FR | EN

Belgique : La diaspora congolaise pense à se (re)structurer.

Publié : le 2 juillet 2013 à 21:11 | Par | Catégorie: Actualité

Le 30 juin 2013, les congolais de par le monde ont commémoré le 53ème anniversaire de l’accès de leur pays à l’indépendance. En Belgique, où réside une forte diaspora congolaise, diverses manifestations ont été organisées.  L’une d’entre elles, réunissant le 29 juin 2013  à Bruxelles dans le quartier Matonge  quelques membres  de la communauté congolaise, s’est donnée comme mission de sensibiliser les congolais de Belgique sur la nécessité de mieux s’organiser.

Plusieurs personnalités ont pris part à cette journée qui fut ponctuée de diverses  activités : une conférence-débat sur l’évolution historique de la République Démocratique du Congo, le témoignage du  Doyen Joseph Mbungu, ancien combattant de la Force publique congolaise, l’intervention de certains acteurs  tant du milieu associatif, culturel et scientifique à l’instar de Monsieur Pie Tshibanda, psychologue et conteur,  de l’humoriste Kody et de la journaliste  Gia Abrassart  et enfin la prestation émouvante de la metteuse en scène Stella Kitoga Bitondo sur la situation qu’ont vécu et vivent encore les femmes dans la partie est de la RDC.

Cette journée fut aussi l’occasion de réfléchir sur la mise en place dans un premier temps d’une Fédération des Congolais de Bruxelles  à l’instar de celle de Liège et ensuite d’une Fédération des Congolais de Belgique « A Liège, nous confie Damien Twambi, président de Fédération Congolaise de Liège, nous avons une structure qui existe et qui  fonctionne et nous travaillons principalement pour l’épanouissement et le développement des congolais ».  En effet, la communauté congolaise de Liège et même celles des autres villes en Belgique sont sujettes  à des multiples problèmes : beaucoup de jeunes  confrontés à des questionnements identitaires sombrent facilement dans la délinquance, peu d’entreprises lancées par des congolais sont soutenues et  la communauté congolaise, malgré le nombre important des personnes qui la composent ne semble pas peser en Belgique.  «  Se fédérer » est une nécessité nous avoue Jean-Yves Kitantou, belge d’origine congolaise, Président des jeunes du CDH et  présent à cette rencontre, « c’est important pour la communauté congolaise de pouvoir travailler sur sa culture et sur les défis qui sont les siens. C’est le combat de sa présence ici en Belgique » ajoute-t-il.  La première mission de la future Fédération des Congolais de Belgique serait  donc de lutter pour l’épanouissement et  le développement des congolais vivant en Belgique. Malheureusement, les organisateurs de cette journée ont dû faire face à un autre  type de combat ce jour-là : la manifestation fut perturbée par un groupe des congolais se réclamant être des « combattants ». Faisant irruption dans la salle, ils ont cassé des chaises et du matériel audiovisuel, insulté et roué des coups certaines personnes présentes à ce rassemblement sous prétexte que les organisateurs seraient des « infiltrés » envoyés par le Président Joseph Kabila. « Chaque fois que les congolais essaient de s’organiser, il y ‘a toujours eu de la suspicion chez certains » admet Baby Balukuna, coordinateur des combattant de Belgique et  qui a vigoureusement condamné ces agissements. « Ceux qui sont venus agresser devaient d’abord s’asseoir, écouter et dialoguer au lieu de réagir sur base des rumeurs  et des émotions. C’est pour cela que j’ai aussi été élu : mieux régir notre combat et éviter des  comportements  comme ceux auxquels nous avons assistés,» ajoute-il.  Il aura fallu l’intervention de la police pour que la journée continue jusqu’à son terme.

Ce n’est pas la première fois que des congolais vivant en Belgique tentent de s’organiser et de mettre sur place une structure qui les rassemble. L’expérience fut déjà tentée il y a une dizaine d’années avec la création de l’UNICOB (Union des Congolais de Belgique), organe qui, à cause de diverses raisons, a depuis disparu. « Les tentatives précédentes pour fédérer la communauté échouaient car ceux qui les lançaient ne consultaient pas la base. Ce qui créait une sorte de manque de légitimité» nous livre encore Damien Twambi. Cette énième tentative a-t-elle une chance de réussir ? Confiant, le président de la Fédération des Congolais de Liège nous répond: « Cette fois-ci, nous avons décidé de procéder autrement, la porte est grandement ouverte à tous ceux qui veulent apporter leur contribution, leur expérience pour que cette fédération devienne réellement celle des tous les congolais vivant en Belgique »

L’union fait la force disent les belges. Peu importe les sensibilités de ceux qui la composent, les diasporas congolaises, où qu’elles se trouvent, sont condamnées à s’unir et à se structurer. Il en va de leur crédibilité et même de leur existence surtout quand on sait que certains aspirent un jour à la reconstruction de la République Démocratique du Congo, leur pays d’origine.

 

Prince Djungu

Jambonews.net

 

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

5 Commentaires à “Belgique : La diaspora congolaise pense à se (re)structurer.”

  1. Robespierre dit :

    La communauté congolaise de Belgique est faible à cause de l’esprit de division et l’intolérance. Certain en Europe croit qu’ils ont les monopoles de la raison, ils ont transféré les luttes politique du Congo en Europe. On se retrouve avec trois groupes les pro-majorité, les pro-opposition et les neutres (« wait and see »). Certain congolais dénie la congolité d’autre à cause de leurs opinions. Ainsi la diaspora n’est plus à l’image du peuple congolais, c’est à dire accueillant, tolérant et UNI. Mais, elle est plutôt à l’image des politiciens congolais c’est-à-dire qu’il n’existe pas de bien commun, ni d’objectif commun ni intérêt général mais plutôt des intérêts particulier, et particulièrement à défendre. Je conseille aux initiateurs de ce projet de ne surtout pas rechercher l’unité de congolais mais plutôt d’avoir comme idéologie le développement du congolais où qu’il se trouve quelque soit les régimes ou les tempêtes politiques. La majorité des congolais suivra. Ainsi vous laisserez les choses basses mourir de leur propre poisson.

    Non à la dictature dans la diaspora! Non au terrorisme! Non au débauchage! Oui à une diaspora utile pour le Congo!

       7 likes

  2. congolais dit :

    Merci pour cet article. C’est toujours intéressant de lire les initiatives faites par l’intelligentsia congolaise. Espérons que cette fédération atteindra les objectifs qu’elle s’est donnée

       0 likes

  3. Mpembele Alphonse dit :

    Merci beaucoup, très chers compatriotes pour votre raisonnement constructif. Un intellectuel, c’est celui qui pèse le pour et le contre en sachant que la science évolue par erreur. Ce qui est bizarre que beaucoup de nos compatriotes critiquent seulement sans propositions encourageantes qui pouvaient aider la chose d’aller de l’avant. Ils cherchent toujours à détruire que de construire. Notre pays a besoin des discours constructifs que destructifs. Ne nous laissons pas endormir par des gens pareils. Nous pouvons nous poser la question de savoir, « qui sont ces gens hostiles aux organisations du peuple congolais »? Ne sont-ils pas d’une organisation secrètes pour diviser le peuple congolais et détruire leurs initiatives pour les affaiblir. soyons prudent avec ces pessimistes. Ils peuvent survenir de partout en parlant sous couverts des vrais opposants et vrais défenseurs du peuple congolais.

       1 likes

  4. Sabine de Bethune(CD&V): »Yves Leterme a plusieurs projets au Congo dans le domaine Agricole et Cooperation..La Belgique et la Flandre doivent jouer un nouveau role vis à vis du Congo.L’enveloppe finançière est restreinte-au niveaud’une grosse ONG-500 millions d’euro ».

       0 likes

  5. Bishop Elysée, un prédicateur incendiaire et l’ancien assistant de Bishop Kutino à Kinshasa, a profité de sa position dans la communauté congolaise pour publier un certain nombre de vidéos sur Youtube pour appeler les « combattants » en Grande-Bretagne, Belgique, France, Amérique du nord et Afrique du sud à tuer les Tutsis, où qu’ils se trouvent. Ses diatribes, assaisonnées de références bibliques, insistent sur le fait qu’il faut détruire toutes les familles tutsis et qu’il faut chasser du Congo et tuer tous les Congolais d’origine rwandaise. Son message, pour les survivants du génocide, fait écho de façon effrayante aux mots des intervenants à la radio de la haine Hutu RTLM en 1993-94. S’il est facile pour ceux qui n’appartiennent pas aux communautés congolaises rwandaises de qualifier ces attaques de divagations d’un idéologue extravaguant, il est clair qu’elles attisent la haine ethnique.

       0 likes

Laissez un commentaire