FR | EN

RWANDA : LE MASSACRE DE KIBEHO 22 AVRIL 1995

Publié : le 22 avril 2011 à 7:35 | Par | Catégorie: Analyses de l'actualité
Massacres de Kibeho

Massacres de Kibeho

Le 22 Avril 1995, au camp de Kibeho au Rwanda, des soldats de l’Armée patriotique rwandaise (branche armée du FPR) encerclent quelques 100 000 déplacés internes, regroupés dans un espace restreint et qui refusaient de rentrer dans leurs villages au motif qu’ils étaient systématiquement massacrés par l’APR pour le simple fait qu’ils étaient Hutu.

Sous les yeux d’une demi douzaine d’agences de l’ONU, de 3300 casques bleus et de près de 120 ONG dont Oxfam et Médecins sans frontières, 2500 soldats de l’APR utilisent des armes automatiques, des lance-roquettes et des grenades, assassinant selon les sources, entre 4000 et 8000 hommes, femmes ou enfants.

En un peu moins d’un après-midi, les soldats de l’APR firent presque autant de victimes qu’à Srebrenica, considéré comme le plus grand massacre en Europe depuis la deuxième guerre mondiale et ayant justifié quasiment à lui seul la création d’un Tribunal pénal international.

Le ministre qui était en charge du ministère de la Réhabilitation et des déplacés de guerre au Rwanda Jacques BIHOZAGARA est à ce titre responsable de ces crimes contre l’humanité et n’a jusqu’à présent jamais été inquiété, au contraire, il a essayé de faire taire ceux qui ont osé montrer sa responsabilité à l’instar du procès qu’il a perdu contre Marie Roger Biloa et Africa international times.

Monsieur Bihozagara n’est pas seul responsable car militairement cette opération fût menée par le Général Fred IBINGIRA qui lui aussi se pavane toujours en liberté et ne fût jamais inquiété pour ces crimes.

Massacre de Kibeho

Massacre de Kibeho

Nous ne pouvons oublier l’image du président de l’époque, Pasteur BIZIMUNGU enjambant des cadavres et déclarant qu’ils ne sont que 300 ou 400, comme si le nombre diminuait la gravité de l’affaire. Les humanitaires et les casques bleus qui étaient sur place ont pris des photos qui témoignent de l’horreur du drame, notamment Mark Cuthbert-Brown que le président à l’époque surnommait « Le major britannique » et Alexandre Castanias.

D’autres casques bleus, à l’instar de Terry Pickard, casque bleu australien, ont mis par écrit l’horreur dont ils ont été témoins.

Malgré le retentis provoqué par ces massacres dans la presse, cela ne suscita aucune réaction de la communauté internationale, probablement éclipsés par le génocide perpétré contre la minorité Tutsi une année auparavant au Rwanda.

Les casques bleus et les ONG qui étaient sur place ne firent pas grand-chose.
Par son silence  la communauté internationale venait  d’octroyer un permis de tuer aux troupes du général Paul Kagame car une année plus tard ils réitèrent leur coup mais cette fois-ci au Congo, ou les exterminations de populations civiles encore plus systématiques, au point que dans un récent rapport de l’ONU, le terme de génocide est évoqué pour qualifier les atrocités commises par ces troupes contre les réfugiés Hutus au Zaïre.

Christian MUTWARE
Jambonews

Plus d’images et infos :
http://www.pbase.com/kleine/cuthbertbrown_kibeho
http://www.pbase.com/kleine/alex_photos
http://www.anzacday.org.au/history/peacekeeping/anecdotes/kibeho.html
http://desk.rwandainfo.de/genocide_s_1_114.html

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

19 Commentaires à “RWANDA : LE MASSACRE DE KIBEHO 22 AVRIL 1995”

  1. muhimakazi dit :

    Bonjour et merci à Mr Mutware de nous rappeler cette informations sur ces crimes de l’armé rwandaise que certains veulent étouffer
    Juste pour ajouter aussi que depuis 1990 le FPR a débuté la guerre par ses crimes contre la population Hutu dans les préfectures de BYUMBA et RUHENGERI où les soldats faisaient piler les bébé dans les mortiers à moudre

       2 likes

    • Placide dit :

      Mme Muhimakazi,
      Si vous avez des témoignages ou des dossiers ou connaisez des rescapés de ces crimes dans Byumba et Ruhengeri, n’hésitez pas à les envoyer à l’adresse suivante:
      info@mpore.org
      visiter le site http://www.mpore.org

         2 likes

      • Rodman dit :

        à Monsieur Placide,

        Je constate que vous demande seulement les témoignages de rescapés de massacres commis par le FPR contre la population Hutu (1990)! Et, je me permet à vous rappeler ou à vous informer qu’il faut aussi chercher les témoignages de rescapés de massacres commis par les FAR contre la population Hima (assimilés aux Tutsis) et les Tutsis qui se trouvaient par exemple dans les communes de NGARAMA, MUVUMBA (Byumba) …à cette époque.

           0 likes

        • Placide dit :

          Mr Rodman,
          Merci de préciser que tous les témoignages aussi bien des crimes du FPR que des FAR que de toute autre organisation active au Rwanda dans le passé ou dans le présent sont à recueillir.

          J’ai demandé à Mme Muhimakazi les témoignages relatifs aux massacres qu’elle semblait bien connaître et détenir des informations assez précises qu’elle affirme en donnant un détail du mode opératoire des tueurs.

          Il serait absurde d’exiger qu’un témoignage, pour être considéré, porte obligatoirement sur les massacres des deux belligérants du conflit rwandais.

          A ma connaissance la période 1990-1994 est peu documentée, que ce soit sur les massacre d’ Ougandais ou de Rwandais (Hutu, Tutsi, Twa) . Si vous avez des documents ou des témoignages ou connaissez des rescapés de NGARAMA, MUVUMBA (Byumba) dont vous parlez dans le commentaire, n’hésitez pas à les envoyer à info@mpore.org.
          Merci d’avance

             4 likes

  2. gasore dit :

    4000 à 8000 morts sur 100000! Ce qui est choquant dans toute guerre, c’est la mort des enfants, des femmes et des hommes qui n’ont aucun rapport avec les événements. Ce sont des victimes innocentes qui se retrouvent au mauvais endroit et qui subisse les atrocités.

    Ceci étant dit, 1995 vient après la mort de +/- 1 millions de tutsis et hutus modérés, tués à la machette, des femmes éventrées, des bébé jettés contre de mûrs, des familles entières décimées par leurs voisins, leurs connaissances et parfois même leurs membres de famille pour le simple fait que c’était des Inyenzi. Il fallait payer pour avoir droit à une balle.

    Si Monsieur Mutware a oublié de placer les choses dans leur contexte, c’est volontaire ou c’est juste un oubli? Tout est lié. Ceux qui sont venus en 1990, c’est à cause des tuéries des tutsis de 1959, 1962,1968,1973,… et c’est une chaine sans fin.

    Du moment que vous ne qualifiez pas celà de génocide…

       1 likes

    • observateur neutre dit :

      @gasore

      « Ceux qui sont venus en 1990, c’est à cause des tuéries des tutsis de 1959, 1962,1968,1973,… et c’est une chaine sans fin.  »

      quelques questions:

      pourquoi tu oublie deliberment de mentioner que, comme en 1994, quelqu’un a tout fais pour que ses tueries se passent? (les fameux strateges tutsis)

      pretexte, pretexte encore des pretexte. a t’entendre parler on croirait qu’un beau matin les gens se sont lever pour aller massacer dautres gens gratuitement juste comme ca

         1 likes

      • gasore dit :

        Non cher observateur neutre, je ne dis pas que les choses se sont passées simplement comme ça! Penser qu’un père peut tuer sa femme ou son enfant pcq il serait quelque part un serpent, penser qu’un voisin ou un ami peut du jour au lendemain éliminer les vôtres et piller vos biens n’est pas chose simple à comprendre et c’est encore moin l’effet de ce que vous appelez  »les fameux stratèges tutsis ».

        Quel valeur donnez-vous à cet homme qui a accompli ce genre d’acte ? C’est prcq la radio l’a dit, pcq qlq’un a fait une stratégie qui l’a poussé au bout?

        L’explication  »POUR MOI »(j’accepte que d’autres puissent en avoir d’autres), se situe dans l’enracinement dans l’impunité, la haine, la déshumanisation et les clichés de part et d’autres (entre hutu et tutsis, tutsi et hutus) véhiculés sur le temps à travers les histoires familiales, communautaires et régionales tout au long des tuéries ou des injustices .

        D’ou en mon sens cette chaine sans fin. Et pour vous éviter une argumentation multiple, la seule question intéressante est de savoir comment mettre fin à cette chaine?

        En me basant sur cette chaine sans fin, il faudrait que les autorités actuelles ne voient pas leur force comme une fin en soi, il faudrait qu’ils comprennent quelles seront les conséquences sur des générations à venir et que les rwandais prennent progressivement conscience que ce que nous transemttons à nos enfants aura un impact tôt ou tard.

           1 likes

  3. tsunami dit :

    Monsieur (ou madame) Gasore ce que vous dites est tres lourd de consequence mais vous ne vous en rendez evidement pas compte!  »Ceux qui sont venus en 1990, c’est à cause des tuéries des tutsis de 1959, 1962,1968,1973,… et c’est une chaine sans fin » si je suis votre raisonnement des massacres en justifient d’ autres????? dans ce cas les massacres de 1990 des hutus justifient-ils ceux des tutsi et de hutus moderes en 1994????

       1 likes

    • …Wapfa UMUNYIGINYA wa MWEGA we ngo ni TSUNAMI ; ….reka ibintu vitambuke we , kandi ndagukurura amatwi …!!!!

         0 likes

    • gasore dit :

      Bonjour Tsunami,

      Je réalise que mes propos vous choquent et sont lourds de conséquences. Mon objectif n’est pas de vous choquer mais de mettre en perspective que notre vécu rwandais n’est pas le fruit d’un seul événement mais l’enchevetrement d’une succession d’événements sur des générations qui ne peuvent être niés même si oubliés par certains pour de bonnes ou mauvaises raisons. La mémoire humaine est transgénérationnelle et de parents à enfants ou petits enfants, les bonnes et mauvaises expériences sont transmises.

      Comme j’ai pu l’écrire à un autre plus haut, la question principale est de savoir comment sortir de cette chaine sans fin?

      Mais pour répondre à votre question, oui, ceux qui sont venus en 1990 revendiquaient leur identité perdue par leurs parents ou eux-même au cours des années citées (1959,…)

      Par contre en mon sens, les morts de 1994, c’est la somme de toutes les tuéries impunies depuis longtemps, des préjugés profondement encrées jusqu’à déshumaniser le tutsi, la sommes des préjugés hutu-tutsi, tutsi-hutu, les propagandes médiatiques RTLM et autres, les tuéries hutu-tutsi, tutsi-hutu depuis 1990, la crispation des protagonistes et SURTOUT, la fausse croyance de certain de se dire qu’il peuvent éliminer un groupe humain sur la surface de la terre!!

      En d’autres termes, l’histoire rwandaise est lourde de conséquences et la question est  » qu’avons-nous envie de laisser à nos enfants et leurs enfants car nos choix d’aujourd’hui à tous les niveaux (état, communautés, familles, individus) auront un impact sur cette chaine de malheurs dont nous ne sommes plus conscients.

      Monsieur Gasore

         0 likes

  4. cmunan dit :

    On ne peut pas s’attaquer au problème et prétendre le résoudre sans s’attaquer à sa cause.
    D’accord il ya eu des massacres de grande ampleur au Rwanda.
    Quels sont les causes?
    en 1959 massacres lié aux refus catégoriques des dignitaires Tutsi qui tenaient le pouvoir de le partager avec la majorité hutu.
    1962 Tentative des réfugiés Tutsi en provenance du burudi surtout de vouloir envahir le Rwandai pour récuperer le pouvoir perdu en 1959 lors de la révolution .
    1990 Les mêmes rfugiés tutsi attaquent cette fois ci à partir de L’Ouganda , cette fois ci fort militairement, et médiatiquement, se cache derrière l’hypocrisie, décime les politiciens leadeurs hutu, s’emprennent aux intelectuels hutu dans un but de semer le discorde et provoquer le retournements des hutu contre les tutsi.
    Piège tendu mais toujours dénoncé par le président Juvénal habylimana qui demandait aux Rwandais en général d’ouvrir leurs yeux et de faire attention à l’extremisme.

    Voilà , comme ce dernier était un obstacle à l ‘atteinte du but rechercé par Kagame et son FPRc’est à dire le génocide) un attentat a été perpetré contre lui par ce même kagame et son armée.
    Donc qui sème le vent récolte le tempête et le noeud du problème Rwandais est là.
    Qu’on ne se trompe pas la réconciliation des Rwandais aura lieu qu’après un explication détaillée et sans détours des agissements de Kagame depuis l’invasion du Rwanda en 1990 juqu’à nos jours.
    PS je m’adresse à ceux qui le fanatisent leur disant simplement que leur attitude ne font qu’éloigner les Rwandais au lieu de les réconcilier.

       2 likes

    • Lily dit :

      Vous etes vraiment cynique. Comment peux -tu essayer de justifier tous ces genocides par le simple fait que les dignitaires tutsi ne voulaient pas lacher le pouvoir? Meme si ce n’etait pas le cas, dis moi , est-ce que tous les tutsi y compris les enfants et les paysans etaient dignitaires?

      Pour le massacre de 1962 et annees posterieures. Trouves-tu juste qu’un paysan tues ses voisins sur le fait que les refugies avaient attaque le pays? Quel raisonnement? D’apres -vous si le FDLR attaquait le Rwanda, tous les Hutu devraient en repondre par leur sang? Le pays avait une armee et son role etait de defendre le pays sur le front. Nul ne peux donc pas expliquer comment une attaque a partir du Burundi peut entrainer la mise a mort d’un tutsi vivant a Gisenyi.

      Et comment justifies-tu le génocide de 1994 puisque tu es un expert dans les justifications? Par la mort de Habyara certainement. A-t-il été tue par les tusi? Tous sans distinction y compris même les fœtus et les malades sur les lits des hôpitaux? Veux- tu dire par la que si un des dirigeant rwandais tutsi était tue aujourd’hui tous les hutu sans distinction devraient mourir? Et comment justifies-tu maintenant le massacres contre les rescapés après génocide? Qu’est-ce qui c’était passe?

      Soyez humain et pense a ce que tu dis. Tout cela est le résultat de la honte et la culpabilité puisque vous avez commis l’irréparable. N’essaie surtout pas d’expliquer l’inexplicable. Le Rwanda a beaucoup souffert, il a besoin de nous pour le rebâtir. Mon souhait le plus cher est de vivre en paix et de léguer a nos enfants un pays pacifique ou nul ne connaitra jamais ce que nous avons connu.

         0 likes

      • Patience dit :

        Pour répondre à Lily,
        Dans ta réaction il y a une accusation injustifié, tu dis « … Tout cela est le résultat de la honte et la culpabilité puisque VOUS avez commis l’irréparable.  » Quand tu dis vous, tu t’adresse à qui ? Je ne sais pas si tu connais la personne (cmunan) à qui tu t’adresse, mais il semble que tu l’es déjà jugé de génocidaire. Ou bien tu parles de tous les hutus. Dans ce cas alors tu te contredit toi même car tu viens de dire, qu’un paysan ne devrait pas être responsable de ce que d’autres réfugiés ont attaqué le Rwanda. Je suis d’accord avec toi qu’il ne faut pas généralisé, c’est ce qui est à la base des calamités qui ont traversé notre pays. Mais je constate que toi aussi tu tombe dans ce piège.

        Un jour, je parle avec une personne (rwandaise) des crimes commis par le régime du FPR et la personne m’a rétorqué :
        –  » Et vous aussi vous avez commis beaucoup de crime ! » .

        J’étais choqué et je lui ai regardé dans les yeux lui ai dit :

        –  » tu viens de me rencontre à peine, tu ne me connais pas et tu m’attribue des crimes?!!!!  »
        Elle a compris sont erreur.
        Voici le vrai problème, on généralise TROP. Chacun doit assumer ses actes et non ceux des autres. Dans cette article il s’agit des crimes commis par l’ APR après la prise de pouvoir, ils sont à dénoncer (j’espère que tu es d’accord avec moi sur ce point, c’est HUMAIN de le dénoncer n’est ce pas ? ) et les coupables doivent être dénoncés pour qu’ils ne recommencent pas. En parlent ce n’est pas nier d’autres crimes de l’époque, ce n’est pas nier le génocide commis contre les tutsis. Faut-il oublier celui commis contre les hutus de peur de froisser les rescapés tutsis ? NON ! La vérité doit être dite et elle est souvent dur à entendre mais une fois accepté on peut faire la vrai paix entre nous, en reconnaissant les souffrance de chacun.
        Bien à vous

           2 likes

  5. Aloys Gashema dit :

    A vous tous qui visitez ce site, il est regrettable de voir les gens qui veulent continuer a nous derouter! Qui peut oulbier que ce sont les miliers des Tutsis qui furent massacres a Mourambi par les FAR et les miliciens Interahamwe? Qui peut oublier les efforts de FPR pour arreter le Genocide? Comment alors pourrait-il tuer alors qu’il traitait tous les Rwandais de la meme façon!

       1 likes

    • Patience dit :

      Monsieur Gashema
      Vous parlez de dérouter or j’ai l’impression que c’est vous qui veux nous dérouter en omettant une autre version de la geurre du Rwanda. Aujourd’hui des témoignage abondent dans le sens de révéler les crime que le FPR a commis lors de la guerre qui a précédé sa prise de pouvoir et après cette prise. Je vous conseille de regarder cette vidéo http://www.jambonews.net/videos/ (Regarder la vidéo: The killing fields elle a été tourné par VRT une télévision belges) si vous étés de bonne foi et si vous voulez vous informer. Un belges et une mexicaine qui était dans la partie contrôlé par le FPR témoigne.
      Parler des crimes contre l’humanité commis par le FPR ne veux pas dire que l’on ignore le génocide qui a été fait contre les tutsis. Au contraire, si on est scandalisé par celui-ci, il est incompréhensible comment on ne peut pas dénoncer aussi les autres crimes qui ont été commis. Pourquoi cette distinction des crimes qui est sélective ? Que veut on dire ? Que certains vies sont plus important que d’autres ? Ce n’est pas le message qu’il faut transmettre à nos enfants.
      Le fait d’ignorer la souffrance des uns des autres est à l’origine des troubles qu’a connu notre région et est dangereux pour l’avenir.

         4 likes

  6. Papi dit :

    A lire les discours des uns et des autres, je vois que la nation rwandaise va gérer ou subir les dégâts de décennies d’insouciance politique pour très longtemps. L’histoire n’est pas une science exacte. malheureusement, l’histoire dépend toujours de l’historien même quand il raconte une histoire réelle et vraie. Nul ne peut ravir à chacun son avis sur l’histoire mais force est de constater que toujours deux camps s’opposent quant il s’agit de lire l’histoire du Rwanda.

    je vais utiliser les mots obédience pro-tutsie/hutue juste pour faire la différence entre les racines ethniques et les pensées historico-politiques des uns et des autres car la pensée politique n’est aucunement liée aux origines ethniques en terme de cause à effet.

    Quand on est d’obédience pro-hutue, on dit que la révolution a renversée une monarchie injuste des tutsis qui voulaient garder le pouvoir pour eux-mêmes, quand on est d’obédience pro-tutsie, on dit que c’est la faute aux colons,…….si on va même aux évènements plus récents en 1990-94, l’obédience pro-tutsie dit qu’il n’ y avait pas de droit au rwanda pour les tutsis, l’obédience pro-hutue dit qu’ils n’y avait pas le FPR a massacré les hutus dans les camps pendant la guerre, ainsi des suite et , …………..

    Chaque obédience cherche à se positionner du côté de victime. La vérité, ce que l’injustice est la source de nos malheurs, depuis les temps pré-coloniaux jusqu’aujourd’hui. On doit retenir qu’aucune injustice n’est justifiable en aucune manière.

    Le problème est de savoir ce que nous voulons: voulons-nous une nation de paix et de liberté? ou voulons-nous une nation de suprématie d’un groupe sur un autre même voilée? l’histoire nous a appris que rien n’est éternelle, la monarchie a été balayée, la colonisation de même, les républiques après d’autres républiques,…balayées également. Il est question d’inventer une pensée et une future plus pérenne et pour les générations futures partant d’un mode de gestion de la nation qui n’est pas celle basée officiellement ou non officiellement à la domination d’un groupe sur un autre. Peu importe le modèle mais qu’il soit une société de justice et d’égalité pour tous. Sinon chacun va bercer la mémoire de ses victimes de l’injustice, ignorera ceux des autres, ceci entraînant une raison de lutte perpétuelle de générations en générations. L’avenir de la nation, je crois, réside dans l’aplanissement des ces obédiences car leurs discours politiques sont pleins de récriminations tendant à polariser la nation. La question est celui de la refondation de l’histoire, puisqu’il faut qu’il y ait une histoire, la refondation de la justice et des mécanismes d’une nation juste. n’en déplaise à ceux qui me lise, le départ de Kagame n’est pas la solution car ce qui ronge la société est plus historiquement lointain car c’est une accumulation des erreurs, des fautes politiques, des discours, des pensées, …, des actes, des crimes,.. qui n’ont fait que perpétuer la crise nationale touchant toujours plus sévèrement les individus qui n’ont pas toujours été des acteurs du jeu politique.

    Pour la reconstitution de l’histoire et de la justice, nous devrons revisiter tous les faits et crimes qui ont été commis en établir les responsables et surtout réfuter la culpabilisation des communautés. Si un enfant ne doit pas payer le crime de son père et vice-versa pourquoi une communauté devrait-il être victime des individus qui lui sont associés?

    Quand j’ai essayé de lire en profondeur l’histoire du Rwanda, j’étais surpris que nous avons même une histoire qui a, autant pour nous séparer, et autant, pour nous unir. Malheureusement, le passé politique rwandaise a montré que les pièces du puzzle de l’histoire rwandaise ont été interprétées dans les buts des intérêts politiques avoués non avoués quand ça arrange même au mépris des principes des droits des individus.

    Il est temps de résister aux forces centrifuges idéologiques actuelles et se mettre dans le mécanisme d’une solution définitive aux erreurs, crimes et injustices multiples qui ont émaillées notre histoire et établir une nation où chacun se sent libre et vis dignement. ça sera le manière la plus juste d’honorer les nôtres qui sont tombés victimes de l’injustice que cela ait eu lieu au 18e siècle, 1959, 1994, ou après…………

    Aucun homme de bonne volonté ne devrait accepter qu’une injustice puisse se pratiquer au nom de la nation ou qu’un discours puisse être avancé dans le but de réduire le droit, la justice et la liberté de qui que ce soit.

       2 likes

  7. Maïcky dit :

    « Le problème est de savoir ce que nous voulons: voulons-nous une nation de paix et de liberté? ou voulons-nous une nation de suprématie d’un groupe sur un autre même voilée? l’histoire nous a appris que rien n’est éternelle, la monarchie a été balayée, la colonisation de même, les républiques après d’autres républiques,…balayées également. Il est question d’inventer une pensée et une future plus pérenne et pour les générations futures partant d’un mode de gestion de la nation qui n’est pas celle basée officiellement ou non officiellement à la domination d’un groupe sur un autre. Peu importe le modèle mais qu’il soit une société de justice et d’égalité pour tous. Sinon chacun va bercer la mémoire de ses victimes de l’injustice, ignorera ceux des autres, ceci entraînant une raison de lutte perpétuelle de générations en générations. L’avenir de la nation, je crois, réside dans l’aplanissement des ces obédiences car leurs discours politiques sont pleins de récriminations tendant à polariser la nation »

    Excellente intervention! Effectivement, le plus important est de penser au delà de querelles actuelles. On l’oublie souvent mais les conflits qui ont jalonné l’histoire récente du Rwanda traduisent, en réalité, des luttes de pouvoir entre les 2 principaux groupes ethniques. Ce conflit dépasse la personne de Kagamé, de Habyara ou je ne suis qui d’autres!
    Disons-le clairement, l’histoire du Rwanda se résume en une revanche d’un groupe sur un autre. Le Rwanda doit sortir de ce cercle vicieux en inventant des formes de pouvoir où les responsabilités devraient être partagées ou la « justice pour tous » ne serait plus une vaine phrase. La Rwanda n’a de toute façon pas le choix, n’en déplaise à ceux qui croient naïvement avoir conquis le pouvoir pour 1000 ans . L’historien Bernard Lugan parle de « démocratie de groupes », c’est à dire, une forme de démocratie prenant réellement en compte les intérêts de principaux groupes ethniques en lutte pour le pouvoir. Le Burundi a emprunté ce chemin, le pouvoir est désormais partagé entre Hutu et Tutsi. La réussite de ce modèle risque non seulement de créer un précédent au Rwanda mais aussi en Afrique.

    Que faire alors concrètement?

    La première chose à faire est d’accepter la réalité ethnique comme base de réflexion. Le néo-catéchisme Post-94 est une promotion grandeur nature de l’hypocrisie. Ce n’est pas en niant les ethnies qu’elles disparaîtront pour autant. Une sorte de commission « vérité et réconciliation » doit établir les responsabilités de chacun. Inutile de dire que sans la justice, la réconciliation est impossible . Puis un partage équitable du pouvoir (administration, armée,etc.) serait , selon moi, seul à même d’apaiser les luttes de nature » ethniciste » du pouvoir.

    Conclusion

    Le Rwanda ne peut pas faire économie de cette réflexion. A défaut, les groupes lésés chercheront légitimement à retrouver leurs droits. Il ne faut pas être Mme Soleil pour pressentir un nouveau conflit dans le cas où les choses restent figées. Les bouleversements géopolitiques ouvriront tôt ou tard des brèches à travers lesquelles les groupes lésés s’engouffreront naturellement. Tout pouvoir quelque soit sa forme finit par s’user, par s’écrouler , que cela prenne 10, 20, 50 ans,100ans. Mais comme je l’ai dit, la revanche d’un groupe sur un autre ne peut pas apporter une solution durable ou « définitive » au problème Rwandais!

       0 likes

  8. Sankara dit :

    Merci à tous de partager vos pensées mais il est triste de constater que la fracture reste grande entre les deux communautés.

    Je suis grandement d’accord avec l’analyse de Maicky qui dit que seule une commission : « vérité et réconciliation » peut établir la responsabilité de chacun. La justice bien que nécessaire ne servira à personne. Ce ne sont pas les dirigeant du FPR qui vont accepter d’aller en prison. Donc la solution de justice en soi qui a tj été présentée comme « solution ultime » doit être repensée. Établir la responsabilité de chacun oui mais il faudra que certaines personnes fasses des concessions et qu’ils reconnaissent que nous avons tous des choses à nous reprocher.

    A PAPI: bien que je sois d’accord avec votre analyse, cmt voulez-vs parvenir l’aplanissement des ces obédiences en disant que le départ de Kagame n’est pas la solution alors qu’on sait que ses « discours politiques sont pleins de récriminations tendant à polariser la nation » Il se dit victorieux d’une bataille qu’il a gagné. Les erreurs que vous dites appartenir au passée continuent à être commises. Il ne ferra jamais de concession et n’admettra jamais ses responsabilités. Comme vous dites, n’ayons pas peur d’aborder la question des ethnies car cela dessus que porte la lutte de pouvoir. Comme dit monsieur Gasore plus haut, si chaque partie continue à éduquer ses enfants dans un fanatisme silencieux, alors on ne vaut pas mieux que ceux qui nous ont porté jusqu’au paroxysme de 1994.

       0 likes

  9. Safari dit :

    je viens de lire les interventions des differents intervenant,c’est la honte et la pitie, le fosse entre HUTU et TUTSI est encore profond,une chose est sur il ya pas de justification aux genocides que les tutsis ont subi de 1959-1994 et a l’exclusion legale(quota ethnique)le Roi ne representait pas les tutsis,tout comme le FPR ne represente pas les Tutsi..tuer les tutsis ,des enfants des viellards, c’est pas comprehensif, de meme aussi les tueries que les Hutus ont subi n’ont pas des justifications,je suis d’accord que parmis ceux qui etaient a KIBEHO ,il yavait des genocidaires,je pas pitie pour eux du tout, mais ces viellards, ces enfants, les inoncents qui etaient parmis eux, non c’etait horrible, il n’y qu’une seule race au rwanda, celle des tueurs, et ces gens la ne sont ni hutu ou tutsi, ils sont seulement tueurs….une recente recherche a demontre que les tutsis, ont 99% du sang Hutu dans leurs veines, et 1% est d’origine hamite, donc les tutsi sont des hutus,ceux qui les ont tues ont tues leurs freres et soeurs(fratricides, cain)les tutsi qui gardent rancune contre les hutu devraient savoir qu’ils gardent la haine contre leurs freres et soeurs de sang, tres complique la situation, aimons nous les un les autres,nous avons tous du sang HUTU et TUTSI dans nos veines, nous sommes un seul peuple, celui qui tue un HUTU tue ton frere celui qui tue un TUTSI tue ton frere…..plz dukundane,dukundane bavandimwe, twubake igihugu, tureke politike zinzangano,ndabasabye ndabatakambiye….genocide kugira ngo igerwe ho yateguwe n’agatsiko, ako gatsiko gahanwe ariko abaturage ba giseseke barekurwe , ndatakambye, twunamire abatutsi bazize genocide yo kubarimbura kuko bavutse ari abatutsi(nubwo bafite 99%y’ubuhutu)twunamire abahutu bazize kwihorera kwa bene wabo babatutsi….MANA tabara urwanda,uduhe umutima wo kwumvikana….turi bamwe…nta double genocide yabaye, habaye imwe yo kurimbura abatutsi……ariko congo abahutu barahatikiriye rapport MAP ya ONU niko ibivuga, abana barahatikiriye ,abakecuru, abo bose bari inzirakarengane , twese turababara, umuhutu yarababaye, umututsi yarababaye nous voulos un traitement d’equite…..

       0 likes

Laissez un commentaire