimes tyranniques. Dans ces conditions notoires, comment les juges d’un pays dit de droit peuvent accorder une quelconque crédibilité à une justice qui n’existe pas en fait. Il n’ensuit que procès de ce pauvre pasteur ici au Rwanda n’est que du folklore ou une mise en scène judiciaire qui n’honore pas la Finlande. Et Monsueur François Bazaramba est prisonnier politique de Kagame via la Finlande et droit être traité comme tel. Il semblerait qu’il existe des associations des réfugiés rwandais dans ces pays. S’elles existent effectivement, ne devraient -elles pas attirer l’attention des gouvernement qui pourchassent ces pauvres réfugiés sur les conséquences de s’embourber dans une affaire dont ils ne connaissent ni le fond ni la forme d’une part et de l’exécution des décisions purement politiques d’un gouvernement tyrannique notoire qui ne reposent que sur un seul individu à savoir Kagame qui est à la fois justice et loi. Les pétitions ne sont pas proscrites en Finlande. Pourquoi ces associtions ne lancent-elles pas des pétitions en faveur de ces prisonniers politiques.

       0 likes

    • Michaël dit :

      Pourquoi les associations ne font rien en Finlande, demandez-vous? Eh bien, tout simplement parce que règne dans ce pays une apathie politique généralisée dans la grande majorité de la population. Ca ressemble à un immense laboratoire d’ingénierie sociale, à mi-chemin entre le modèle décrit dans le livre de Georges Orwell, 1984, et celui décrit dans le livre de Aldous Huxley, Le Meilleur Des Mondes. La police de ce pays est aux ordres pour protéger la classe dirigeante et les multinationales, Finlandaises ou d’autres pays.
      Contactez-moi: michaeldrouin@gmail.com . J’ai le sentiment qu’ils ont condanné un innocent à la prison à vie. Je cherche plus d’informations ou de documents sur cette affaire. Si vous en avez de sérieux, je suis preneur.

         0 likes

Laissez un commentaire