FR | EN

Flash Info: Rwanda – RDC : Bosco Ntaganda au centre de détention de la CPI

Publié : le 23 mars 2013 à 10:18 | Par | Catégorie: Actualité

« Bosco Ntaganda est arrivé au quatier pénitentiaire de la CPI » a indiqué la Cour pénale internationale sur son compte twitter. Le présumé criminel de guerre comparaîtra mardi 26 mars à 11h00.

Laure Uwase
Jambonews.net

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

14 Commentaires à “Flash Info: Rwanda – RDC : Bosco Ntaganda au centre de détention de la CPI”

  1. Fueille de chêne dit :

    Autant on peut être contre la peine de mort(certains, pas moi),autant je trouve pervers que l’on dépense des millions d’euros pour juger quelqu’un dont les orphelins de ses victimes continuent à crever de faim…Il devrait y avoir autre chose à mi-chemin entre la pendaison souhaitable d’un tel personnage et un procès aussi couteux dont on connait l’issue d’avance…Il a exterminé tous les hutus rwandais et congolais et maintenant,il va vivre une vie de roi dans une prison dorée!!!! Il faut arrêter.

       1 likes

    • Patrice dit :

      Les mandats d’arrêt lancés contre ce terroriste stipulent qu’il est rwandais. Le représentant de la CPI en RDC l’a confirmé lors d’une interview accordée récemment à RFI. D’un autre côté, les autorités rwandaises allèguent qu’ils ne sont « pas du tout concernés » par cette affaire parce que Ntaganda serait congolais, selon eux.
      Comment expliquer cette confusion (voulue et entretenue) autour de sa nationalité??

         0 likes

      • Janvier dit :

        Il te faut combien de temps pour connaitre les rwandais et leur façon de travail dans le noir. Ils sont rusés comme le renard.
        Même aux Nations unis, ils vont semer la même confusion. Tu me donneras raison un jour.
        L’HOMME BEIGE,( POUR NE PAS DIRE BLANC, IL N’EXISTE PAS UNE RACE BLANCHE), est très naïf.

           0 likes

    • Derille dit :

      A part la peine de mort, tout-à-fait d’accord avec vous !!

         0 likes

    • Alexis dit :

      Je suis plutôt en désaccord avec votre propos : les horreurs des dernières décennies proviennent de gouvernements ou de mouvements politiques qui s’érigent en juge au-dessus des lois, et qui appliquent les sentences, comme Psycho-Paul Kagamé. On ne peut contrecarrer les processus judiciaires sous peine de sombrer dans l’autocratisme. Ce qui ne signifie pas que ces processus ne puissent être simplifiés, ce qui est souhaitable, mais il faudrait pour cela se passer des avocats, qui ont tout intérêt à faire traîner les procédures. Enfin, pour la peine de mort, c’est éthiquement horrible, socialement inacceptable, et politiquement non-stratégique, surtout si le criminel possède des informations qui permettraient d’arrêter d’autres criminels. Si Saddam Hussein avait pu être interrogé de façon transparente, parions qu’il aurait révélé bien des informations concernant les tactiques américaines dans la région.

         0 likes

  2. yak dit :

    ntaganda va belle bien être juge mais que ça ne puisse pas traine comme nous assistons a d’autre juge et que nous victimes mourons sans pourtant connaitre le sort de ceux qui nous ont persécute et nous soutenons la démarche de la communauté international de tous faire pour l’impunité dans notre pays car ils sont nombreux même ceux qui se cachent derieure le pouvoir actuel

       0 likes

  3. bihibindi dit :

    c’est bien vrai, la place de ntaganda est au bout d’une corde bien tendu. pas dans un hotel du CPI.

       4 likes

  4. rohrer dit :

    Cette une bonne nouvelle pour le peuple de Kivu, il doit répondre ou crime qui la communs dans notre pays, il reste Makenga et Jean-Marie Runiga.

       0 likes

  5. Muhinzi dit :

    Pendez le haut et court svp.

       1 likes

  6. Bertrand Loubard dit :

    Si Bosco Ntaganda, dit Terminator, avait vraiment voulu se « présenter » à la CPI, plutôt que d’aller depuis les Virunga jusqu’à Kigali, en « déjouant les manœuvres » ou en « croisant les tueurs » de la DMI », il aurait pu le faire plus rapidement (et en toute sécurité) à Goma, en se rendant à la Mission des Nations Unies pour le Congo. Il avait, là-bas, à la Monusco, des fréquentations régulières et des partenaires fiables, semble-t-il, avec lesquels il aurait pu s’entendre, même pour avoir des « facilités » pour « traverser les lignes » de Sultani Makenga. Pourquoi Jean-Marie Runiga l’aurait-il accompagné et n’aurait pas été arrêté ou ne se serait-il pas « livré » à qui de « droit » ? Tout cela rappelle furieusement les éléments structurels de la propagande d’intoxication qui a présidé à l’exfiltration de Laurent Nkundabatware (CNDP), à l’époque.
    Le plus étonnant, désolant, désespérant (et peut-être révélateur), c’est le choeur parfait du silence étourdissant des médias mainstream, particulièrement en Europe, avec nos expert(e)s, qui pour certain(e)s, muet(tte)s comme des carpes, ont mis près de 6 jours pour « évoquer » l’événement. Il faut bien admettre que depuis que Thomas Lubanga (7 années de procès, 14 de condamnation) et Jean-Pierre Bemba (4 années, en cours) sont à la CPI, ces médias sont très discrets sur ce qui s’y est dit. (C’était déjà un peu comme cela au TPIR). Pour Bosco Ntaganda, les procédures devraient durer quatre à six ans. La présomption d’innocence dont il jouit en tant qu’inculpé, la présentation des preuves établies « au delà de tout doute raisonnable » et les arcanes des procédures, feront qu’on n’entendra plus « parler » de lui pendant un « certain » temps. Or au moment des faits qui lui sont reprochés dans le premier mandat de la CPI, Ntaganda n’était que le n°3 de Lubanga. Pour le second mandat, il faut se rappeler qu’à la CPI, Mathieu Ngudjolo Chui a été acquitté, car « il n’a pas été prouvé etc., etc.…. », au grand dam des ONG. Germain Katanga, lui, attend encore son sort (FRPI, FNI, MRC) ….…..
    Tout cela démontre la complexité du « deal » élaboré à Kigali. Et donc que le risque de failles ou d’effets pervers est toujours bien présent. L’épisode actuel ferait-il encore partie de la phase « Talk » de la simagrée d’Addis Abeba ? Elle devra s’achever pour que reprenne la phase « Fight » dans les deux Kivu en particulier et en RDC en général. Ne serait-ce pas conforme à la stratégie bien rodée de celui qui a rêvé « The rebirth of His Holy Land » et qui a conduit « His people to the Promised Earth ».
    In fine, serait-ce bien le même Bosco Ntaganda dont il s’agit entre l’Ambassade US à Kigali et la CPI de La Haye ? Au delà de tout doute raisonnable ? La preuve ? Son passeport ? Sa carte d’identité ?…rwandaise ? ….congolaise ? …ougandaise ?…son ADN ? Quelle langue comprend-il, parle-t-il, écrit-il ? Mais si c’est bien Ntaganda qui est à La Haye on peut se poser la question de savoir pourquoi Kagamé est aussi serein et aussi coopératif avec la CPI. Le Rwanda n’est pas partie à la CPI et Paul Kagamé la taxait encore récemment de tribunal du néocolonialisme ? On connaît aussi l’estime qu’il a pour les ONG depuis qu’Alison Des Forges a déconseillé au Gouvernement Britannique de refuser l’admission du Rwanda dans le Commonwealth. Qu’est ce qui retiendra Bosco Ntaganda de « balancer », pour se défendre, ses sponsors tant à Kigali qu’à Kinshasa ? A la cour du Mwami, les Batwa étaient en charge des basses œuvres pour empoisonner les opposants et autres dissidents. Ntaganda serait-il un « Dead man walking » ? Le Mwami qui voulait s’assurer de la fidélité de ses notables les plus importants, « gardaient » leurs fils à sa cour, chez les Intore. Ne dit-on pas que la femme et les enfants de Bosco Ntaganda sont « aux mains » de Kagamé ? La rocambolesque « fuite – arrestation » de Rose Kabuyé en Allemagne ne rappelle- t-elle pas ce genre de pratique ?.Quel sera l’avocat de Bosco Ntagagnda : Pierre-Richard Prosper (avocat de Paul Kagamé dans l’affaire d’Oklahoma) ? En 2003, Pierre-Richard Prosper avait obtenu avec les complicités de Gérald Gahima, Richard Sezibara et Martin Ngoga que Kofi Annan « déboulonne » Carla Del Ponte du TPIR. De plus, le « Conseil de Sécurité discute régulièrement des questions et thèmes pertinents au mandat et aux activités de la CPI » et le Rwanda est membre (non permanent) de C.S. pour encore près de 2 ans et Paul Kagamé Président du Rwanda pour encore près de 4 ans. Se pourrait-il que cela aille plus vite à La Haye ? Surtout si les soi-disant FDLR recommencent à menacer le Rwanda avec la complicité (soi-disant) de la RDC ?????

       1 likes

  7. kijic dit :

    Banamayi ne sommes nous truques par les authorites actuels il ne reste que vingt ou plus mois pour retourner aux elections alors le rgime actuel cherche comment il va convaincre la population pour un troisieme mandat soyez vigilants avec sa complicite aux aggreesseurs ils jouent plusieurs tactics avec leurs parrains sur tous les fronts ne dormez pas sur vos lauriers croyant tout est reglee Joseph est malin mais malin malin finira par etre decouvert

       1 likes

  8. Semanzi Paulin dit :

    la CPI est un trubunal très politisé et poursuit qui il veut. Arrêter Ntaganda et épargner celui qui l’a crée, Psycho-Paul Kagamé ( propos d’ Alexis) en dit tout sur cette institution au service des ocidentaux pour mâter les récalicitrants africains. Kagame a le droit de faire disparaître les NÈGRES HUTUS et CONGOLAIS tant qu’ il veuille aux intérêts des Occidentaux. Et s’attaquer à Kagame peut être très fatal même pour des personnalités de la carrure de Clara Del Ponte. Ainsi lorsque Del Ponté a voulu traîter les crimes de Kagame, la réaction de l’occident fut très prompt: Koffi Anan (NEGRE par excellence) l’a licencié pour la faire remplacer par un vrai HOUSE NIGGER de nom AL Jallow. La suite est connue, ce Koffi Anan recut même le PRIX NOBEL de la paix en 2001.
    La question que nous devrions nous poser est de savoir pourquoi Kagame, qui sait très bien qu’ il a crée Ntaganda, a accepté de livrer Ntaganda à la CPI dont le Rwanda n’est même pas signataire. Je crois qu’il a négocié avec cette boîte pourrie. Je ne serais pas étonné si Bosco soit acquitée où condamné pour une petite peine (4 ans). N’oublions pas que Lubanga, son chef officiellement hiérarchique n’a receu que 14 ans et que bientôt (7 ans après) il sera en liberté. Qu’en sera-t-il de Bemba? Est-ce que son créatuer MUSEVENI est-il inquiété ?

       1 likes

  9. Kindu Connection dit :

    Paulin pose les bonnes questions. Qu’avons nous à attendre d’un tribunal qui ne fonctionne qu’en fonction des intérêts politiques et économiques des occidentaux, même quand ceux-ci, les usa, n’en font pas partie et ne contribue donc pas à son fonctionnement ?
    Ce qui me surprend, et me laisse pantois, ce que ntaganda ait été laissé en vie par les rwandais. Il eut été ô combien plus simple de le liquider physiquement en faisant croire à un accrochage avec les fardc ou avec makenga.
    Le nomade nilotique n’a jamais hésité à supprimer quiconque pouvait entraver ses projets. ntaganda a dû assurer que des informations compromettantes seraient divulgées si il venait à disparaitre.
    Je pense qu’il ne risque pas grand chose, on va l’inculper pour des faits de recrutement d’enfants soldats, à l’instar de lubanga, les témoins se retracteront et il écopera d’une petite dizaine d’année de prison. Il n’a pas 40 ans, il va passer 10 ans à l’hotel ensuite il resort à 50 ans avec son pactolle du pillage de plusieurs millions de dollars.

    Quand on pense que ce monstre passait ses après-midi à jouer au tennis avec les haut-responsables de la monuc.

    Les Congolais ne sont pas considerés comme des être humains sur cette terre.

       1 likes

  10. Bertrand Loubard dit :

    Les USA promettaient 5.000.000 US$ à pour livrer Ntaganda. Il s’est livré lui-même ! « Bingo in the pocket » pour Terminator ! Mais est-ce bien lui ? Son passeport : congolais, ougandais, rwandais ? Ses empreintes digitales ? Son ADN ? De toutes les façons nourri, logé chauffé, éclairé et blanchi, avec P-R Prosper comme avocat (« La CPI est une institution politique ») on peut s’attendre à ce que : « vu les différents éléments « il n’a pas été prouvé au-delà de tout doute raisonnable que….. » Et donc….

       1 likes

Laissez un commentaire