FR | EN

Belgique-Rwanda: La reconstruction au cœur de la 6ème commémoration de Jambo

Publié : le 25 mars 2015 à 19:38 | Par | Catégorie: Actualité

Pour la sixième année consécutive, Jambo asbl a débuté sa commémoration de toutes les victimes des conflits armés dans la région des Grands-Lacs d’Afrique. Cette période d’un mois a débuté ce 24 mars et s’achèvera le 25 avril par une journée de recueillement et de commémoration qui se tiendra à Bruxelles.

sunriser11990-2015: près de 25 ans que le cœur des Grands-Lacs d’Afrique saigne. Ces années ont été marquées par une instabilité croissante dans cette région. Instabilité qui a emporté plus de 10 millions de vies humaines. À ce chiffre, déjà lourd, viennent s’ajouter des millions d’autres victimes, encore en vie, de ces conflits incessants qui sévissent toujours dans cette région à l’heure où nous écrivons ces lignes.

Depuis cinq ans, au mois d’avril, Jambo asbl met un point d’honneur à commémorer toutes ces âmes à qui la vie a été injustement arrachée et à réunir les personnes désireuses de partager un moment de recueillement et de mémoire. Jambo asbl offre également un cadre d’écoute aux victimes de ces guerres afin qu’elles puissent partager leur expérience et qu’elles trouvent surtout un endroit où poser une partie de leur fardeau et repartir un peu plus légères. Convaincue que la parole est libératrice, l’association encourage tout un chacun à mettre des mots sur son vécu et à le faire connaître aux autres.

Après avoir précédemment abordé les thèmes de la souffrance liée à la guerre, pour sa sixième commémoration, Jambo asbl, à travers son département Mpore, Mémoire et Justice, invite les victimes à décider d’aller de l’avant, à renforcer le processus de reconstruction qui n’est certes pas aisé mais qui est nécessaire pour le salut de chacun en particulier et de la société en général. Certains ont eu la chance de s’en sortir et de faire la paix avec le temps mais nombreux sont ceux qui sont encore dans cette souffrance.

Comme nous le précise Marie-Odile, la responsable du département Mpore, Mémoire et Justice : « il est temps que chacun puisse envisager le futur avec espoir et confiance. Les gens ont tellement souffert, certains ont des blessures tellement profondes qu’ils vivent encore dans le passé, essayant de comprendre ce qui leur est arrivé. Beaucoup n’ont pas bénéficié d’aide psychologique et ont donc du mal à dépasser ce choc. » Et d’ajouter « Pour cette commémoration, nous voudrions leur dire qu’il y a toujours un rayon de soleil derrière chaque nuage. Et nous, Jambo asbl, sommes là pour les aider à percevoir ce rayon de soleil. »Mpore21 - Flyers-page0001-2-2

Le message est donc clair. L’association appelle tout le monde à avoir espoir et à croire à un lendemain meilleur. Durant tout un mois, elle invitera le public à réfléchir sur différents thèmes menant à la reconstruction de la victime et à l’épanouissement après un drame. Ce mois de réflexion se conclura par une journée de commémoration de toutes les victimes qui se tiendra le 25 avril 2015 à Bruxelles.

 

Emmanuel Hakuzwimana

www.jambonews.net

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn
Tags: ,

Un commentaire à “Belgique-Rwanda: La reconstruction au cœur de la 6ème commémoration de Jambo”

  1. RASEC dit :

    Il me semble que aussi bien au Rwanda qu’au Burundi, le problème posé est celui du respect de la constitution par ceux qui l’ont concoctée et promulguée. En l’espèce, le président burundais n’excipe aucun argument juridiquement sérieux quant à son troisième madat. Il se livre seulement à la chasse des barrons de son régime qui osent lui dire la Vérité en face à savoir qu’il est le garant du respect des lois burundaises au premier rang la constitution et par conséquent, il doit impérativement partir après son second mandat, sous peine d’être un hors- la- loi avec les conséquences prévisibles dont il est a priori impossible de mesurer la gravité pour le Peuple Burundais. Il faut espèrer qu’il reviendra à la raison et réfléchira sur les conséquences des son mépris à l’endroit de son Peuple. A-t-il pu tirer des leçons du sort qui a été réservé aux régimes qui ont précédé le sien?

    Concernant le Rwanda, c’est Kagame qui a conconcté la constitution kilomètrique de notre pays et l’a promulguée.
    C’est bel et bien lui qui est le père de son contenu. Le même Kagame l’ai fait réviser en 2008 après un débat entre les experts en droit quant aux victimes du génocide qui a été commis au Rwanda et ses auteurs.

    En effet, le préambule de la constituttion Kagame de 2003 précise sans équivoque dans son préambule ce qui suit:

    « PREAMBULE

    Nous, Peuple Rwandais,

    1° Au lendemain du génocide, planifié et supervisé par des dirigeants indignes et autres auteurs, et qui a décimé plus d’un million de filles et fils du Rwanda ;  »

    Il ressort indiscutablement de cette constitution dont l’auteur n’est autre que Kagame que le mot génocide exclusivement des Tutsi n’est mentionné nulle part dans la loi suprême de notre pays et que si le génocide en question ne concernait que les seuls tutsi, il serait invraissemblable que Kagama ait oublié de le mentionner dans la constitution dont le monde entier sait qu’elle est taillée sur mesure du régime tutsi rwandais.Et les experts en génocide des Tutsi mangeaient leurs crayons lorsqu’une question leur était posée à savoir de préciser leurs sources quant au génocide des seuls tutsi d’une part et le plus d’un millions de morts tutsi d’autre part.C’est pourquoi Kagame a, par le jeu de révision de la constitution par les barrons de son régime et non pas par voie référendaire, ajouté en 2008 le mot « GENOCIDE de plus d’un million DES TUTSI ».

    Sur le mandat de Kagame, sa propre constitution est limpide:

    « Article 101

    Le Président de la République est élu pour un mandat de sept ans renouvelable une seule fois.
    En aucun cas, nul ne peut exercer plus de deux mandats présidentiels. »

    Il résulte de cet article que
    1- le nombre de mandat du président est insuscpetible de dérogation mais également,
    2- Kagame a lui-même proscrit toute révision de sa constitution aux seules fins de lui permettre d’être président à vie.

    La constitution Kagame de 2003 révisée en 2008 contient à la fois des dispositions impératives c’est-à-dire insusceptibles de révision, toute disposition contraire étant réputée non écrite et celles non impératives c’est-à-dire révisables.

    L’article 101 ci-dessus reproduite est une disposition impérative. Le caractère impératif a de surcroît été clairement précisé par Kagame en personne dans son alinéa 2: « En aucun cas, nul ne peut exercer plus de deux mandats présidentiels ».

    Si cette disposition était dépourvue de caractère impératif c’est-à-dire révisable, peu importe le mode de révision, Kagame l’aurait expressément dit.

    Il s’ensuit qu’en proscrivant la révision de cet article, Kagame n’a pa voulu et n’entend nullement être président à vie de notre pays.
    Jusqu’à présent, ce sont les ploutocrates de son régime qui font des bruits et vadrouillent dans tous les senst.
    Lui, il n’a pas encore dit qu’il entend violer sa propre constitution et conséquemment être président à vie.

    Ce qui est pitoyable, c’est de voir que certains barrons de son régime, dits juristes osent dire que c’est le Peuple Rwandais qui demande à Kagame de violer la constitution. Pour eux, le ridicule est une notion inconnue. Les Rwandais n’ont pas demandé, n’entendent pas et n’entendront jamais demander à Kagame de réviser notre constitution. Par ailleurs, dans quel pays au monde sauf la Suisse, les citoyens demandent à leurs dirigeants de rédiger et réviser des lois? Combien de rwandais ont lu la constitution de notre pays?

    Kagame est dit Général Major.En cette qualité, il faut espèrer q’il n’a pas enterré le sens de l’honneur et de dignité que tout Général digne de ce nom doit observer.

       0 likes

Laissez un commentaire