FR | EN

Rwanda – Belgique: la poésie moyen d’expression et exutoire

Publié : le 19 octobre 2014 à 20:53 | Par | Catégorie: Actualité, Culture

« Les contes d’un vieillard », c’est le titre d’un recueil de poèmes que vient de publier  Liliane Bahufite, une jeune belgo-rwandaise, qui livre à travers ce petit livret son ressenti, son parcours émotionnel par rapport aux évènements qui ont touché et touchent encore son pays natal, le Rwanda. Jambonews l’a rencontrée lors de la présentation officielle de ce recueil le samedi 11 octobre à Bruxelles. 

Liliane Bahufite

Liliane Bahufite

Ayant quitté son pays natal très jeune, comme la majorité des jeunes rwandais vivants en Belgique, Liliane Bahufite reste attachée à son pays d’origine. La preuve en est qu’à travers un recueil de poèmes, elle partage avec le public son ressenti par rapport aux évènements tragiques que le pays a connus et continue de connaitre aujourd’hui. « Ce sont des ressentis, des sentiments, des émotions » dit-elle, en regrettant que beaucoup de rwandais en exil, même les gens de l’ancienne génération ne publient que des livres dans lesquels, en général, ils ne relatent que les faits, ou expriment leur point de vue, sans vraiment évoquer leurs sentiments par rapport aux évènements.

« Il faut parler aussi de ce que les gens ressentent par rapport à ce qu’ils ont vécu ou ce qu’ils sont en train de vivre maintenant » insiste l’auteure, qui juge « qu’il n’est pas tout le temps nécessaire de ne parler que des faits, des observations », mais qu’il faut aussi aller plus loin en livrant son « ressenti ».

« Pour moi c’est une façon de transmettre la mémoire sur le Rwanda, sur ce qui s’est passé au Rwanda et sur ce qui s’y passe maintenant » ajoute Bahufite.

Parler de l’histoire rwandaise sous l’angle poétique est une approche nouvelle qu’a adoptée cette jeune belgo-rwandaise, qui d’ailleurs invite les autres jeunes à ne pas rester muets face à leur vécu. « Il faut s’écouter et si on en a envie, s’exprimer,que ça soit à travers la musique, l’art, ou l’écriture » souligne Bahufite. « Il faut vraiment se lancer, ne pas se mettre de limites car tout est possible » ajoute-t-elle.

« Les contes d’un vieillard « ne rapportent pas que le ressenti de son auteure sur les événements tragiques  car quelques poèmes portent sur la culture, et sur la femme. Essentiellement écrits en français, quelques-uns sont en Kinyarwanda, langue maternelle de la poétesse. C’est un recueil de poèmes large et vaste à découvrir, et l’auteur rassure ceux qui pensent que la poésie est un genre littéraire inaccessible, voire incompréhensible :« Mes poèmes sont simples, on comprend vraiment le message derrière. »

Bahufite incite le public à aller à la rencontre de cette façon de dire les choses, et espère que sa démarche incitera d’autres personnes à partager leurs sentiments et leurs émotions sur la situation tragique qu’a connue et connait le Rwanda et la région des Grands-Lacs d’Afrique de manière générale, à travers des livres poétiques et/ou des romans.

Sous le ciel étoilé,
À même le sol, mon corps allongé
Mes yeux se sont posés
Tout autour, des milliers des gens Le regard perdu, tous ces hommes
Eteinte toute joie de vivre
Des centaines d’enfants, comme moi, affamésDans la moiteur de la nuit
Ma peau s’habituant à la chaleur.A mes côtés les sanglots étouffés de ma mère
Le soupir de résignation de mon père
Les tremblements de froid du frère cadet
La prière muette de ma chère tante
Et la posture digne de ma grand-mère.

C’est l’extrait tiré du poème « Mes victoires ».

« Les contes d’un vieillard » sont publiés chez les Éditions Sources du Nil, et disponibles en ligne sur le site des Éditions : http://www.editions-sources-du-nil.fr/ ou dans les librairies en mentionnant les coordonnées des Éditions.

 

Jean Mitari
jambonews.net
___________________________________________

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn
Tags: , , ,

2 Commentaires à “Rwanda – Belgique: la poésie moyen d’expression et exutoire”

  1. japhet dit :

    J’ai lu ce recueil, le contenu ça va mais s’elle veut vendre elle aurait modifié la forme de recueil…

       0 likes

  2. umuhanzi dit :

    J’ai également lu les poèmes. Très profonds et parlant. L’appréciation de chacun sur la forme dépend de ses goûts. Le fond est fort et c’est ça qui est important. C’est sincère et interpellant. Bravo à l’auteur

       0 likes

Laissez un commentaire