FR | EN

Rwanda : le gouvernement empêche l’élection d’un comité indépendant à la LIPRODHOR

Publié : le 14 septembre 2015 à 11:37 | Par | Catégorie: Actualité

Samedi le 05 septembre dernier, la police rwandaise a fait irruption lors d’une assemblée générale de la Ligue rwandaise de défense des droits de l’homme (Liprodhor) pour mettre fin à l’élection d’un nouveau conseil d’administration qui allait rebasculer aux mains des personnes considérées plutôt comme indépendantes dans leurs positions. Jusqu’ à présent, le conseil sortant dont l’élection a été plus que controversée en 2013, était composé d’individus maintes fois accusés d’être proches du régime.

LIPRODHORLa LIPRODHOR, branche locale de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) avait été prise de contrôle par le gouvernement pour la première fois en juillet 2013, suite à la tenue d’une Assemblée générale extraordinaire, qui a conduit à la destitution et à l’élection d’un nouveau conseil d’administration jugé « illégitime ». Malgré cela, ce conseil a été reconnu quelques jours plus tard par le Rwanda Governance Board (RGB), l’institution publique chargée de superviser les organisations non gouvernementales nationales.

La LIPRODHOR était considérée à cette période comme « le dernier groupe de défense des droits humains efficace du pays », c’est pourquoi sa récupération par le gouvernement a suscité l’indignation de Human Rights Watch.

Lors de l’assemblée générale de samedi dernier, les membres de la Liprodhor ont élu un comité composé par un président, un vice-président et une secrétaire générale tous réputés être indépendants dans leur prise de position. Cependant, suite à cette élection, la direction sortante, (plutôt proche du régime) a dénoncé les « tricheries » pour tenter d’invalider l’élection du nouveau comité. Peu après la police a fait irruption dans la salle pour mettre fin au vote. La Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) a dénoncé cette nouvelle tentative de prise en main de sa ligue au Rwanda par le gouvernement, et en appelle à la communauté internationale trop souvent laxiste à l’égard du régime de Paul Kagame sur la violation des droits de l’homme, à prendre position pour soutenir la Liprodhor et ses membres.

Après la prise de contrôle de l’organisation en juillet 2013, les membres légitimes du Conseil d’administration de la LIPRODHOR ont initié une action en justice afin d’invalider des décisions prises lors de l’Assemblée générale extraordinaire du 21 juillet 2013, néanmoins un juge du Tribunal de grande instance de Nyarugenge a rejeté leur requête.

Suite à ce « coup de force », plusieurs membres du Conseil d’administration « légitime » subissent régulièrement des menaces et d’autres actes d’intimidation de tout genre, notamment des menaces téléphoniques, convocations policières, et des arrestations répétées.

Se débarrasser de toute force dissidente avant les échéances électorales de 2017

000_Par7662004_0Interrogé par la RFI, Florent Geel, responsable Afrique de la FIDH a expliqué qu’ avec les élections présidentielles en vue, « on assiste au Rwanda à une prise de contrôle systématique des organes de presse, des organisations de la société civile afin de garantir que le régime en place puisse continuer à garder le pouvoir puisqu’officiellement, le président Kagame ne peut plus briguer un nouveau mandat. Donc pour rendre ce hold-up électoral possible, le pouvoir en place doit se débarrasser de toutes les voix qui pourraient dénoncer ce hold-up électoral, et en particulier de l’intérieur ».

Que vise le régime en s’emparant des ONG comme LIPRODHOR ?

Le régime de Paul Kagame, au pouvoir depuis plus de deux décennies, et pointé du doigt pour ses violations massives des droits de l’homme, en s’emparant des organisations de défense des droits de l’homme cherche avant tout à bloquer les enquêtes sur les sujets sensibles, concernant notamment les disparitions de personnes, les détentions illégales, ainsi que des publications qui pourraient être considérées comme critiques envers le gouvernement.

Le régime de Kigali a réussi ces derniers temps à mettre la main sur des principales organisations de défense des droits humains, en utilisant la plus part du temps la même tactique : « l’infiltration ».

 

Jean Mitari

www.jambonews.net

 

Envie de proposer un article pour publication sur jambonews.net? Plus d’infos ici

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn
Tags: ,

Un commentaire à “Rwanda : le gouvernement empêche l’élection d’un comité indépendant à la LIPRODHOR”

  1. Agaculama dit :

    Quoi de plus normal dans une dictature inique comme l’est le Rwanda actuel sous occupation, que de bafouer les aspirations légitimes d’un peuple écrasé, en faisant régner comme totem une hache de silex des temps antédiluviens.

       0 likes

Laissez un commentaire