Jambonews FR - Restons informés

Clarisse Karasira, une étoile montante au Rwanda

Clarisse Karasira, une étoile montante au Rwanda

King James, Bruce Melody, Jeanne Butera, Meddy, The Ben Yvan Buravan, le public rwandaphone s’est habitué aux musiques qui lui divertissent. Depuis septembre 2018, une nouvelle chanteuse a fait une entrée fracassante sur la scène musicale rwandaise. Elle s’appelle Clarisse Karasira, elle a à peine 21 ans et a conquis les cœurs des rwandais en seulement quelques mois. Jambonews vous fait découvrir quelques-unes de ses chansons et revisite quelques chansons classiques du Rwanda.

Qui est Clarisse Karasira ?

Les rwandais ont d’abord découvert Clarisse Karasira comme journaliste, en effet elle a travaillé pendant trois ans à Flash news, elle a notamment fait un reportage poignant intitulé : « Une journée avec les enfants vivants dans la rue à Kigali ». Elle a décidé d’arrêter sa carrière de journaliste pour se lancer dans la chanson au moment où elle était une étoile montante du journalisme rwandais et appréciée par le public. Elle a accordé plusieurs interviews pour expliquer son choix. Elle a été passionnée par le métier de journalisme, ce métier lui a ouvert l’esprit sur la société rwandaise et lui a inspiré les thèmes qu’elle souhaite aborder dans ses chansons. Elle aime chanter et considère ce talent comme un don que Dieu lui a donné. Elle écrit elle-même ses chansons, s’inspire de la société et des valeurs traditionnelles, « elle aime les gens, Dieu et prier, elle mène une vie simple et aime chanter, un don qu’elle a reçu de Dieu »[1].

Son style musical

Elle est l’une des rares artistes de sa génération qui ont fait le choix de la musique traditionnelle « indirimbo gakondo ». Sa voix est douce, les mélodies de ses chansons sont envoutantes et entrainantes pour ceux et celles qui pratiquent la danse rwandaise « Urushara – le port des bras gracieux ». Elle a sorti sa première chanson « Giraneza – Vis avec bonté » en septembre 2018. Elle a tout de suite conquis le public rwandophone et est souvent comparée à deux grandes chanteuses rwandaises, dont les oeuvres musicales constituent une richesse et un héritage pour la culture rwandaise, Cécile Kayirebwa et Annonciata Mutamuliza connue sous le nom de Kamaliza. Ces deux chanteuses ainsi que Philémon Niyomugabo sont ses chanteurs favoris.

Quelque unes de ses chansons

Avant d’entrer dans le vif du sujet, on peut noter que dans la culture rwandaise la vie est vue comme un voyage sur la terre. La naissance est une arrivée et la mort est un départ, entre les deux on effectue un voyage dont on ne connait pas quand arrivera sa fin, les gens que l’on côtoie sont considérés comme des compagnons de route « abasangirangendo ».  Pour faciliter votre lecture, vous pouvez noter que les paroles de chansons sont retranscrites en Kinyarwanda et traduites en français.

« Gira neza »

C’est sa première chanson sortie en septembre 2018, elle a un rythme posé. En l’écoutant on apprécie la profondeur des paroles et il est difficile de résister à effectuer quelques pas de danse. Les paroles du refrain : « Uzagire neza wigendere, ibyisi n’ibanga ritaziguye, uzagire neza wigendere ineza izagusanga imbere » veulent dire « vis avec bonté tu partiras, la vie sur terre est un secret indéchiffrable, vis avec bonté car c’est la bonté que tu retrouveras ». Tout au long de la chanson, Clarisse Karasira appelle les gens à bien vivre avec les autres, à éviter d’alourdir leurs cœurs avec les choses de ce monde car un jour ou l’autre ils vont quitter ce monde, elle souligne que vivre bien avec les autres est un héritage que le peuple rwandais tient de ses ancêtres.

Cette chanson, rappelle celle de Byumvuhore Jean Baptiste, un autre grand chanteur rwandais qui fait partie du patrimoine culturel rwandais « Usize Inkuru Iki ? – Quel souvenir laisses-tu ? ». Cette chanson rappelle aux rwandais qu’ils sont de passage sur terre et qu’il ne sert à rien de courir derrière les choses de ce monde en effet le souvenir qu’ils laisseront est celui qu’auront d’eux ceux qui partiront après eux.  Un extrait de la chanson : « Wahemukiye benshi, ufungisha benshi, kandi ubaziza urwango, abasangirangendo, none urigendeye ! Warangwaga n’urwango, ishyali n’amatiku, inzika no guhora, kwirata no gusuzugura, none urigendeye !  – Tu as fait beaucoup de mal à beaucoup des gens, tu as mis beaucoup de gens en prison et ta seule motivation était la haine, tes compagnons de route, et te voilà parti ! Tu étais connu pour ta haine, ta convoitise et tes palabres, tu étais connu pour ta rancune et tes vengeances, tu étais connu pour ton arrogance et ton mépris pour les autres et te voilà parti ! »

« Ntizagushuke »

Cette chanson est sortie en février 2019, il s’agit d’une mère qui donne des conseils à son enfant pour qu’il garde les valeurs de la tradition rwandaise comme un fondement de sa vie. « Ntizagushuke – que le monde ne te distrait pas » a pour refrain : « Ntizagushuke isi ni mbi singombwa ngo iguteshe inzira – Que la terre ne te distrait pas, le monde est mauvais il n’est pas nécessaire qu’il te distraie de tes valeurs ». Dans la continuité de Giraneza la chanson véhicule les valeurs de la société rwandaise : L’humilité, le respect et la considération des autres, la persévérance face aux difficultés de la vie, la résilience « nyuma yubwo buzima hari ubundi buzima bukomeza umutima – après une page sombre dans une vie, il y a une phase qui guérit le cœur ».

Cette chanson évoque une chanson de Phocas Fashaho des années 90 « Ishiraniro – ça passera », un père qui racontait à son fils, qui quittait son village pour la capitale Kigali, les distractions de cette nouvelle vie, la vie de Kigali des années 1990. Il lui demandait de rester lucide sur la fausseté d’une vie basée sur la richesse matérielle «umuvandimwe na mbere yitwa ifaranga – ton frère le plus proche sera l’argent ! ».  Un extrait de la chanson : « Oh ntugashukwe n’amatara yatse imiturirwa itatse uruyanjye ngo ucyeke ko ari paradizo. Oh ntugashukwe n’ibizungerezi N’abagendana n’ibigezweho nyamara imitima ntigerweho Ibyo byose ni agahu ni mu ishiraniro – Ne te laisses pas distraire par les feux d’artifices en pensant que c’est le paradis. Ne te laisse pas distraire par les beautés fatales ou ceux qui suivent la mode, tout cela est superficiel et passera »

Phocas Fashaho a conquis le public rwandais avec la chanson Ishiraniro sortie quelques mois avant le génocide. Il est retourné en studio en 2017 et a expliqué pourquoi il avait suspendu de chanter : « J’étais découragé parce que quand le génocide contre les Tutsi en 1994 a commencé je venais d’avoir les moyens de sortir mon premier album. C’est tombé à l’eau alors que j’avais entamer des projets de 3 chansons seulement. »[2] 

« Twapfaga iki ? »

« Twafagiki » by Clarisse Karasira (clip video)

« Twapfaga iki ? – Que nous est-il arrivé ?» est sortie en avril 2019. Comme pour « Giraneza » les paroles sont profondes et touchantes. On ne peut pas résister à l’appel de cette mélodie pour danser. On se questionne sur son relationnel avec les autres. Les paroles de son refrain sont : «Twapfaga iki? Byamaze iki? Kutajya imbizi byasize iki? Ntacyo dupfa iby’isi ari ubusa, yeee twapfaga iki?– Que nous est-il arrivé ? Qu’avons-nous gagné à nous mésentendre ? Nous n’avons rien l’un contre l’autre quand les choses de ce monde n’ont pas de valeur, que nous est-il arrivé ? ». Les paroles de cette chanson parlent des origines des mauvaises relations entre les gens : la rivalité, les places d’honneur, la haine, la méchanceté, la rancœur… C’est un appel aux rwandais pour prendre conscience qu’à sa mort, un individu laisse tout cela derrière lui. La chanson encourage à se reconcilier avec les autres dans le cas d’un différend : «Ikiruta, dusase inzobe dusesengure  umuzi w’inzigo, ibyo kurenzaho tukinubira ntabyo ubundi tubimare maze imitima ibohorane twongere twizihirane ibiduhuza bijye imbere, ibidutanya byimwe intebe – Le mieux disons-nous la vérité toute nue, analysons la racine de notre mésentente, arrêtons de faire semblant et crevons l’abcès et dès lors nos cœurs s’apaiseront et nous recommencerons à bien nous entendre, nous mettrons en avant ce qui nous unit et il n’y aura pas de place pour ce qui nous sépare».

Le message porté dans cette chanson s’inscrit dans la continuité d’une question que Jean-Baptiste Byumvuhore avait posé aux Rwandais dans sa chanson « Bibananiza iki ? – pourquoi vous n’y arrivez pas ? ». Dans cette chanson Byumvuhore demendait qu’y avait-il de difficile à bien vivre avec les autres : Aider les autres, avoir la foi, donner le bon exemple, respecter les autres, aimer les autres… Le chanteur avait souligné que c’est à la portée de toutes les bourses et de tous les niveaux intellectuels. Un extrait de la chanson : «Hariho abantu bahorana urwango, ndetse bakanga abo batazi, hariho abandi bagira amatiku, bagira ishyari bagasebanya, mbibarize ko amashuri mwayaminuje, n’amafaranga mukayagira, Roho nzima muyiburira he ? Mbibarize muyiburira he ?  – Il y a des gens qui ont la haine tout le temps, ils en arrivent à détester ceux qu’ils ne connaissent pas. Il y a les autres personnes qui aiment les palabres, qui sont jaloux au point de médire sur les autres. Je vous demande, vous êtes des universitaires, vous avez beaucoup d’argent, pourquoi n’avez-vous pas un bon état d’esprit ? qu’y a-t-il de difficile ? »

Clarisse Karasira vient de sortir une nouvelle chanson « Ubuto – la Jeunesse », une chanson a-capella que nous vous invitons à découvrir.

« Ubuto » by Clarisse Karasira (Clip video)

La musique traditionnelle rwandaise regorge de belles chansons qui font les éloges de la société rwandaise : sa beauté, ses mœurs, ses défauts et ses réalisations. Souvent les chansons encouragent les Rwandais à s’attacher aux valeurs traditionnelles héritées de leurs ancêtres.  On peut citer « umubano – vivre ensemble ». C’est Francois Nkurunziza, un grand chanteur rwandais aux chansons profondes au Kinyarwanda soutenu, qui l’avait chanté, en rappelant qu’il est primordial de bien vivre avec les autres. Ils sont quelques artistes à souligner que le seul diplôme requis pour véhiculer ces valeurs est le diplôme de la vie, cette vie qui ne nous n’appartient pas.

Masabo Nyangezi, ce chanteur connu et aimé par les Rwandais, avait notamment chanté la beauté de chaque ancienne préfecture du Rwanda, pour répondre à ceux qui l’avaient interrogé sur l’essence de sa musique, il avait composé et chanté la chanson « Ndaririmba – Je chante » et de dire « Ndaririmba Ubuzima – Je chante la vie ! ».

Constance Mutimukeye

www.jambonews.net

Envie de proposer un article pour publication sur jambonews.net?Plus d’infos ici


[1] https://www.umuseke.rw/clarisse-karasira-umunyempano-mushya-mu-njyana-gakondo.html

[2] http://igihe.com/imyidagaduro/article/phocas-fashaho-yavuze-icyatumye-amara-imyaka-irenga-20-adakora-umuziki

Commentaires

commentaires


© 2019 Jambonews