FR | EN

« Inkeragutabara » : cette milice qui sème la terreur au Rwanda

Publié : le 26 mai 2013 à 20:03 | Par | Catégorie: Actualité

Le récent cas de Jean Claude SAFARI, tabassé à mort par les milices gouvernementales connues sous le nom d’ « Inkeragutabara » (super secouristes), dénote la violence aveugle que perpètrent les milices mises en place par le régime rwandais pour selon lui, « assurer la sécurité de la population ». Ces milices sont mises en cause dans de nombreux actes de brutalité commis à l’encontre de la population, ces actes d’agressions perpétrés par ces derniers, souvent avec la complicité ou l’approbation de la police, mènent dans certains cas au décès de la victime. L’ampleur de ces acharnements que livrent ces milices dans la population pousse certains à les qualifier d’ « Inkerakumarabantu » (les super-exterminateurs).      

Jean Claude Safari

Jean Claude Safari, décédé le 9 mai 2013 de suite de ses blessures. Source: ireme.net

L’agression de Jean Claude Safari a été reportée par le blog Impamo.net. L’histoire de ce jeune garçon d’à peine 26 ans, décédé le 9 mai dernier sous les coups des milices « Inkeragutabara » a ému beaucoup de monde au Rwanda et a mis en lumière une fois de plus, les dérives de cette milice gouvernementale qui agit souvent avec la complicité de la police nationale rwandaise.

 

Les agressions dans la nuit

C’est dans la nuit du 15 février 2013 en venant d’un bar nommé Stalla, et rentrant chez lui dans le secteur de Nyakabanda région de Nyarugenge à Kigali que J. C. Safari est tombé, tout près de chez lui sur un groupe composé de trois milices « Inkeragutabara ». Ceux-ci lui ont demandé d’où il venait à une heure aussi tardive. En effet, il était vers minuit. Ils ont commencé par le  fouiller, puis l’ont tabassé à tour de rôle. Après, ils l’ont amené chez leur chef qui habite tout près de là. Ils l’ont réveillé et tous les quatre se sont mis à battre la victime qui criait tellement fort qu’elle a  réveillé le voisinage. Vers les quatre heures du matin, ils l’ont amené chez Vincent Habintwari, un policier qui habite dans le quartier. Ce dernier, avec deux de ses amis, s’est mis à battre la victime jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus  marcher ni s’assoir. Les voisins ont rapporté à Impamo.net avoir entendu la victime crier pendant plusieurs heures jusqu’à ce qu’il n’en ait plus la force. Selon Impamo.net,  les bourreaux frappaient leur victime à la colonne vertébrale, aux testicules, à la tête et à la basse oreille. Malgré les séquelles étendues  laissées à la victime, les bourreaux l’ont mis dans une voiture et l’ont conduit au  poste de police de Nyamirambo où  on a continué à lui infliger des coups. Jean Claude Safari est resté en prison quoiqu’il ne pût s’assoir, marcher, manger, et respirait difficilement. Ses codétenus ont essayé de le soigner mais il a fini par succomber à ses blessures, quelques semaines plus tard en date du 09 mai. La mère de la victime est partie porter plainte contre les agresseurs de son fils le 11 mai, sans savoir que ce dernier avait succombé à ses blessures deux jours avant (9mai), parce que personne ne lui en avait tenu informé. Le corps avait été déposé dans la morgue de l’hôpital Faysal. Les témoins visuels de l’agression de Jean Claude, et qui ont voulu s’interposer, ont affirmé à Impamo.net, avoir été menacés, c’est notamment le cas d’un certain Jimmy, et Muhirwa Ismael voisins de la victime.

 

Les agressions à toute impunité

Le 22 avril, Epiphanie Mukakimenyi, la mère de Jean Claude Safari, a adressé une lettre au ministre de l’Intérieur lui demandant que justice soit faite parce que jusque-là, seules deux de six milices ayant mené l’expédition mortelle contre Safari avaient été interpellés. La famille du défunt affirme néanmoins ne pas croire à ces deux incarcérations, car les deux personnes interpellées, Munyaneza Theogene alias Kigingi et Halleluiah Emmanuel connu sous le nom de Gasongo, n’ont pas été présentées à la justice à temps, ce qui a été interprété par la famille éplorée comme une mauvaise volonté de la police qui cherche à libérer les deux suspects car n’ayant pas été présentés à un juge dans le délai prévu par la loi.

Quant au sort réservé à Vincent Habintwari, le policier qui a achevé la victime, il reste incertain. Le journal Izuba-Rirashe.net a reporté le mardi le 15 mai que Vincent Habitwari est poursuivi pour coups et blessures. Néanmoins ce qui reste incompréhensible est que le porte-parole de la police Theos Badege a affirmé que Mr Vincent H. a été arrêté le 15 février, mais jusqu’à maintenant n’a toujours pas comparu devant un juge alors que la loi rwandaise souligne que le suspect doit être présenté devant un juge au plus tard 7 jours suivant son arrestation.

Ce mardi 21 mai, l’affaire connaissait un nouveau rebondissement lorsque la haute Cour de Kigali refusait, la mise en détention de Vincent Habintwari et deux autres suspects poursuivis dans cette affaire, apprenait-on du journal umuryango.com. Cette décision a mis en colère la mère de la victime qui s’est rendue au domicile du procureur général Martin Ngoga, afin de lui demander comment « peuvent-ils laisser en liberté les assassins de son fils, alors qu’ils habitent même à côté de chez elle ? »

Elle reste jusqu’à présent dans l’attente d’un procès.

 

Les agressions de plus en plus nombreuses

L’agression mortelle de Jean Claude Safari n’est pas un fait isolé, en effet, il est régulièrement rapporté des cas d’agression commise par les milices « Inkeragutabara ». Le dernier cas en date est une agression d’un jeune garçon d’une quinzaine d’années à peine, datant du 04 avril dernier, à Rwazamenyo dans la région de Nyakabanda dans les bas lieux de Kigali. Le jeune garçon a été battu et laissé pour mort au milieu de la rue. Quand les habitants sont arrivés sur place pour voir ce qui se passait, les milices s’étaient volatilisées. Les habitants de la région ont reporté au média Ikazeiwacu leur ras-le-bol face aux nombreuses agressions perpétrées par les milices Inkeragutabara, au point que dans la région de Rwazamenyo, il est quasiment risqué de sortir la nuit.

A Nyarutarama dans la région de Kigali, on signalait une agression grave d’un habitant connu sous le nom de Kidamage, qui a été grièvement blessé et a été trouvé, gisant sur le sol, suite à son agression par les milices Inkeragutabara. Cette énième agression  dans le village (Umudugudu)  de Kibiraro dans la région de Nyarutarama, a poussé les responsables du village à demander à la population de se révolter publiquement contre les dérives des milices Inkeragutabara. Dans cette région, ces milices sont surnommées les « inkerakumarabantu » (les supers-exterminateurs).

 

Les milices soupçonnées d’être les auteurs des incendies de ces derniers jours

L'Usine Faprobe en feu le 14 février 2013, source: umuseke.com

Les milices Inkeragutabara sont également mises en cause dans des incendies inexpliqués qui ont été signalés un peu partout au Rwanda ces derniers jours. En effet dans la nuit du 20 mai dernier, un bâtiment servant de dortoir pour garçons de l’école secondaire de Ruhango( centre) a pris curieusement feu. Dans la même nuit, le New Bandal, un bar dans la région de Kicuriro à Kigali prit aussi mystérieusement feu. La veille (le 19mai), deux maisons de commerce dans la région de Nyamasheke (Ouest) furent consumées par le feu. D’autres incendies mystérieux ont été signalés peu avant, comme celui qui a touché le 14 février dernier, l’usine FAPROBE qui fabrique des produits en béton, à Kigali. Selon Veritasinfos.fr, un site d’information sur le Rwanda, le régime de Kigali se servirait des milices Inkeragutabara, pour incendier les biens appartenant aux personnes soupçonnées de critiquer le pouvoir. L’objectif serait selon Vertasinfos, d’appauvrir les personnalités détenant des affaires florissantes, et qui critiquent le pouvoir. Pour les sources policières rwandaises toutefois, « ces incendies seraient provoqués par les circuits électriques ».

 

A la tête de la milice, un général à la réputation barbouillée

Les milices « Inkeragutabara » sont dirigées par le général Fred Ibingira,  poursuivi par la justice espagnole pour avoir été « le responsable direct des massacres commis contre la population civile au Bugesera, Mayaga et Butare en 1994 ». Il est également pointé du doigt comme étant celui qui a dirigé et organisé le 22 avril 1995, les massacres de Kibeho qui ont provoqué plus de 8000 victimes. Le général Ibingira est connu aussi comme celui qui a dirigé l’escadron qui a assassiné sauvagement le 5 juin 1994 à Kabgayi (centre du Rwanda), plusieurs ecclésiastiques catholiques, dont trois évêques (Mgr Joseph Ruzindana, évêque de Byumba (Nord), Mgr Thaddée Nsengiyumva, évêque de Kabgayi (Centre), Mgr Vincent Nsengiyumva, archevêque de Kigali).

 

Jean Mitari

Jambonews.net

 

http://www.ireme.net/yahondaguwe-ninkeragutabara-ahuhurwa-nushinzwe-iperereza-bimuviramo-gupfa/

http://www.izuba-rirashe.com/m-596-umwe-mu-bapolisi-bakuru-ushinzwe-iperereza-arafunzwe.html

http://ikazeiwacu.unblog.fr/2013/04/04/rwandainkeragutabara-zikomeje-kugarika-ingogo/

http://ikazeiwacu.unblog.fr/2013/04/15/nyarutarama-inkeragutabara-zirashinjwa-urugomo-rukabije/

http://jambonews.net/actualites/20130409-assassinats-des-trois-eveques-en-1994-au-rwanda-lordre-venait-de-paul-kagame/

http://umuseke.com/uruganda-faprobe-rwadukiriwe-ninkongi-yumuriro/

http://www.veritasinfo.fr/article-rwanda-umutwe-w-abakomando-b-inkeragutabara-niwo-uri-gutwika-amazu-hirya-no-hino-mu-gihugu-117945707.html

 

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

19 Commentaires à “« Inkeragutabara » : cette milice qui sème la terreur au Rwanda”

  1. Gikongoro dit :

    je vois que les Interahamwe de Paul Kagame se positionnent de plus en plus dans les pas des ceux de Habyarimana.

       8 likes

    • RASEC dit :

      Gikongoro, il me semble qu’au vu de l’organigramme des INTERAMWE dits de Habyalimana, en réalité, il s’agit des Interhamwe de Kagame et ce, pour des raisons irréfutables suivantes.
      1- Le créateur de ces Interahamwe n’est autre que Gasana, un tutsi ( à l’instar de Nsekalije Aloys, il a apporté les preuves qu’il est tutsi et qu’il a toujours agi dans l’intérêt des siens), membre notoire du FPR, un espion de celui-ci au sein du MRND d’abord et du MDR ensuite et expert dans la transhumance ou vagabondage politique.
      2- Les chefs des Interahamwe et ce, à tous les échellons, étaient majoritairement des Tutsi, membres des milices du FPR, opérant sur l’ensemble du Rwanda.
      Espion qu’il était, Kagame a conçu une stratégie d’infiltration-destruction de tous les partis politiques rwandais via -certains dirigeants et cadres des partis politiques d’alors et des jeunes rwandais Hutu ( par le biais de Kanyarangwe, Rucagu Boniface et certains officiers des ex-FAR qui ont recruté massivement des jeunes de leurs patelins d’une part et – des Tutsi ( par l’intermédiaire des infiltrés tutsi des autres jeunesses des partis d’opposition) d’autre part, le tout aux seules fins d’optimiser la victoire de Kagame.
      Il s’ensuit que la destruction est d’abord imputable aux Hutu dépourvu de moralité et de dignité élémentaire. Kagame ne les-a-t-il remerciés comme il se doit et avec raison? La stratégie de Kagame a été cyniquement payante car les crimes qui ont été commis par ses Interahamwe et autres infilitrés des partis des jeunesses des partis politiques d’alors ont été et sont encore aujourd’hui imputés aux faux Interahamwe, devenus aujourd’hui un nom générique de tous les Hutu, indifféremment de leurs ex-politiques.
      Ce qui est malheureux, c’est que ces gens n’ont jamais osé et n’osent pas dire publiquement la vérité.Certains, préalablement préparés par un service spécial dans la fabrication des faux témoignages contre les Hutu d’Arusha, moyennant une certaine somme de faux dollars au demeurant, sont même allés charger Mathieu Ngirumpatse notamment alors que celui-ci ne pouvait et ne peut même pas tuer un chat. Ils ont refait la même chose contre Zigiranyirazo, mais leurs méfaits sont tombés dans l’eau grâce à sa redoutable équipe de la défense. En effet , leurs pseudos témoignages étaient contradictoires et certains ne connaissaient même par l’accusé alors qu’ils avaient affirmé que celui-ci leur avait fourni les armes pour génocider les Bagogwe. Un autre exemple récent, les Interhamwe et autres milices de Kagame sont allés charger Docteur Ngirabatware Augustin. Ils ont affirmé que celui-ci leur a fourni les armes et les a dirigés pour génocider les Tutsi de sa commune, alors qu’il est de notoriété publique que l’accusé n’a jamais mis ses pieds ni dans son village ni dans sa commune aux dates invoquées par le procureur gambien. Les faits sont vérifiables. Certains sont connus ici au Rwanda et dans leurs villages. Après leur retour d’Arusha, ils sont allés à la messe. Au ragard de ces faits qui dépassent mon niveau quant aux explications rationnelles relativement à la réduction à l’échelle infra-animale de ces gens, la question que je me pose est la suivante.Alors que les curés, les imams, les pasteurs et autres connaissent les méfaits de certains de leurs fidèles, pourquoi restent-ils silencieux? Quel est leur rôle à l’égard de membres de leurs religions? Que font-ils précisément. J’ai écrit à un évêque pour lui faire part de cette observation, il ne m’a jamais réciproqué.
      Sur, ordre de Kagame, Interahamwe sont enseignés dans toutes les écoles du Rwanda comme étant une organisation de criminels hutu qui a été créée par le président Habyarimana pour génocider les Tutsi. Les gamins Hutu qui n’étaient pas encore nés doivent apprendre que leurs parents et grands-parents sont des INTERAHAMWE et donc des génocidires et conséquement, ils sont vus et considérés par leurs petits camarades tutsi comme étant les enfants des génocidaires dont ils doivent se méfier car un hutu est génétiquement génocidaire selon Kagame.Outre l’apartheid notoire qui régne en maître ici au Rwanda contre les Hutu, Kagame a divisé le Rwanda en deux strates sociales, celle des Hutu, génétiquement criminels et celle de Tutsi, génétiquement et héréditairement rescapés du génocide des Tutsi. Les Hutu de tous âges doivent accepter leur place, choisie par Kagame selon ses propres critères. Il en est de même des Tutsi en sus des droits spéciaux y afférents prévus par la constitution Kagame. Pourtant Kagame et les siens connaissent la vérité et savent ce qu’ils ont fait au surplus.Ils ne sont pas les seuls à connaître la Vérité et leurs méfaits qui sont internationalement connus. Les méfaits de Kagame sont d’une extrêmement graves pour le Peuple Rwandais. Par l’apartheid qu’il a mis en place et applique avec sa conséquence première à savoir la discrimination contre une partie des Rwandais, Kagame détruit le Rwanda à petit feu. Les malheurs de notre pays et des Rwandais ne sont-ils pas des Rwandais eux-mêmes à savoir les prétendus dirigeants? Les faits évoqués sont irréfutables. Je n’ignore pas que la Vérité blesse celui qui n’est pas en état l’affronter tout droit et l’histoire ne pardonne jamais l’irresponsabilité d’un dirigeant d’un Etat en l’occurrence.

         0 likes

  2. mutoni dit :

    Merci Mitari pour cet article instructif. Qu’est ce que c’est ce pays où on tabasse et on tue des gens en toute impunité ?

       7 likes

  3. JEFF dit :

    Inkeragutabara ahubwo zisigaye zinatera amagerenade, ibi kandi byahamijwe n’umu General uyoboye ingabo mu majyepfo

    http://www.jambonews.net/actualites/20130526-inkeragutabara-cette-milice-qui-seme-la-terreur-au-rwanda/

       1 likes

  4. Rwemalika Théoneste dit :

    Jean Mitari,

    Depuis un certain temps, je ne suis vraiment plus étonné par les articles de Jambonews. La désinformation systématique et l’exploitation cynique de faits divers ont atteint des niveaux alarmants.

    On pouvait, au départ, être séduit par la jeunesse et le sérieux des journalistes de Jambonews, même si vous étiez politiquement engagés (qui ne l’est pas ?). Mais tout doucement, vous avez glissé vers un genre détestable où l’analyse politique a cédé la place à un acharnement politique, ne craignant même pas utiliser des faits divers.

    Je rappelle que le 6 juillet 2011, Mbonyumutwa Ruhumuza nous avait titré : « Rwanda : une officielle britannique agressée » (http://www.jambonews.net/actualites/20110706-rwanda-une-officielle-britannique-agressee-a-kigali/). Il s’agissait d’Elisabeth Carriere, responsable Rwanda-Burundi du Département Britannique pour le Développement International (DFID), qui avait été agressée à Kigali en date du 22 mai 2011 alors qu’elle effectuait un footing. Un vol à l’arraché où un homme lui avait dérobé 10.000 Frw. Rien de plus normal pour un journaliste d’écrire un article sur ce sujet, dans la rubrique « faits divers ».

    Mais le pire allait arriver. Ruhumuza a cru découvrir qui se cachait derrière cet horrible complot. Il a osé écrire : « Le gouvernement du FPR est habituellement très agressif et a des réactions très virulentes à l’encontre de toute voix critique, qu’elle soit nationale ou internationale, de sorte que d’aucuns voient dans cette agression une manière détournée d’avertir la Grande Bretagne que continuer à porter publiquement de graves accusations sur le Rwanda pourrait engendrer de fâcheuses conséquences ».

    Son article a fait un flop magistral. Lisez simplement les commentaires qui ont été publiés sur cet article.

    Mais comme si cela n’était pas suffisant, vous, Jean Mitari revenez à la charge ! Vous prenez un fait divers triste et malheureux, une bavure inacceptable de forces de l’ordre, comme il en existe dans tous les pays de ce bas monde, pour en faire une exploitation politicienne. Du pain béni.

    En effet, vous osez écrire : « Le récent cas de Jean Claude SAFARI, tabassé à mort par les milices gouvernementales connues sous le nom d’ « Inkeragutabara » (super secouristes), dénote la violence aveugle que perpètrent les milices mises en place par le régime rwandais pour selon lui, « assurer la sécurité de la population […] Les milices « Inkeragutabara » sont dirigées par le général Fred Ibingira, poursuivi par la justice espagnole pour avoir été « le responsable direct des massacres commis contre la population civile au Bugesera, Mayaga et Butare en 1994 ».

    Voilà, comment un journal en faim de scandale politique, transforme cyniquement une grave bavure de forces de l’ordre en un crime d’Etat ! Et n’allez surtout pas dire que, par cet article, vous êtiez intéressé par le sort de ce jeune homme! Non, car si c’était le cas, vous vous en seriez arrêté aux faits et demandé simplement que les auteurs de ce crime soient punis, sans en faire une exploitation politicienne ne se basant sur le moindre commencement de preuve.

    Vous devriez avoir honte.

    Rwemalika Théoneste

       7 likes

    • Vindu Muka dit :

      @ Rwemalika Théoneste,

      Il faudrait faire un tour du côté du site kagamo-nazi NANOJV pour que ce que vous avancez soit réellement pris en compte sans esprit contradictoire. Sur « Jambonews », tout le monde a droit à la parole, vous constatez vous-même que vous ne tournez pas sur les fameux microsillons « His master’s voice » (la voix de son maître).

      Continuez à nier les crimes du régime du furher des Mille Collines, nous serons tous debout pour vous porter la contradiction et faire voire au monde entier que votre mensonge non seulement ne tient plus, MAIS NE TIENDRA PLUS JAMAIS.

         7 likes

    • J.K dit :

      Rwemalika,

      C’est plutôt vous qui devriez avoir honte !
      SVP, Foutez la paix aux journalistes de Jambonews.
      Eux ils sont pro dans leur domaine. Alors que vous , vous vous êtes enfermé dans une propagande aveugle et stérile pro Kagame-FPR ! Votre excès de zèle vous perdra, comme disait l’autre journaliste !

      Le ridicule ne tue pas vraiment … comme vous l’écrivez souvent !!
      C’est peut-être pour cela que vous persévérez dans votre délire Fprien !

      J.K

         6 likes

    • edouarda dit :

      Monsieur Rwemalika (Nduhungirehe). Honte ? Et un gouvernement qui accuse une Victoire Ingabire d’avoir des liens avec le FDLR or que cela est totalement faux ? Ou pour aller plus loin: les inventions de « l’Akazu » qui n’a jamais existé, l’importation ‘expresse’ de machètes qui n’a jamais eu lieu, l’attentat perpétré par « les extrémistes hutu » or que tout le monde sait pertinemment bien que c’est le FPR qui l’a fait, la négation des morts de Kibeho, la négation des millions de victimes au Congo… la liste est longue. Qui devrait avoir honte pensez-vous ?

         3 likes

    • Hendrix dit :

      @ Rwamalika ,

      Je trouve ton commentaire tres pertinent . Un journal, professionnellement doit etre objectif et non partisan. En lisant les articles de certains que Je ne considere pas comme journalistes mais opposant, Je trouve qu’ils essaient de se rattraper avec les atrocites commis pendant le regne de leurs freres et vous allez remarquer que , ils essaient de faire une analogie mensongere avec ce qu’ils avaient fait et pensent que tout le monde a leurs mentalites. Voici quelques analogies qu’ils essaient de nous faire avaler :

      1. Les Interahamwes qui ont exterminer les Tutsis (femmes enceintes, personnes agees,bebe, foetus …) avec une liste bien etablie.
      Analogie : Inkeragutabara qu’ils ont invente de toute piece.

      2. Le AKAZU qui etait compose de la belle famille de Kinani et qui avait la main mise absolue sur les affaires d’état jusqu’a aller assassiner leur mari pour le pouvoir.

      Analogie : Ils essaient d’inventer chez les nouveaux dirigeants un AKAZU .

      3. Le genocide : Il etait planifie depuis longtemps ( 1959 , 73,90) ils pretendent que C’est a cause de l’assassinat du president que le genocide a eu lieu.Quelques soient les raisons, Je ne vois pas comment on peut chercher a exterminer tout un peuple. Les massacres de Bagogwe, de byutso,vous me direz que C’est après l’assassinat de Kinani?

      Analogies : Ils inventent un genocide Hutu alors que le FPR pourchassaient les responsables de genocide. Je pense pas que le FPR avait une liste pour commettre ce sois disant genocide Hutu . Vous me direz que meme les Hutus qui sont morts par le cholera, C’est le FPR qui les avaient tuer. Comment plus d’un million des personnes peuvent survivre en marchant dans la foret equatoriale sans nouritures, sans medicaments et tous ces morts vous les mettez sur le dos de Kagame .

      4. Hutu power a reellement existe( palipehutu) contrairement a votre invention de Tutsi power qui existe que dans vos tetes.

      Cela montre que ce journal cherche uniquement a nuire au gouvernement actuel mais c’est une peine perdu. C’est comme une goutte d’eau dans l’ocean. Et cela n’empechera en aucune maniere le Rwanda de se developper et d’être un modele economique pour les pays du tier monde.

         3 likes

      • Malik dit :

        Je suis loin d’être d’accord avec vous, mais vous soulevez une question que je me suis toujours posé.
        On accuse Kagame d’être responsable de la mort de plus de 8 millions de congolais, mais comment 8 millions de personnes peuvent mourir sans que l’on ne s’en aperçoive ?
        Je sais pas si vous vous rendez compte, mais c’est presque la population belge entière rayée de la carte comme ça ?

           3 likes

    • Gatera dit :

      Monsieur Rwemalika Théoneste,
      avec des pensées comme les tiennes, c’est à dire prise de position dans l’aveuglette, le Rwanda ne se développera pas, je ne suis pas anti régime actuel, mais faut reconnaître que cet article de jambonews ne fait que décrire un mal qui se repend au Rwanda de plus en plus : les Inkeragutabara font régner la terreur au sein de la population . Je peux te décrire une dizaine des cas, qui m’ont été rapporté par ma famille qui y habite. Des hommes sont battus et humiliés tous les jours devant leurs femmes et enfants par ces milices, qui se livrent également à la raquette dans les marchés et sur les passants. A la campagne, la terreur de ces milices est même beaucoup plus étendue que dans les villes. Monsieur Rwemelika peux tu me dire que tu n’as jamais entendu parler même ailleurs que dans les journaux les agressions des Inkeragutabara ?

         5 likes

  5. NIMPORTEQUOI dit :

    Quelle blague! Maintenant ce sont les enfants des INTERAHAMWES qui dénoncent les milices au Rwanda! « A chacun son tour chez le coiffeur ». Kagame ne fait qu’appliquer les méthodes inventées par l’ancien régime.

       2 likes

  6. Arcane dit :

    @Nduhungirehe (alias Rwemalika)
    Tu salis la mémoire de ton père.C’est la honte

       2 likes

  7. marie kabwire dit :

    tant que ne sera appliqué la proposition du Président tanzanien Jakaya Kikwete sur les dossiers des grands lacs, ( Dialogue, inter-rwandais et inter-ougandais)les guerres ne cesseront pas dans cette sous région!!! Et si l’on peut refaire la carte de l’Afrique, il faut séparer les tutsis des autres peuples! et leur donner un pays pour eux seuls,soit le Rwanda ou le Burundi! ainsi on verrait comment ils traverseront les frontières pour agresser les autres chez -eux! Parce qu’ils pensent que le monde leur appartient!

       0 likes

  8. Bagaza muzo dit :

    Longue vie au président Kagame ! Sinon…

    Par La Rédaction

    484Lectures

    Publié dans

    Politique

    Avec comme mot clé

    Dans la même rubrique

    Le débat sur la désignation du porte-parole de l’opposition relancé

    Le pavé du Président Tanzanien, Jakaya Kikwete!

    Kambinga vs Kabwelulu : la motion de défiance bloquée

    RSF fustige les menaces du M23 contre la presse dans l’est de la RDC

    Trierweiler vient défendre les femmes violées en RDC

    Il semble que l’on ne parle plus que de cela au Rwanda ou disons qu’on parle beaucoup de ce qui arrivera ou devrait arriver une fois que le président Paul Kagame sera parvenu – Si Dieu le veut ! – au terme de son second mandat en tant que chef de l’Etat rwandais.

    Et pourtant ! La dernière Constitution de la République du Rwanda ne date que de 10 ans et elle dispose qu’après le second mandat du titulaire du poste suprême, il faut trouver un nouveau candidat pour l’élection présidentielle.

    Pour éviter que le pays ne recule ou ne sombre à nouveau, certains militent en faveur du maintien de l’homme fort de 1994 mais dans cette affaire il faut aussi envisager le pire avant l’an deux mil dix-sept. Si nous souhaitons longue vie au président Kagame, nous ne pouvons savoir de quoi l’avenir sera fait et nous ne pouvons envisager deux mille dix-sept comme si nous étions sûrs que lui et nous serons toujours présents. Que nous soyons même présents physiquement, rien ne garantit que les circonstances soient toujours les mêmes et que les mêmes personnes puissent remplir les tâches qu’elles assument aujourd’hui.

    Il est étonnant voire inquiétant que le départ dans 4 ans de Paul Kagame de la présidence qu’il occupe depuis 2000 ( il a été vice-président de 1994 à 2000 et a remplacé Pasteur Bizimungu de 2000 à 2003) soit considéré comme une transition délicate alors que personne n’envisage que le Front patriotique rwandais perde le pouvoir au profit d’un autre parti.

    Lorsque Kagame a assumé la présidence en 2000, le FPR s’était félicité de ce que pour la première fois en quatre décennies, un chef de l’Etat rwandais en avait remplacé un autre sans violence ni effusion de sang.

    Treize ans plus tard, la succession de l’actuel chef de l’Etat devient la question numéro un de l’agenda du pays… quatre ans avant le terme. On ne peut pas leur reprocher de prendre la question à la légère… 2017 sera-t-elle l’année de tous les dangers si Kagame se retire ? Nous ne le pensons pas, et ce ne devrait pas être le cas et il a lui-même affirmé qu’il pourra servir le pays dans une autre qualité. Il ne faudra rien inventer, il est en plus de chef de l’Etat, président du parti au pouvoir depuis 1994 et il est toujours général-major des Forces rwandaises de défense.

    Une solution à la russe dans laquelle le président deviendrait premier ministre est envisageable : si le PM est aujourd’hui juste une coordinateur discret du gouvernement, il en serait tout autrement au cas où le titulaire de la fonction était le général-major Paul Kagame. Lorsqu’il était ministre de la défense et vice-président de la république, il avait plus de pouvoir que le premier ministre et le président de l’époque réunis. C’était informel mais c’était réel.

    En refusant de considérer le départ de Paul Kagame comme un évènement banal, le Rwanda du FPR reconnaît que le pays est toujours fragile et que son système est précaire au point qu’il dépend grandement d’un seul homme. D’un homme seul et non de toute l’organisation qui est derrière lui.

    Si Kagame reste après 2017 à la présidence de la République du Rwanda – Inch Allah ! – il faudra espérer que nous n’aurons pas simplement repoussé le problème à 2024 en espérant et en priant que le temps le résoudra comme par miracle.

    NKB 19/02/2013

    Au nom de la spécificité du Rwanda et de sa réussite reconnue, les leaders d’opinion rwandais revendiquent le droit des Rwandais de choisir leur voie hors des sentiers battus : selon eux, ils ne devraient pas simplement laisser partir Paul Kagame pour faire plaisir à la communauté internationale. Donc tout va bien au Rwanda, les problèmes viennent d’ailleurs !

       0 likes

  9. Anita dit :

    Au Burundi les tutsi sommes restés coe tels et les Hutus même chose,maintenant on a un problème de gouvernance et non de collines.La question que je me pose:Pourquoi à Kigali on dit au monde entier que les tutsis et le Hutus n’existent plus en terme de nomination,alors qu’au lieu de parler du Génocide Rwandais, votre régime parle de Génocide Tutsi? Ne voyez vous pas que vous avez une certaine hypocrisie dans votre propre histoire?Vous vous compliquez la tâche vous même avec des concepts que vous déformez vous mêmes suite à une raison que votre régime seul connait.Coe je viens de le lire un peu plus haut sur ce forum,le Rwanda se développe,je doute de votre forme de développement,car Le Rwandais lui même est resté au moyen âge dans son cœur.
    Des gens son morts dans leurs cœurs impuissants,dépourvu de toute parole contraire à celle du guide.En lisant le livre sur la vie de Mobutu, j’ai compris que Kagame,Museveni ne sont pas loin des ses idées,la seule différence le premier régnait durant la guerre froide et les derniers eux sont dans le marasme multipartisme.A Kigali c le parti Unique qui décide et oriente, à Kampala c’est The Mouvement qui se différent jamais du MPR de Mobutu.Au Burundi le dialogue est permanent,en RDC eux sont tjrs dans des dialogues.Je me rappelle que la Rdc était à Suncity pour dialoguer d’où les Ruberwa et autres sont sorties vice présidents pour une transition qui a débouché aux élections de 2006.Kampala n’a jamais accepté le dialogue,le Rwanda lui il ne faut même pas y penser,en écoutant votre ministre des affaires étrangères l’autre fois sur RFI sur la question j’ai eu la chaire de poule. Votre avenir dans la région,je ne sais pas. On ne trompe jamais tout un peuple tout le temps. Kikwete a touché juste sur un sujet que tout le monde pensait déjà.Dialoguer n pas une faiblesse.Les Malien vont dialoguer,Les congolais le font déjà à Kampala,Les Burundais nous le festons chaque jour,en Afrique du sud ils l’ont fait. Chez vous tout doit être exceptionnel.Attention aux illusions sur terre.Je ne vois pas Kagame fort ou serviable plus que: Lumumba,Nkruma,John Garang,Jonas Savimbi,Mobutu,Bokassa,Kadhafi,Samora machel,Modibo keita,Sankara,Idi amin dada,Chavez,Commandât Masoud,Benladen,Farah aidid,Moubarak,Ben Ali,Mouhamed Boudiaff…La liste très longue.Pour vous vous trouverez une explication pour montrer que Kagame est Unique.C’est bon pour vous. Il faut savoir lire les signes du Temps. J’ai vu des image sur le net comment Kagame était ridicule à Londres Passé par une toute petite porte lui le général Major de l’armée Rwandaise.Bref à chacun sa vision et son choix.

       2 likes

  10. Bagaza muzo dit :

    Mes amis Congolais qui habitent les Kivu et d’autres provinces m’ont dit que les militaires Tutsi ont massacré plus d’un million de Hutu au Congo entre 1996 et 1998.
    En fait combien de Tutsi ont été tués en 1994, si l’on retranche les Hutus modérés ?
    Sur la balance des deux génocides (Tutsi et Hutu), le nombre de Tutsi tués pourrait être un tiers de celui des Hutus massacrés dans le contre-génocide des FPR. Faites les calculs et répartissez les deuils et les niveaux de responsabilité et de sauvagerie en fonction de ces proportions, vous qui êtes habitués au sang depuis vos ancêtres lointains, à en croire le Rwandais le plus éminent, Alexis Kagamé dont j’ai lu les livres il y a peu pour essayer de connaître les racines de la méchanceté rwandaise.

       0 likes

  11. RASEC dit :

    Hendrix, il me semble que vos commentaires sont cyniques, partisans et abscons au surplus et conséquement ils n’apportent rien aux lecteurs de Jambo News dont la qualité informative de ses articles n’est pas à démontrer.
    Monsieur Nduhungirehe Olivier, fils de Jean- Chrisostome Nduhungirehe, défend son bifteck. Il faut qu’il prouve au maître de Kigali qu’il oeuvre pour le régime. Son père fut un grand serviteur de la Nation et tous les Rwandais qui l’ont connu ne peuvent pas m’infirmer. Son fils Olivier a fait son choix, celui d’intégrer et de défendre bec et ongles le régime Kagame.
    Il s’ensuit que nul ne peut le critiquer quant à son choix. Toutefois, si défendre le régime dont il est serviteur est son droit absolu et son devoir, il ne peut cependant pas nier l’évidence ou se livrer aux fabulations relativement aux FDLR à l’instar de sa patrone à savoir Mushikiwabo. Si le génocide dit des Tutsi a été planifié en 59, 73 et 90, par les gouvernements d’alors, dites-vous, il serait alors judicieux pour vous de dire à Nduhungirehe Olivier que son feu père a commis le génocide des Tutsi. Au regard de vos dires, il me semble vous n’êtes pas Rwandais et que vous reproduisez les galimatias amphigouriques glanés dans les bistrots de Kigali ou d’ailleurs. Dans le cas contraire, vous êtes de mauvaise foi ( car je ne peux imaginer que vous n’ayez pas des prolégomènes en histoire de notre pays). Pour le reste, on reconnaît l’arbre à ses fruits. Pour votre information, les Bagogwe de Kabatwa ont été tués par les éléments du FPR en uniformes des ex-FAR et il ya a des rescapés qui sont ici au Rwanda et qui témoigneront le moment venu. Kagame a ensuite imputé ses méfaits au gouvernement rwandais d’alors.Tu le sais mieux que quiconque que Kagame et les siens sont experts en perfidie. Si vous êtes saint d’esprit et conséquent avec vous-même, vous ne pouvez pas nier que ce sont les soldats de Kagame qui ont massacré des centaines des tutsi venus de la RDC qui avaient été installés dans le camp de Mudende, massacres que Kagame a ensuite imputés aux Abacengezi aux seules fins de nettoyer toute la région des Hutu, femmes, enfants et hommes de tous âges y compris les grabataires dont une personne âgée de cent ans, aveugle et atteinte d’une tumeur du cerveau. Elle a été éventrée par les bouchers de Kagame, le 22 février 1997 dans l’après-midi, un bébé de deux ans qui était à côte du cadavre de sa mère éventrée, les boureaux lui ont fait boire le produit pour tuer des rats, le 22 février de la même année.Que votre créateur ait pitié de vous.

       2 likes

  12. Fueille de chêne dit :

    Vous,avec vos belles phrases vous ne démentez en rien que ces SS qui tuent pour le compte du Gouvernement existent…Ce que Jambonews n’ a pas osé de dire,c’est que ces assassins s’en prennent exclusivement aux HUTUS véritables souffre-douleurs des extrémistes Tutsis…La question est « Qui pourra vous arrêter avant que vous n’exterminiez tous les Hutus à la face du monde »?

       3 likes

Laissez un commentaire