FR | EN

L’ONU autorise le déploiement des drones en RDC, le Rwanda se désavoue

Publié : le 26 janvier 2013 à 15:56 | Par | Catégorie: Actualité

Le Conseil de sécurité de l’ONU a donné ce vendredi le 25 janvier son feu vert pour  le déploiement et l’utilisation de drones de surveillance à l’Est de la République démocratique du Congo par la force de maintien de la paix au Congo, la Monusco. Le Rwanda qui s’était farouchement opposé à l’utilisation de ces drones il y a quelques jours, fait volte face et annonce ne voir « aucun inconvénient » à l’utilisation de ces avions sans pilote pour surveiller la frontière qui le sépare avec la RDC.

Le secrétaire Général adjoint des Nations Unies pour les opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous avait demandé au Conseil de sécurité le 8 janvier dernier que, trois drones soient déployés à l’Est du Congo pour surveiller la frontière avec le Rwanda. Le Conseil de sécurité de l’ONU a enfin donné hier 25 janvier, son accord à l’utilisation de drones de surveillance dans l’est de la RDC par la Monusco, a annoncé la BBC.

Ce feu vert intervient après des semaines de tractations. En effet, la Russie, la Chine, et surtout le Rwanda avaient manifesté leur inquiétude sur l’utilisation de ces drones à l’Est de la RDC. Le Rwanda qui ne voulait pas entendre parler du tout de ces drones, a fait ces derniers jours un revirement inexpliqué : « l’utilisation de drones ne me pose aucun problème. S’ils pensent que cela peut aider (…), c’est à eux de voir », a déclaré l’homme fort du Rwanda Paul Kagame lors d’une conférence de presse tenue le lundi le 22 janvier à Kigali. « Je n’ai pas le pouvoir d’empêcher que cela soit fait », a ajouté Paul Kagame, en demandant toutefois qu’on lui explique « comment ces drones vont contribuer au maintien de la paix ? »

Le premier conseiller de la Mission du Rwanda à l’ONU Olivier Nduhungirehe, qui avait déclaré le 09 janvier que « L’Afrique ne doit pas devenir un laboratoire pour les appareils de renseignement de l’étranger » a également changé de tonalité. Dans une interview accordé à la BBC (Gahuzamiryango) ce 25 janvier,ce dernier s’est contredit disant que « ce n’est pas le Rwanda qui était contre l’utilisation des drones, parce qu’il n’était pas encore au Conseil de sécurité, mais la Russie et l’Afrique du Sud ». « Les drones peuvent être utilisés temporellement si l’ONU pense que cela peut amener la Paix au Congo » a encore ajouté le diplomate rwandais, qui deux semaines auparavant avait assuré que le Rwanda, en tant que pays africain membre non permanent du Conseil de sécurité, s’opposerait à l’utilisation des drones à l’Est de la RDC, parce que l’Afrique « ne doit pas devenir un laboratoire pour les appareils de renseignement de l’étranger » .

Jean Mitari

Jambonews.net

 

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

11 Commentaires à “L’ONU autorise le déploiement des drones en RDC, le Rwanda se désavoue”

  1. Rwemalika Théoneste dit :

    Monsieur Jean Mitari,

    Je dois avouer que je suis hélas habitué à votre incompétence en journalisme. Il est quand même abscons de constater que votre niveau de connaissance, de compréhension et d’analyse sur cette question est identique à celle de l’homme de la rue ! Et vous n’avez même pas d’excuse car un vrai journaliste m’aurait envoyé un email pour me demander toutes les informations qui vous manquent.

    Vous écrivez ceci :

    « Dans une interview accordé à la BBC (Gahuzamiryango) ce 25 janvier, [Olivier Nduhungirehe] s’est contredit disant que « ce n’est pas le Rwanda qui était contre l’utilisation des drones, parce qu’il n’était pas encore au Conseil de sécurité, mais la Russie et l’Afrique du Sud » ».

    En d’autres termes, vous voulez nous dire qu’Olivier Nduhungirehe s’est dégonflé et qu’il ait dit : « ce n’est pas moi qui suis contre, c’est l’autre » ! Sachant que vous savez bien écouter le kinyarwanda, ce que vous avez écrit est tout simplement de la manipulation de l’information !

    En effet, ce qu’Olivier Nduhungirehe a dit à la BBC est simplement que les inquiétudes du Conseil de Sécurité (CSNU) face aux drones ont été exprimées bien avant l’entrée du Rwanda au Conseil. C’est la Russie qui, le 31 décembre 2012, a « brisé le silence » (jargon onusien) sur une lettre qui devait donner au SG le feu vert pour l’utilisation des drones dans la MONUSCO.

    Et l’Afrique du Sud, en son tout dernier jour au CSNU a enfoncé le clou, déclarant : « South Africa fully supports the amendments proposed by the Russian Federation. We wish to reiterate our concern at the use of Unmanned Aerial Systems on the African Continent ».

    Le Rwanda est donc entré au CSNU le jour suivant. Je vous informe ici que notre pays, ainsi que tous les pays non-alignés (j’espère que vous savez ce que c’est), avait, depuis 4 ou 5 ans, émis des réserves quant à l’utilisation des drones dans les missions de maintien de la paix. On a, à plusieurs reprises, exprimé notre position lors des discussions du Comité Spécial des Nations Unies sur les Operations de la Paix (C-34). A cette époque, le M23 n’existait même pas et le DPKO n’avait pas encore émis l’intention d’utiliser les drones dans la MONUSCO.

    Lors de la réunion du CSNU le 8 janvier 2013, la Russie, soutenue par la Chine, le Pakistan, le Guatemala et l’Azerbaïdjan (déjà membres du CSNU précédent) ont réitéré leurs réserves. Et le Rwanda, nouveau membre du Conseil, a alors, tenez-vous bien, adopté exactement la même position que celle qui était la sienne lors des discussions au C-34 ! Quelle horreur, quelle « contradiction » ! L’on a dit exactement ceci :

    “We recognize that the use of Unmanned Aerial Vehicles (UAVs) in peacekeeping operations has far-reaching implications on national sovereignty and territorial integrity and thus believes that, as suggested by the C-34, a clear legal, financial and technical assessment is needed before any endorsement of such technology is put forth.

    […]

    Therefore, my delegation expresses strong reservations about the introduction of UAVs to peacekeeping operations when the issues that go along with it are still being discussed”.

    Le jour suivant, sollicité par des journalistes, Olivier Nduhungirehe a bien expliqué que nos réserves ne sont en rien liées à la MONUSCO ou au Congo, mais bien une question de principe qu’on a soulevée depuis bien longtemps. Il l’a expliqué tellement de fois que je m’étonne que cela vous ait échappé ! Et d’ailleurs, le Premier Ministre et la Ministre des Affaires Etrangères ont exactement dit la même chose sur Twitter.

    Cependant, l’occasion était trop belle pour les journalistes, en mal de nouvelles sensationnelles ! Le même jour, tous les journaux titraient que le Rwanda, « soutien des M23 », s’oppose à l’utilisation des drones dans la MONUSCO. Heureusement que le ridicule ne tue pas ! Je ne savais pas que la Russie, l’Afrique du Sud, l’Azerbaïdjan, le Guatemala, le Pakistan et la Chine « soutenaient » également les M23 !

    Apres cette réunion du 8 janvier 2013, où deux camps se sont manifestés (France, US, UK, Australie et Luxembourg vs Russie, Chine, Pakistan, Azerbaïdjan, Guatemala et Rwanda), il a fallu des négociations sur la lettre à envoyer au SG, comme cela est d’usage au Conseil. Le Rwanda s’est lors entretenue avec les autres pays du NAM + Russie et Chine pour adopter une position commune.

    L’on avait bien remarqué la malice des pays occidentaux qui voulaient faire de ces drones une sorte de chantage contre le Rwanda, qui se serait opposé aux drones pour cacher son « soutien » aux M23. Et ce, dans l’optique d’éviter de parler d’une question générale de fond, celle des implications techniques, financières et légales de l’utilisation des drones dans les opérations de maintien de la paix.

    Compte tenu de ce contexte, nous avons ainsi proposé que le DPKO, s’il veut vraiment utiliser ces drones dans MONUSCO, le fasse « on a trial basis ». Comme cela, l’on démontre que le Rwanda ne craint pas les drones en tant que tel et que cet alibi d’un « opposition intéressée du Rwanda » ne tient pas la route ! En revanche, l’on a martelé notre revendication principale, à savoir une étude sur les implications légales, techniques et financières des drones, avant de prendre toute décision définitive sur leur utilisation dans les opérations de maintien de la paix.

    Les occidentaux ont voulu s’opposer à notre offre, qui les a surpris, campant sur leur position d’utilisation générale des drones, sans période d’essai, et sans attendre l’étude que j’ai mentionnée. Finalement, ils se sont ralliés et l’on a adopté le texte suivant, c’était vendredi 18 janvier 2013 :

    “The members of the Security Council further note that the trial use in this operation in the Democratic Republic of the Congo of “external imagery/electronic equipment and associated analysis capabilities, notably surveillance capability like that provided by Unmanned Aerial Systems (UAS)”, is in line with the Secretariat’s intention to use assets to enhance situational awareness, if available, on a case-by-case basis and without prejudice to the ongoing consideration by relevant UN bodies of legal, financial and technical implications of the use of UAS”.

    Apres ceci, je vous invite à relire votre article simpliste, dépourvu d’information et d’analyse, et puis à mesurer vous-même votre niveau d’incompétence journalistique et de paresse intellectuelle.

    Bonne journée.

    Rwemalika Théoneste

       11 likes

    • A Rwemalika dit :

      Rwema Rwema Rwema,

      Si Jambonews est imcpetant, et comme tu viens de l’avouer toi meme, pour quoi alors tu lis ce journal.
      Tu as perdu to 30 minutes a rediger ces commentaires critique dans le but de discrediter jambonews, mais il falait produire ton propre article.
      Rwema Rwema, uri gukorera nde?

         3 likes

    • Gikongoro dit :

      Monsieur Rwemalika Théoneste, je vous croyais aussi intelligent que ça, je ne vous rien de faux ni de simplicité dans cet article. le Rwanda s’est avant et même après son entrée au Conseil de Sécurité opposé aux drones, c’est suite aux pressions de ces derniers jours que Kigali a reculé, c’est dans tous les journaux, vous n’avez qu’à chercher

         2 likes

    • Fueille de chêne dit :

      Je suis un jeune Rwandais et apprends l’histoire de notre pays et je dois dire que je suis ahuri par certaines choses que je lis de la part d’une partie de Rwandais qui se disent être : « plus grands,plus malins,voire plus claires de peau » que les autres,vraiment des histoires à dormir debout.

      Ici,quand je vous lis je ne peux m’empêcher de penser que vous soyez l’une de ces gens imbus de leur personne,parce que au lieu de vous contenter d’apporter des éléments de contradictions,ce qui vous aurez honoré,vous vous prenez à la compétence du journaliste et à son intellect. Le comble c’est que vous lui suggérer de vous demander à vous,des informations s’il est un vrai journaliste.

      Sur le fond,vous perdez votre temps à faire du copier-coller(sans doute définition du travail intellectuel pour vous) en anglais pour expliquer les choses dont l’explication est pourtant plus austère que ça,le Rwanda a été contre ces drones un point c’est tout le reste c’est de la pure gesticulation.
      Mais là où vous vous enfoncez complétement,c’est quand vous prenez comme référence les pays comme le Pakistan,la Russie, la chine, l’Azerbaïdjan, pays tous aussi démocratiques que le Rwanda avec leur cortège d’assassinat d’innocents.Non content de vous,vous en rajoutez en parlant des pays non-alignés et moi je vous en donne une définition moins reluisante:ce sont des pays dont le chef de file est l’Iran,pays très célèbre pour son respect des droits de l’homme et je ne doute pas un instant qu’il vous aurait apporté son soutien s’il siégeait au CSNU(ne dit-on pas que qui se ressemblent,s’assemblent)?

      Vous pouvez duper tout le monde,blancs y compris et de fait vous vous en sortez pas mal,mais jamais au grand jamais vous réussirez à endormir les rwandais.
      Personnellement je pense que le fait de feinter d’être contre ces drones,tout en sachant effectivement que le Rwanda n’en avait aucune capacité,est une ruse.Ce stratagème leur permettra en combine avec les M23 de faire quelques incursions au Rwanda sous l’œil des drones pour y commettre des crimes,et après il s’agira de tout mettre sur le dos des FDLR .L’Onu et ses drones seront pris dans leur propre piège et Me Mushikiwabo pourra aller devant des télévisions du monde entier et dire »méaculpa, on aurait pas dû être contre ces drones qui sont en train de montrer leur efficacité ».
      Le piège se refermera et bien sûr les affaires continueront au congo pour « aller traquer les FDLR ».

         7 likes

    • Derille dit :

      Mr Rwemalika, je ne suis pas assez au courant pour répondre à votre intervention.
      Mais votre prénom me dit quelque chose. Ce n’est pas l’ancien prénom du Président Kabila ?

         1 likes

  2. Patrice dit :

    @Theoneste: comme vous avez du vous amuser à voir les défauts de cet article…… et je comprends. Mais si le site avait « tellement » de defaut il n’aurait même pas diffusé vos critiques ( attaques) simplistes envers la rédaction entière. Que dire de newtimes.co.rw? S’ il fallait remettre en question ce « ramassi de C*** », il faudrait en faire une bibliothèque entière. Croyez moi mon cher que j’ai pas mal critiqué, sans retour de réponse ET sans diffusion sur leur site de mes critiques (oui je sais, je CRITIQUAIS le gouvernement. « MES EXCUSES »). Mais bon, il est toujours plus facile de voir la paille dans l’assiette du voisin que la poutre qui est devant vos yeux.

    ABE….

       5 likes

    • Derille dit :

      C exactement ce que je pensais : au moins sur Jambonews ,chacun peut exprimer ses convictions et même contredire sans censure à part les commentaires vulgaires et attaques personnelles. Même que parfois, je trouve qu’ils sont bien larges d’idées.

         1 likes

  3. Greg Rukundo dit :

    Olivier aka Rwemalika Théoneste, votre position ne vous servira à rien. Des gens meurent avec la complicité du régime de Kagame et vous essayez d’expliquer l’inexplicable.
    Les drones en tout cas pour moi serviront à avoir beaucoup plus d’info. Car jusqu’à maintenant la plupart des tueries et autres mouvements de militaires se passent hors des caméras ou de témoins indépendants.
    Le Rwanda aussi devrait être content qu’on utilise ces genres de technologies, ça pourrait servir à dédouaner le Rwanda qui crie haut et fort qu’il n’est pas impliqué.
    Le reste, de dire que l’Afrique risque d’être un laboratoire. C’est déjà un laboratoire depuis que des puissances soutiennent des dictateurs contre leur propre pollution.
    L’afrique est déjà un laboratoire quand les groupes pharmaceutiques font des tests de certains médicaments et autres prothèse mammaire sur des africains. La liste est longue.

    Alors si on utilise les drones pour nous montrer qui dit vrai ou pas dans cet embroglio ou les Rwandais sont passés maitres dans l’art de dire ce n’est pas moi c’est l’autre,.. ou autre mensonge.

    Bonne nuit
    Greg

       6 likes

  4. réponse dit :

    Cher Rwemalika,

    je ne vois aucune contradiction entre l’article de Mitari et votre commentaire. Vous avez juste donné plus de détails (inutile) à l’article de Mitari.
    Jambonews fait du journalisme, son rôle n’est d’écrire des livres.

       5 likes

    • RASEC dit :

      Monsieur Mitari Jean est journaliste.Sa mission est chercher les informatiions et les porter à la connaissance des lecteurs de Jambo News. Dans le cas présent, il relate les faits.Il ne s’est pas livré à l’analyse au fond du déploiement des drones sur le territoire de la RDC, Etat souverain.
      En réaction sur cet article de Mitari, Monsieur Nduhungirehe fait état de sa version des faits centrés sur son travail au sein du Conseil de Sécurité et nulelment sur l’utlisation des drones en RDC. Au vu de ses dires, il n’apporte rien de nouveau. La RDC n’est pas une colonie de Kagame et encore moins une province rwandaise. Elle n’a émis aucune réserve sur l’utilisation des drones sur son territoire. Nduhungirehe ergote dans tous les sens sans démontrer en quoi ces drones intéressent le Rwanda. Il dit « l’on a martelé notre revendication principale, à savoir une étude sur les implications légales, techniques et financières des drones, avant de prendre toute décision définitive sur leur utilisation dans les opérations de maintien de la paix ». Dès lors que l’Etat concerné au premeir chef à savoir la RDC accepte sans réserve le déploiement de ces appareils sur son territoire, comment le Rwanda peut-il évoquer la légalité de ce déploiement ou soulever le problème de son coût.? Il convient de rappeler que le coût de 17000 touristes miltaires de l’ONU dits de la MONUSCO en RDC est sans comparaison avec celui de l’utilisation de drones et que personne n’a entendu Monsieur Nduhungirehe s’exprimer sur ce point. Peut-il éclairer les lecteurs de Jambo News sur ces implications légales et financières pour le Rwanda d’une part et les conséquences de l’utilisation de drones en RDC sur la sécurité de notre pays d’autre part? « Je vous informe ici que notre pays, ainsi que tous les pays non-alignés (j’espère que vous savez ce que c’est), … », écrit Nduhungirehe. Il n’est pas nécecssaire d’être envoyé de Kagame à l’ONU pour connaître la définition de « pays non-alignés. Monsieur Nduhingirehe semble manifestement ignorer que l’esprit et la lettre de Bandung ne sont qu’un slogan politique et qu’en fait les pays non alignés n’ont jamais existé et n’existent pas. Le Rwanda en fait prétendument partie. Depuis quand il est un pays non aligné et comment il l’est ?
      Nduhungirehe a fait du copier-coller de ce slogan, dépourvu de sens à tous les égards.

         4 likes

  5. Greg Rukundo dit :

    Et ce qu’on oublie dans tout cela, le pays concerné n’est pas contre, ça se passe sur son territoire et son espace aérien. Pas celui du Rwanda que je sache. Le Rwanda aurait pu dire, je suis contre les drones, si ça arrive dans notre espace aérien, on le prend comme ennemi et on va le descendre c’est tout.

    Sinon, je vois que le Rwanda veut dicter ce qui est bon ou pas pour la RDC. Ils vont finir par déterminer la couleur des chaussettes que le Congolais doivent mettre.

    Non mais sans rire !!!!

    Olivier est trop Rigolo.Et le pire c’est qu’il ne le voit pas, c’est dangereux pour lui en premier lieux.

    Greg

       3 likes

Laissez un commentaire