FR | EN

Le Kinyarwanda, bientôt une langue morte ?

Publié : le 28 mars 2013 à 18:17 | Par | Catégorie: Actualité

Aujourd’hui, les 7 milliards d’humains qui peuplent la terre parlent entre 6 000 et 7 000 langues. D’ici 2100, la moitié d’entre elles auront disparu, selon l’Unesco. Des linguistes estiment qu’une langue meurt en moyenne tous les quinze jours. Le Kinyarwanda y passera-t-il aussi ? Afin d’éviter l’extinction du Kinyarwanda, la Communauté des ressortissants rwandais en Belgique, Corwabel en abrégé, en collaboration d’autres associations, organise ce vendredi 29 mars une nouvelle édition de la Journée de la langue maternelle.

Il y a de la place pour beaucoup de langues dans le cerveau

C’est un vieux préjugé : le multilinguisme demande trop d’efforts aux enfants et aucune des langues n’est apprise correctement. Néanmoins, des recherches actuelles prouvent le contraire : les enfants qui évoluent jeunes dans un environnement bilingue sont plus flexibles au niveau intellectuel et bénéficient d’une meilleure perception.

En effet, jusqu’à l’âge de trois ans, les différentes langues sont « enregistrées » dans une seule région cérébrale. Le cerveau des enfants travaille donc de manière très efficace. Du fait du principe de l’imitation, ils apprennent plusieurs langues aussi bien et de manière aussi sûre qu’une seule. C’est pourquoi des chercheurs parlent d’une « double acquisition de la première langue ».

Dans le cas du Kinyarwanda, les parents ne doivent donc pas avoir peur d’enseigner dès le bas âge à leurs enfants aussi bien le Kinyarwanda, qu’une autre langue ou plusieurs autres langues car il y a de la place pour beaucoup de langues dans le cerveau. D’ailleurs comme le proverbe rwandais le dit : « Igiti kigororwa kikiri gito ».[1]

La langue maternelle : vectrice de la culture

« Ko mbona abazi gusoma inyuguti bivugira gusa indimi z’ahandi, umuco wacu uzarangwa nande »[2] se questionna un jour un sage.

En effet, la culture étant l’âme d’un peuple, et la langue maternelle étant sans doute le meilleur vecteur de cette première, il est important pour l’identité culturelle de maîtriser la langue de son pays d’origine. A défaut, ce n’est pas seulement la connaissance de sa langue d’origine qui y périt, mais également sa culture.

Remettre le Kinyarwanda au centre des préoccupations

C’est dans ce contexte que l’ASBL Corwabel, en collaboration avec les ASBL Fora, Inyange et ISOP, avec le soutien de la Commission communautaire flamande,  dans un souci de remettre le Kinyarwanda au centre des préoccupations, organise une Journée consacrée à la langue maternelle.

A cette occasion, la pièce de théâtre « Naragenze ndabona » écrite et jouée par des jeunes ressortissants rwandais de Belgique sera projetée. Cette pièce de théâtre met en avant les problèmes auxquels les jeunes rwandais sont confrontés en exil surtout au niveau de l’identité culturelle.

Par ailleurs, Natacha Abingeneye, responsable du département épanouissement social et culturel de l’association Jambo, fera un état des lieux de la pratique du Kinyarwanda par les ressortissants rwandais en général.

De plus, plusieurs présentations seront données par des spécialistes, notamment, entre autres, sur « la nouvelle manière d’enseigner la langue maternelle ».

Un autre aspect de la culture rwandaise sera également mis en valeur lors de cet événement, notamment la danse traditionnelle rwandaise et ce par un spectacle des plus jeunes du ballet Inyange. Les plus jeunes du ballet Afribel quant à eux joueront une pièce de théâtre.

Un évènement à ne donc pas rater pour tous ceux qui sont soucieux de la lutte contre l’extinction du Kinyarwanda, cette langue bantoue aux multiples richesses.

Laure Uwase
Jambonews.net

  



[1] Traduction : « L’arbre se redresse quand il est jeune. »

[2]Traduction : «  Les intellectuels ne parlent que des langues étrangères, qui transmettra notre culture ? »

 

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

10 Commentaires à “Le Kinyarwanda, bientôt une langue morte ?”

  1. Benert Risasi dit :

    Malgré je ne suis pas rwandais mais l’initiative est bonne. Ce problème je l’ai souvent constaté à nous les africains qui sont dans des villes et à l’étranger n’aiment pas ontrer à leurs enfants leurs langues metérnelles y compris leurs cultures ignorant qu’ils sont, ils oublient que la langue fait parti de la puissance d’une nation et de l’identité d’originalité de la personne. Mais souvent nous les africains on a cette compléxe d’inferiorité alors cette dernière anéanti notre force. Regardons les chinois et les arabes parlent toujours leurs langues partout, nous devons aussi montrer à notre progeniture nos langues.
    L’initiativeeeeeeeeee meilleureeeeeee.

       1 likes

  2. sakina dit :

    Très bonne initiative que je soutiens. On se doit de préserver nos langues africaines parce qu’elles constituent notre identité et notre culture. Un peuple sans identité est un peuple voué à dsparaitre.

       0 likes

  3. Greg Rukundo dit :

    Il faudrait aussi écrire cet article en kinyarwanda. Histoire de préserver cette langue 😉

       2 likes

    • Ruramaguru dit :

      Bonne idée.

      IKINYARWANDA CYABA KIRI HAFI GUCIKA?

      Magingo aya, abaturage miriyari ndwi batuye isi bavuga indimi zibarirwa hagati y’ibihumbi bitandatu n’ibihumbi birindwi. Umuryango Unesco utubwira ko mu mwaka w’ibihumbi bibiri n’ijana, muri izo ndimi kimwe cya kabiri zizaba zitakivugwa. Abahanga mu ndimi bavuga ko ugereranije ku isi buri byumweru bibiri hari ururimi rucika burundu. Ese ntiwasanga ikinyarwanda ari cyo gitahiwe ?

      Kugira ngo ururimi rw’ikinyarwanda rudacika, ishyirahamwe ry’abanyarwanda bo mu Bubirigi Corwabel mu magambo y’igifaransa avunaguye, rifatanyije n’andi mashyirahamwe, ryongeye gutegura umunsi w’ururimi gakondo kuri uyu wa gatanu tariki 29 werurwe 2013.

      MU BWONKO BW’UMUNTU, UMWANYA WAGENEWE INDIMI NI MUGARI.

      Hari imvugo imenyerewe y’uko ngo kwiga indimi nyinshi birushya abana kandi ntibagire na rumwe bamenya neza. Nyamara ubushakashatsi bugezweho bwerekanye ko ibyo nta kuri kurimo. Ahubwo abana bakurira ahantu havugwa indimi zirenze rumwe usanga bafungutse mu mutwe kandi bakanumva buva kurusha abandi.
      Koko rero indimi umwana atozwa akiri muto zibikwa mu gace kamwe k’ubwonko. Ubwonko bw’abana bukaba bukora neza cyane. Kubera ko umwana amenya kwigana cyane, yiga indimi nyinshi akazimenya zose, kandi buri rwose muri izo ndimi akarumenya nk’uwarwize ari rumwe gusa. Ni byo abashakashatsi bita « kugira indimi kavukire ebyiri ».
      Ku byerekeye ikinyarwanda rero, ababyeyi ntabwo bagomba gutinya kwigisha abana babo ikinyarwanda kuva bakiri bato, ndetse bakagerekaho n’izindi ndimi kuko umutwe w’indimi utajya wuzura. Kandi n’ubusanzwe mu kinyarwanda ngo igiti kigororwa kikiri gito.

      URURIMI GAKONDO NI INGOBYI Y’UMUCO.

      Umugabo w’umunyabwenge yigeze kubaza ati « Ko mbona abazi gusoma inyuguti bivugira gusa indimi z’ahandi, umuco wacu
      uzarangwa na nde ?»
      Bavuga ko umuco aricyo kiranga abantu bafitanye isano, noneho ururimi kavukire rukaba arirwo ruwukwiza hose. Niyo mpamvu umuntu utazi neza ururimi rw’iwabo usanga asa n’udafite inkomoko. Uretse no kutamenya iby’igihugu cyamubyaye, nta n’umuco agira.

      KWITA KU KINYARWANDA BIRIHUTIRWA.

      Ni muri urwo rwego ishyirahamwe Corwabel ryashyize hamwe n’amashyirahamwe Fora, Inyange na ISOP, kandi ribiifashijwemo na Commission communautaire flamande, ryateguye umunsi weguriwe ururimi gakondo.kugira ngo ikinyarwanda kigaruke mu bigomba kwitabwaho.

      Uwo munsi hazerekanwa firime y’ikinamico « Naragenze ndabona » ryanditswe kandi rikinwa n’urubyiruko rw’abanyarwanda bo mu Bubirigi. Uwo mukino werekana ibibazo abana b’abanyarwanda baba mu buhungiro bahura na byo, cyane cyane ku byerekeye umuco.

      Hazakurikiraho ijambo rya NA ushinzwe umuco n’imibanire y’abantu mu ishyirahamwe Jambo asbl, azavuga uko imikoreshereze y’ikinyarwanda yifashe mu bavukarwanda b’ino aha.
      Haziyongeraho ibiganiro bizatangwa n’inzobere z’ngeri nyinshi, cyane cyane ku byerekeye uburyo bushya bwo kwigisha ikinyarwanda.

      Ikindi mu biranga umuco nyarwanda kizahabwa umwanya kuri uwo munsi ni ibirori tuzerekwa n’abato mu bagize itorero Inyange. Abana bo mu itorero Afribel bo bazerekana ikinamico.
      Muri make rero ntimuzacikwe n’uwo munsi niba mushaka kuramira ikinyarwanda, rumwe mu ndimi « bantu » zikize kuri byinshi.

         1 likes

    • Vindu Muka dit :

      frSi quelqu’un écrivait sur cet espace en kikongo, kintandu, tshiluba, kiyaka, kimongo etc…, vous trouverez un bon nombre de congolais reconnus et de tout bord ethnique représenté dans ce pays qui y interviendraient soit pour débattre, soit porter des rectifications sur le sens de certains termes employés, soit sur des faits historiques relatifs à ces ethnies ou tribus bien particulières relatant certaines épopées ou liens avec d’autres peuplades de la RDC, de l’histoire de certains anciens royaumes ou empires aujourd’hui transfrontalières et ce, sans prendre des armes, sans massacrer les autres, sans imaginer des génocides etc… Mais, que constatons-nous avec le kinyarwanda ou le kirundi? Nous assistons à un dialogue de sourds ou à des invectives entre banyarwanda et barundi dans lesquels les populations réellement congolaises n’ont linguistiquement ou historiquement rien à voir ou ne sont même pas concernées, si ce n’est que dans les sévices, crimes et génocides commis par ceux qui réclament, à partir des crimes, viols, rapines, génocides, mensonges, assassinats etc..,d’une « appartenance mutiséculaire » à la RDC actuelle et de leurs « droits inaliénables » sur les terres congolaises du Kivu.

      J’aurais bien aimé participer à cette discussion sur le kinyarwanda ou le kirundi pour sa survie car j’adore les langues congolaises mais, de par le fait que cela relève d’une discussion « exotique » ou « allochtone », en congolais de la RDC non concerné directement, je ne peux qu’observer et attendre que vous, en vos qualités de rwandais, burundais ou peut-être tutsi ougandais vous nous en fassiez une traduction.

      Une chose est sûre; nous avons constaté qu’au Rwanda ou au Burundi, il existerait une langue inconnue qui s’apparentait comme une soeur au français ou à l’anglais, langue dans laquelle, au niveau du son, les « r » remplaçaient les « l » français.

      Exemple: « Etes-vous logés? se dit « Eti vous Roger »? ou « Ré vashi dé ra répibriki di Burundi et di Rwanda vont aré brouter dé rerbi di côté dé ra repibriki démocratiki di Koohngo, démontré crérémant qué re reratio biraterari ou miritiraterari atré ces trois pays voré arègrément comi des oiseaux da ré ciere des gra raki ».

      Traduction en français m’ayant été faite pars les connaisseurs: » Les vaches de la République du Burundi ou du Rwanda vont aller brouter de l’herbe du côté de la République Démocratique du Congo, démontrent clairement que les relations bilatérales ou multilatérales entre ces trois pays volent allègrement comme des oiseaux dans le ciel des Grands Lacs. »

      A part le kinyarwanda ou le kirundi, existe-t-il dans ces deux pays une sorte de créole rwando-burundais ou un genre de « québécois » propre à ces deux pays ressemblant à la langue originelle? Quid des populations dites « banyamulenge », « rwandophones congolais », « tutsi congolais d’origine kinyarwanda » dans l’existence du kinyarwanda ou du kirundi? Pourquoi ne parle-t-on jamais dans ces deux pays frontaliers à la RDC des populations « congolophones rwandais, burundais ou ougandais » à l’instar de ceux qui se font appeler « rwandophones congolais » ou d’autres termes sortis de je sais quel bouquin d’anthropologie ou d’ethnologie?

      A vous lire fraternellement,
      Vindu Muka

         2 likes

  4. Cyprien dit :

    Tres bonne initiative qui devrait faire ecole

       0 likes

  5. rugira dit :

    ndakuramukije Uwase,
    mbonye hari icyo wowe twaganira, natinyaga gufungura imbuga zimwe na zimwe kuko nasanze nyine zisebya urwatubyaye, kubera ibitutsi n’ibindi bintu usanga ntacyo byunguye. Ahubwo mukwibaza aho ikinyarwanda kigana, hari ibyo nibajije nti « uwabisomera umunyarwanda utazi kwisomera, ahari yapfuka amatwi akakubwira ati: ndamaze njye utarize.
    nkubwire urwenya! umusore ananiwe amashuri yagiye muri forode iramuhira; rimwe rero atembereye muri toyota ye aza gutera ikiziba umwarimu bahoze bigana mu mashuri abanza, abonye uko mwarimu ataruka, foroderi ati: umwanzi arakiga!
    ariko tuvuge n’ibifite agaciro nyako: aho uRwanda rubeshyerwa ngo rwareye imbere, bishoboka bite kandi rurimo gutakaza umuco n’ururimi, narwo rero rukaba rutakaye?
    H

       1 likes

  6. rugira dit :

    hashize igihe mbitekerezaho, nsoma gato cyane ibyo abanyarwanda baminuje mu ndimi bakoze, abanyamakuru bamwe babivuzeho hashize igihe kiringaniye, mbuze icyo nkora mfata ikaramu ubu ndimo gutegura umushinga, ahari uzabyara icyo ahandi bita « roman ». mbega nink’umugani, si amateka yuzuye ariko umugani ufatiye ku mibereho y’abanyarwanda bo hambere. ndibwira nti ubwo abanyarwanda bamaze kuba benshi bazi gusoma, ahari uwabaha ibyo gusoma birimo (imvumbura)amatsiko ahagije, ahari byagarurira ikinyarwanda agatege?
    niba rero muvandimwe ubona hari icyo bimaze wambwira utambeshya kuko nahise nkugirira ikizere, ndetse ukanyungura ibitekerezo ku iyandika ry’ibitabo; bwaba ari ubwambere ngize icyo ntangaza.
    urakoze, Imana iguhe umugisha kandi n’undi wese yagira icyo amarira ; mbaye mushimye.

       0 likes

Laissez un commentaire