FR | EN

Nyamunini : L’encyclopédie français-kinyarwanda sur le point de paraitre

Publié : le 1 juin 2018 à 12:26 | Par | Catégorie: A la une, Culture

Après plus de six années à travailler sur le projet, les « Editions Sources du Nil », en collaboration avec les ASBL FORA et CORWABEL, s’apprêtent à publier, au mois de novembre 2018, l’ouvrage « Nyamunini » ; un dictionnaire bilingue encyclopédique français-Kinyarwanda. Les initiateurs de cet ouvrage, qui contient plus de 42 000 entrées, 7500 locutions, 1500 proverbes, près de 150 légendes, des éléments de grammaire, des notices historiques et culturelles, des illustrations et cartes géographiques, entendent faire de cette œuvre la référence de la culture rwandaise auprès du public francophone.

C’est au début des années 1980 sur les bancs de la faculté des lettres de l’Université nationale du Rwanda que l’idée d’un tel projet a germé dans l’esprit d’Eugène Shimamungu, alors jeune étudiant en linguistique. Ce dernier s’aperçoit dans le cadre de son cursus d’une « erreur de méthodologie » qui rend les dictionnaires en kinyarwanda peu accessibles au public non averti et essaye en vain d’attirer l’attention de son professeur sur la problématique.

Aujourd’hui, Eugène Shimamungu devenu entretemps docteur en linguistique spécialiste de la lexicographie nous explique ce problème méthodologique qu’il a décelé à l’époque et qui n’a, selon lui, toujours pas trouvé de réponse à ce jour : « les règles de confection des dictionnaires en kinyarwanda consistent notamment dans la classification des mots en fonction de leur radical [NDLR la partie invariable d’un mot] ». Comme il nous l’explique, « le mot kinyarwanda commence par des parties grammaticales, ce n’est pas comme en français où les parties grammaticales se trouvent généralement à la fin du mot ». Il est ainsi facile de trouver un mot français classé par ordre alphabétique, par contre il sera plus compliqué pour les non-initiés de trouver un mot kinyarwanda classé en fonction de son radical.

Eugène Shimamungu nous cite pour exemple le mot « homme » : dans le dictionnaire français, il faut aller le chercher sur la lettre H ; par contre son équivalent kinyarwanda « umugabo » (son pluriel étant « abagabo »), dans les dictionnaires existants, il faut aller le chercher à partir de son radical « gabo ». Cela montre la difficulté d’utiliser au kinyarwanda la méthode qui consiste à classer les mots en fonction de leur radical. »

De plus ajoute-t-il «pour trouver un mot dans le dictionnaire, cela demande souvent des connaissances en linguistique que ne possède pas nécessairement  un citoyen lambda » et il nous cite l’exemple du mot « ijisho », « si une personne veut en connaitre la signification, elle devrait se référer à son radical qui est « íiso » afin de le retrouver ; radical que beaucoup de personnes ne connaissent pas, ce qui conduit à la situation paradoxale dans laquelle une personne doit connaitre le radical du mot pour en connaitre la signification. »

C’est à ce problème crucial que ce projet ambitieux a voulu s’attaquer. « On a voulu vulgariser, permettre de rendre le dictionnaire accessible à tout un chacun, sans connaissances linguistiques préalables et pour cela nous avons opté pour la classification des mots tels qu’on les trouve dans le langage courant, dans un ordre alphabétique, le mot « ijisho » étant ainsi classé dans le dictionnaire sous « ijisho » et non sous « íiso » comme cela se fait habituellement. Il suffira de mettre un nom au singulier et le verbe à l’infinitif pour pouvoir le trouver. Les noms de groupes se trouveront sous la forme du pluriel »

C’est en 2012, à l’issue d’une réunion avec les ASBL Corwabel et FORA que ce vaste chantier a été inauguré. «Au départ, on envisageait d’éditer un petit dictionnaire et au fur et à mesure que le projet avançait on se rendait compte de la difficulté de laisser certains mots ou certains thèmes de côté, et nous avons alors décidé d’éditer un dictionnaire complet avec pour l’idée par la suite d’éventuellement faire un dictionnaire de poche. »

Les deux tomes de ce dictionnaire concocté par une équipe de 12 personnes devraient être imprimés en novembre 2018. « Pour le moment, nous cherchons 100 souscripteurs auxquels on accordera un tarif préférentiel et lorsqu’on aura atteint ce nombre de 100 souscripteurs qui recevront les dictionnaires et un accès en ligne pour une durée de 3 ans à moitié prix, nous pourrons lancer les premières impressions  qui sont programmées pour le mois de novembre 2018. »

Tous les détails pour souscrire à ce dictionnaire ou vous le procurer sont disponibles via ce lien : http://editions-sources-du-nil.over-blog.com/2018/05/souscription-pour-le-dictionnaire-bilingue-et-encyclopedique-francais-kinyarwanda.html

Ruhumuza Mbonyumutwa

Jambonews.net

Envie de proposer un article pour publication sur jambonews.net? Plus d’infos ici

 

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn
Tags: , , , , , , , ,

Laissez un commentaire