FR | EN

Des militaires Onusiens vont combattre aux côtés des FARDC

Publié : le 26 août 2013 à 11:45 | Par | Catégorie: Actualité

La Mission des Nations unies en RDC (Monusco) a décidé d’engager ses troupes aux côtés des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) contre les rebelles du Mouvement du 23 Mars (M23).

C’est le lieutenant-colonel Prosper Basse, porte-parole militaire de l’ONU qui l’a annoncé. L’engagement militaire onusien intervient après que des obus sont tombés dans la ville de Goma et ont causé la mort de 4 personnes et une dizaine de blessés. Pour le porte-parole de la MONUSCO, cet engagement militaire vise principalement la protection des civils : « La force de la Monusco a pris toutes les dispositions idoines en engageant les positions du M23 à l’artillerie par la brigade d’intervention en soutien aux FARDC. Et aussi nous avons pris les mesures idoines consistant à protéger les populations civiles parce que comme vous le savez, c’est le socle de notre mandat » a-t-il affirmé.

La riposte du M23 n’a pas tardé. En effet, dans une lettre ouverte adressée au secrétaire des Nations Unies le 23 aout dernier, le M23 a accusé les FARDC de manigancer, je cite « des actes d’assassinat dans la ville de Goma, le tout dans l’unique intention de forcer la main à la brigade d’Intervention récemment créée par les Nations-Unies à entrer en action contre nos forces ».

Solution militaire pour la diplomatie belge

Sur le plan diplomatique la situation dans l’Est de la RDC semble préoccuper le chef de la diplomatie Belge. Lors de son récent passage dans la capitale congolaise, il avait réitéré son inquiétude au cours d’un point de presse en affirmant que « la situation dans l’Est de la RDC reste un drame permanent auquel nous devons tout faire pour apporter une solution » avait lancé Didier Reynders.  Le diplomate belge avait revendiqué clairement être favorable à une solution militaire-face à des négociations qui s’éternisent -à Kampala entre les rebelles du M23 et le gouvernement congolais- et s’est dit également opposé à toute intégration des rebelles au sein de l’armée congolaise. « Je crois qu’en matière d’impunité et de réintégration il y a des limites, une ligne rouge à ne pas franchir. J’ai le sentiment – après on peut toujours discuter à la marge – mais j’ai le sentiment que le maximum a été fait par le gouvernement congolais » avait-il déclaré le 13 août dernier.

De son côté le président Joseph Kabila a rencontré son homologue sud-africain Jacob Zuma vendredi dernier à Luanda sur invitation du président angolais Eduardo dos Santos. Au cours de cette réunion, il était question des efforts de paix à fournir en vue de stabiliser la région du Kivu en proie à des violences depuis deux décennies. À l’issue de ce mini-sommet, les trois chefs d’Etat ont signé un accord de coopération militaire avec une formation des forces de sécurité congolaises.

 

Cynthia Bashizi

Jambonews.net

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

2 Commentaires à “Des militaires Onusiens vont combattre aux côtés des FARDC”

  1. pablo dit :

    etre au coter d’un peuple aussi victime par ses alliers et quoi ils diront c’etait une erreur de la part du tireur. je croix que la communaute internationale devriait voir sa politique inegale la reponse a la paix que repond le peuple congolais dans un sens plus large est une lecon le monde entier doivent porter comme exemple et cela par l’appuis des organisme internationaux

       0 likes

  2. Bertrand Loubard dit :

    IL ne faut pas se gratter pour se faire rire…La Monusco ? Rappelez-vous la Minuar qui faisait respecter la zone de contingentement des armes, à Kigali en 93-94, par le gouvernement rwandais, mais fermait les yeux sur les importations à ciel ouvert des armes via l’Ouganda malgré la présence la MONUOR et qui « couvrait » les infiltrations des FPR, au CND, avec armes et bagages. Les conclusions biaisées de l’enquête de HRW qui resta trois semaines à enquêter librement dans la partie du territoire rwandais géré par le gouvernement et moins de 12 heures, sous escorte armée du FPR, dans la partie occupée serviront de mode d’emploi à la Minuar. La Minuar ? Après enquête, elle a du admettre que c’était le FPR qui avait bombardé volontairement l’Eglise de la Sainte Famille où s’étaient réfugiés des centaines de Tutsi….mais n’en a jamais fait mention dans ses rapports officiels. La Minuar ? Les uniformes des « soldats et/ou officiers casque bleus » étaient systématiquement « volés » (pour ne pas dire donnés), uniformes qui s’étaient peut-être retrouvés sur les épaules des trois « casques bleus » tombés dans une embuscade sur la route de l’Aéroport le 7 avril au matin comme, annoncé sur RFI, et dont personne ne peut parler. La Minuar dont le « peloton mortier » a fait une mission mystérieuse, dans la Parc de l’Akagera le 06/04/94, mission à propos de laquelle personne ne s’interroge. Le peloton mortier dut refaire le plein de carburant … à Kanombe ! Et ce jusqu’à 1h du mat ? (semble-t-il ?). La Minuar dont « certains » membres appelaient les « autres » la « Bande à Dallaire » en ironisant la « bande à Bader ».
    Alors, maintenant, la Monusco entraînera assez loin les FARDC et puis sur ordre de « New-York » (c.à.d. de Kigali) abandonnera l’offensive pour permettre le carnage … Ou bien reviendra bredouille en laissant le M23 ré infiltrer les zones précédemment occupées….En tout cas ce ne sera pas le dernier volte face dans la saga « Kagamé au Congo »…..

       2 likes

Laissez un commentaire