FR | EN

La face sombre du Rwanda Day à Amsterdam

Publié : le 7 octobre 2015 à 11:02 | Par | Catégorie: Actualité

Ce samedi 3 octobre 2015 se tenait le désormais traditionnel rendez-vous entre la diaspora rwandaise et le président Kagame, autrement appelé « Rwanda Day ». Ce grand rassemblement à l’allure de grande messe a cette fois eu lieu dans la capitale économique néerlandaise, Amsterdam. La présence du président rwandais en Europe suscite comme d’habitude des réactions contrastées au sein des communautés rwandaises en Europe. Certains étaient venus l’acclamer et d’autres étaient venus le dénoncer. Pour ces derniers, l’après-midi s’est déroulé entre attaques, intimidations et menaces.

Un jeu de cache-cache

12064441_10153167009388616_1761897493_n

Manifestation contre la présence de Paul Kagame au Pays-bas

Paul Kagame était dans la Venise du Nord ce samedi 3 octobre en tant que principal invité de la 7e édition du Rwanda Day. Après Paris, Boston, Londres, Toronto, Atlanta et Dallas, l’évènement posait cette fois ses valises à Amsterdam. Une information qui n’a été communiquée que très tard dans la soirée de vendredi, voire très tôt dans la matinée de samedi pour certains participants. La veille, dans le restaurant la Boule bleue à Bruxelles, restaurant rwandais fréquenté régulièrement par des sympathisants du régime du FPR, on croisait Jules, un jeune Belgo-Rwandais, qui se disait excité au sujet de l’événement du lendemain, mais qui avouait que: « l’ambassade n’a comme d’habitude pas beaucoup communiqué sur le sujet, on ne connaît toujours pas l’adresse, je voulais prendre ma voiture pour y aller, mais je devrais y aller en bus parce que je n’aurai pas le temps de prévoir ma route ». Les organisateurs ont tenu secret le lieu de l’évènement jusqu’au dernier moment. Ils ont même essayé de brouiller les pistes en annonçant dans un premier temps que l’évènement aurait lieu à La Haye, ensuite des rumeurs l’annonçaient à Leyde, avant qu’Amsterdam ne soit confirmé.

Ce petit jeu de cache-cache a conduit les partis politiques d’opposition à se fourvoyer dans un premier temps en demandant une permission de manifester à La Haye en pensant que cela aura lieu dans la capitale administrative batave. Interviewé par nos soins, un des organisateurs de la manifestation contre la présence de Kagame en Hollande pense que : « le régime cache l’endroit où aura lieu le Rwanda Day, car c’est un régime qui joue beaucoup sur l’image. Pour eux, c’est une nécessité de montrer au monde que tous les Rwandais sont heureux avec la politique que mène le FPR. Ils veulent éviter toute voix dissonante. » En effet, selon nos informations, 2 autres grandes salles de conférence se situant dans 2 autres quartiers d’Amsterdam avaient été louées toujours dans l’idée de brouiller les pistes.

Manifestation des sympathisans de Paul Kagame

Tout cela n’aura finalement servi à rien. Après avoir reçu confirmation dans la soirée de vendredi que le Rwanda Day aura finalement lieu à Amsterdam, les organisateurs de la manifestation contre Kagame ont fait une demande en urgence auprès des autorités néerlandaises pour une manifestation aux abords du RAI Conference Center, lieu de l’évènement. Ils ont finalement eu l’autorisation aux alentours de 12h. Les manifestants qui étaient alors devant les installations du ministère des Affaires étrangères à La Haye pour dénoncer la présence de Kagame sur le sol néerlandais, ce sont ensuite dirigés vers Amsterdam. La manifestation a tout de même rassemblé plus de 300 personnes malgré l’incertitude du lieu qui demeurait. Les organisateurs du Rwanda Day ont timidement essayé de réagir en demandant eux aussi une autorisation pour manifester. Autorisation, qu’ils ont eux aussi reçue. Ils ont alors demandé à une centaine de personnes de sortir de la salle de conférence pour aller manifester dans la rue. Interpellé à la sortie du bâtiment alors qu’il se dirigeait vers la rue, l’un d’entre eux a déclaré : «  On ne sait pas où on va. On nous a demandé de sortir. Je pense que c’est surement juste pour accueillir le Président ». Finalement, ils resteront dehors toute l’après-midi.

Activistes des droits de l’Homme, membres de l’opposition politique et journalistes attaqués

Lewis Murahoraneza (dit « Kigirube »)

Lewis Murahoraneza (dit « Kigurube ») un des meneurs des assaillants

Cette édition hollandaise du Rwanda Day a été tout particulièrement marquée par les attaques qu’ont subies les activistes des droits de l’Homme et les journalistes présents sur place pour couvrir l’évènement. Le premier à avoir été attaqué est le journaliste vedette de la Radio Itahuka, Serge Ndayizeye. Ayant fait le voyage en provenance de Dallas (USA) pour couvrir l’évènement, le présentateur des émissions de la radio appartenant au Rwanda National Congress (Ihuriro-RNC) est arrivé sur les lieux de l’évènement vers 12h. Il a donné le récit des évènements à Ikondera Infos : « Je sortais de la voiture et j’étais au téléphone. Alors que je m’apprêtais à traverser la route, 6 hommes à l’apparence normale m’ont attaqué, m’ont mis à terre et se sont emparés de mon téléphone. Ça a été très vite, ça n’a même pas duré 30 secondes. Il est clair que leur unique objectif était de me voler mon téléphone ». Ndayizeye n’a pas été le seul journaliste à se faire enlever son téléphone. La journaliste néerlandaise freelance, Anneke Verbraeken qui est spécialiste du dossier rwandais a elle aussi été brutalisée et son téléphone a été volé, alors qu’elle se trouvait dans la foule des manifestants. Elle a sorti son téléphone pour prendre des clichés de la manifestation des sympathisants de Kagame qui se tenait de l’autre côté de la route. Des individus non identifiés ont alors commencé à la bousculer, et la journaliste s’est retrouvée à terre et un individu s’est emparé de son téléphone et a disparu dans la foule. La journaliste néerlandaise s’était auparavant vue refuser le droit d’entrée au Rwanda Day. Toujours durant la manifestation qui se tenait aux abords du RAI Conference center, Antoine Niyitegeka, commissaire chargé de la mobilisation au sein des FDU-Inkingi, qui animait les manifestants, a été violemment attaqué par un groupe de 5 individus mené par un certain Lewis Murahoraneza (dit « Kigurube ») et un certain Safari Mubenga, deux individus de la communauté rwandaise de Belgique. Ce dernier a gravement blessé au visage l’homme politique à l’aide d’un couteau et a tenté de s’emparer de son téléphone. Niyitegeka a dû être transporté d’urgence à l’hôpital.

Peter Verlinden, journaliste de la VRT

Peter Verlinden, journaliste de la VRT

Plus tôt dans l’après-midi, ce sont des membres de Jambo ASBL, une association qui milite pour les droits de l’Homme dans la région des Grands Lacs et une équipe de journalistes de la VRT (télévision publique belge flamande), menée par Peter Verlinden, journaliste belge spécialiste de la région des Grands Lacs qui se sont fait attaquer par des personnes qui ont été identifiés pour certains comme des membres de la Garde Présidentielle. Alors qu’ils se trouvaient à l’extérieur du RAI Conference Center, ils ont été identifiés par Claude Birasa, membre de l’équipe Sécurité de l’ambassade du Rwanda à Bruxelles. Celui-ci a alors averti le chef de la Garde présidentielle de leur présence. Une quinzaine d’individus a alors débarqué. D’après, Norman Ishimwe, rédacteur en chef de Jambonews, présent sur les lieux pour couvrir l’évènement pour le compte de Jambonews : « ils nous ont encerclés, ont commencé à nous insulter, à nous menacer et à nous traiter de tous les noms. Ils étaient surexcités. Nous refusions de leur répondre, car nous étions venus comme toujours dans une démarche journalistique, pacifique et de dialogue ». C’est alors que les individus se sont alors faits de plus en plus oppressants envers les journalistes et les activistes des droits d’Homme. Brave Bahibigwi, président de Jambo ASBL, nous a expliqué : « qu’ils se sont mis à nous faire des photos en nous menaçant que maintenant ils auront nos visages et qu’ils nous retrouveront pour nous tuer. J’ai donc décidé pour nous protéger et afin de dénoncer ces individus aux autorités policières de les prendre aussi en photo. Ils ont alors surgi, sauté sur nous, ils m’ont frappé et se sont emparés de mon téléphone ». La police néerlandaise présente sur les lieux a réagi trop tard. Les policiers ont néanmoins réussi à faire échouer la tentative de vol et de vandalisme de ces individus alors qu’ils tentaient de s’emparer de la caméra de l’équipe de la VRT. D’après nos informations deux des assaillants étaient Éric Gatemberezi et Isa Nsengiyumva, deux individus en situation de réfugié en Belgique. Les menaces de mort et les intimidations à l’encontre des activistes des droits de l’Homme de Jambo ASBL, des journalistes de la VRT et tout particulièrement envers la personne de Peter Verlinden n’ont pas cessés malgré la présence policière. Yvette Umuhire, activiste des droits de l’Homme au sein de Jambo ASBL s’est dite très choquée : « Ils ont menacé de nous corriger, de nous poignarder, de nous tuer dès que le moment sera venu ! Voilà la vraie face de ce régime ! Imaginez dès lors ce que vivent les populations à l’intérieur du pays ! ». L’équipe de journalistes de la VRT s’était elle aussi auparavant vue refuser l’accès à l’intérieur de centre de conférence sans raison apparente.

La société civile interpelle les autorités néerlandaises

jambo-asbl-logo-rwanda

Jambo ASBL, association militant pour les droits de l’Homme et pour un état de droit dans la région des Grands Lacs

La société civile rwandaise en Europe avait au préalable écrit une lettre à tous les parlementaires néerlandais. Elle y dénonçait l’accueil « chaleureux » réservé au Kagame et le sort réservé à Victoire Ingabire « victime d’un gouvernement qui ne permet pas la liberté d’expression ». Laure Uwase, Secrétaire générale de Jambo ASBL nous a confié que : « après les évènements houleux et très inquiétants qui se sont déroulés sur le sol néerlandais samedi à l’occasion du Rwanda Day, les associations de la société civile rwandaise en Europe ont décidé d’écrire un nouveau courrier à l’intention des autorités néerlandaises pour dénoncer ce passe-droit réservé aux criminels du régime de Kagame ».

En effet, cette entreprise de déstabilisation menée auprès des opposants, des journalistes et des activistes lors de ce week-end de Rwanda Day à Amsterdam n’est pas un fait isolé. D’après nos informations, un « escadron de sécurité », aux allures de milice, a vu le jour à Bruxelles en décembre dernier à l’initiative du Colonel Franco Rutagenwa, chef de la DMI (Directorate of Military Intelligence). Celui-ci regroupe en son sein des hommes de la diaspora rwandaise en Europe. Il a pour objectif d’assurer la sécurité lors de la présence de Kagame en Europe, de faire du renseignement sein des communautés rwandaises en Europe et de menacer, déstabiliser voire attaquer tous les opposants, journalistes et activistes qui seront identifiés comme des menaces potentielles pour le régime.

Poursuivant son propos, Laure Uwase a indiqué : « Nous savions déjà que le régime faisait ce qu’il voulait sur le sol rwandais à l’encontre des opposants et des journalistes. Cette fois, les agissements des hommes de Kagame atteignent un nouveau niveau très inquiétant. Il est inacceptable que les états européens acceptent d’accueillir sur leur territoire des individus qui ne sont là que pour propager la violence et la haine envers des innocents, des activistes des droits de l’Homme, des hommes politiques d’opposition et des journalistes. On attend de l’Union européenne qu’elle prenne ses responsabilités et qu’elle joue son rôle de protecteur des droits de l’Homme. Cette impunité n’est pas acceptable, il est nécessaire de dénoncer leurs agissements avant qu’on ne vive un nouveau drame. »

Emmanuel Hakuzwimana

www.jambonews.net

Envie de proposer un article pour publication sur jambonews.net? Plus d’infos ici

 

 

 

 

 

 

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn
Tags: , , ,

2 Commentaires à “La face sombre du Rwanda Day à Amsterdam”

  1. Ibahose dit :

    Bonjour,

    C’est vraiment dommage pour l’image du Rwanda. Pourquoi cette violence ?
    N’y a-t-il pas moyen de résoudre les problèmes pacifiquement ?
    Mais en tout état de cause, on voit que rien n’a changé pour certains Rwandais : l’usage de la violence est devenu un réflexe, surtout après leur victoire dont on connaît les soubassements. Ce n’est peut-être pas un hasard si cela arrive au moment où l’on se souvient de l’attaque du 1er octobre … La méthode a fait ses preuves, pourquoi s’en passer ?
    Le seul hic est que tout cela ne donne pas une bonne image des Rwandais : pourra-t-on s’étonner que certains étrangers traitent les Rwandais des noms qu’il n’est pas décent de rappeler ici ?
    Il est temps de changer et d’entrer dans la modernité. Il faut toujours rappeler que ce sont pas les gratte-ciels qui la font mais bien un certain nombre de valeurs comme le respect de l’autre, la résolution pacifique des conflits, etc.

    Ibahose

       1 likes

  2. willy dit :

    i will be surprised if it;s not only congolese who paid for disturbing the Rwanda day but what happen show your opposition that your near to an end

       0 likes

Laissez un commentaire pour Ibahose