Jambonews FR - Restons informés

Rwanda: nouveau décès d’un chanteur en détention

Rwanda: nouveau décès d’un chanteur en détention
Joshua Tuyishime, célèbre chanteur rwandais de Rap et de Hip Hop, qui était connu sous son nom de scène Jay Polly.

Ce Jeudi 02 septembre 2021, les autorités rwandaises ont annoncé le décès du chanteur Joshua Tuyishime, chanteur rwandais de Rap et de Hip Hop, qui était connu sous son nom de scène Jay Polly. 

Agé de 33 ans, Jay Polly est décédé à l’hôpital de Muhima à Kigali où il venait d’être conduit en provenance de la prison de Mageragere où il était incarcéré depuis le mois d’avril 2021 pour « consommation de substances psychotropes et non-respect des mesures de confinement », son procès était prévu pour le 2 décembre 2021. 

Selon plusieurs médias pro-gouvernementaux, son décès serait dû à « une consommation d’un mélange d’alcool utilisé par les détenus pour se raser, d’eau et de sucre qu’ils ont préparé eux-mêmes »[1] qu’il aurait consommé avec deux autres détenus, qui auraient pour leur part survécu.

Jay Polly, gagnant de l’édition 2014 de la compétition « Primus Guma Guma  SuperStar », était considéré comme une légence du Hip Hop rwandais. Il s’était fait connaitre sur la scène publique rwandaise au début des années 2000 en tant l’un des membres les plus en vue du groupe « Tuff Gang » qui évoquait dans ses clips les problèmes de la jeunesse rwandaise, la condition des détenus, le désespoir et le poids que l’histoire avait sur la jeunesse.

Dans leur chanson la plus populaire, intitulée « Amaganya » (« Lamentations ») et qui frôle les 700 000 vues sur YouTube, le groupe évoquait notamment le désespoir de la jeunesse rwandaise : « On a grandi en entendant que le meilleur était à venir, mais les années continuent de passer », évoquait le poids de l’histoire,« vous pourriez penser que nous avons choisi ces périodes sombres mais c’est notre histoire qui nous a rendus ainsi », ainsi que la tristesse, la pauvreté et la faim,« pas de cœur apaisé, pas de biens matériels, rien dans le ventre et en guise de refrain, entonnait « nous sommes prisonniers de qui nous sommes et d’où nous venons, si nous ne parlons pas, ce n’est pas parce que nous n’avons rien dans la tête ; dans la vie, chacun se bat pour soi, sache seulement que nos cœurs sont remplis de lamentations ».

Par la suite les membres du groupe ont progressivement disparu de la scène publique, connaissant des fortunes diverses, notamment de multiples incarcérations dans les prisons ou sur l’ile « Iwawa », un camp de redressement de la jeunesse rwandaise, souvent présenté comme « l’Alcatraz rwandais ». 

Le groupe avait fait un retour très remarqué le 23 mai 2020 lors d’un concert en ligne en plein confinement qui avait été interrompu par la police. Les membres du groupe avaient ensuite été emprisonnés pour « non-respect de la distanciation sociale ».[2]

Le 25 avril 2021, la police rwandaise annonçait une nouvelle arrestation du chanteur pour « consommation de drogues et non-respect des mesures sanitaires. » Paradé en menottes devant les médias le chanteur avait nié la consommation de drogues tout en confessant avoir violé les mesures sanitaires, avant de s’en excuser « auprès de mes fans et des rwandais ». 

Depuis avril 2021, il était incarcéré à la prison de Mageragere dans l’attente de son procès. C’est dans ces conditions que les autorités rwandaises ont annoncé son décès en détention, dans des circonstances qui restent floues. 

Le décès du chanteur en détention relance le débat sur le fléau des détentions préventives au Rwanda, pays dans lesquels des citoyens passent souvent plusieurs mois, parfois plusieurs années en détention préventive dans l’attente de leur procès, parfois sans savoir de quoi ils sont accusés ou tout simplement pour des infractions mineures telles que le non respect des mesures sanitaires.

Le décès de Jay Polly qui a suscité une grande émotion au Rwanda et dans la diaspora rappelle la disparition tragique de Kizito Mihigo, un autre célèbre chanteur qui était décédé en 2020 alors qu’il était également en détention. Les autorités rwandaises avaient annoncé un « suicide » du chanteur, une version qui n’avait pas convaincu grand monde tant au Rwanda que sur la scène internationale.

Ruhumuza Mbonyumutwa
Jambonews.net


[1] https://igihe.com/amakuru/u-rwanda/article/jay-polly-yitabye-imana

[2] https://www.kigalitoday.com/imyidagaduro/ibirori/Abahanzi-bo-muri-Tuff-Gang-batawe-muri-yombi-nyuma-y-uko-Polisi-ihagaritse-igitaramo-cyabo

Commentaires

commentaires


© 2021 Jambonews