FR | EN

Flash info – Nouvelles tensions entre la France et le Rwanda

Publié : le 5 avril 2014 à 19:08 | Par | Catégorie: Actualité

Le président rwandais Paul Kagame vient encore de raviver les tensions entre son pays et la France, en accusant encore une fois Paris d’avoir trempé dans le génocide de 1994. Dans une interview à l’hebdomadaire Jeune Afrique, à paraître ce dimanche le 07 avril, le général Paul Kagame a dénoncé le « rôle direct » de la Belgique, ancienne puissance coloniale dans la « préparation politique » du génocide.

Concernant la France, l’homme fort du Rwanda va plus loin en accusant Paris d’avoir non seulement contribué à la « préparation du génocide » mais aussi à son exécution même. Paris a réagi à cette nouvelle accusation du Rwanda en renonçant à sa participation aux commémorations du 20ème anniversaire du génocide rwandais ce lundi à Kigali.

Jean Mitari
Jambonews.net

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

6 Commentaires à “Flash info – Nouvelles tensions entre la France et le Rwanda”

  1. simbizi emmanuel dit :

    La France n’a qu’à relâcher Mr Simbikangwa, car ils croyaient que son procès leur servirait de tremplin pour sauter sur le Rwanda et les Rwandais, mais c’est raté.

       2 likes

  2. Serge dit :

    Je crois que la France doit agir maintenant car trop c’est trop. Je suis de l’avis de M. Alain Juppé qui a dit que le Président Hollande doit rendre l’honneur à la France par tous les moyens. Pourquoi les occidentaux ne veulent pas accepter que le génocide rwandais a comme élément déclencheur l’abatage de l’avion du Président Habyarimana. Si aujourd’hui le juge Trevidic appelle à la barre M. Jean-Marie Micombero qui a donné une interview dans Marianne un journal belge que tout le monde a lu, je crois que M. Kagamé réfléchira 2 fois avant de parler. Et si la France ne fait rien donc elle se reproche quelque chose, et là, elle doit accepter tous les caprices de Kagamé et de présenter les excuses officielles

       1 likes

  3. RASEC dit :

    Comme je l’ai maintes fois écrit depuis 1997, le mépris de Kagame à l’égard de la France est intrinsèque et irréversible.
    En condamnant à 25 ans ferme un handicapé cloué dans un fauteuil roulant depuis 1986 pour planification du génocide des Tutsi et entente en vue commettre le génocide des Tutsi, en créant un Pôle « génocide des Tutsi » au sein du Ministère de la Justice, en refusant le statut de réfugié politique aux Hutu listés par Kagame, en considérant que les Tutsi constituent une race au Rwanda et sont dès lors différents des Hutu et ont conséquemment été génocidés par les Hutu en raison de leur appartenance raciale, en traitant la veuve Habyalimana de menace pour l’ordre public français, en qualifiant de génocidaires les acquittés Hutu du TPIR et conséquemment en leur refusant les visas pour rejoindre leurs familles qui vivent régulièrement en France et en multipliant les déclarations contre les Hutu résidant en France et les gestes en tout genre au profit du régime Kagame, la France a cru pouvoir changer Kagame quant à son animosité intrinsèque contre la France, ses dirigeants et ses soldats.
    Elle a oublié la singularité de Kagame. Celui-ci ne revient jamais sur ce qu’il a dit, qu’il soit de bonne ou de mauvaise foi. On ne le cajole pas.

    Il est de notoriété publique que Kagame et les siens doivent à la France ce qu’ils sont aujourd’hui.
    En effet, c’est par la pression, les chantages et manoeuvres en tout genre de la France à l’endroit du président Habyalimana, le soutien financier et politique de la France à l’opposition politique rwandaise contre le Président Habyalimana et le vote de l’embargo sur les armes par la France au sein du Conseil de Sécurité et sur sa proposition contre l’Etat Rwandais que le FPR et Kagame ont été intégrés dans le jeu politique interne rwandais alors qu’ils n’étaient qu’un groupe de bandes armées et un chef de bandes armées issus de l’armée ougandaise qui semaient la mort et la terreur contre les paysans Hutu du nord du Rwanda en particulier.

    Alors que les USA et le Royaume Uni considéraient que la guerre au Rwanda qui a commencé le 01/10/1990 est une guerre civile , que dès lors les crimes contre les Tutsi sont commis au cours d’une guerre civile qui a été déclenchée par les mêmes Tutsi contre les Hutu en vue de s’emparer du pouvoir par la force et conséquemment ils ne peuvent nullement être qualifiés de « génocide » d’une part et qu’aucune commission internationale d’enquête indépendante n’avait pas été mise en place pour les qualifier de « génocide des Tutsi » d’autre part, pour ses propres raisons, le 15/05/1994 à Genève, Monsieur Alain Juppé, alors Ministre Français des Affaires Etrangères, s’est emporté et a qualifié de « génocide » les crimes commis contre les Tutsi en faisant curieusement abstraction des crimes commis par les soldats de Kagame contre des milliers de Hutu dont le monde entier a pourtant vu les cadavres qui coulaient par centaines comme des déchets par minute dans l’Akagera, direction Lac Victoria, le Nil puis la Méditerranée.

    C’est en raison de la position à géométrie variable des autorités françaises et de leur caractère versatile relativement au drame rwandais que Kagame continue ses divagations humiliantes et infamantes contre la France et ses dirigeants.

    La France dispose pourtant de tous les moyens pour le mettre à sa place réelle. Pour ses propres raisons, elle ne le fait.Elle préfère envoyer en prison les pauvres exilés Hutu résidant sur son territoire sur demande de Kagame.

    Ce qui est étonnant et invraisemblable c’est que pour la France, nonobstant les humiliations et propos infamants répétés de Kagame à son endroit, les victimes Tutsi méritent plus de compassion et de justice que les victimes françaises. Les victimes Hutu quant à elles, n’appartenant pas à l’humanité comme l’a maintes fois dit publiquement Kouchner Bernard, sont des déchets et conséquemment ne méritent aucune compassion et encore moins la justice.

    Six citoyens français ont été assassinés au Rwanda les 6 et 8 avril 1994 sur ordre de Kagame. Les faits sont indiscutables.
    La France, sur décision du Président Chirac, via le Conseil de Sécurité de l’ONU, a fait créer une commission spéciale chargée d’enquêter sur l’assassinat d’un ex-premier ministre libanais, Rafik Hariri, ami du président français et d’envoyer à la barre les auteurs présumés du crime.Ce qui a été fait.

    Concernant ses propres citoyens, le monde entier a observé le silence de tombeau de la part de la France. Face à ce silence, les familles des victimes ont été obligées de saisir la justice de leur pays avec constitution de partie civile.

    Le juge Bruguière a fait un travail remarquable. Il a émis des mandats d’arrêt internationaux contre les auteurs présumés des assassinats des citoyens français et par ricochet celui du Président Habyalimana.
    Or le monde entier a assisté une situation inédite dans un Etat de droit qu’est la France. Un ancien ministre français, à savoir Bernard Kouchner, ami de Kagame, a déployé une armada de moyens pour remettre en cause l’ordonnance de soi-communiqué du juge français qui a été rendue au nom du Peuple Français et conséquemment de la faire enterrer définitivement.
    Devenu Ministre des Affaires Etrangères, il a dépêché les fonctionnaires français ici à Kigali afin de prodiguer des conseils aux présumés assassins des citoyens français quant à l’accès direct à leurs dossiers. Le monde entier se rappelle l’Affaire Rosa Kabuye qui, arrêtée en Allemagne, au lieu d’être reconduite directement en prison afin de répondre des faits qui lui étaient reprochés comme tous les autres accusés, elle a été conduite dans un Hôtel quatre étoiles sous les frais des contribuables français et durant tout son séjour dans cet hôtel, elle était sous la protection de la police française, jour et nuit, sous les frais de la France. Elle a reçu des visites des dignitaires français et de Kouchner. In fine, elle est retournée librement dans son pays où elle a été accueillie comme un président.

    Kouchner a réussi à mettre en veilleuse non seulement cette ordonnance mais également les mandats d’arrêt internationaux contre les présumés assassins des Français. L’Affaire a été confiée à un autre juge, Marc Trévidic.
    Pour infirmer la crédibilté des allégations du juge Bruguière, Trévidic a fait réaliser une expertise acoustique des missiles qui ont abattu l’avion du président Habyalimana non pas au lieu du crime à savoir au Rwanda comme le bon sens élémentaire l’exige mais en France, région de Vierzon précisément. Ce qui est invraisembable c’est qu’il a osé présenter publiquement les résultats de cette expertise comme crédibles alors que la région de Vierzon où elle a été effectuée n’a géographiquement et climatiquement aucun rapport avec le Rwanda, en l’espèce Ndera ou Kanombe, lieux supposés des tirs des missiles.

    Depuis vingt ans, les familles des victimes françaises, compatriotes de Kouchner, na savaient plus à quel saint se vouer pour que la justice soit faite pour les leurs. Ce même Kouchner a réussi a faire créer un Pôle dit « Pôle Génocide des Tutsi « au sein du ministère de la justice français avec approbation des autorités françaises avec les deniers publics.
    Le juge Trévidic a refusé de recevoir les témoignages des ex-officiers supérieurs du FPR sur l’attentat qui a emporté trois citoyens français.

    C’est le monde à l’envers. Dans ces conditions, il n’a rien d’étonnant que Kagame continue à proférer des accusations infamantes et des humiliations publiques à l’encontre des dirigeants français.Il sait que, pour lui, il n’y a aucune conséquence de quelque nature que ce soit et qu’en tout état de cause ce sont les dirigeants français qui viendront s’agenouiller devant lui comme en témoignent la visite de Sarkozy à Kagame et ses déclarations maladroites contre les exilés Hutu résidant en France devant le Mémorial du Génocide dit actuellement des Tutsi, le tout pour cajoler le commandant suprême.

       2 likes

    • Serge dit :

      RASEC, je cris que vous envoyer la copie de ce message à l’Ambassadeur de France à Kigali qui doit être dans tous ses états après lui avoir refuser la participation à la cérémonie. C’est une bonne analyse.

         0 likes

  4. Bertrand Loubard dit :

    En attendant de découvrir le nouveau livre d’Onana, quelques réflexions sur les dernières provocations de Kagamé
    Devant le premier de tous les crimes, le Crime contre la Paix tel que définit à Nuremberg en 45-46, la Communauté Internationale, Amie du Peuple Rwandais, Belgique en tête, a refusé d’inscrire l’agression Ougandaise contre le Rwanda à l’ordre du jour du Conseil de Sécurité, en octobre 1990.
    Devant l’agression Ougandaise, la France n’a fait qu’honorer ses accords de défense et de coopération militaires, accords légaux, reconnus légitimes comme n’importe quel autre traité international.
    Devant la décision de « mise à l’écart » d’Habyarimana, la Belgique, comme avec Lumumba, s’était proposée pour être « facilitateur » de la mise à exécution des procédures nécessaires.
    Devant les attentats terroristes et les crimes de guerres commis par le FPR, la Communauté Internationale, Amie du Peuple Rwandais, a fermé les yeux, car comme disait Susan Rice : « Nous n’avons qu’à regarder ailleurs, ils savent bien ce qu’ils ont à faire… »
    Devant l’attentat sur l’avion d’Habyarimana (nécessitant une technologie de pointe dont seul le principal allié du FPR était en possession) le refus d’enquête à tous les niveaux (et principalement au TPIR, en contradiction avec son mandat) était prévisible, car comme dirait Carla Del Ponte ; « S’il devait s’avérer que le Falcon a été abattu par le FPR, c’est toute l’histoire du Génocide qui devrait être revue ».
    Devant les deux guerres du Congo, les assassinats politiques, les arrestations arbitraires d’opposants, les limitation des libertés de la presse, les dérives autoritaires, le « backing » du M23, le pillage des ressources minérales des deux Kivu, la Communauté Internationale, Amie du Peuple Rwandais, reste muette puisque selon l’expression de Madeleine Albright : « Cela en vaut la peine » (Elle qui, à propos des Serbes, avait dit : »Les sales Serbes » !!!!!).
    Devant la multiplication des crises paranoïaques de Kagamé la Communauté Internationale, Amie du Peuple Rwandais, devrait faire une analyse sérieuse de la dégénérescence de l’état de santé mentale de Kagamé. En reconnaissant l’inévitable, la fatalité caractéristiques des folies Hitlériennes, Staliniennes, de celles des Pinochet, Mac Carthy et autres pathomaniaques, il devient plus facile de ne pas devoir avouer ses propres erreurs d' »estimation ». Colette Braeckman vient de la faire sur son blog….. »On ne doit pas avoir honte de brûler l’idole Kagamé qu’on adorait naguère : car n’est-ce pas lui-même qui a trahit tous nos espoirs ? ». Il faut maintenant prendre du recul, en toute objectivité, en toute pudeur, en toute candeur, validant la surprise de découvrir le vrai visage de l' »Immonde » !. …..Et ceux qui, depuis 1990, disaient que la Communauté Internationale, Amie du Peuple Rwandais, avait été trompée par Kagamé, tous ces négationnistes – révisionnistes, ont eu le tort d’avoir eu raison trop tôt….Maintenant, cette même Communauté Internationale est en train de faire le plus effroyable des cadeaux à Kagamé : le priver d’ennemis…….Il devra révéler ses réelles intentions et les mesures qu’ils comptera prendre pour assouvir son besoin vital de charognes. Comme les hyènes qui se bouffent entre elles, Paul Kagamé a déjà commencé » à « nettoyer « les carcasses »…….….Mais, une fois de plus, jusqu’où ira-t-il trop loin sans être inquiété ?

       2 likes

  5. RASEC dit :

    L’opération Turquoise a été lancée sur l’initiative de Kouchner, ami de Kagame et après accord de celui-ci.
    Kouchner l’a maintes fois dit. L’objectif de cette opération était exclusivement de sauver les seuls Tutsi.
    Le but visé par Kouchner était de mentionner dans son CV qu’il a sauvé des milliers de Tutsi et ainsi avoir accès libre à la Cour du Rwanda. Il est de notoriété publique que les soldats français n’ont sauvé aucun paysan Hutu alors que les soldats du FPR sur ordre de Kagame massacraient impitoyablement des Hutu, femmes, enfants et hommes de tous âges et conditions au vu et au su de ces derniers. Des milliers de cadavres ont été mis dans les fosses communes puis incinérés avec des produits chimiques fournis par les sponsors de Kagame. Si les forêts de Ruhande et de Nyungwe pouvaient parler, elles auraient beaucoup de choses à raconter. Il est indiscutable que les soldats français ont rempli leur mission: sauver des milliers de Tutsi dont la mort était certaine. Il s’ensuit que ceux qui sont fondés à faire des reproches aux soldats français et nullement les accuser, ce sont les Hutu et non les Tutsi.
    Kagame s’es arrogé le droit de parler à la place des intéressés alors que pour être crédible, il aurait dû donner la parole aux Tutsi qui ont été sauvés par les soldats français. Avant de donner une leçon d’hygiène buccale aux autres, il aurait dû se regarder dans la glace et se poser la question de savoir s’il s’est bien brossé les dents. Kagame a fait fusiller les soldats de son armée qui ont tenté de sauver leurs parents et proches. Ce fait est de notoriété publique et les témoins existent. Pour lui, ses soldats avaient pour mission de faire la guerre contre les FAR et nullement de sauver leurs parents, peu importe que leur mort était certaine.
    Pour réaliser son objectif, il a opté de marcher dans le sang des milliers de Tutsi. Leur vie était dépourvu de sens.
    Il a eu l’outrecuidance d’accuser ceux qui ont sauvé les Tutsi , sachant qu’ils ne pouvaient pas les sauver tous.
    Il a même osé dire aux milliers de personnes présentes à la commémoration du génocide des Tutsi et pas de Hutu car, eux, ils n’appartiennent pas à l’humanité, que ce sont les Français qui ont inventé les mots Hutu, Tutsi et Twa, mots qui , selon lui, sont à l’origine du génocide des Tutsi. Il a crée une histoire du Rwanda, version Kagame. Ce qui est frappant, j’ai vu des ministres, les députés et les sénateurs l’applaudir alors que ce même Kagame a ethnicisé le Rwanda c’est-à-dire il a divisé les Rwandais en trois strates, par ordre, strate Tutsi, strate Hutu et strate Twa ( constitution rwandaise actuelle, préambule point 1 et article 14).
    La première strate est celle des privilégiés en théorie et les deux suivantes sont celles des sans-droit.
    A-t-il été conseillé par les Français pour ethniciser son pays c’est- à-dire diviser les Rwandais en 3 catégories ci-dessus mentionnées.
    Le ridicule ne tue pas.Il fait espèrer que Hollande sera conséquent avec lui-même à savoir tirer des conséquences logiques des divagations volontaires et refléchies de Kagame qui dispose d’une haute expertise dans les élucubrations en tout genre.

       0 likes

Laissez un commentaire