FR | EN

Belgique : Remue-ménage à l’Ambassade du Rwanda à Bruxelles

Publié : le 9 août 2018 à 11:04 | Par | Catégorie: Actualité

En cette période estivale 2018, l’ambiance est quelque peu électrique au sein de l’ambassade du Rwanda à Bruxelles. Pour cause, une succession d’erreurs qui ont causé deux licenciements parmi les employés de la représentation diplomatique rwandaise à Bruxelles.

Chouette, une employée modèle

Ambassade du Rwanda à Bruxelles – Avenue des Fleurs 1, 1150 Woluwe-Saint-Pierre

Chouette Mwamikazi, belgo-rwandaise, travaillait à l’ambassade du Rwanda à Bruxelles depuis mai 2014. Diplômée d’un master en communication à l’Université libre de Bruxelles complété par des stages auprès de grandes rédactions belges, elle a, très jeune, eu les faveurs de l’ambassade qui lui a offert un poste que certains croyaient trop large pour elle.

Sous son impulsion toute la communication de l’ambassade a été remise à plat et modernisée. C’est grâce à elle que l’ambassade est désormais très présente sur les réseaux sociaux Twitter et Facebook. Elle s’occupait également de faire le suivi des reportages photos et vidéos de l’ambassade. Chouette était promise à un brillant avenir à l’instar d’Oria Itegeri, sa prédécesseur et désormais bras droit de Louise Mushikiwabo au ministère des Affaires étrangères au Rwanda.

Chouette Mwamikazi a connu 3 ambassadeurs, Robert Masozera, Olivier Nduhungirehe et l’actuel dépositaire du poste, Amandin Rugira. Elle était la protégée du très influent chargé d’affaires Faustin Musare qui a lui aussi quitté son poste cet été après 8 ans de loyaux services.

Une visite mal négociée

L’origine de la brouille entre Chouette Mwamikazi et ses employeurs prend naissance en juin dernier lors de la visite du président Paul Kagame à Bruxelles à l’occasion des Journées Européennes du Développement. Paul Kagame avait passé deux jours à Bruxelles à l’occasion desquels il avait été reçu par le Roi Philippe, le Premier ministre Charles Michel et plusieurs officiels de l’Union européenne. Cette visite préparée de longue date faisait suite à la visite de Paul Kagame et sa délégation à Paris quelques semaines plus tôt. Le séjour parisien fut un succès retentissant pour la diplomatie et l’image du régime rwandais en France, ternie par de régulières violations graves des droits de l’Homme. Trois interviews télévisées de ministres rwandais sur France 24 et TV5, plusieurs articles dithyrambiques dans la presse écrite française et  une opposition rwandaise qui n’a pu se faire entendre ont aidé à polir cette image, sans oublier le réchauffement des relations diplomatiques France-Rwanda et l’officialisation du soutien d’Emmanuel Macron à la candidature de Louise Mushikiwabo au poste de Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie. Bien que certaines interventions médiatiques, notamment celle du Secrétaire d’Etat aux affaires étrangères, Olivier Nduhungirehe, furent quelque peu balbutiantes, ce fut globalement une opération de charme rondement menée et réussie par la délégation rwandaise à Paris.

La délégation du Pays des Mille Collines a donc retenté l’expérience à Bruxelles quelques semaines plus tard. Les mêmes ingrédients furent utilisés à la préparation des deux visites mais le sort fut sensiblement différent. La communication, cheval de bataille d’un régime qui mise tout sur son image, fut cette fois-ci un fiasco. En effet, pas moins de sept mentions ont été faites aux travers d’articles dans la presse écrite francophone et néerlandophone de Belgique. La quasi-totalité fut plus que critique envers le président Kagame, avec notamment deux tribunes d’activistes de Jambo ASBL dans la presse néerlandophone par Laure Uwase et dans la presse francophone par Norman Ishimwe Sinamenye. Un débat a également été organisé à une heure de grande écoute sur la principale télévision publique flamande où le journaliste Peter Verlinden et l’activiste Laure Uwase ont rappelé les nombreux crimes du FPR et du régime rwandais commis sous les ordres du président Kagame .

Chouette bouc-émissaire ?

Chouette Mwamikazi

Chouette Mwamikazi

La pilule fût particulièrement dure à avaler du côté de la délégation rwandaise qui a plus que très moyennement apprécié le traitement médiatique du séjour du président Kagame à Bruxelles. Elle n’a pas manqué de le faire savoir à l’ambassadeur Amandin Rugira, qui s’est fait tancer par les autorités de Kigali. Conséquence de ce séjour qui fut un échec en matière d’image, l’ambassade a décidé de licencier sa responsable de la communication Chouette Mwamikazi. Pour notre source au sein de l’ambassade du Rwanda, qui a préféré garder son anonymat, « Chouette est loin d’être la responsable de ces erreurs, il y a bien d’autres dysfonctionnement plus graves, elle est simplement le fusible qui permet à d’autres de rester tranquillement en place. »

Cet épisode a créé pas mal de remous au sein de l’ambassade et le divorce ne s’est pas fait à l’amiable. En témoigne la manière dont Chouette a appris la nouvelle, au travers d’un simple message WhatsApp reçu de l’ambassadeur lui-même alors qu’elle s’apprêtait à embarquer pour des vacances à Kigali. D’après notre source : « La pauvre Chouette s’est fait flouer, ils lui ont donné trop peu de considération. Ils n’ont ni respecté son préavis, ni rendu certains arriérés de paiement qu’ils lui devaient. Elle va surement porter plainte au tribunal du travail et j’espère qu’elle aura gain de cause. » Cette affaire désormais dans les mains des syndicats semble donc loin d’avoir rendu son verdict.

Mushikiwabo à l’origine du second licenciement ?

Devota Uwantege

Devota Uwantege

Chouette Mwamikazi n’est pas la seule employée de l’ambassade à avoir dû précipitamment plier bagage au cours des dernières semaines. Devota Uwantege, réceptionniste depuis plusieurs années et épouse d’un ancien ambassadeur du Rwanda à Bruxelles, a également été licenciée. Officiellement l’ambassade invoque une prétendue restructuration du personnel, officieusement il lui a été signifié que son licenciement serait dû à « des manquements et des erreurs dans la gestion administrative des dossiers qu’elle avait à traiter ». En réalité, c’est surtout un dossier en particulier qui lui est reproché. Devota a ainsi, selon notre source, égaré un dossier administratif qui appartenait à une amie proche de Louise Mushikiwabo, actuelle ministre des Affaires étrangères du Rwanda. Cette erreur a conduit l’intéressée à aller se plaindre auprès de l’ambassade, menaçant d’en informer la ministre si rien n’était fait. Ce coup de pression fut fatal pour Devota qui fut sacrifiée par sa hiérarchie.

L’ambassade du Rwanda à Bruxelles a donc perdu ces dernières semaines trois de ses éléments les plus emblématiques. La communauté rwandaise de Belgique, l’une des plus virulentes, à l’étranger, à l’égard du régime de Kigali semble ne pas être exogène au remue-ménage qui secoue actuellement la paisible avenue des Fleurs. La sérénité de façade qu’affiche la « Rwanda House » de Bruxelles couvrirait-elle des tensions qui n’ont pas encore fini de faire des vagues ?

Emmanuel Hakuzwimana

www.jambonews.net

Envie de proposer un article pour publication sur jambonews.net? Plus d’infos ici

 

 

 

 

 

 

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn
Tags: , , , , , , , , , , , , , , , ,

Un commentaire à “Belgique : Remue-ménage à l’Ambassade du Rwanda à Bruxelles”

  1. dusabinema dit :

    Oh..Chouette alors, elle devait se dire : « chouette.. je pars en vacances » et ils la licencient…
    vraiment.. je compatis.

       0 likes

Laissez un commentaire