FR | EN

Des drones pour surveiller la frontière Rwanda-RDC

Publié : le 13 janvier 2013 à 9:22 | Par | Catégorie: Actualité

A la demande du Secrétaire général adjoint de l’ONU pour les opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, les Etats-Unis ont décidé ce mercredi 9 janvier, de déployer des drones de surveillance à l’Est du Congo pour appuyer la mission des Nations unies dans cette région en proie à une guerre civile sanglante depuis plusieurs mois. La République démocratique du Congo (RDC) a salué cette proposition des Nations Unies, tandis que le Rwanda voisin s’y oppose estimant que l’Afrique ne doit pas devenir « un laboratoire pour des engins d’espionnage de l’étranger ».

Drone

Drone

L’ONU demandait depuis 2008 que soient déployés à l’Est du Congo les drones pour renforcer les 19 000 casques bleus onusiens dont l’efficacité n’a cessé d’être mise en cause. Cette fois ces fameux avions sans pilotes déjà utilisés dans plusieurs théâtres des opérations, notamment en Afghanistan ou au Pakistan dans « la guerre contre le terrorisme » vont être utilisés à l’Est Congo, où une guerre sanglante oppose depuis plusieurs mois le gouvernement congolais aux rebelles du M23 appuyés par le Rwanda selon l’ONU. «  Les Etats-Unis soutiennent la proposition des Nations unies d’utiliser les avions sans pilotes non armés, par exemple en République Démocratique du Congo, pour accroître la capacité de surveillance des forces de maintien de la paix » a annoncé le mercredi 9 janvier Victoria Nuland porte-parole du département d’Etat.  Mardi 8 janvier 2013, le Secrétaire général adjoint de l’ONU pour les opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, avait annoncé au Conseil de sécurité que la Mission des Nations Unies au Congo ( Monusco) prévoyait de déployer trois drones pour surveiller l’Est de la RDC, en particulier la frontière Rwando-congolaise.

 La RDC salue l’utilisation des drones de surveillance

Le gouvernement congolais par la voix de son porte parole Lambert Mende, a salué la proposition des Nations unies de déployer les drones pour surveiller l’est du pays, lors d’un point de presse tenu ce vendredi le 11janvier à Kinshasa.

« Le déploiement de trois drones non armés pour surveiller l’Est de la RDC paraît d’autant plus utile au renforcement de la paix dans la région qu’il permettra d’affiner la maîtrise, par les forces internationales, des mouvements le long de la frontière à problèmes qui sépare la RD Congo et la République du Rwanda »  a indiqué Lambert Mende

Le porte-parole du gouvernement congolais a souligné que « la Force onusienne agissant au nom de la communauté internationale devrait pour la crédibilité de cette dernière, améliorer ses capacités opérationnelles pour arrêter la catastrophe humanitaire qui se joue au Kivu ».

Au cours du point de presse de ce vendredi 11 janvier, M. Mende a tenu à souligner que les discussions en cours à Kampala entre le M23 et le pouvoir de Kinshasa, n’enlèvent rien au « caractère criminel » de cette rébellion, et qu’il ne serait pas « question qu’un éventuel accord qui viole la Constitution, autrement dit l’ordre établi ».

Le Rwanda en ligne de mire de cette surveillance 

Le Rwanda maintes fois accusé de soutenir en « armes et en hommes » les rebelles de M23, ne voit pas d’un bon œil le déploiement des drones à l’est du Congo pour surveiller la frontière qui sépare les deux pays. D’ailleurs le renforcement de surveillance de la frontière rwandaise peut être interprété comme une conviction des Nations unies que les problèmes à l’est du Congo viennent du Rwanda, même si le Rwanda évoque craindre pour sa souveraineté pour rejeter ce déploiement des drones. « L’Afrique ne doit pas devenir un laboratoire pour les appareils de renseignement de l’étranger » a déclaré mercredi 09 janvier dernier, Olivier Nduhungirehe, numéro deux de la missiondu Rwanda aux Nations Unies. Ce diplomate ajoute que « Nous ne savons pas si ces drones vont être utilisés pour recueillir des renseignements en provenance de Kigali, Kampala, Bujumbura ou dans toute la région. ».
Pour le Conseiller de presse et porte-parole de la France à l’ONU Brieuc Pont par contre, «  la MUNUSCO a besoin des moyens supplémentaires, notamment les drones de surveillance pour avoir toutes les informations et agir dans le temps » a annoncé ce diplomate sur Twitter.

Un oui conditionnel de Kampala  

Le gouvernement ougandais, qui a été également accusé de soutenir les rebelles du M23, et qui accueille les pourparlers entre les autorités congolaises et les rebelles pour chercher un règlement pacifique de ce conflit, a apporté un « soutien prudent » au déploiement des drones.

« Les drones peuvent être utilisés à deux fins: récolter des informations ou engager le combat, si un drone est utilisé à des fins de renseignements mais qu’il respecte la souveraineté (d’un Etat NDLR), c’est d’accord » déclare le ministre de la Défense ougandais Crispus Kiyonga au cours d’une conférence de presse à Kampala vendredi le 11, rapporte Reuters.

En effet, contrairement aux drones de combat utilisés notamment par l’OTAN en Afghanistan, les drones qui vont être déployés en RDC ne seront pas munies d’armes, leur mission sera la surveillance et le recueillement des informations.      

Jean Mitari

Jambonews.net

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

11 Commentaires à “Des drones pour surveiller la frontière Rwanda-RDC”

  1. Gikongoro dit :

    Paul Kagame va encore mentir que ce n’est pas lui qui met le feu à l’est du Congo s’il y a des images sur les mouvements des troupes qui traversent la frontière ?? et les enregistrements où on entend Kabarebe commande le M23 ??? Le criminel sanguinaire Paul Kagame s’est longtemps cru malin,

       8 likes

  2. Bertrand Loubard dit :

    « L’Afrique ne doit pas devenir un laboratoire pour les appareils de renseignement de l’étranger » a déclaré mercredi 09 janvier dernier, Olivier Nduhungirehe, numéro deux de la mission du Rwanda aux Nations Unies.

    Comment l’attentat sur l’avion d’Habyarimana aurait-il été possible sans l’assistance technologique de l’étranger (missiles, écoutes, balises, brouillages, « contre-contre » mesures électroniques) ? Dans quelles mesures la télédétection spatiale (technologie hautement étrangère s’il en est) a-t-elle permis le traçage, le repérage et finalement le carnage dans les forêts des populations fuyant le nettoyage ethnique dont il est question des les différents rapports de l’ONU ? Par qui les images détaillées des massacres des 100 jours du génocide ont-elles été commandées, pourquoi et au « profit » de qui ont-elles été classifiées « secret défense » pendant plus de 17 ans ?

       4 likes

    • Pierre dit :

      Olivier Nduhungirehe!! Ce borgne de la classe dirigeante de Kigali. Il s’oppose à tout et n’importe quoi, de quoi satisfaire Kigali. Dans les milieux du FPR, ce fils de »quelqu’un » est perçu comme » une caisse de raisonnance »et cela les ravit. Mon cher Olivier, un peu d’honnêteté intelectuel ne te rendra pas ridicule!

         6 likes

      • Laurent dit :

        Olivier qui finit toujours ses déclarations par « heureusement que le ridicule ne tue pas ». Je pense qu’il doit chaque jour appliquer cette phrase sur lui-même. Parce qu’avec tous les coups de guelle qu’il a donne ici et là, il doit comprendre que désormais le ridicule risque de le tuer vraiment si il ne fait pas profil bas.

           1 likes

  3. kolomabele dit :

    De tous les neuf pays limitifs de la RDC,le Rwanda et l’Ouganda sont les seuls à s’opposer aux drones pour la surveillance de la frontière rwando-congolaise.Ces deux pays nient en bloc les accusations portées contre eux sur leur implication dans le drame congolais.Le Rwanda se découvre même un sentiment patriotique africain.Ce Rwanda de Kagame qui fait preuve d’un cynisme déconcertant face aux crimes contre l’humanité et économiques commis au Congo.Le peuple congolais,dans son idiotie, a fait le choix d’être un pays faible.Le Rwanda ne souhaite que le Congo s’éternise dans cette situation.Pour son plus grand bonheur.

    Mettre un terme au drame congolais ne fait pas vraiment plaisir aux dirgeants rwandais.C’est comme si on leur enlève un morceau de viande rotie dans la bouche.

       3 likes

  4. jack dit :

    A mon avis les drones qui sera déployer dans les prochains jours sera bénéfique pour la sécurité de deux pays, la RDC et le Rwanda car à mente fois le gouvernement de Kigali déclare qu’il reçoit des attaque de FDLR qui reste au Congo, alors du coté Congolais déclare souvent que le M23 reçoit des équipements et renfort à partir du pays voisin qui est le Rwanda. Mais chose étonnant la RDC est satisfait de la déploiement des appareilles de surveillance quant à Kigali refuse avec énergie, donc en analysant l’idée de Kigali ne veut pas la surveillance de drones dans nos frontières pour que ces actes ne soit pas démanteler ? mais chaque chose à sa fin.

       2 likes

  5. nkongolo fiston dit :

    amour de la RDC dans le sang

       0 likes

  6. Kagame dit :

    Kagame doit avoir honte dans sa culotte. Refuser que les drones soient déployés à la frontière entre les deux pays prouve en suffisance que le Rwanda est plus que jamais determiné à faire durer cette situation de guerre dans la région. Il est plus que génocidaire. Un cynique qui se fait passer pour ami de ses frères Africains alors qu’en réalité il est obstiné à piller les ressources de la RDC à travers ses marionnettes, les différentes rebellions d’expression kinyarwanda auxquelles il s’efforce d’associer des non-rwandophones pour qu’on ne l’accuse pas de l’ethnicisation du conflit en RDC. Malheur à lui et tous les siens, en commençant par sa femme et ses enfants biologiques.

    Il passera bientôt avec son orgueil. A bon entendeur, salut!

       2 likes

  7. cesar katanga dit :

    Etre membre non permanent au conseil de securite ne pas etre president de l’afrique,la RDC est d’accord avec cette proposition,les drones ne seront pas deployes au rwanda mais en RDC donc toute opposition a cette proposition ne fait que cautionner le rapport des experts des nations unies accusant le rwanda de soutenir les rebels,par peur d’etre davantage devoiler le rwanda veut s’opposer!

       2 likes

  8. Bertrand Loubard dit :

    Lors de leur dernier entretien téléphonique Kagamé aurait demandé, toutes les deux minutes, à Obama : « Tonton…pourquoi tu tousses ? »….La conversation portait sur le fait que Rice avait proposé au CS de l’Onu que les USA mettent à disposition de la Monuc des drones. Furieux, Kagamé avait, alors, immédiatement déclaré publiquement qu’il ne fallait pas faire de l’Afrique Centrale le laboratoire des nouvelles technologies guerrières….(Lui il en connaissait quelque choses de technologies de pointe : les images satellites durant le génocide de 94 et le traçage des réfugiés pendant les deux guerres du Congo, le brouillage des contre mesures électroniques de l’avion présidentiel, l’écoute sur la ligne téléphonique sécurisée de l’Ambassade US à Kigali, des appels de Carla Del Ponte, etc., etc.). Devant la réaction de Kagamé, il semblerait qu’Obama ait donc voulu lui « expliquer » de vive voix …..Alors évidemment il a fallu qu’Obama, après avoir encore toussé quelques fois, lui dise finalement en clair…: « Un drone cela s’abat ? Non ? Avec quoi? Un missile…tu vois ? On t’en prêtera deux (comme dab, des russes qui viennent de Libye) et puis Commando Solo brouillera les contre mesures électroniques de nos drones….et ce seront bien entendu les « génocideurs FDLR du Kivu » qui seront les accusés, comme dab !….t’as compris…?. »….. » Ah bon ? » lui aurait répondu Paul : « Alors, ça va !…. ». En lui-même, Obama aurait même pensé : il vieillit le Kagamé, il était plus futé du temps de Clinton….

       3 likes

  9. jack dit :

    Aujourd’hui Kagamé accepte le déploiement de Drone? Dans le jour passer le même gouvernement de kigali avaient refusé farouchement le déploiement des appareilles, et ils ont déclaré publiquement (qu’il ne fallait pas faire de l’Afrique Centrale le laboratoire des nouvelles technologies guerrières), Un bon jour le tyran accepter le déploiement de Drones. Alors pouvons- nous analyser un peu à ce changement d’avis brusque de Paul kagamé? 1. Est ce qu’il à accepter parce qu’il à reçu de pression par la communauté international? 2. Il à décider d’accepter parce qu’il à était cité dans le rapport de l’ONU comme pays qui sème la violence et qui soutient la rebellion du M23 dans l’Est de la RDC ? 3. Ou il à changé d’idée car le Tyran et fort pour contourner toute chose qui lui met son pouvoir ou sa ruse en danger ?. Maintenant cet à nous mes frères congolais d’analyser cet acceptation brusque avec inintelligence.

       2 likes

Laissez un commentaire