FR | EN

Le désarmement des FDLR en marche ?

Publié : le 10 novembre 2014 à 14:53 | Par | Catégorie: Actualité

Les FDLR ont annoncé au gouvernement congolais  et à la MONUSCO leur disponibilité à continuer le processus de désarmement volontaire qui devrait leur conduire à se regrouper dans un camp de cantonnement à Kisangani en attendant leur retour au Rwanda ou leur réinstallation dans un autre pays.

fdlr5

FDLR

C’est dans une correspondance datée du 3 novembre 2014 que les rebelles rwandais des FDLR ont informé Kinshasa, la MONUSCO, les autorités de la Communauté pour le développement de l’Afrique australe (SADC) et la Conférence internationale pour la région des Grands Lacs (CIRGL) de leur disposition à effectuer une visite de reconnaissance sur le site prévu pour leur cantonnement à Kisangani, région du Haut-Congo.

Après avoir longtemps refusé ce désarmement parce qu’il y présentait des obstacles selon les FDRL, notamment que leur plan divergeait avec celui de la MONUSCO, Les Forces Démocratique de Libération du Rwanda, semblent désormais accepter l’idée d’envoyer leurs combattants dans un centre de regroupement aménagé par la MONUSCO dans un camp militaire de l’armée congolaise à Kisangani.

Jambonews a voulu savoir ce qui avait changé pour débloquer la situation. Laforge Fils Bazeye, porte-parole du mouvement rebelle a expliqué que  certains points qui avaient mené aux désaccords ont été mieux compris par la MONUSCO.   Leur désarmement par exemple ne doit pas être confondu à une reddition où les combattants devraient se rendre à leur adversaire ; mais bien à un changement de forme de lutte pour n’utiliser que des moyens politiques qui excluent les armes.

A la question de savoir s’ils sont également disposés à retourner au Rwanda sans condition, le porte-parole des FDLR se veut catégorique en insistant sur le fait qu’ils ne retourneront pas au Rwanda avant  que l’espace politique ne soit ouvert. Déposer les armes et aller à Kisangani ne veut donc pas dire que c’est la première étape vers un chemin qui mènerait au Rwanda.

L’autre problème concerne les réfugiés rwandais, non-armés, qui se trouvent disséminés à l’Est du Congo et dont les FDRL se disent protecteurs. Les rebelles demandent que la MONUSCO garantisse leur sécurité le jour où ils ne seront plus avec eux.

Pacifique Habimana

JamboNews.net

________________________________

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn
Tags: , , ,

Laissez un commentaire