FR

Rwanda: Jean-Baptiste Icyitonderwa retrouvé

Publié : le 13 mars 2012 à 23:51 | Par | Catégorie: Actualité

Jean-Baptiste Icyitonderwa, secrétaire général chargé de la mobilisation au sein du parti d’opposition PS-Imberakuri, porté disparu depuis le 7 mars 2012, a été relâché hier soir aux environs de 21h30, heure de Kigali.

Jean-Baptiste Icyitonderwa

Jean-Baptiste Icyitonderwa

Déposé, les yeux bandés, dans le quartier de Nyarugunga, à un endroit non éclairé, probablement pour qu’il ne soit pas aperçu par les habitants du quartier, Jean-Baptise Icyitonderwa a après sa libération immédiatement retiré le bandage qui lui couvrait les yeux et est allé à la recherche de sa famille.  Une fois arrivé chez sa sœur, il a contacté le vice-président de son parti, Alexis Bakunzibake afin de lui annoncer sa libération.

Interrogé par Jambonews, le représentant du parti PS-Imberakuri en Belgique, Jean-Baptiste Ryumugabe, a déclaré : « Lorsque je l’ai appelé hier dans la nuit, je lui ai conseillé d’appeler immédiatement la police et ce pour des raisons de mesures de sécurité. Lors de la conversation téléphonique,  il m’a avoué être moralement très affecté. Il se demandait si ses collègues étaient au courant de l’état dans lequel il se trouvait. »

Une plainte contre X a été déposée par la victime afin de s’assurer de sa protection et également de la protection de ses collègues. En effet, il est le quatrième membre du PS-Imberakuri à subir un enlèvement.

Quant à l’identité des kidnappeurs,  Icyitonderwa a déclaré qu’il n’avait pas pu identifier les trois malfaiteurs. Lors de sa détention ces derniers l’ ont questionné sur son parti politique. Essayant de lui soutirer des informations confidentielles, Icyitonderwa leur a retorqué qu’il ne divulgerait aucune information et qu’il « préférait alors mourir ».

A un certain moment, son bandage lui a été retiré mais Jean-Baptiste affirme ne pas pouvoir  dire s’il s’agissait de policiers rwandais car ils n’étaient pas en uniforme. Il n’a pas non plus été en mesure de reconnaitre l’endroit où il était détenu, a-t-il déclaré lors d’une interview accordée à la radio BBC Great Lakes.

Icyitonderwa a quand même tenu à souligner que ceux qui au Rwanda portent des armes sont des agents de sécurité.  Néanmoins,  s’ il y a d’autres personnes, à part la police, qui ont des armes, il se met  à la disposition de la police pour aider à identifier ces individus.

Au vu des chasses à l’homme et les antécédents des autres membres dont Eric Nshimyumuremyi  et Aimable Rusangwa , l’hypothèse d’une possible implication de la police rwandaise dans l’enlèvement, n’est pas improbable.

Etant donné la journée surchargée que Jean-Baptiste a eu, notamment en s’entretenant avec la police, son avocat ainsi que des journalistes, ce dernier n’a pas encore été en mesure de faire part de plus de détails.  De plus amples informations seront communiquées dans les jours à venir, tout en tenant compte du fait qu’il  y a des éléments qui ne peuvent être divulgués pour des raisons liées à l’enquête en cours.

Laure Uwase    

Jambonews.net

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

3 Commentaires à “Rwanda: Jean-Baptiste Icyitonderwa retrouvé”

  1. liberdad dit :

    une implication de la police ne serait pas impossible

       1 likes

  2. cmunan dit :

    le retour de la féodalité moderne est en marche

       0 likes

  3. CESAR dit :

    Monsieur Icyitonderwa a été enlévé et séquestré par des malfaiteurs armés. Il s’agit en réalité des malfaiteurs opérant au service du régime dont ils sont serviteurs.
    Il a eu la chance de revenir sain et sauf, Dieu merci.

    Je lui conseille de dépposer plainte contre X auprès du procureur de Kigali poun enlévement, séquestration et torture. Cette infraction est punie par la loi de notre pays même si l’mpunité est la régle et la sanction l’exception dans ce pays comme en témoignent des centaines de cas.
    Dans un second temps, il faut qu’il contacte des ONG de défense des droits de l’Homme pour raconter son calvaire. Sachant que ces malfaiteurs ont des passeport pour tuer, enléver et torturer des paisibles citoyens, le tout au service du régime. Quiconque ne peut soutenir que dans un Etat vérouillé comme le nôtre, un groupe des gens enlevent, séquestrent et torturent les opposants sans que Kagame et les siens ne soient au courant.
    Ces enlévements, emprisonnnements et procès folkloriques contre les opposants sont preuve que le régime est aux abois. Qu’il se détrompe. S’il peut mettre à génou les grands-pères et les pères des, il ne le pourra sûrement pas contre leurs postérités. En agissant ainsi, les klepotcrates pensent dissuader les assoiffés de la démocratie et des libertés. C’est l’effet inverse qui se produit. Leurs agissements renforcent irréversiblement la détermination des intéressés et l’appui de la masse populaire.

       0 likes

Laissez un commentaire