FR | EN

Kibeho 1995 : 20 ans après, un massacre aux oubliettes de l’histoire rwandaise

Publié : le 22 avril 2015 à 17:33 | Par | Catégorie: Actualité

22 avril 1995, le jour se lève sur Kibeho, c’est le moment que choisit l’Armée Patriotique Rwandaise pour réaliser, dans le camp de réfugiés de Kibeho qui abrite à l’époque plus 100000 déplacés internes, l’un des plus gros massacres de l’histoire de la tragédie rwandaise. Un carnage qui fera près 8000 victimes, 20 ans après, retour sur l’un des épisodes les plus tragiques de l’histoire rwandaise.

©Paul Lowe/Panos Pictures  Kibeho Camp RWANDA 22/4/1995  Survivors from the shootings and subsequent maccacre look on at a pile of bodies. Over 4000 Hutus were killed during an operation by the Tutsi Rwandan army to clear the Kibeho refugee camp. The tragKibeho petite localité du sud du Rwanda se situant près de la ville de Gikongoro est paradoxalement et certainement la ville rwandaise la plus connue mondialement derrière Kigali. En effet, elle est connue pour être le seul lieu d’apparition mariale sur le continent africain. Chaque année donc des milliers de pèlerins catholiques affluent dans ce petit village sur le chemin de la Vierge Marie ignorant pour beaucoup le pan noir de l’histoire de cette petite bourgade.

Reconnu comme un lieu saint, Kibeho, a été le lieu de refuge naturel pour cette population rwandaise à l’immense majorité catholique et pratiquante. Déjà en avril 1994, des centaines de Tutsis y avaient péri en tentant de fuir les exactions des milices interahamwes. Un an plus tard, Kibeho deviendra le théâtre du massacre des déplacés hutu craignant de rentrer sur leurs collines nouvellement conquises par le FPR/APR.

La genèse du massacre

kibeho

Le Sanctuaire Notre-Dame de Kibeho est un lieu de pèlerinage les plus prisé du continent africain

Un an après les terribles évènements d’avril 1994, le Rwanda est un pays meurtri. Le Rwanda a connu près d’un million de victimes, le pays s’est vidé de plus deux millions de ses habitants qui ont fui l’avancée du FPR et on dénombre plusieurs milliers de déplacés à l’intérieur de celui-ci. L’une des premières revendications du pouvoir en place est de demander la fermeture des camps de déplacés tenus par le HCR pour la fin de l’année 1994. Les rebelles nouvellement au pouvoir n’ont même pas attendu la fin de leur ultimatum puisque les 10 et 11 novembre 1994, selon un communiqué diffusé par la MINUAR, des soldats de l’APR ouvrirent le feu dans le camp de Musange, au nord de Gikongoro, faisant des morts et des blessés. Bis répitita les 6 et 7 janvier 1995, dans le petit camp de Busanze (4000 déplacés) où l’assaut de l’APR fut lourd de conséquences.

Malgré la campagne menée par les autorités pour pousser les déplacés à rejoindre volontairement leur commune les populations déplacées refusent pour la plupart d’obtempérer. Le Rwanda post-génocide était une zone de non-droit dans laquelle des personnes étaient emprisonnées ou tuées sur une base quotidienne. Les paysans qui auraient bien entendu préféré rentrer chez eux privilégiaient leur sécurité au confort de leur colline.

En avril 1995, plusieurs camps avaient été démantelés, les uns par la force, d’autres plus pacifiquement. Néanmoins, la grande majorité des déplacés n’osaient pas retourner chez eux. En effet, beaucoup d’entre eux s’en sont allés grossir le camp de Kibeho qui finit par compter entre 100000 et 150000 déplacés. La situation sanitaire était sous le contrôle d’une équipe de MSF, un médecin, deux infirmières, et un logisticien, aidé par un personnel rwandais, le CICR gérait la distribution des vivres, des soldats de la MINUAR étaient présents. En dépit du calme, les déplacés redoutaient une intervention violente de l’APR, crainte partagée par les observateurs des Nations unies ayant compris que les autorités rwandaises avaient irrévocablement décidé la fermeture de tous les camps restants.

Le gouvernement de Kigali ayant fait savoir que ce camp était un véritable arsenal d’armes, une force combinée de 2000 militaires du FPR et de 1800 Casques Bleus de la MINUAR fit une descente surprise dans le camp de Kibeho et de Ngabo et y imposa un couvre-feu de 24 heures pour récupérer toutes les armes. À l’issue de l’opération, une quarantaine d’arrestations seulement et pas une seule véritable arme ne fut découverte. Les enquêteurs onusiens saisirent des milliers d’outils à lames (serpette, houe…) brefs des outils agricoles d’un paysan rwandais ordinaire.

Kibeho, le dernier bastion des déplacés

©Paul Lowe/Panos Pictures  Kibeho Camp RWANDA 22/4/1995  Hutu survivors from the shootings and subsequent stampede in Kibeho camp penned themselves into a compound the day after the slaughter and refused to leave. Over 4000 Hutus were killed during an ope

Les déplaces entassés quelques jours avant le massacre

C’est dans ce contexte qu’au lendemain de la première commémoration du génocide, le 12 avril 1995 plus précisément, que l’APR sous le commandement du Colonel Fred Ibingira, commence à grossir ses troupes aux alentours de Kibeho. Après avoir pénétré dans le camp de Rwamiko (5000 déplacés), environ 2500 militaires de l’APR pénètrent dans les camps de Ndago (40 000 personnes), Munini (15 000), Kibeho (plus de 100 000). Le matin du 18 avril, les réfugiés chassés de leurs abris sont amassés sur une petite colline, sans eau, sans nourriture, sans latrines, entourés par les troupes de l’APR qui abattent toute individu qui essayerait de sauver sa vie en se faufilant hors de la zone délimitée.

Durant les journées du mercredi 19 avril, du jeudi 20 et vendredi 21, les volontaires de MSF, Oxfam et de l’UNICEF multiplient en vain les demandes auprès des Casques Bleus pour qu’elles interviennent afin d’assurer la protection des civils. De leur côté les soldats du FPR continuent d’abattre tous ceux qui tentent de s’enfuir.

Apocalypse du 22 avril 1995

C’est la journée du 22 avril qui fut l’apocalypse pour ces déplacés. Sous les yeux d’une demi-douzaine d’agences de l’ONU, de 3300 Casques bleus et de près de 120 ONG internationales, 2500 soldats de l’APR utilisent des armes automatiques, des lance-roquettes et des grenades, assassinant selon les sources onusiennes près 8000 hommes, femmes ou enfants. Les civils présents et certains médias, dont CNN, parleront même de près de 25000 victimes.

En un peu moins d’un après-midi, les soldats de l’APR firent presque autant de victimes qu’à Srebrenica, considérés comme le plus grand massacre en Europe depuis la Deuxième Guerre mondiale et ayant justifié quasiment à lui seul la création d’un Tribunal pénal international. ff

L’enfer sur terre

De ce 22 avril 1995, on ne dénombre que quelques témoignages venant notamment d’humanitaires ou encore de soldats onusiens de la MINUAR. Dans l’article de l’historienne et sociologue, Claudine Vidal, sur les massacres de Kibeho, elle cite notamment le témoignage de casques bleus présent sur place : « les tirs reprennent vers 14 heures 30 et continuent plusieurs heures. Des soldats rwandais, montés sur le mur de ce bâtiment, tirent de là sur la foule, indifférents à la présence des Casques bleus et des gens de MSF. L’APR utilise des minis lance-roquettes (RPG), des grenades et des kalachnikovs. »[i]

©Paul Lowe/Panos Pictures  Kibeho Camp RWANDA 22/4/1995  Zambian UN peacekeeping forces survey the scene following the massacre and stampede in Kibeho camp. Over 4000 Hutus were killed during an operation by the Tutsi Rwandan army to clear the Kibeho refu

Thierry Pickard, militaire australien présent sur place et membre d’une équipe médicale australienne de 32 personnes, venues au Rwanda dans le cadre d’une mission de maintien de la paix de l’ONU, en fera même un livre[ii]. Celui-ci explique que: « Les militaires du FPR tuaient les rescapés des bombardements avec des baïonnettes pour épargner leurs balles. Dans ce massacre, personne n’était épargné. Même des bébés sur le dos de leurs mères étaient tués. D’autres avaient la gorge coupée. C’est la première fois où je voyais, dans ma vie de militaire, des hommes devenir des cibles de tir à l’arme comme dans des exercices militaires. »

20 ans après… rien ?

20 ans après, c’est le silence radio du côté des autorités rwandaises. À Kigali, en cette période de commémoration de 21ème anniversaire du génocide des Tutsis, le 20ème anniversaire d’un des massacres les plus sanglants de l’histoire rwandaise passe inaperçu. Les associations de la société civile rwandaise basées à l’étranger sont les seuls à avoir souhaité commémorer ce triste anniversaire. Les associations Jambo ASBL en partenariat avec Global Campaign For Rwandans Human Rights ont publié un communiqué pour appeler à ce que justice soit faite pour les victimes de Kibeho. Ils ont aussi appelé l’ONU a mettre en place : « une journée de réflexion sur les massacres de Kibeho, afin que plus jamais des déplacés ne soient victimes de massacres dans des camps où ils sont sensés trouver refuge. » Le Centre de Lutte Contre l’Impunité et l’Injustice au Rwanda quand à lui  fait part dans un communiqué qu’il regrette que les victimes de Kibeho et Kasese (22 avril 1997 en RDC) soient à ce jour encore oubliées de tous.

L’histoire rwandaise dénombre depuis 1990, des centaines d’épisodes dramatiques marqués par des massacres d’innocents. Kibeho 1995 est sans aucun doute, l’un de ceux-là. Depuis 20 ans, ce massacre au vu et au su de la communauté internationale a toujours été minimisé par les autorités rwandaises. À commencer par le président à l’époque des faits, Pasteur Bizimungu, qui enjambant les milliers de cadavres, osera déclarer qu’il n’y a « que » 200 à 300 victimes. Dans la même veine, le premier ministre, à la même époque, Faustin Twagiramungu, a défendu l’armée du FPR en déclarant que c’était : « certainement une riposte de légitime défense contre des actions violentes des déplacés ». Quant à la communauté internationale malgré sa présence en masse durant ce massacre, elle n’a jamais ordonné la moindre enquête pour faire la lumière sur les événements survenus à Kibeho durant ce mois d’avril 1995.

070329-71b13fec-e3fa-11e4-8c35-8b3a57800124Un simulacre de procès a eu lieu à la suite d’une enquête menée par les autorités rwandaises sous la pression d’organismes des droits de l’homme. En décembre 1996, le colonel Fred Ibingira, qui menait les troupes gouvernementales durant l’opération de Kibeho, a été jugé et acquitté des accusations de meurtre et de l’utilisation d’armes sans ordres préalable. Il n’a été reconnu coupable que de ne pas avoir su « prévenir les actes criminels par une action préventive et immédiate» et a été condamné à dix-huit mois d’emprisonnement et à une amende d’environ 30 $ US d’amende. Dix-huit mois qu’il n’a même pas dû purger parce qu’il aurait, selon les autorités de Kigali, passé vingt mois en détention préventive.

Aujourd’hui cet épisode tragique n’est fait mention nulle part. Le gouvernement n’ayant officiellement reconnu « que  338 victimes pour la plupart des interahamwe et des anciens génocidaires », Kibeho 1995 reste un non-évènement pour les autorités rwandaises. Conté, ni dans les livres d’histoire ni dans les manuels scolaires, le régime en place a réussi à faire passer ce massacre pour une opération militaire qui a légèrement mal tourné. Ces milliers d’enfants, femmes et hommes sont bel et bien passés aux oubliettes de l’histoire rwandaise.

 

ISHIMWE Norman

www.jambonews.net 

 Vidéo réalisée par le département Mpore de  Jambo asbl à l’occasion du 20ème anniversaire des massacres de Kibeho

 

[i] Article de l’historienne sociologue, Madame Claudine Vidal, sur les massacres de KIBEHO commis entre le 18 et 22 avril 1995 par l’Armée Patriotique Rwandaise sur environ 100.000 déplacés de guerre publié dans la revue « Les Temps Modernes n°627 » de Avril-Juin 2004. Pages 92 à 108
[ii] Pickard, T. (2008) Combat Medic: An Australian Eyewitness Account of the Kibeho Massacre Big Sky Publishing, Australia
Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn
Tags: , , , , ,

4 Commentaires à “Kibeho 1995 : 20 ans après, un massacre aux oubliettes de l’histoire rwandaise”

  1. Nyabyenda dit :

    salut,
    j’ai bien lu cette fausse histoire.
    A kibeho c’est ma vie natale, et j’ai bien suivi l’evenement.
    Il s’agit des extremistes Hutus qui ont voulu falcifier l’histoire du Rwanda et ont tue leurs parents, freres et soeurs.
    C’est complot qui n’a ni meme pas aboutit a son seuil.
    La vraie histoire est que le FPR Inkotanyi voulait aider ces detenus et les extremistes Hutus ont abbatus le refugies.
    Vous les blancs vous vous aimer vou moquer des sangs des africains mais un jour tout ca aura une solution.

       0 likes

    • Gikongoro dit :

      je te rappelle que même le régime sanguinaire de Paul Kagame n’a jamais nié ces massacres, qu’il a appelé une riposte

         2 likes

    • RASEC dit :

      Nyabyenda, vous avez droit droit d’être cynique et être dépourvu de sens d’humanité élémentaire. Toutefois, il me semble que votre négation de l’évidence, vous apportez la preuve de ce que vous êtes effectivement. Il n’est pas de mes habitudes de réagir sur les insanités commes les vôtres. Vous devez savoir que les auteurs du génocide et de crimes contre l’humanités de plus de 15000 femmes, enfants et hommes de tous âges de Kibeho répondront de leurs funestes forfaits.C’est une question de temps.

         0 likes

  2. Tatetaga dit :

    Jambonwes.net

    A bon entendeur Salut!!! Si ces personnes sont des oubliettes de l’histoire Rwandaise: Dieu qui les a crées, ne les a pas oubliés. Leurs Ames se sont entassées au Paradis en attendant leurs Bourreaux. Malheureusement on finira tous par mourir.

       0 likes

Laissez un commentaire