FR | EN

Rwanda : autoritarisme, non leadership

Publié : le 3 avril 2012 à 12:05 | Par | Catégorie: Actualité

Même si le fait est passé presque inaperçu, le Rwanda et son régime politique se sont invités dans la campagne électorale sénégalaise pour le deuxième tour quand, pendant un débat à la chaine nationale, le ministre de la santé du Président Wade a invité son interlocuteur de l’opposition à ne pas prendre l’autoritarisme de Paul Kagame pour un leadership.

Modou Diagne Fada

Modou Diagne Fada

C’est de façon très étrange que le Rwanda a été mis à l’honneur en pleine campagne sénégalaise pour le deuxième tour  qui opposait le Président sortant Wade et son ancien premier ministre Macky Sall. En effet,  le 14 mars dernier, Modou Diagne Fada, le ministre de la Santé et de la Prévention débattait sur le plateau de la chaine nationale avec Cheikh Khalifa Mbengue, qui représente la coalition Macky2012, au sujet du système de santé sénégalais. Le représentant de l’opposant a critiqué la politique de santé du Sénégal très désastreuse, et a vanté le modèle rwandais, surtout son système de santé avec une assurance maladie qui couvre presque toute la population. « Le Rwanda connait un taux de couverture d’assurance maladie qui couvre 95% de la population, c’est le Président Kagame qui a assuré le leadership pour ça.» a-t-il souligné Cheikh Khalifa.

Son interlocuteur, le ministre de la santé, lui a vite rétorqué que « le Rwanda n’est pas le Sénégal », avant d’ajouter « ce que vous appelez le leadership au Rwanda, ce n’est pas du leadership, c’est la dictature, je le dis ici, là-bas c’est obligatoire, qu’on le veuille ou pas on prend. Est-ce qu’ici au Sénégal le président Wade peut dire que tout le monde va avoir une assurance maladie obligatoire ? Il ne peut pas, Vous ne pouvez pas prendre le cas du Rwanda et nous l’imposer au Sénégal, le Rwanda n’est pas le Sénégal, parce que nous sommes dans un pays où les gens sont libres, nous avons dit la création d’un mutuel de santé obligatoire, mais l’adhésion est libre  ».

Les déclarations du ministre de la santé, repris par plusieurs médias sénégalais, ont failli provoquer un incident diplomatique. Cette déclaration du ministre de la Santé aurait pu passer inaperçue, s’il s’agissait de critiquer la politique de n’importe quel président africain. Or dans ce cas si, c’est le mythe Paul Kagame qui a été mis à nu. En effet, le général président ne digère pas qu’on mette en doute le mythe qu’il a créé autour de lui-même. L’ancien rebelle du Front Patriotique Rwandais, qui a conquis le pouvoir en 1994 après un intense combat et des tueries qui ont couté la vie à des millions des gens, s’est érigé l’image d’un  « d’héros, un pacificateur, un réconciliateur, un président bâtisseur, un leader charismatique qui a sauvé la Rwanda », un mythe auquel le grand public mal informé croit fermement.
Les élections présidentielles sénégalaises ont été suivies de près par les partis d’oppositions rwandaises, qui ont salué cette formidable expérience démocratique sur le continent noir, d’ailleurs nombreux ont tenu à féliciter le peuple sénégalais et le président élu Macky Sall. C’est le cas de  RWANDAN DREAM INITIATIVE, le parti de l’ancien Premier ministre du Rwanda  Faustin Twagiramungu, qui dans une annonce signée par son président a  rendu ses hommages les plus déférents aux deux leaders sénégalais, « suite à l’exemple historique qu’ils viennent d’offrir généreusement à toute l’Afrique, de l’Égypte à l’Afrique du Sud, de Madagascar et la Somalie à la Guinée Équatoriale. Ainsi viennent-ils de donner l’espoir à tous les jeunes africains aspirant ardemment à vivre sur un continent libéré des dictateurs, d’agir et de choisir en toute indépendance leurs leaders ».

Jean Mitari

Jambonews.net

 

Déclaration à partir de la 31ème minute dans la vidéo

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

38 Commentaires à “Rwanda : autoritarisme, non leadership”

  1. a dit :

    AFRIQUE
    La fulgurante croissance économique du Rwanda
    Par Steve Terrill – 03/04/2012
    Commenter
    Plusieurs années après le génocide qui l’a décimé, le Rwanda se relève et décide de devenir un acteur incontournable du développement économique de l’Afrique. Grâce à une politique innovante du gouvernement et à quelques investisseurs ambitieux, le pays sort progressivement de la pauvreté.

    Vue de Kigali. Photo : Oledoe / cc
    Il y a 18 ans cette semaine, vendredi 6 avril, le Rwanda plongeait dans un génocide sanglant. 100 jours, jusqu’au 4 juillet 1994, durant lesquels près de 800 000 Tutsis et Hutus ont été massacrés.
    Le génocide rwandais a trouvé sa place durant une guerre civile qui a opposé le gouvernement rwandais composés de Hutu, aux Tutsis regroupés derrière la bannière du Front patriotique rwandais.

    17 ans de croissance
    Ces dernières 17 années, le Rwanda a réussi à redresser son économie de ses ruines pour en faire l’une des plus dynamiques et florissantes d’Afrique, enregistrant au moins 8% de croissance de son PIB depuis ces cinq dernières années.

    Cela n’a pas été une tâche facile et le Rwanda a encore un long chemin à parcourir. Une majorité de Rwandais vivent toujours avec moins de 50 centimes par jour, selon de récentes statistiques de l’ONU.

    Ce petit pays, d’environ 26 000 km², compte la plus grande densité de population de toute l’Afrique subsaharienne. Près de 86% des Rwandais vivent de l’agriculture traditionnelle et malgré un sol volcanique fertile et d’abondantes pluies, la production de nourriture ne suffit pas à alimenter l’ensemble de la population. Le pays est obligé d’avoir recours à l’importation.

    Le Rwanda n’a pas de ressources en pétrole ou en matières premières intéressantes. Le gouvernement du président Paul Kagame a donc parié sur une croissance économique basée sur le tourisme et les services pour créer de l’emploi.

    Le Rwanda, un modèle pour l’Afrique
    Les efforts du Rwanda semblent désormais payer. Au moins un million de Rwandais sont sortis de la pauvreté en tout juste cinq ans, selon une enquête, réalisée sur les conditions de vie des ménages dans le pays, publiée par le gouvernement plus tôt cette année.

    Expert en développement international, Paul Collier, auteur de l’ouvrage « Le milliard d’en bas », décrit la transformation rwandaise comme une croissance « très impressionnante » qui a permis au Rwanda de largement réduire les inégalités au sein du pays.

    « Cela devrait être le cas pour tous les pays d’Afrique » a-t-il déclaré lors de la parution du rapport. « Mais cela n’arrive nulle part ailleurs. »

    La santé des Rwandais s’est également améliorée, comme le montrent de nombreux indicateurs. La mortalité infantile a chuté de 86‰ en 2005 à 50‰ en 2011. L’utilisation de moyens de contraceptions s’est développée, passant de 25% à 45% en trois ans seulement.

    L’accès à l’éducation s’est nettement amélioré. 79% des garçons et 82% des filles sont scolarisés dans le primaire. L’accès au secondaire a également doublé entre 2006 et 2011.

    La route est encore longue
    « Nous nous réjouissons des nombreux progrès dont témoignent ces chiffres » a déclaré Paul Kagame à l’annonce des résultats de ce dernier rapport. « Nous sommes également conscients des efforts qu’ils nous restent à faire. »

    Paul Kagame espère désormais permettre à la croissance de son pays de se développer sans le soutien de la communauté internationale, en invitant à l’investissement et au renforcement des infrastructures du pays. En 1995, le budget total du gouvernement provenait de l’aide internationale. En 2011, ce chiffre est tombé à 40%. Dans cette lancée, le gouvernement ambitionne de devenir de plus en plus autonome jusqu’à n’avoir plus besoin d’aide étrangère.

    L’objectif du président rwandais est de faire du Rwanda un pôle de hautes technologies pour l’Afrique Centrale. Ce désir a notamment été stimulé par une décision de l’université américaine Carnegie-Mellon d’ouvrir un campus d’informatique à Kigali. L’université proposera des masters d’informatique et d’ingénierie électrique à partir du mois d’août prochain.

    « De nombreuses personnes partent d’Afrique pour poursuivre leurs études. Plus de 200 000 jeunes Africains partent en Europe, en Asie et en Amérique chaque année » explique Michel Bezy, directeur adjoint l’université Carnegie-Mellon au Rwanda. « C’est une véritable fuite des cerveaux car nous estimons que 50% de ces étudiants ne reviennent jamais dans leur pays. »

    Paul Kagame, tout comme l’université Carnegie-Mellon, veulent permettre aux étudiants les plus brillants de se former dans leur propre pays. Une façon de retenir les jeunes diplômés et d’aider ainsi à la construction et au maintien des infrastructures informatiques du pays.

    Attirer les investisseurs étrangers

    Le Rwanda a investi dans un important réseau de fibre optique en Afrique, ce qui a notamment attiré le géant mondial de la carte de paiement, Visa. Depuis décembre dernier, la société a construit un partenariat avec le gouvernement rwandais pour aider le pays à effectuer sa transition entre une économie monétaire et une économie numérique plus efficace.

    « Ne vous méprenez pas : c’est une activité absolument commerciale de notre point de vue » explique Elizabeth Buse, président du groupe Visa pour l’Asie pacifique, l’Europe Centrale, le Moyen orient et l’Afrique. « Ce nouveau partenariat ne bénéficiera pas seulement aux Rwandais. Il conduira à une croissance des revenus de tout le réseau Visa. »

    Elizabeth Buse ajoute également que le Rwanda est fort « d’un cadre économique extraordinaire. Il y a des opportunités pour développer des partenariats public-privé, ce qui est très inhabituel de la part du gouvernement rwandais, et il y a un fort accent donné au développement des infrastructures technologiques. »

    La croissance profitera à tout le Rwanda
    Les secteurs du commerce et des services représentent les deux tiers du PIB du Rwanda. Il s’est substitué à l’agriculture. Le tourisme représente désormais une grande part du secteur des services. La chaîne Marriott construit actuellement un de ses trois premiers hôtels d’Afrique subsaharienne à Kigali. Ce choix est stratégique pour Marriott qui a décidé de s’installer au Rwanda grâce à sa volonté de devenir un grand centre de services, de transports et de logistiques pour l’Afrique Centrale.

    Alors que l’économie rwandaise croit et dépasse celle de ses voisins dans quasiment tous les domaines, de grandes lacunes persistent néanmoins.

    La population est encore majoritairement composée de travailleurs agricoles qui vivent dans une profonde misère. Les années à venir seront décisives et permettront de voir si le Rwanda peut faire participer les ruraux les plus pauvres au boom économique de Kigali. Actuellement, de nombreux analystes s’accordent à croire que si la croissance poursuit son envolée, même les fermiers les plus démunis du Rwanda devraient bénéficier des succès du pays.

    « Le Rwanda est vraiment un atout positionné pour une croissance commerciale très forte » explique Clay Parker, directeur général de Bridge2Rwanda, une ONG concentrée sur le développement économique durable. « Leur style de management est construit à partir d’un minimum de bureaucratie et d’un maximum de protection. Les gens veulent apprendre et travailler dur. Ils veulent être innovants et ne pas être en concurrence avec l’Afrique mais avec le monde entier. »

    Global Post / Adaptation Sybille de Larocque – JOL Press

       1 likes

    • Yohani dit :

      ici la question n’est pas de savoir ce qui a été fait, mais comment c’est fait, c’est la question des méthodes, on peut bien faire et de façon démocratique et transparente.., Paul Kagame prend 11millions des rwandais comme les incapables qu’il faut tout imposer, il faut laisser la population le choix de faire son choix,

         4 likes

    • CESAR dit :

      ll me semble quus faites une confusion entre le building de Kigali et le développement économique et sociale.
      Celui-ci se prouve par
      – l’autosuffisance alimentaire de la masse populaire rwandaise et la bonne qualité de l’habitat
      – l’existence de pluralisme d’opinions et de la liberté d’expression des Rwandais
      – la création d’emplois pour jeunes rwandais
      – l’accroissement des salaires des travailleurs et du pouvoir d’achat des paysans rwandais( plus de 90% de la population)
      – la bonne qualités du système éducatif rwandais et les bonnes conditions matérielles des écoles et universités et du secteur de la santé
      – le nombre de jeunes boursiers d’Etat Rwandais
      – le nombre des infrastructures publiques notamment énergétique et hydrauliques
      – l ‘accès facile à l’eau et à l’énergie d’un plus grand nombre des rwandais.
      Au regard de vos affirmations, si vous êtes rwandais , vous êtes un citadin qui n’a jamais mis ses pieds dans la campagne et qui n’a connaît donc pas la paupérisation absolue dans laquelle se trouvent des paysans rwandais et des millons de jeunes rwandais qualifiés et non qualifiés. Vous faites semblant d’ignorer le déléstage électrique quotidien au Rwanda avec des conséquences d’une extrême gravité pour les Rwandais d’une part et la vente du patrimoine rwandais à la mafia internationale c’est-à-dire aux pillards qui ne payent aucun impôt. Qui détient les entreprises énergétiques, le transport et les banques, soit les secteurs stratégiques pour tout Etat digne de ce nom sur lesquels celui-ci s’arc’boute en cas de crise majeure?
      ce sont les bienfaiteurs qui financent en hauteur de 70% le secteur public de santé. Et rares sont des jeunes rwandais bénéficaires de bourses de l’Etat. Où sont passés des millions d’argent générés pas cette pseudo croissance économique du Rwanda de Kagame?
      Si vous n’êtes Rwnadais, au lieu de faire du copier et coller, il aurait fallu venir ici au Rwanda et aller dans la campagne rwandaise pour voir la misère dans laquelle vivent la majorité écrasante des Rwandais à côté des kleptocrates qui s’engraissent à fond par le jeu de détournement en toute impunité des deniers publics.
      Ce qui n’est pas à,prouver c’est la croissance exponentielle des porte -feuilles des kleptocrates rwandais depuis plus de sept ans. Ils sont devenus de sorte qu’ils se permettent d’acquérir des banques et aéroneufs , le tout par cash. Il s’ensuit que par vos affimations, faites une confusion entre la croissance économique ou le progrès économique et social du Rwanda et la croissances des porte-feuilles des maîtres du Rwanda.
      Les Rwanda ne mangent des building. Pour l’avenir, il serait judicieux de vous documenter d’abord avant de proférer ce genre d’affirmations qui n’apportent rien d’objectivement insrtuctif pour les lecteurs.
      Si le Rwanda était dans la situation que vous évoquez, Kagame n’aurait pas refusé le débat ouvert et démocratique sur la gestion des affaires publiques rwandais. Il a opté pour l’emprisonnement des tous les dirigeants des partis d’opposition parce qu’ll sait très bien la liberté d’expression et le pluralisme d’opion postulent le débat ouvert, libre et critique sur la gestion du Rwanda soit sur la gestion de Kagame. En somme, il a peur que sa gestion soit démystifiée.
      Le Ministre sénégalais a dit la vérité. Ceux qui ont été irrités par ses dires ce sont ceux qui n’ont pas le courage d’affronter la vérité tout droit, sachant qu’ils n’avancent aucun argument sérieux pour réfuter les propos du Ministre sénégalais..

         4 likes

  2. Greg dit :

    Hehe, Kigali croit qu’il a mis tout le monde dans sa boite à mensonge. j’ai assisté à un forum au Kenya récemment. Un citoyen kenyan a posé une question et émis un commentaire similaire à un haut politicien, en demandant de prendre l’exemple sur le Rwanda pour régler le problème de transport.
    Le politicien lui a répondu que le système politique qui contrôle le Rwanda est un système que le Kenya fui,…. et que le Kenya est un pays démocratique qui va régler les problems de façons démocratiques, meme si ça doit prendre longtemps.
    Entendra qui veut l’entendre 😉

    Ah le mensonge de Kigali, ça a lui revenir à la face d’une façon dramatique.

    Greg

       3 likes

  3. Veritas dit :

    50% du budget national du Rwanda provient des aides internationales! Comment , dans ces conditions, peut-on parler de- façon objective -de développement? Toutes les assertions élogieuses n’y pourront rien! Depuis quand la construction d’immeubles en verre = développement? Qu’on me réponde là-dessus ( je lance un appel aux pro-Kagamé qui pullulent ici )? D’ailleurs, je serais très curieux de savoir si cette fameuse couverture maladie n’est pas, in fine, soutenue par des ONG ou organismes privés d’aide au développement (genre la fondation de Bill Gates). Même l’Occident riche et opulent, n’arrive pas à se sortir de ce casse- tête qu’est l’assurance maladie (et Dieu sait que les gens tombent moins malades dans les pays développés comparativement aux pays sous développés), les caisses sont déficitaires! Et voilà que certains téméraires voudraient nous vanter un Rwanda hérculien ayant parvenu à résoudre cette équation à 1000 inconnues de l’assurance maladie. Qu’est-ce qu’on ne va pas entendre?

    Conclusion: Encore une énième opération d’intoxication. On trouvera toujours quelques écrivaillons, grassement payés ( le Coltan rapporte :-)) pour relayer la propagande de Kigali.

       4 likes

    • Greg dit :

      J’ai lu un article hier où on parle des gigantesques minerais du Rwanda,..hehe ça me faisait rien. Un article en anglais. Les anglophones ont découvert ce pays vraiment tard. J’ai voulu corriger le journaliste mal informé sur la source des minerais provenant du Rwanda.

         2 likes

    • Derille dit :

      Question naïve : à part des étudiants et les employés de l’ambassade, que font les pro-Kagame » qui pullulent » encore ici si le Rwanda devient le phare économique et social de l’Afrique ??

         2 likes

      • Veritas dit :

        Certainement des réfugiés économiques qui ont fait le curieux choix de vivre des aides sociales occidentales en lui et place des avantages et emplois du Rwanda en plein boom économique :-) . Bref, cette attitude pro-régime serait incompréhensible pour tout esprit occidental rationnel (après tout comment peuvent-ils soutenir un pays qui n’est pas foutu de leur assurer les conditions minimales d’une vie saine, préférant d’aller voir ailleurs? ), s’il fait l’impasse sur les solidarités tribalistes qui caractérisent l’Homme africain. C’est son fardeau, son chemin de croix qui l’empêche d’avancer , de faire triompher la raison en lui et place du pathos!

           2 likes

  4. Greg dit :

    Je vois que les ONG parlent, il faut poser la question aussi aux investisseurs étrangers qui partent là-bas et qui reviennent bredouille en parlant de mirage africain :-))))
    Tiens depuis ce forum à Mombasa, je ne sais pas comment le Rwanda va devenir un grand acteur dans l’IT alors que le géant Kenyan lui vole la vedette en silence, sans faire de faux bruits.
    En l’espace de 3 ans le Kenya a attiré presque toutes les sociétés d’informatique du monde et elles ont installe leur base avec un rayonnement sur une bonne partie de l’Afrique sub-saharienne. Toutes les boites ont ouvert ou sont en train d’ouvrir.
    Bureaux ouverts deja IBM (avec 100 employés), HP(depuis plus de 15 ans), DELL,ORACLE, SAP,NETAPP,EMC,GOOGLE,MICROSOFT,AVAYA,SYMANTEC,NOKIA,ERICSSON, THALES..Etc la liste est longue
    En train d’ouvrir: Blackberry, Toshiba,..
    Et du coup, ils vont même créer une nouvelle ville(leur Silicon valley) : http://www.konzacity.co.ke/
    Le rapport entre le Rwanda et le Kenya par exemple en terme d’investissement étranger, il est de 1 investissement au Rwanda et 9 au Kenya.
    Certains investisseurs le disent même. Au Rwanda on met 3 jours pour ouvrir une société, c’est bien mais après c’est la galère pour sortir un résultat positif. Au Kenya on met 21 jours mais plus de tracas après.

    Quand un CEO de Nokia vient pour chercher les développer de demain il ne va pas au Rwanda mais plutôt à Nairobi:

    http://unleashthephones.com/2012/02/16/nokia-setting-up-global-research-hub-in-nairobi/

    http://www.techmtaa.com/2012/02/06/nokia-ceo-in-nairobi-to-engage-with-kenyan-developers-this-week/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+TechMtaa+%28+Tech+Mtaa%29

    Quand on parle de IT-HUB on le fait et on ne fait pas de bruit.

    http://ihub.co.ke/

    Je ne sais pas quel part du gâteaux le Rwanda aura dans tout ça car sincèrement la plupart des businessmen n’y croient pas pour 2 choses :
    Pas de liberté au Rwanda
    Le Rwanda est un petit marché. Car ce que la plupart des investisseurs cherchent ce sont des marchés locaux.
    Avec les défis de nature basique que le Rwandais moyen fait face quotidiennement, moi je vois les pays comme l’Ethiopie, le Kenya, la Tanzanie s’en sortir plus rapidement et mieux que les autres. En tout cas dans cette région d’Afrique de l’Est.

    Si le pays veut se spécialiser dans les métiers de service, pour servir quels pays, (US, occidentaux?) ils sont deja pris par des asiatiques, les brésiliens et autres pays du maghrebe. En plus ces pays sont en crises économiques.
    Et la Main d’Oeuvre qualifiée au Rwanda n’est pas encore prête pour rivaliser avec les autres,… ça craint.

    Ce que le Rwanda devrait faire c’est enseigner le chinois dans toutes les écoles, car la Chine va avoir besoin de main d’oeuvre dans tous les domaines. Avec leur politique d’enfant unique, ils vont avoir des soucis démographiques. Ceci est une idée gratos pour Kagame :-)

    Bref le Rwanda devrait dire aux gens la vérité car, le plus gros souci c’est que ce nouveau Rwanda est décrit comme un paradis pour investisseurs et une fois sur place c’est la galère. Il n’y a rien de tel pour un businessman que d’être décu d’un faux produit qu’on lui vend surtout si il met beaucoup d’argent.

    La suite va être intéressante 😉

    Greg

       4 likes

  5. jcm dit :

    Ouaw le Rwanda vous fait parler…bravo kagame seul les actes les feront taire
    en attendant il est illusoir de convaincre tous le monde, seul le temps nous prouvera si le Kagame a pris le bon chemin…. moi je vois des résultats concrêt que vous n’aurez jamais l’occasion de voir sauf si vous avez le courage d’y aller de le voir par vous même…
    ne soyez pas mauvais perdant….

       0 likes

  6. Notre Barack Obama vient, après Kagame, d’imposer aux Etats Unies d’Amérique l’assurance santé obligatoire pour chaque citoyen. Chez nous aussi, il y a des petits esprits qui crient à la dictature, mais l’américain moyen, lui sait combien cette mesure est salutaire. Bravo donc à Kagame et son leadership, qui inspire !

       3 likes

  7. Veritas dit :

    @Mr Murangwa

    L’obligation de souscrire à une assurance santé est vivement contestée et ce, devant la court suprême des états-unis (Mettez-vous à la page). La partie est très mal engagée pour l’administration Obama. Bref, une alternance politique cette année ou dans 4 ans et on n’en parle plus! Ca se voit que vous ne connaissez pas l’esprit américain qui a ‘horreur qu’on lui impose des choses.

    @ Greg

    Bravo pour cette démonstration limpide. Vous apportez ici des éléments et faits incontestables.

    Rarement, vous verrez un Kenyan (et j’en connais pas mal) fanfaronner sur des buildings ou l’ installation des géants de l’IT (IBM, Nokia, etc.) dans son pays.A côté, la petite souris rwandaise n’arrête pas de s’agiter, de brasser le vent! La modestie quand tu nous tiens :-) ! Justement, je me suis toujours demandé par quel miracle , les multinationales ignoreraient un pays au potentiel énorme comme le Kenya (pays ouvert, stratégiquement bien situé, un grand marché, antennes de grandes universités internationales, la culture démocratique) pour venir s’installer dans l’incertain Rwanda ! Les investisseurs ont certes de l’Argent mais ils ont horreur de l’incertitude! Par ailleurs, la présence au Kenya d’une grande diaspora indo-pakistanaise et britannique est un signe qui ne trompe pas!
    Je l’ai toujours dit , le Rwanda n’a d’intérêt que comme voie vers les grandes richesses minières du Congo. La chance actuelle du pays de Kagamé, c’est de s’être rendu incontournable dans la longue chaîne de pillage du Coltan, Or et autres richesses. Le Rwanda est devenu une sorte de comptoir de richesses qu’il ne possède pas.Ce boom immobilier n’est pas en soi étonnant. Il va toujours de pair avec le blanchiment de l’Argent. C’est un mécanisme que les mafias du monde entiers connaissent du bout des doigts! Merci Le Congo!

       3 likes

    • Derille dit :

      A propos de l’assurance-santé : elle n’est pas obligatoire en Belgique. Simplement, si vs avez un problème de santé, vs allez payer le gros (et même très gros prix en cas d’hospitalisation). Par contre, les moins nantis et les immigrés notamment,peuvent être couverts jusqu’à la gratuité. Je ne parle pas des sans-papiers.
      Aux USA, comme au Canada, il faut avoir un travail, de préférence qui paie bien, et c l’employeur qui assume cette couverture. Obama a pris une mesure sociale, mais fallait-il la rendre obligatoire ?? Et comment va-t-elle fonctionner concrètement ?? Ce n’est pas simple. En Belgique, l’AMI (Assurance-Maladie-Invalidité) est en déficit et de plus en plus de médecins refusent d’être conventionnés ce qui veut dire qu’ils peuvent demander ce qu’ils veulent comme honoraires et refuser le tiers-payant ( les patients doivent avancer la somme totale et récupérer la partie qui revient à la mutuelle).. Pour ma part, je viens de subir une opération banale et je dois avancer 830 eur . Cette réaction des médecins est motivée par le nombre de plus en plus grands des patients qui ne paient pas et du remboursement très tardif de l’AMI ds le cas des hôpitaux, parfois 3 à 5 ans.
      Vu la complexité de cette politique, comment le Gouvernement rwandais va-t-il assurer la couverture de tous ses habitants ?

         3 likes

    • Veritas, veritatis
      Pour votre gouverne, je suis américain et sais forcement mieux de quoi je parle. Qu’il y ait des résistances au plan Obama, c’est chose normal, l’américain n’aime pas être trouble dans ses petites habitudes. Mais crois-moi, nous sommes nombreux à soutenir ce plan qui rend la vie facile au moins riches.
      Le Rwanda, lui ne peut s’offrir le luxe de ne pas imposer l’assurance santé pour tous. Le contraire signifierait de devoir soigner la majeure partie de sa population gratuitement (chose impossible) ou alors de la délaisser à elle-même comme dans ses riches pays voisins dans lesquels cholera, tuberculose et autres pandémies reviennent à grand pas après un demi-siècle d’indépendance. Ce Sénégalais qui a été impressionne par le grand pas du Rwandais sait de quoi il parle et vous devriez être plutôt fier de voir votre petit pays être aujourd’hui cité en exemple par des personnes qui hier ignoraient jusqu’au nom du Rwanda ou alors le connaissaient juste pour le génocide commis contre les tutsi par « the other one »
      Tubibuke!

         0 likes

      • Derille dit :

        Hitler aussi a eu de bonnes idées, on l’oublie souvent : qd il est arrivé au pouvoir, c lui qui donné du pain aux 100.000.000 d’Allemands confinés dans leurs frontières et sans possibilités d’expansion après le Traité de Versailles, il a jeté les bases de la sécurité sociale et donc de l’assurance-maladie-invalidité dont nous nous inspirons encore aujourd’hui, il a créé les autoroutes ! Mais il est était un dictateur et a planifié l’holocauste.
        Visa intéressé à s’implanter au Rwanda avec 3/4 des habitants qui vivent avec moins de 2$ par jour me ferait rire si ce n’était pas si dramatique !! Progrès, sûrement mais pour qui et à la gloire de qui ?

           0 likes

  8. Deo dit :

    De ma part le rwanda a franchi un pas gear en matiere economique, le miracle economique est visiblement apparent sur le sol Rwandais, meme si certains obstacles à l’amelioration de conditions de vie de tout les Rwandais persistes encore, céla n’efface pas la volonté politique en matiere d’eradication de la povrertté sur le terrain. Donnons le temps aux acteurs politiques Rwandais, donnons le temps et le support necessaire au president Kagame, à la longue on verrant qu’il n’as pas eu tort, vous ne serai decu je vous aasure, nous le peuple Rwandais nous admirons beaucoup notre president et ses inniciatives. meme si certains dirigents sont toujours egocentriques, nous esperons que demain avec la grace de Dieu, notre pays developpé

       0 likes

    • Veritas dit :

      @Deo

      Donc devrions-nous faire l’impasse sur la démocratie,les droits de l’Homme, les nombreux crimes du régime au nom d’un développement qui ressemble plus à un mirage du désert qu’autre chose? Mine de rien, vous venez de trahir vos réelles intentions ( servir le discours sur le développement pour faire l’impasse sur d’autres questions.) Bref, l’intention propagandiste ne trompe personne.
      Revenons à la question de ce fameux développement qui est sur toutes les lèvres kagamistes.
      Encore une fois, répondez aux questions qui vous ont été posées ( Comment l’assurance maladie est-elle financée? Quelles sont les maladies réellement couvertes? Comment le Rwanda, pays pauvre, peut réussir là où les pays ultra développés se cassent la gueule? Peut-on parler de développement dans un pays où 50% du budget provient des aides internationales? Que dites-vous de l’extrême pauvreté dans les milieux ruraux? Comment expliquez-vous le nombre sans cesse croissant des réfugies économiques rwandais en Occident? Curieux tout de même le choix des aides sociales en lieu et place des fruits du développement économique et les emplois qui vont avec ). Merci de répondre !

         1 likes

      • observateur dit :

        @veritas
        La critique est facile, que proposez vous?

           0 likes

        • Gilbert dit :

          @ Observateur ;

          Deja il faut rendre l’outils de production comme avant au paysan et ne pas leur imposer une façon de cultiver. (C’est une proposition)
          Quand je vois le Rwanda en train de faire appel aux paysans Kenyans pour venir cultiver au Rwanda, je n’en reviens pas. Et les Rwandais dans tout ça. On dit bien que le pays vit majoritairement de l’agriculture non. IL n’y a pas assez d’agriculteur?

          http://www.theeastafrican.co.ke/business/Kenyans+urged+to+go+farm+in+Rwanda+/-/2560/1377212/-/a7rlfo/-/index.html
          Vraiment les tenants du pouvoir veulent vendre le pays ou bien?

          Une autre proposition: arrêter cet état policier, ça ne permet pas aux Rwandais d’avancer. On n’a jamais avancer dans la peur. ça tue les initiatives personnelles ou communautaires.

          Cette assurance maladie ne doit pas être une obligation. Elle devient obligation par nécessité et suivant les moyens des gens.

          Il faut stopper cette frénésie taxatoire. J’ai appris que pour les propriétaire de terrain ou de maison, il y a une taxe supplémentaire qu’ils doivent payer. ça va jusqu’à des paysans qui doivent payer l’équivalent de 400 € leur terrain. Quand on sait que le revenu moyen par an d’un Rwandais c’est 700 $ et pas Euro. Ce qui fait moins de 2 $/jour. Qu’est-ce qui lui reste au pauvre Rwandais? Ce n’est pas aller de l’avant c’est plutôt tuer un peuple. Un pays sans peuple ce n’est plus un pays.

          Kigali veut affamer les Rwandais et veut montrer au monde entier que le pays peut se passer des aides internationales comme ça on ne peut plus lui tirer les oreilles avec les questions de manque de démocratie et de droits de l’homme.

          Imaginez un instant, si 1 millions de rwandais doivent payer ces 400 € pour le taxe de terrain (c’est une estimation).
          ça fait 400 million €. La norvege ou la grande bretagne donnent généralement ce budget par an. Si Kagame peut le soutirer des rwandais, il n’aura plus besoin de cette aide venant de la Grande-Bretagne,…. malin hein ? du coup il va les envoyer balader chaque fois qu’ils vont le menacer de couper les vivres,…..

          Donc Observateur, l’élémentaire n’est pas présent au Rwanda pour l’instant. Et ça c’est la liberté, la démocratie, la possibilité pour les paysans de pouvoir mettre dans leur champs les cultures qu’ils estiment nécessaires pour d’abord manger, envoyer les enfants à l’école, avoir de quoi les soigner,…… probablement on devrait parler de la mutuelle dans un 10eme temps. Car nous sommes loin de ce genre de luxure. C’est une bonne idée mais pas applicable pour l’instant au Rwanda.

          A ce rythme là Kagame va dire que le Rwanda va envoyer un homme sur la Lune. Tout cela pour montrer que le Rwanda se développe,…..
          Le Rwanda se développe avec l’argent venant de l’étranger (aides, pillage du Congo) que tu le veuilles ou non c’est comme ça que ça se passe pour le moment.

          Si tu veux des propositions, je t’en donnerais. J’ai une liste très longue.

          Gibert

             1 likes

  9. cmunan dit :

    le développement , les droits de l’homme, la démocratie vont toujours ensemble .
    Si non à ça sert de diriger un pays dont les 3/4 de la populations sont pauvres opprimées et déprimées.
    Un dirigeant qui n’accepte pas ses erreurs représente toujours un dangers pour ses dirigés.

       3 likes

  10. cmunan dit :

    le développement , les droits de l’homme, la démocratie vont toujours ensemble .
    Si non à quoi ça sert de diriger un pays dont les 3/4 de la populations sont pauvres opprimées et déprimées.
    Un dirigeant qui n’accepte pas ses erreurs représente toujours un dangers pour ses dirigés.

       2 likes

  11. jcm dit :

    @ Greg
    ¨
    Je ne m’étonne pas de ta haine contre le rwanda… bref en quelques lignes, les kenyans ne peuvent pas être aussi fier car ce n’est pas eux même qui ont eu la vision et les moyens de construire le pays mais plutôt les indu et les anglais comme tu le dis c’est un lieu strategique pour le commerçan indu et un lieu à decouvrir pour le touriste occidentaux… le kenyan n’ a pas eu un mot à dire. d’ailleur il y a ps très lontemps ils ont failli tout détruire… ce n’est pas eux qui ont construit tous ça!!!!!!!!!!!!
    le rwanda etant un pays geologiquement pauvre comme tu le pretend, mais il te demontre combien il peux y habiter de gens intélligent. moi qui vit en europe et travail, avec mon salaire j’ai investi (construction) dans mon pays natal et je sais que je ne suis pas le seul. mais pour toi et pour faire des amalgames tu prétend que c’est l’argent sale. qui construit le rwanda… je considère que tes propos sont mauvais, que tu es mauvais et que tu restera mauvais perdant…. il faut que tu change et que tu deviens hônnete d’abord en vers toi meme..à moin que tu es le fameux gène autodestructeur…

       0 likes

    • Greg dit :

      @JCM,

      Avant de me répondre et surtout sur le Kenya, étudie bien l’histoire économique et sociale du Kenya ou alors viens faire un tour et demande à qui appartient les usines et sociétés locales au kenya. ça appartient bien au Kenyan.
      je voudrais aussi te corriger sur une chose, ce n’est pas des indus, mais bien des Kenyans d’origines indiennes. L’indu n’est pas une nationalité. Les britanniques ne sont plus là. Les seuls qui sont là sont devenus des kenyans 😉

      Donc tu veux me dire qu’ils sont là comme des massais autour de leur vaches et assis voyant les autres construire le pays. C’est mal connaitre le kenyan. Le kikuyu, le Kaleijin, le Luo, et j’en passes. Ce sont des industrielles, des hommes d’affaires, il y a des intellectuels, meme un prix nobel est venu à une Kenyanne il y a pas longtemps(dommage elle est morte)
      Les kenyans sont en train de créer meme en technologie,…(check Mpesa de safaricom) crois moi ce n’est pas un indiens ou un britanniques qui a crée cela.

      Ce que tu oublies c’est que le kenya a été fait par les kenyans, par sa position géographiques, par son port, par son tourisme, par ses athlètes qui attirent beaucoup de gens et meme maintenant par le fait que le président des USA a du sang Kenyan,..pas indien ou britanniques. Le kenya de par son espace, vit beaucoup des produits de la terre, le thé, café, les fleures, les mais, les choux, le sucre,…..etc Il faut vraiment que tu te documentes avant d’avancer des bêtises.

      !!!!! Et surtout il y a la démocratie !!!!!

      Demande toi plutôt où Kigali tire ses idées, bien souvent c’est au Kenya,… même les termes « vision 2020″,. ils ont copié de là.

      Je ne suis pas perdant car je n’ai pas joué. Et puis il faut l’admettre. Admettre c’est s’autocritiquer, l’admettre c’est voir plus loin et voir d’où les futurs problèmes du Rwanda vont venir.

      Toi je pense que dans ton amour fanatique du régime en place, tu as peur de dénoncer ce qui ne va pas au Rwanda. Je pense que toi tu as l’ADN de la peur ou l’ADN de la bêtise. Mais je me jure de ne pas t’insulter ;-).

      Je devrais être fier d’un Rwanda qui avance dans l’honnête et pas dans le mensonge et le faux marketing et surtout pendant que les injustices sont fort criant au Rwanda.

      Je devrais être fier d’un Rwanda qui défend ses citoyens au lieu de les chasser en Afrique du Sud, en Ouganda, au Congo, au Cameroun, au UK, en Norvege, en Belgique,…etc

      Je dis des choses censées et utiles et toi tu y vois la haine,…. quel aveuglement 😉

      Je te laisse en paix
      Greg

         3 likes

  12. jcm dit :

    @ Greg
    j’ai lu un écrivain qui a eu les même prédiction avec la Suisse dans les année 1890.. il voyait la Suisse pays pauvre sans resource minières sans accès à la mer…les suisses simple agriculteur et eleveures donc condamner à immigrés au Etats Unis, Canada, amerique du sud..Un Suisse sans avenir. Quand est-il aujourdui????

    Et qu’en est-il de l’ile de pecheurs devenu un lieu ou le niveau de vie d’un citoyen, l’un des meilleurs au monde vous voyez de qui je parle??? (Taiwan) il faut arrêté de prédire mais simplement cherche des solutions pour reconstruire notre continent peux importe où kenya Rwanda Burundi RDC, Tchad etc… mais l’afrique

       0 likes

    • Greg dit :

      Encore une fois tu ne comprends pas. La Suisse c’est un pays démocratique.C’est un reve ça. Taiwan aussi est une démocratie, l’armée ou les services secrets ne passent pas leur temps à traumatiser les citoyens. C’est une des raisons pourquoi ils ne veulent pas de la Chine
      Si tu rends libre toutes les forces vives d’un pays comme le Rwanda tu peux en retirer quelque chose. Mais là tu veux mettre la charrue avant les boeufs.

      Il faut rendre le Rwanda ou peuple et pas une clique de 600 personnes.

      C’est bien de vouloir chercher des solutions(c’est ce que Kigali prétend faire) mais dans ces solutions il y a une foule de problèmes qui en résultent. Et ça je ne sais pas si tu le fais exprès mais c’est la vérité.

      C’est dommage que dans mes critiques tu vois de la haine, c’est une preuve de ta cécité.

      Greg

         1 likes

  13. greg dit :

    @ JCM,

    Encore une fois tu ne comprends pas. La Suisse c’est un pays démocratique.C’est un reve ça. Taiwan aussi est une démocratie, l’armée ou les services secrets ne passent pas leur temps à traumatiser les citoyens. C’est une des raisons pourquoi ils ne veulent pas de la Chine
    Si tu rends libre toutes les forces vives d’un pays comme le Rwanda tu peux en retirer quelque chose. Mais là tu veux mettre la charrue avant les boeufs.

    Il faut rendre le Rwanda ou peuple et pas une clique de 600 personnes.

    C’est bien de vouloir chercher des solutions(c’est ce que Kigali prétend faire) mais dans ces solutions il y a une foule de problèmes qui en résultent. Et ça je ne sais pas si tu le fais exprès mais c’est la vérité.

    C’est dommage que dans mes critiques tu vois de la haine, c’est une preuve de ta cécité.

    Greg

       0 likes

  14. greg dit :

    Voici quelqu’un qui admet concrètement les faits ;
    http://www.youtube.com/watch?v=huiawetOXRo

    Greg

       1 likes

  15. Veritas dit :

    @ Observateur

    Je propose d’abord que vous fassiez un bon diagnostic de la situation au lieu de rabâcher une propagande bien apprise. Ici nous sommes libres, imperméables à votre propagande à peine sophistiquée et facile à déconstruire (un jeu d’enfants puisque nous connaissons la vraie situation du pays) . Je ne suis pas contre le principe de l’assurance maladie. Mais cela ne doit pas se faire aux dépens de la paysannerie ou de propriétaires étranglés par des taxes de toutes sortes (donc sciemment appauvris). Souscrire à une assurance ou une mutuelle doit rester du ressort de la liberté de chaque individu (un choix) comme cela se passe dans la plupart des pays démocratiques.Point . Cessez, par ailleurs, de vendre le Rwanda comme un pays développé (soyez un peu modestes) alors que ses forces vives ne rêvent que de le quitter. Tout économiste sérieux sait que le Rwanda est très loin des pays comme le Cameroun, le Kenya, le Botswana, le Ghana, le Sénégal, la Côté d’Ivoire , l’Ethiopie, l’Ouganda voisin, etc. Je me base là sur des simples indicateurs économiques dont chacun est libre de trouver dans les manuels ou sur Internet! Le jour où l’argent provenant du pillage du Congo tarirait, le château construit sur du sable va tomber de lui-même! On ne peut pas éternellement se financer de la rapine ! Dans l’Histoire, ça n’a jamais existé!
    Vous serez étonné de connaître le nombre de jeunes rwandais (réfugiés économiques) qui quittent chaque année le pays pour tenter l’aventure en Amérique ou en Europe! Est-cela un signe d’un pays dynamique qui offre des perspectives sérieuses à sa jeunesse? Si vous faites partie de cette minorité kigalienne privilégiée, libre à vous de chanter les louanges du régime. Heureusement, nous autres, courons peu de risque de prendre vos vessies pour des lanternes.

    MA PREMIÈRE PROPOSITION EST SIMPLE : DÉMOCRATISER LA SOCIÉTÉ RWANDAISE.

    @ jcm

    Lire les louanges d’ un réfugié économique de ton espèce , pas foutu d’affronter la galère dans son pays est méprisable au plus faut point. Personnellement, je respecte les rwandais qui ont fait le choix d’affronter l’adversité dans leur pays. Mais les réfugiés économiques, plus kagamistes que kagamé, qui la ramènent à chaque occasion bien au chaud en Occident , me rebutent. Si vous aviez un semblant de dignité, vous n’interviendrez même pas dans ce débat.

       1 likes

    • observateur dit :

      @Veritas

      Cher veritas, tout d’abord je dénonce le ton de votre réponse. Vous ne me connaissez pas, je ne vous connais pas, l’échange se doit d’être cordiale et sans à priori. Je ne suis ni kagamiste propagandiste, ni enfant de kigali privilégié, ni tout autre catégorisation sans fondement. Simplement je partage juste avec vous l’attachement au rwanda qui conduit à cet échange. Mais je confesse être plus sensible aux argumentaires construit qu’aux discours décousu.

      Lorsque je vous dit que la critique est facile, c’est un fait.

      Venons à vos propositions:

      J’en liste une: DÉMOCRATISER LA SOCIÉTÉ RWANDAISE.
      Bien. C’est une bonne proposition. Nous la partageons.
      J’ose simplement espèrer, dans notre interet, que vous n’avez la naiveté de croire, que cette proposition constitue un programme, et que cela se fera du jour au lendemain.
      Il est d’abord nécessaire d’éduquer, de soigner, de construire un état de droit, d’établir une société civil et de paver un avenir économiquement viable dans les années avenir. Autrement les efforts sont vain.

      Il reste certes donc beaucoup à faire, mais gardons à l’esprit que la tache est immense, que nous n’en verrons pas la fin et que dans ces circonstances toute les avancés sont bienvenu, et qu’il est plus utile de proposé en vue d’améliorer que d’invoquer la démocratisation du pays alors que dans nos comportement nous n’en sommes digne. Je pense intimement que chaque peuple à les dirigeant qu’il mérite. Et pourtant je suis rwandais. Et je trouve que dans la gouvernance actuelles il y’a des bonnes choses, comme des moins bonnes et je les critique avec l’attitude qui est la bonne, c’est à dire constructive.

      Venons à votre critique du système de santé.
      Je décèle 2 critique-propositions dans vos propos:

      1. Que je fasse un bon diagnostique (Je suppose que vous l’avez fait)
      2. Que l’assurance maladie, ne soit plus obligatoire mais sur une base volontaire, car c’est pas la priorité.

      Mon avis,
      1. Je ne peux que vous remercier de m’inviter à me former d’avantage, je m’y emploie.

      Simplement, à mon niveau, je vous partage la mienne. Je sais que le rwanda dispose à long terme (après le congo) de peu de levier de croissance et qu’au vue de sa surpopulation, le modele de developpement par l’agriculture classique ne peut pas tenir sur le long terme. Le pays est enclavé et les marchés interieur n’ont pas la taille critique pour un developpement industrielle à grande echelle basé sur la consommation interieur. Le tertiaire est donc la seule issue avec le developpement de mégapole, qui pourront tirer profit de l’integration régional dans le marché est africain. Le tourisme peut être aussi un autre levier. Dans ce contexte, l’image du rwanda à l’exterieur est importante car elle peut etre source de croissance et de revenue pour la population.

      Ainsi à mon sens, il convient de mettre une priorité absolue sur l’éducation, et construire les infracture necessaire aux developpement de ces leviers.
      Il convient aussi d’éviter les obstacles que peuvent constitué une trop grande privation de liberté.

      2. Concernant la mutuelle je n’ai pas d’avis tranché. Je sais juste qu’il est important d’avoir un système de santé performant, car pour démocratiser il faut être en bonne santé, vous en conviendrez..
      Je sais également que le système est largement subventionné est donc non viable à long terme, mais le principe est bon. Il était d’abord necessaire de le mettre dans les habitudes, pour que chacun comprenne l’importance d’une mutuelle, et selon mes informations les gens n’en sont pas mécontent. Maintenant si vous voulez discuttez la méthode… C’est sur, on aurait pu faire autrement. Mais à un moment il faut choisir son objectif: Les résultats ou la façon d’y parvenir? Car comme vous le concédé, nous ne sommes encore démocratisé et il nous est donc difficile d’allier les deux.

         0 likes

    • observateur dit :

      @ Gilbert

      Merci pour vos propositions, j’apprécie votre réponse.
      Je me permet de vous donner mon avis:

      1. Il faut rendre l’outils de production comme avant au paysan et ne pas leur imposer une façon de cultiver. (C’est une proposition)

      Je suis d’accord avec vous ce n’est pas l’intérêt du pays de faire appel à de la main d’oeuvre quand elle est disponible dans le pays. Les paysan doivent pouvoir continuer à être les acteurs de toute reforme.
      Par contre je ne suis pas d’accord avec vous sur le fait qu’il est nécessairement nuisible d’établir un plan visant à organiser le secteur.
      Pourquoi?
      Nous sommes dans un monde ouvert, ou la mondialisation des echanges commerciaux nous impose d’être concurentielle. L’économie réposant essentiellement sur l’agriculture, nous devons idéalement batir une autosuffisance alimentaire et si possible exporter car la majorité des habitant sont agriculteurs. Hors notre production est limité par la superficie arrable disponible. Seule une augmentation de la production/hectare peut satisfaire ces objectifs. D’ou d’une part une plannication pour moderniser le secteur. D’autre part Si l’on permet à chacun de cultiver ce qu’il veut on peut s’exposer aux pénuries, car l’agriculteur dans son interet cultivera la moisson la plus rentable pour lui. Et si tout le monde s’immite, des denrées necessaire devront être importé, ce qui coute cher dans un pays enclavé. Pour moi, une plannification de la production est necessaire dans l’intêret supérieur du pays, encore faut t’il le faire en veillant aux intêret particulier de chaque agriculteur, là on peut discutter comment…

      2. Arrêter cet état policier, ça ne permet pas aux Rwandais d’avancer. On n’a jamais avancer dans la peur. ça tue les initiatives personnelles ou communautaires.

      Entièrement d’accord avec vous. J’ajouterai que l’état policier qui ne profite qu’à des intêret particulier est doublement condamnable. Un police forte est nécessaire dans le contexte que connait le rwanda, mais sa mission est d’assurer la sécurité dans un état de droit et pas de réprimer des opinions politiques qui ne nuisent pas aux vivre ensemble.

      3. Cette assurance maladie ne doit pas être une obligation.
      Je vous renvoi à la réponse que j’ai donné à @veritas.

      4. Il faut stopper cette frénésie taxatoire.
      En effet si ces chiffres sont exactes. Bien que les taxes sont nécessaire pour faire fonctionner un état le niveau d’imposition doit tenir du revenu du propriétaire.
      Toutefois, Je ne partage pas votre opinion sur les intention de Kigali, je ne sais même pas qui est Kigali?
      Et je n’ai pas d’élément me permettant d’abonder ou de réfuter ce que vous avancez.

      Pour conclure, je suis d’accord avec vous, que l’élèmentaire n’est pas présent. Et comme je l’indiquait à @veritas, rome ne s’est pas battie en un jour et nous aurons de toute les bonnes volontés pour y arriver.
      Mais rejouissons nous de ce qui vas dans le bon sens, à mon sens pouvoir se soigner reste une priorité.
      Et la santé, dans mon esprit, n’est pas un luxe.

      Je suis d’accord avec vous que le pillage est condamnable et ne peut constituer un pillier de developpement,
      pour ce qui est de vos opinions sur les intentions de Kagame d’envoyer un homme sur la lune, vous comprendrez là aussi que je ne dispose pas de ces informations, mais que le cas échéant si cela est fait pour faire avancer la recherche au rwanda, j’en serai ravie.

      Merci pour vos propositions, j’en veux bien d’autres car ce n’est que par le partage que l’on construit,
      je serai ravie de vous envoyer les miennes également pour que nous puissions en debattre en toute sereinité.

      Mes amitiés.

      L’observateur.

         0 likes

  16. Gahungu dit :

    Critiquez et critiquez encore. la population rwandaise elle meme sait que le systeme de mutuelle mis en place pour faire soigner meme les plus pauvres du pays est tres apprecier par la population. Ce que Kagame fait c’est pour les rwandais et non les senegalais mais si les ceux ci peuvent s’en inspirer ils y trouveront une voie benefique pour eux sans pour autant etre rwandais.
    les chien aboient et la caravane passe!

       0 likes

  17. Veritas dit :

    @ Gahungu

    Pourquoi considérez-vous toute critique du régime forcement sous l’angle de la haine? Voilà une attitude, une culture de suspicion qui n’a pas lieu d’être dans le « nouveau Rwanda »! On ne balance pas non plus nos critiques dans l’air ,par plaisir! Nous fournissons, dans chacune de nos analyses, des éléments objectifs qui sont parfaitement etaillés, vérifiables! Le plus sage serait de détruire nos arguments par d’autres arguments! Critiquer n’est pas une partie de plaisir, qui plus est , à l’encontre du pays de nos ancêtres! Mais nous voudrions avoir ce droit le plus élémentaire de critiquer (c’est humain), de replacer les choses dans un contexte précis! Avons-nous encore ce droit? Devrions-nous nous aplatir devant ce régime? Nous avons peut être le tord d’avoir vu un jour la lumière et d’aimer véritablement notre pays! Et l’esprit critique, vous en faites quoi?

       1 likes

  18. Veritas dit :

    @Observateur

    « J’ose simplement espèrer, dans notre interet, que vous n’avez la naiveté de croire, que cette proposition constitue un programme, et que cela se fera du jour au lendemain.
    Il est d’abord nécessaire d’éduquer, de soigner, de construire un état de droit, d’établir une société civil et de paver un avenir économiquement viable dans les années avenir. Autrement les efforts sont vain. »

    Votre argumentaire n’est ni plus ni moins une demande de capitulation. A quelques nuances près, c’est le discours de Kagamé (le mythe de la population qui ne serait pas prête à la démocratie). Heureusement, les faits vous contredisent : Un certain nombre des pays africains comme le Sénégal, le Ghana, le Bénin, le Niger, Le Kenya ne se sont pas embarrassés de ces considérations pour enclencher les processus de démocratisation. Non, la population sénégalaise n’est pas forcément très bien soignée, l’éducation laisse encore à désirer, l’état de droit s’érige chaque jour en TANDEM AVEC LA DEMOCRATIE (L’état de droit est une chimère sans la démocratie) ! C’est d’ailleurs très curieux d’en appeler à l’érection d’état de droit en ce qui concerne le Rwanda alors que le régime actuel a fait de l’écrasement des libertés un moyen de gouvernance ! Vous êtes d’un optimisme extraordinaire ! Le paradigme « de préalables à la démocratisation » est à mon avis inopérant ! Je crois que le peuple rwandais veut- comme tout autre peuple africain – jouir de la liberté de choisir ses dirigeants, son destin ! LA DÉMOCRATIE EST NON NÉGOCIABLE.

    LA STRATÉGIE DE DÉVELOPPEMENT

    Je ne peux qu’être d’accord avec vos formulations quant aux leviers de croissance dont disposerait le Rwanda. Effectivement, ce pays n’a de l’avenir que dans un marché intégré – de préférence sous régional —au sein duquel il pourrait se spécialiser sur un certain nombre de marchés de niche. Dans ce sens-là, l’éducation acquiert une importance capitale. Néanmoins, je suis encore obligé de revenir sur l’impératif de la démocratisation du pays. Les acquis ne sont durables que dans une société apaisée, libre. Kagamé, en frustrant une partie de la population, sème les germes des futurs conflits ! A quoi tout ça aurait donc servi ?

    AGRICULTURE

    Partout où la planification de l’agriculture fût tentée – (comprendre par-là la volonté d’imposer aux paysans un type d’agriculture donné)- elle fût à l’origine des famines et de la précarisation des paysans. Accablés par l’inefficacité de ces politiques, les communistes ont dû d’ailleurs les abandonner ou les reformer. Renseignez-vous sur le terrible génocide ukrainien fruit de la folie planificatrice de Staline : Le Holodomor.
    L’agriculture comme tout autre secteur de l’économie doit être régie par les lois du marché. Si les paysans se complaisent dans un certain type d’agriculture, ce que leurs produits répondent tout simplement à une demande ! Le paysan, Homme très rationnel quoi qu’on en dise, ne va tout de même pas s’amuser à cultiver des plantes qu’il ne vendra pas ! Dans cette configuration, le rôle des pouvoirs publics se limite à prodiguer des conseils et à fournir une assistance technique ou scientifique aux paysans.
    L’Autosuffisance agricole- à quelques exceptions près- était une réalité dans le Rwanda d’avant-94. Globalement, chaque région du Rwanda avait sa spécialité (c’est encore cas aujourd’hui) et les rendements suffisaient à répondre à la demande intérieure. Certes, la population a entretemps augmenté (de 8 millions à 11 millions) donc plus de pression sur les terres, diminution de la productivité, etc. Toutefois, je mets l’inefficacité agricole actuelle principalement sous le dos des mauvais choix politiques et stratégiques. La culture des fleurs traditionnellement étrangère au Rwanda fût accompagnée de la spoliation des terres autres fois dévolues aux cultures vivrières. On sait tous pertinemment que la business des fleurs n’enrichit qu’un petit groupe de gens liés au régime (dont paraît-il la First Lady). Les caciques du régime se sont appropriés des milliers de hectares pour leurs cheptels, chassant sans ménagement les paysans. Le Rwanda autrefois grand producteur des bananes est obligé de les importer chez ses voisins (le comble !). Voici une liste non exhaustive des dysfonctionnements qui ont échappé à votre argumentaire. Pour l’instant, je ne vois aucune volonté politique de corriger ces erreurs. Les paysans continuent de subir en silence les délires planificateurs du régime! Jusqu’à quand ?

       0 likes

  19. DIOP MAMADOU dit :

    les wadistes ,tous arrogants ont ètè heureusement maitrisès et balayès……..vive la democratie vive l’Afrique.

       0 likes

  20. Philosophe dit :

    La mutuelle de santé au Rwanda est l’un des succès phénoménaux de Paul Kagame. Je reconnais qu’elle n’est pas encore parfaite mais quelque chose de nouveau et d’admirable a été fait!

       0 likes

  21. Philosophe dit :

    Le défaut des défauts de Kagame, comme ce que les chrétiens catholiques appellent les péchés capitaux, c’est de construire ses étages sur la dictature et la frustration systémiques de la grande majorité des Rwandais. Kagame ne fait que rassembler et donc collecter les ingrédients nécessaires pour exploser le Rwanda. Croyez-moi, qu’il s’en rende compte ou pas, il en est presqu’à la fin.

       0 likes

    • observateur dit :

      Cher philosophe,

      loin de moi l’idée de vouloir me faire plus royaliste que le roi, mais gageons qu’il est surprenant que cette fin annoncé depuis des années soit toujours au status de « presque », ce qui me laisse penser, que la leçon du lièvre et de la tortue n’est pas communément acquise, savez vous qu’il est possible de parcourir une distance finie en un temps infiniment long, en ce en ne cessant d’avancer?

      Mon avis, au lieu de spéculer sur une fin sur laquelle vous n’avez aucune prise, cherchez plutôt comment vous pouvez, vous aidez vous, et votre pays. Car contrairement à une idée très répandu sur ce forum, kagame n’est pas le rwanda et le rwanda n’est pas kagame.

      C’est parce que vous tapez sur le mauvais clou, que les idées que vous essayez d’imposer ne prennent pas.
      Il est utile, de voir, de faire le bilan, et d’ajuster sa démarche en fonction des résultat qu’on obtient.
      Encore faut’il avoir la clairvoyance de faire le bon diagnostique.

      Cordialement,

      L’observateur.

         0 likes

Laissez un commentaire