FR | EN

RDC : La rédemption Bemba !

Publié : le 3 août 2018 à 12:30 | Par | Catégorie: A la une, Actualité, Opinion

Article d’opinion soumis pour publication par l’auteur

Dans sa vie, il aura  connu toutes les facettes : Chef rebelle, Vice-président, Candidat président malheureux, prisonnier… Et nul doute aujourd’hui… Rédempteur. Depuis son acquittement naguère par la Cour Pénale Internationale, CPI, Jean-Pierre Bemba est de retour sur le paysage politique congolais. Personne ne croyait à ce scénario. Et surtout pas en cette année 2018 où il était a priori non partant.  Le mois dernier, Bemba est apparu quelques fois dans les médias. On voit une image d’un homme qui aurait changé à La Haye. Une série d’imageries sanctificatrices et rédemptrices. L’Homme tient un discours très soigné par ses « Spin Doctors ». Le chairman, comme il aime se faire appeler, affectionne par ses propos la RDC. Même si de manière superficielle, il établit de façon sommaire sa vision pour le Congo, en parlant notamment des défis sécuritaires, des morceaux des discours déjà entendus en 2006. Dirions nous, est-il celui qui devrait venir ?

Ce mercredi 1er août, Jean Pierre Bemba Gombo est rentré au Congo, la terre de ses ancêtres. Onze années se sont écoulées depuis que l’ancien vice-président a quitté Kinshasa. A l’antipode de son départ en cascade à la suite des événements douloureux de 2007, Bemba a reçu un accueil triomphal. Certains congolais déjà amnésiques, lassés par le régime de Kabila, ont  même oublié  dans leur tête l’image négative qu’ils collaient à Bemba du fait de son passé de chef de guerre. L’homme est complètement lavé de toutes les accusations de crimes de guerre. Vraiment ? Seul l’avenir nous le dira. Une question mérite réponse, quel est cet homme qui fait peur au régime en place? Pourquoi le retour de Bemba sur la scène politique congolaise suscite autant de questions?

L’histoire de la famille Bemba est liée à celle du Zaïre. A l’époque de la deuxième République, le nom Bemba sera étroitement associé aux Apparatchiks du pouvoir. Le père Bemba Saolona, est un riche homme d’affaires. Patron des patrons. Originaire de la Province de l’Equateur, le même territoire que le Président Mobutu Seseko. A la suite de la politique de nationalisation appelée « La Zaïrianisation », bon nombre d’hommes d’affaires zaïrois (auj., congolais), ont pu profiter du système économique issu de la politique de ladite nationalisation pour s’enrichir. De père en fils, il n’y a qu’un pas. Disons un lien du sang, une marque indélébile. Même si dans la pratique, le fils n’est pas un commerçant rigoureux comme le père. Mais il se passionne pour le Management appris dans les hautes écoles. Il reprend les enseignes théoriques qu’il a reçues dans les écoles de commerce en Occident. Dans les archives du Zaïre, outre les prouesses du Père, on notera un bref passage du fils dans le cabinet du Président Mobutu. Il sera le conseiller économique du dictateur vers la fin de son règne. Une situation délicate pour Bemba dans ses tâches de restaurer l’économie exsangue du Zaïre.

Août 1998 marque le début de la guerre du Congo. A l’occasion, on a pu retrouver le fils Bemba parmi les belligérants. Il endossait le costume de chef de guerre. Un rebelle. L’image contraste avec sa personnalité, qu’on a toujours présentée comme « un fils à papa », « un enfant gâté aux idées simples.» Une partie de l’opinion congolaise lui reproche, durant cette énième rébellion, sa connivence avec l’Ouganda de Yoweri Museveni qui lui fournit des hommes lourdement armés et des munitions. C’est une alliance de trop pour de nombreux Congolais, qui n’ont toujours pas compris le deal de la guerre dite de libération de 1996, celle ayant permis au  pouvoir de Kabila de s’installer avec la bénédiction de Paul Kagame. En 2003, suite aux accords signés à Sun City, Bemba intègre le gouvernement d’Union nationale. Il occupe le poste de vice-président chargé d’économie et finance. En 2006, il est candidat malheureux aux élections présidentielles face à Joseph Kabila, le président sortant. En 2007, il part en exil après que ses hommes aient refusé d’être démilitarisés. Accrochages armés entre la garde rapprochée de Bemba et la Garde Républicaine de Kabila. On dénombre plusieurs morts. Les médias nationaux accusent Bemba d’avoir jeté de l’huile sur le feu. Il quitte le pays clandestinement. On le voit désormais dans sa villa de Faro au Portugal. Ou également quelques virées du côté de Rhodes-Saint Genèse, un quartier huppé de la banlieue bruxelloise en Belgique. En 2008, Bemba est arrêté dans la capitale belge et transféré à la Haye aux Pays-Bas, suite à un mandat d’arrêt international émis à son encontre. On reproche à ses hommes d’avoir commis des atrocités en Centrafrique.

Bemba passera dix années dans les geôles de la CPI, avant d’être acquitté et remis en liberté en juin dernier.

 

Maty Mati,

Citoyen congolais

www.jambonews.net

Envie de proposer un article pour publication sur jambonews.net? Plus d’infos ici

 

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn
Tags: , , , , , , , , ,

Laissez un commentaire