FR | EN

Le Rwanda: bombe à retardement au cœur des Grands Lacs

Publié : le 10 mai 2011 à 21:16 | Par | Catégorie: Opinion
L'anthropologue Margot Leegwater

L'anthropologue Margot Leegwater

C’est la conclusion à laquelle est arrivée l’anthropologue néerlandaise, Margot Leegwater, après des années de recherches dans la région sud-est du Rwanda. Elle dresse une analyse des conflits post-génocide qui y sévissent, et qui selon elle, sont en grande partie liés au manque d’accès aux terres arables en zones rurales. Les tensions ethniques au Rwanda ne tombent pas du ciel, affirme-t-elle, mais d’un phénomène – occulté par le pouvoir en place – à savoir la rareté des sols.

Le Rwanda, petit pays enclavé au cœur de l’Afrique, à la densité de population parmi la plus forte au monde, dépend étroitement du secteur primaire : l’agriculture, comme moyen de subsistance. Ces deux facteurs fragilisent et réduisent fatalement la disponibilité des terres. Les conflits de voisinage, dont les causes principales ont trait au grignotage ou exploitation illégale des lopins de terres d’autrui, ne tardent pas à se déchaîner durant les périodes de vaches maigres. Mais ce ne serait tout vous dire, s’il ne fallait encore ajouter à cela les tensions ethniques propres au territoire rwandais et, surtout, la politique étatique post-génocide qui a suivi pour traiter ce malaise. Le problème n’est pas simple vous allez le voir.

En effet, Leegwater développe qu’après la guerre civile qui éclata en 1994, les paysans Hutu du sud-est se trouvèrent contraints par l’Etat rwandais (dirigé par le Front Patriotique Rwandais, FPR, à prédominance Tutsi) de diviser leurs parcelles de moitié, au profit des paysans Tutsi. Cette politique à première vue égalitariste est cependant explosive dans le sens où c’est tout paysan Hutu qui se retrouva stigmatisé à cause de cette loi. Un « partage » institutionnalisé qui ne tarda pas à susciter des frustrations, à commencer par les héritiers, avec le risque, et ça c’est la conclusion de Leegwater, de mener le pays à de nouveaux éclatements de violence.

Les rwandais seraient-ils ainsi pris au piège par la trappe malthusienne ? Pourtant ce problème est loin d’être un fait nouveau. En effet, la rareté des sols faisait déjà des victimes à l’époque de Habyarimana. La question des terres devient ainsi la patate chaude que l’ancien régime refile aux autorités actuelles. Serions- nous  face à  un cas insoluble ? Comment ce problème est-il traité aujourd’hui par les instances supérieures?

Mon point est le suivant :comme dit plus haut, la politique de Kigali, que je nommerai « expérimentale », qu’est la suppression totale de toute allusion identitaire ethnique (« Hutu », « Tutsi » et « Twa ») n’est cependant pas dénuée d’intérêts propres dans le sens qu’elle n’avantage que les mieux lotis, à commencer par l’élite – Tutsi, groupe minoritaire. Les trois appartenances ethniques, témoins et produits de l’histoire du Rwanda, se voient bannies comme par magie, au nom d’une neutralité assimilationniste. Une attitude sans équivoque, parce qu’opter pour la “neutralité ethnique” c’est faire preuve d’hypocrisie en faisant croire que le peuple rwandais est un peuple homogène où les différences ethniques et culturelles n’ont jamais existé : un vieux mythe de l’Etat-nation hégémonique et coercitif, dont les pires souvenirs remontent à l’Allemagne nazie. Cependant, le contraire est tout aussi fatal. Assurément, on a vu les conséquences sur l’organisation sociale qu’a provoquées la cristallisation identitaire par l’introduction des cartes d’identité, avec mention ethnique, par le protectorat belge durant la période coloniale.

Donc on vient de le voir : on va d’une mesure politique extrême à l’autre, c’est-à-dire de la cristallisation à la négation identitaire. Aucun régime n’a voulu voir ce phénomène comme une entité dynamique. Au lieu de ça, ils l’ont politisé, directement ou indirectement. Seulement, l’identité ne peut être figée dans le temps et l’espace, parce qu’elle se construit (ou se déconstruit), car toujours façonnée et façonnant simultanément l’individu dans une communauté comme dans une autre.

Les mesures de neutralisation entreprises par Kigali laissent beaucoup de mécontents, et ces derniers ne savent plus où refouler leurs frustrations. Le régime de Paul Kagamé : machine répressive qui ne laisse aucune place aux libertés d’expression, laisse entrevoir un pouvoir qui s’affaiblit à partir du noyau dur, notamment par la fuite d’une partie de l’élite Tutsi protestataire, qui dénonce les dérives du parti unique qu’est FPR.

Rwanda pays de mille collines

Rwanda pays de mille collines

Au niveau populaire : la dépossession du paysan Hutu éveille de l’animosité envers le voisin Tutsi. Les héritiers Hutu se retrouvant quant à eux lésés, les plus téméraires empruntent le chemin de la justice, aux procédures longues et coûteuses. D’autres décident de prendre le chemin de l’exil car ils considèrent la lutte comme une cause perdue d’avance. Toutefois, ils fuient avec l’espoir qu’ils reviendront reprendre « de force » ce qu’ils estiment leur appartenir – s’il venait à y avoir un brusque changement de régime politique – en leur faveur, bien sûr…

Ce phénomène à une dynamique. Il part de la périphérie vers le noyau, soit du paysan (Hutu) pauvre à l’élite Tutsi au pouvoir. Donc ce sont les paysans, et ce toutes ethnies confondues, qui sont les premiers à briser le silence? Cette dynamique est fatale. En d’autres mots: si une artère, censée diffuser le sang du coeur vers les organes, venait à refouler le sang dans le sens inverse,  Cela ne présagerait-il pas l’imminence  d’une implosion de tout le système sanguin?

Ce sont là les défauts d’une politique étatique centralisatrice incapables de comprendre les véritables besoins des indigènes, d’abord. Effectivement, Paul Kagamé semble plus préoccupé à satisfaire les revendications des donateurs et investisseurs étrangers…par ailleurs pour nourrir ses propres ambitions de mégalomane. C’est là faire preuve d’un mépris notoire envers le peuple rwandais dans son ensemble que de ne pas gérer les tensions sociales qui frappent les campagnes d’un des plus petits pays d’Afrique, quand on sait le passé récent de ce dernier. Et Leegwater a raison de dire que les rwandais sont assis sur une bombe à retardement. Plutôt que promouvoir la diversité ainsi qu’une politique interne réconciliant, Kagamé se contente de reléguer les rwandais dans des rôles et des notions neutres et abstraites respectivement, le tout sous un voile de terreur.

Tout bien considéré, j’invite à nouveau les lecteurs à s’inspirer de la nature. Elle offre des clés à l’énigme. Admirez la faune et la flore du Rwanda : n’est-elle pas luxuriante, diverse et abondante, le tout dans un étroit écosystème ? Dès lors, si cette terre, pays des mille collines, a réussi à concilier une nature aussi variée et généreuse, à plus forte raison ne le ferait-elle pas pour ses propres hommes?

Jean Bigambo.
Jambonews.net
Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

16 Commentaires à “Le Rwanda: bombe à retardement au cœur des Grands Lacs”

  1. mac dit :

    Je pense qu’il est en effet criminel de ne pas parler de cette situation explosive qu’on a sur les yeux. Je pense qu’il est important à chacun, d’essayer de faire de son mieux pour éviter Une nouvelle catastrophe dans notre pays et région.

    Si demain les choses se passent mal, il faudra qu’on puisse dire à nos enfants, qu’on a au moins essayer de prévenir et d’empêcher le désastre. On ne peut pas dire à la génération suivante également qu’on a pu rien faire, qu’on a pas osé, qu’on ne savait pas.

    Nous laisserions alors à la future génération une image d’un rwandais lâche, peu soucieux de son pays et de son peuple, un rwandais incapable dont la tristesse est mérité (Aide toi et Dieu t’aidera; c’est généralement pas l’inverse).

    Mais surtout si une telle chose arrive, quelle image aurions nous de nous-mêmes?

       6 likes

  2. Clément dit :

    Mac, je suis tout à fait d’accord avec toi. Nous devons consacrer toute notre énergie à trouver une solution acceptable pour TOUS les rwandais pour éviter que notre pays retombe dans le chao.

       2 likes

  3. Augustin dit :

    Madame,
    Vous éxagérez. Si réellement vous vouliez que ls choses aillent mieux ,il faudrait commencer par trouver les solutions aux génocidaires qui fulminent dans les pays qui sont les votres. Et puis, qui vous a dit que vous connaissez mieux les problèmes africains et rwandais plus que les nationaux mêmes?

       1 likes

    • K dit :

      vous qui en savez quelque chose, vous faites quoi pour le changer??..à part critiquer ceux ou celles qui disent les choses comme c’est

         3 likes

    • BURENGUSEkE ! dit :

      ..Faites – vous soigner- d’ abord: Augustin et toi !!!!!

         0 likes

    • ntarugera deo koya dit :

      Augustin: je vous salue!

      Objet : « le Rwanda est une bombe a retardement… » dixit Leegwater, anthropologue néerlandaise.

      Votre commentaire est bien bon; dame Leegwater la souriante et belle néerlandaise que je dois bien saluer aussi – j’eusse mieux fait de l’embrasser et la serrer a mon cœur a la rwandaise, mais, euh, cela viendra un jour…; dame Leegwater, disais-je, est toute jeune et peut bien ne pas savoir que la dynamique qui a produit les identités ethniques meurtrières au Rwanda est le fait fatidique des Néerlandais – une souche néerlandaise dite flamande aujourd’hui. Qu’est-ce a dire? Une armée de pères blancs, congrégation de missionnaires catholiques a grande majorité flamande, se mit a quadriller et administrer le Rwanda a l’issue de la grande guerre 14-18: a coups d’anthropologie et d’ethnologie de mauvaise aloi, cette fruste prêtraille de grands dadais de Barbudos fort incultes se mit a fabriquer un sinistre Rwanda qu’on n’avait jamais vu: un Rwanda fait d’archétypes teratiques et erratiques hutu, tutsi et twa qu’on n’avait jamais vu dans l’histoire du Rwanda. Cette dangereuse mythologie néerlandaise de « race hutu » et de « race tutsi » était une entreprise politique qui n’avait autre dessein que de fracturer le Rwanda, de nier le Rwanda – de faire table rase sur l’histoire d’une des plus grandes nations que le monde humain ait connue… Le Rwanda devait être belge: et pour cela les habitants du Rwanda devaient cesser d’être le grand peuple du cœur de l’Afrique, qui avait su créer un très beau pays et une très grande et courtoise civilisation (UBUPFURA), pour n’être plus que de piètres ‘hutu majoritaires’ et ‘tutsi minoritaires’ supposés être faits de toute éternité pour s’encanailler jusqu’au célèbre génocide : moment final ou dénouement de l’histoire/roman néerlandais au Rwanda !!…. Le theatre des identités mortifères était ainsi mis en marche par de faux prêtres et de faux anthropologues néerlandais pour casser la grande nation rwandaise et produire des individus aux masques hutu et visages tutsi!!! Le Rwanda n’avait jamais connu d’individus ! Le Rwanda ne doit pas être affaires d’individus Godfordoeme !!
      Paul Kagame a tres bien fait de dire un mot tres important qui peut bien être passé inaperçu, lors de la dernière commémoration du « génocide des tutsi » : « Hapfuye imibiri, ntihapfuye umutima w’u Rgwanda ! » Traduction : « Ce génocide n’est tout compte fait que le meurtre massif de la chair que portait nos chers compatriotes ; le cœur/l’esprit du Rwanda subsiste et n’est prés d’être entamé ».

      Toute nation sérieuse ne peut jamais être une somme algébrique d’individus pardi ! Il faut des individus a ce patatra de nations européennes composites nées d’hier sous le prétexte farfelu que la démocratie en dépend dans son essence? Cette démocratie machin n’a qu’à se pendre. Kagame et son Rwanda de nouvelle facture FPR-ienne savent mieux ! Qu’est-ce au bout du compte que la démocratie, fichtre, depuis l’Athènes de Périclès? Quoi qu’elle puisse être par ailleurs, la démocratie n’est qu’un grand démon, un fantôme qui afflige les humains de cette Terre depuis un temps. Sait-on combien elle a fossoyée de valeurs humaines fondamentales et sublimes des grandes nations du monde, l’Europe d’avant la lettre comprise ? Ne voit-on pas chaque jour que même les Britanniques réputés meilleurs dépositaires de la démocratie s’en méfient superbement aujourd’hui ? Combien d’Anglais vont aux urnes pour voter leur gouvernement ? Seulement trente pour cent de la population britannique vont aux urnes depuis quelques décennies !

      On fit jouer un theatre tragicomique belge dans le RUANDA BELGE pendant 50 ans. On connait la suite de cette histoire tératologique que le régime FPR cherche difficilement a enrayer de la face du Rwanda depuis 1994, pour y refaire un pays, pour ré-humaniser tant soit peu cet espace de désastre sans nom que la Belgique et l’Organisation des nations unies soi-disant ont savamment produit au cœur du vieux continent.

      Le script de ce théâtre se trouve en substance dans les DIAIRES des PERES BLANCS du RUANDA. Cette brave dame de Nederland lirait ces diaires avec fruit, et elle pourrait certes faire ainsi un meilleur travail d’anthropologie culturelle et politique, qui aiderait a démêler l’écheveau de cette affaire rwandaise qui semble inquiéter grand monde, a l’exception de l’intrépide et vaillant Paul Kagame, qui est un politique fin et formidable, un stratège hors paire; témoin, la percutante interview que Kagame vient d’offrir a Jeune Afrique No 2526 , 1-7 Mai 2011.

      Le diare, c’est le journal quotidien.

      Je te salue encore une fois, cher augustin. Les neerlandais entretiennent des genocidaires wandais a grands frais, c’est vrai. Et ils reclament que ce soit ces genocidaires impenitents qui fassent la politique au Rwanda en lieu et place de Kagame! L’ambassadeur neerlandais de Kigali s’est dernieremnt rendu a la prison de Kigali pour visiter dame Victoire Ingabire qui est en detention preventive: il etait triste, ce diplomate, au moment de la visite, et on voyait qu’il avait la rage au coeur. Des parlementaires neerlandais vituperent publiquement le regime du FPR depuis que dame Ingabire est ecrouee pour ses insignes forfaitures; ils versent leur vitriol sur paul kagame pour attentat a la democratie et que sais-je encore. Et ils ont le culot d’exiger que leur gouvernement arrete d’injecter les fonds de la cooperation dans la besace ou le budget du gouvernement rwandais! Faut couper les vivres a Kagame!!

      Les chiens aboient et la caravane passe.

      Ntarugera Deo Koya
      Kigali

         2 likes

  4. Réaliste dit :

    Quand j’observe la nature je constate qu’elle suit une loi, bien évidement naturelle et qui préserve l’homme sans exception (heureusement).
    Dans notre dimension cette loi désigne la conscience morale, ce qui manque chez la plupart des dirigeants Africain avec souvent des conséquences désastreuses.

       1 likes

  5. Sankara dit :

    Ntarugera Deo Koya@ Il est triste de constater à quel point votre commentaire manque d’analyse critique. L’ignorance est un vice et vous en êtes me semble t-il victime. La question n’est pas de refaire l’histoire du Rwanda dont vous vous croyez un « expert » alors que vous ignorez tous.

    Premièrement, la démocratie dont vous faites la critique était l’une des demandes du FPR lorsqu’ils ont pris les armes. Deuxièmement, les blancs n’ont pas inventé du jour au lendemain les ethnies au Rwanda. Il n’ont eu qu’à se servir des fractures qui existaient déjà.

    Mais bref, Il est vrai que Madame Leegwater ne peut pas nous apprendre notre propre histoire mais vous êtes hors débat. Le constat est là, la situation du paysan rwandais n’est pas si belle que vous essayez de vous le convaincre. Il est facile de feindre l’ignorance que de trouver des solutions.

       3 likes

  6. Nestor dit :

    Où sont les chantres du kagamisme convaincu et convainquant: Magali, Carlota,…? Dansez dansez, il en restera quelque chose !

       1 likes

  7. Johnny dit :

    Salut tout le monde

    Vous savez que depuis quelques temps le gouvernement rwandais essaye de changer ladirection economique du pays envers en economie de service au lieu de l’agruculture. Ce qui veut dire, qu’ il a deja pris compte de la rarete des terre. ce soit disant journaliste écrit que on a pris des terres des hutu pour les donner aux tutsi, mais lorsqu’on a pris des terre des tutsi en 1959 et puis les années suivantes, a-t’on esperé ou pensé que lorsque ces anciens refugiés seront de retour, n’on’tils droits à leurs terres?
    La realité des étnies est là, mais ne devons pas penser toute chose suivat les étnies comme cet article le fait? il dit qu’on var en une extremité, à l’autre et malgré ca, qu’on a pas essayé pour reunir le peuple rwandais, ca n’a pas de sens. Tu sais, je ne sais pas, si tu as recemment éte, lorsque le le gouvernement du Rwanda offre l’education à tous, c’est sans discrimination, lorqu’on distribue les angrais chimiques, c’est pas aux tutsi ou les hutu, mais tous le paysans, la mutuelle de santé n’est pas reservés à une etnies au détriment de l’autre. J’aimerai savoir comment tu expliques alors comment le Rwanda est devenu auto-sufisant en recoltes vivrières, malgré la croissance de la population, c’est qui n’a jamais été le cas dans l’histore du Rwanda, et n’a jamais été accompli par le précedents gouvernements, cela indique que la production agricole s’est accru, n’est ce pas?
    Ce qui est vraiment etrange dans tes articles generalement, c’est le manque d’idées, de propositions, de plan pour avancer ou résoudre un probleme, au lieu de critiques encore et encore. c’est facile á le faire, on ne doit avoir de talent pour critiquer quelque ce soit.

       3 likes

  8. Pichou dit :

    C’est bien beau toutes ces spéculations de l’anthropologue! Sachez, Ntarugera, que votre Kagame que vous vantez bien finira un jour comme tous les grands dictateurs, heureusement que vous connaissez bien l’histoire: Nicolas Caucescau, Mobutu, samuel Doé, Ben Ali, Moubarak; et tout ce vent qui sécoue le monde arabe ne vous rien? Pour votre information, votre compatriote Hypolite Kanambe mieux connu sous le nom de Joseph Kabila, a été sérieusement défié à Butembo. Après so, échec aux élections de cette année, nous le prierons de regagner son Rwanda natal.
    sachez que tous ces occidentaux qui vous soutiennent aujourd’hui ont aussi soutenu Mobutu; et lorsqu’ils avaient fini de sucer le jus, ils l’ont jeté dans la poubelle de l’histoire. Que Kagame de ne croit pas éternel! Continuez bien à penser que le Kivu vous appartient!

    Pichou
    R D Congo

       1 likes

  9. Kanyarwanda dit :

    En s’adressant au monde arabe, Obama disait le jeudi 20/05/2011 qu’il se méfiait désormais d’un ordre social fondé sur la négation des droits élémentaires des citoyens par des dictatures qui se présentent comme des alternatives au chaos. Cette analyse de Margot Leegwater est d’une pertinence dérangeante pour les partisans de l’ordre établi, qui sont allés jusqu’à bannir l’enseignement de l’histoire au Rwanda, car son contenu serait dérangeant et contre la réconciliation des rwandais. Mais comme le dit littéralement un proverbe rwandais: celui qui refuse d’écouter sera bien contraint de « voir ».

       1 likes

  10. Amani dit :

    Avons nous des leçons à recevoir des belges et de la Belgique? Combien de temps n’êtes vous plus capables de former de gouvernement en Belgique à cause de votre histoire de « hutu-tutsi » à la belge? Si anthropologue tu es, il serait intéressant de fournir les statistiques de conflits ethniques à la suite des partages de terre des indigènes( termes aux relents coloniaux qui marquent, je présume, le caractère de tes pensées) et ethniques dans la vie quotidienne des rwandais au lieu d’instiller ton venin dans les esprits fragiles . Je ne nie pas qu’il y a des efforts à faire pour enrayer les défauts de gouvernance démocratique au Rwanda mais pas de leçon de recevoir d’une flamande avec un discours si infâme de triste mémoire. je parie que tu es de ceux qui veulent morceler la petite Belgique, même si c’est bien ton droit et tes choux. le Rwanda est devenu l’image de la Belgique par les efforts des personnes au regard déformé comme vous, madame. Par ailleurs, je ne trouve pas un intérêt à te parler longtemps mais ce que je trouve assez épatant, c’est le genre des rwandais qui aiment entendre des prêches diaboliques et divisionnistes qui viennent d’outre-tombe pour semer la mort et la désolation au Rwanda comme si l’histoire ne nous a rien appris. A JamboNews, je regrette votre manque de sagesse. J’ai l’impression que l’ethnisme habite certains de telle façon qu’ils ne peuvent trouver nulle part de force d’agir que dans la fureur et la récrimination ethnique à moins que vous êtes les héritiers des sinistres discours incendiaires qui ont été prêché dans les décennies passées. Dépassez vous, et vous verrez que vous y gagnez plus. Il n’y a pas de combat durable qu’une lutte juste, une justice pour tous. Vous verrez combien vous en serez victorieux. N »espérez pas de salut auprès des autres, revisitez l’histoire récente du Rwanda. Les soit-disant amis sont prêts à vous lâcher comme on jette une peau de banane quand vous ne leur servez plus à rien. Je reviens sur l’essentiel que je rappelle à tout rwandais sensé et conséquent. Voir le passé et envisager l’avenir. Crois-moi, que si la monarchie à dominance tutsie avait établie le droit pour tous les rwandais, nous n’en serons pas là. Si la 1ère république à dominance hutue avait établi le droit pour tous les rwandais, nous n’en serons pas là, si la 2e république avait établi le droit pour tous les rwandais nous n’en serons pas là. si la 3e république avait établi le droit pour tous les rwandais, nous n’en serons pas là. La seule est unique solution est l’état de droit. la monarchie avait-il cru qu’un jour qu’elle sera défaite? les premières et deuxièmes républiques mêmement n’ont rien vu venir et la troisième ne peut espérer la pérennité s’il ne se pose pas la question et n’établit l’ordre nécessaire pour que tout rwandais ait le même droit sans distinction aucune. sinon, le résultat est le même, celui de perpétuer la souffrance et la désolation de la nation rwandaise. Le principe reste unique, c’est l’état de droit dans le sens propre du terme et non une hégémonie tutsie ou hutue, ou je ne sais laquelle autre encore qui n’arrange que les uns au détriment des autres. A mon sens, le vrai combat durable et bon pour la nation qui ne peut naître que dans le dépouillement de soi pour l’intérêt de la nation toute entière au-delà des toutes les frontières tribales, régionales et toute autre que la pensée perverse de l’homme est toujours prêt à inventer. c’est ça la vraie vision qui furent celle des grands hommes d’état du passé qu’on peut rencontrer dans l’histoire des autres nations. De l’anthropologue à la vision bridée, pas de bonne leçon à tirer. La bombe à retardement, c’est notre inconscience et notre irresponsabilité face au vrai défi de cette nation tant meurtrie. La responsabilité, bien qu’elle soit d’abord celui du leadership,elle est aussi la nôtre car même en cas d’échec, c’est à nous de relever le défi sinon nous porterons de nouveau le prix à payer comme les générations précédentes . Arrêtons de nous enfermer dans les coquilles ethniques qui ont piégé le devenir de notre nation. Nous avons un passé lourd à assumer qui demande beaucoup plus de responsabilités et de sérieux loin des élucubrations intellectuelles irresponsables.

       0 likes

    • Ntabona dit :

      Monsieur Amani,
      Votre exaspération est compréhensible, mais il faut s’asseoir et réfléchir autrement. C’est vrai, l’inconscience de nos propres problèmes, c’est le fondement même de notre calvaire. Cependant, n’oublie pas que « ventre affamé n’a poinr d’oreilles ». Epoumonez-vous à prêcher la prise de conscience, mais vous ne ferez pas mieux que ces prêtres et pasteurs qui ont passé des années à prêcher l’amour entre les Rwandais et les Barundi. Leur ont-ils empêché de se rentrer dedans? Pourtant, ils s’adressaient à plus de 80% de la population dans chaque de figure. Pourquoi? Parce que, à mon humble avis, l’un des vrais problèmes de ces deux pays, c’est la survie fondée uniquement sur la possession de la terre. Ceci dit, tant que que les gens se marcheront sur les pieds, ils ne manqueront pas de créer des ennemeis entre eux. Enfin, ce n’est qu’un avis quoi!!!

         0 likes

  11. highlander dit :

    @Pitchou

    Vous êtes la honte de notre pays. Vous paraissez vraiment ridicule aux yeux de votre pays, de votre peuple et du monde entier.

    Votre ignorance me fait pitié.

       0 likes

  12. Ntabona dit :

    L’auteur a touché un problème que les pouvoirs de Kigali et Bujumbura n’osent pas affronter, peut-être par ignorance. Quelle solution réserve-t-on au problèmes des terres qui s’amenuisent chaque jour, alors que la population agmente de façon exponentielle?

       0 likes

Laissez un commentaire