Jambonews FR - Restons informés

Rwanda: les partis PDP et PS présentent leur programme à Bruxelles

Rwanda: les partis PDP et PS présentent leur programme à Bruxelles

Se disant soucieux d’amener la démocratie, le développement et le respect des droits humains pour tous au Rwanda, les partis politiques PDP – IMANZI et le PS – IMBERAKURI, organisent une conférence débat ce dimanche 25 mars à Bruxelles, au cours de laquelle ils présenteront leur programme politique.
 

PS - Imberakuri

PS - Imberakuri


Les deux partis politiques rwandais PDP – IMANZI (Pacte de Défense du Peuple) et le PS –IMBERAKURI (Parti Social IMBERAKURI), sont partenaires depuis 2009, tous les deux ne cessent de dénoncer les dérives autoritaires du régime de Kigali, d’ailleurs les présidents de ces partis sont tous les deux emprisonnés au Rwanda pour leurs activités politiques.
Accusé notamment d’atteinte à la sureté de l’Etat et d’incitation à la désobéissance civile, Déogratias Mushayidi président du PDP – Imanzi a été condamné en 2010 à la prison à perpétuité, son homologue du PS-Imberakuri, Bernard Ntaganda, a été quant à lui condamné en février 2011 par la Haute cour de Kigali à quatre ans de prison ferme. Les deux opposants ont toujours clamés leur innocence, affirmant que les poursuites engagées contre eux étaient politiquement motivées.
Les deux partis invitent tous les ressortissants rwandais et amis du Rwanda à venir nombreux ce dimanche pour découvrir leurs programmes politiques respectifs.Les intervenants sont, pour le PDP – IMANZI, Gérard KARANGWA SEMUSHI son Vice – Président et Jean-Damascène MUNYAMPETA, son secrétaire exécutif; le PS – IMBERAKURI sera représenté par Jean-Baptiste RYUMUGABE. Deux autres intervenants le feront en direct de Kigali via vidéoconférence.
PDP - Imanzi

PDP - Imanzi


Joint par Jambonews, Jean-Baptiste Ryumugabe, le représentant du PS Imberakuri en Europe explique cette alliance entre les deux partis par le fait qu’« En septembre 2009, Bernard Ntaganda est venu en Belgique et a signé un partenariat avec différents partis dont les FDU et le PDP, depuis lors, nous essayons de respecter ce partenariat. » Et il cite des exemples concrets de « matérialisation » de cette alliance, « Lorsque Victoire Ingabire est arrivée au Rwanda, nous avons été l’accueillir, lorsque Mushayidi a été arrêté, Bernard Ntaganda est parti à sa recherche et a insisté pour le rencontrer, il l’a assisté dans ses premiers jours  de détention. C’est de là qu’est née l’idée de rendre des visites régulières aux prisonniers politiques. » a-t-il poursuivi avant d’ajouter qu’une conférence commune était une façon pour eux, de poursuivre ce partenariat signé.
L’objectif de la conférence conclut-il, est d’expliquer aux rwandais « notre programme, la façon dont on conçoit le changement et échanger avec eux afin d’avancer dans la recherche commune d’une solution aux problèmes auxquels notre pays fait face ». Quant à Jean Damascène Munyampeta, Secrétaire exécutif du PDP, il explique l’organisation de la conférence par le fait que son parti « a fait beaucoup de projets, de communiqués mais que depuis 2008 et sa fondation, le PDP n’a jamais présenté en détails son projet politique » pour lui, l’une des questions principales qui sera traitée sera celle de voir comment l’opposition devrait s’unir et travailler ensemble. « Les politiciens des autres partis seront là, et on compte faire un débat autour du pourquoi on est si divisé et comment remédier à cela. » a-t-il notamment déclaré, avant d’ajouter « On se querelle sur des petites choses, alors qu’il y a des enjeux bien plus importants à résoudre pour notre pays. »
Pour lui, le plus important est de sensibiliser les gens à un projet commun « Insulter Kagame n’est pas un projet, il faut regarder les idées et non les personnes » et il insiste sur l’importance de soutenir l’opposition sans aucune considération de partis. La priorité devrait être le soutien à tous ces jeunes militants principalement ceux du PS et des FDU, qui vivent au Rwanda et qui au jour le jour, luttent pour un avenir meilleur et ont des soucis inimaginables en raison de leur engagement politique. « Pour le moment, au lieu de les soutenir, on se querelle pour des questions d’ego, des questions de place, alors que la priorité est ailleurs. »Il estime que ces luttes donnent une image désastreuse de l’opposition à l’extérieure et qu’elles devraient cesser car même s’il est normal que les gens aient des idées différentes, « ils doivent se respecter et s’associer sur des projets ».
Il conclue en s’interrogeant, « lorsque l’opposition obtient une audience et que 15 représentants de partis politiques y vont, quelle image ça peut donner auprès de ces éventuels partenaires ? »
Jean Mitari (propos recueillis par Ruhumuza Mbonyumutwa)
Jambonews.net

Commentaires

commentaires


© 2019 Jambonews