FR | EN

ONU: vives réactions après l’élection du Rwanda au Conseil de sécurité

Publié : le 24 octobre 2012 à 18:23 | Par | Catégorie: Actualité

L’élection du jeudi 18 octobre à New York du Rwanda en tant que membre non-permanent du Conseil de sécurité pour les deux prochaines années a suscité de vives protestations dont les plus  virulentes viennent de son voisin congolais et de l’ONG international Human Rights Watch. Ces réactions sont dues à l’appui que le régime de Kigali continue d’apporter à la rébellion du M23 (Mouvement du 23 mars) qui sévit à l’Est de la RDC et y commet des atrocités inqualifiables. 

Didier Reynders et Augustin Matata Ponyo source: 7sur7.be

Didier Reynders et Augustin Matata Ponyo source: 7sur7.be

Cette élection du Rwanda au Conseil de sécurité, avec 4 autres pays (l’Argentine, l’Australie, le Luxembourg et la Corée du Sud), comme membre non-permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies pour un mandat de 2 ans ne cesse de susciter le débat. Le Rwanda a réussi à obtenir la majorité des deux-tiers à l’Assemblée générale de l’ONU, requise pour obtenir un siège de membre non permanent au conseil de sécurité, et ce malgré de nombreux rapports qui accusent Kigali de soutenir activement les rebelles congolais du M23 à l’Est de la RDC.

Le Rwanda était le seul pays à se porter candidat au siège à pourvoir au sein du groupe africain, et a été élu dès le premier tour avec 148 voix, et remplacera l’Afrique du Sud dont le mandat expirera le 31 décembre 2012. L’élection au Conseil de Sécurité d’un pays accusé d’implication dans une guerre sanglante à l’Est du Congo a suscité pas mal d’interrogations sur l’image des Nations Unies. D’ailleurs dans une déclaration publiée vendredi 19 octobre,  le Conseil de sécurité a condamné fermement  « tout appui extérieur » apporté au M23 par des « pays voisins », sans citer expressément le Rwanda et l’Ouganda, et a exigé que ces ingérences cessent sous peine de sanctions.  « Des sanctions ciblées » contre les dirigeants du M23 et « ceux qui violent les mesures d’embargo sur les armes ».  « Des sanctions ciblées contre tous les responsables des exactions commises dans l’Est de la RDC » par le Conseil de Sécurité, c’est aussi le souhait  que des chefs d’Etat et de gouvernement de la Francophonie ont exprimé  lors de leur réunion à Kinshasa les 13 et 14 octobre dernier.

Opposition de la RDC à l’élection du Rwanda

Juste avant le vote, la délégation congolaise à l’ONU avait soulevé  sans succès  l’objection selon laquelle « le Rwanda n’est pas digne de siéger au Conseil en raison de son rôle déstabilisateur en République démocratique du Congo », l’accusant d’accueillir sur son territoire « des criminels de guerre agissant à l’Est de la RDC et qui sont recherchés par la justice internationale ». Aussi, la veille du vote, la représentante de la RDC,  Charlotte Malenga avait réclamé des sanctions internationales contre le Rwanda et l’Ouganda. « Il nous paraît tout à fait contradictoire qu’un pays, qui joue un rôle de déstabilisation de notre nation, qui est identifié comme un appui aux forces négatives et dont des personnes recherchées par la Cour pénale internationale (CPI), comme le général Bosco Ntaganda,  puisse accéder au Conseil de sécurité » , a pour sa part déclaré le chef du gouvernement congolais Augustin Matata Ponyo Mapon lors d’un point de presse conjoint avec le chef de la diplomatie belge pendant sa visite officielle en Belgique ce lundi le 22 octobre.

La Belgique s‘abstient

La Belgique, ancien colonisateur de la RDC tout comme du Rwanda,  s’est abstenue lors de l’élection du Rwanda au Conseil de sécurité de l’ONU en raison selon son ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, « du soutien apporté par Kigali à une rébellion active dans l’Est de la République démocratique du Congo. ».  « Nous nous sommes abstenus (…) pour marquer le coup » à la suite de l’apparition d’éléments sur l’implication d’un pays voisin dans cette mutinerie », a-t-il déclaré à l’issue d’un entretien à Bruxelles avec le Premier ministre congolais A. Matata Ponyo. « Voir un pays impliqué dans un dossier de ce point de vue siéger au Conseil de sécurité cela n’était évidemment pas notre priorité », a répété le chef de la diplomatie belge. Cette abstention belge Nations Unies a, en fin de compte, été comptabilisée comme une opposition à la candidature du Rwanda.

Human Rights Watch indigné

La  protestation la plus virulente suite à l’élection du Rwanda est venue  de  Human Rights Watch qui n’a cessé de dénoncer les atrocités perpétrées par le M23 avec l’aide du Rwanda à l’Est de la RDC à l’encontre de la population civile. « Le Rwanda n’est pas crédible pour occuper maintenant ce siège à cause de son soutien aux rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) en guerre contre la RDC, […] Nous estimons que c’est  un conflit d’intérêt d’avoir un pays à la table du Conseil de sécurité qui a ouvertement violé l’embargo sur les armes imposé par les Nations Unies et qui est en train de soutenir une rébellion dans un pays voisin et qui est responsable des crimes de guerre dirigés par Bosco Ntaganda recherché par la CPI », a déclaré à Radio Okapi Isa Sawyer, chercheuse à Human Rights Watch. « La  présence du Rwanda à ce siège aura un impact négatif  sur les  populations congolaises victimes de la guerre à l’Est de la RDC. Nous étions très déçus après l’élection du Rwanda comme membre non permanent du conseil de sécurité. Le Rwanda sera maintenant en mesure de bloquer les sanctions impliquant les officiels rwandais et d’autres initiatives dans la recherche de la paix en RDC. Nous pensons que ce sera une situation grave qui pourra avoir des conséquences négatives sur la population à l’Est de la RDC » a- ajouté Ida Sawyer, chercheuse et chargée de plaidoyer au sein de Human Rights Watch en RDC.

Kigali se dit mériter sa place au Conseil de Sécurité  

Quant à Kigali, il continue de nier son soutien aux rebelles de M23, et dit mériter de siéger au Conseil de sécurité. « Certains médias ont rapporté que le Rwanda entrait au Conseil de sécurité des Nations unies de façon controversée. Non, ce qui est controversé, c’est le rapport du groupe d’experts de l’ONU« , a déclaré le général Paul Kagame lors d’un discours devant des étudiants à Kigali le dimanche 21 octobre. Pour le général devenu  président, « Ce qui est douteux c’est le rapport de l’ONU, pas le Rwanda qui prend sa juste place aux Nations Unies. Ce siège que le Rwanda va occuper nous le méritons en tant que membre de la communauté internationale », a rapporté le site progouvernementale Igihe.com.

En vertu de la Charte des Nations Unies, le Conseil de Sécurité est responsable au premier chef du maintien de la paix et de la sécurité internationale. Il peut se réunir à tout moment, chaque fois que la paix est menacée. Aux termes de la Charte, tous les États Membres sont tenus d’exécuter ses décisions. Le Conseil a le pouvoir de prendre des mesures pour faire appliquer ses décisions, notamment des sanctions économiques et un embargo sur les armes.

En de rares occasions (ex : Cote d’ivoire, Libye), il a autorisé les États Membres à employer   tous les moyens nécessaires, y compris une action militaire, pour faire appliquer ses décisions.

Le Rwanda pourrait se servir de son siège comme monnaie d’échange

Si le  Rwanda au Conseil de sécurité aura une influence certes, son opposition à des décisions adoptées par le Conseil sera très limitée puisque  les décisions du Conseil de sécurité sont prises par un vote positif de neuf sur les 15 membres qui compose le Conseil de sécurité. Seuls les 5 membres permanents (Chine, France, Russie, Royaume-Uni et Etats-Unis) ont le droit d’émettre un vote négatif (droit de véto) et bloquer tout projet de résolution de cet organe. C’est ce que d’ailleurs la Russie et la Chine ont fait à trois reprises pour bloquer les résolutions du Conseil de sécurité concernant la Syrie, théâtre d’un conflit armé depuis plusieurs mois.

Le grand avantage que le Rwanda va tirer de cette présence est de se servir de cette assemblée comme tribune, pour continuer à réfuter les accusations sur le soutien qu’il apporte au M23. Kigali pourra aussi monnayer son vote dans un autre enjeu international, et s’attirer ainsi des faveurs, comme par exemple le rétablissement de son aide au développement qui a été suspendue par plusieurs de ses partenaires. Il ne serait donc pas étonnant que contre son vote dans les enjeux Syrien et Iranien, Kigali exige aux occidentaux de se montrer moins critiques sur le dossier M23 ou sur les violations répétées des droits de l’homme.

Jean Mitari

Jambonews.net

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

18 Commentaires à “ONU: vives réactions après l’élection du Rwanda au Conseil de sécurité”

  1. lucas dit :

    ce bien pour le Rwanda…il a etais vote avec 148voix….les congolais dois arrette de chiare et trouve les reponses a leur problems….consernant le kivu,je le rappel encore une fois,le kivu est une terre rwandaise….demande au belge…donc ont ne va pas ce battle pour ce qui nous appartien….ce les congolais qui ce batte pour ce qui ne leur appartien pas….est ce ne pas parcequ il y a une erreur de la par des belges car le roi leopord avais du congo, son territoire..que ca dois reste comme ca…le temps et venu,…le Rwanda est une puissance africaine,militairement et economiquement….(les congolais le savaient tres bien )…ont ce battu contre ,le congo,le zimbabwe,le zambie,le tchad,l angola et meme les ougandes a kisangani…(voir la 1er guerre mondial africainne)les rwandais sont un peuple fier…..il merite 100 fois leur place au conseil de seculite….

       0 likes

    • Vindu Muka dit :

      Par la faveur des falsifications ethnographiques devenues coutumières dans ce pays, le Rwanda, le kihutu, langue originelle des bahutu, population sédentaire et majoritaire de cette contrée, est appelée aujourd’hui le kinyarwanda ou le kinyarundi pour ainsi intégrer une population séculairement allochtone et nomade de cet espace, les watusi, en lui favorisant une sédentarisation intégrée. Le but recherché par la puissance colonisatrice, l’Allemagne, fut de créer un ou deux pays plus ou moins homogènes, sous leur coupe, avec des contours frontaliers dignes du temps et de l’époque d’où, le Rwanda et le Urundi,

      Les congolais, grâce à leur magnanimité légendaire et leur hospitalité, ont accueilli à des multiples périodes et sans distinction, des populations rwandaises hutu comme tutsi, et ce depuis l’époque coloniale jusqu’à ce jour. Il en fût de même pour les angolais, les soudanais, les ougandais, les centrafricains, les congolais de Brazzaville, les zambiens, les juifs, les grecs, les chypriotes, les libanais, les togolais, les béninois, les ghanéens, les sénégalais, les maliens, les guinéens etc…,

      Les mamans rwandaises qui ont épousé nos papas congolais sont nos mères, leurs enfants sont nos frères et soeurs. J’ai comme frères et amis d’enfance, Lokua Kanza, le chanteur, Djamboleka, ancien ministre sous Mobutu et beaucoup d’autres dont les mamans ou les papas sont rwandais ou burundais, tutsi ou hutu, avec lesquels nous avons tous partagés le même lait maternel. Le chanteur Corneille comme beaucoup d’autres rwandais ont eu la vie sauve, après l’assassinat par Kagame des présidents Habyarimana et son homologue burundais, grâce à l’hospitalité congolaise, grâce à nos frères et soeurs du Kivu que votre pays est en train de génocider actuellement.

      Une seule question!

      Qu’est-ce que le Congo a fait au Rwanda pour que ses populations subissent ce génocide de presque 8 000 000 de ses âmes que nous connaissons actuellement?

      Théoneste Rwemalika nous dit que le seul titre: « ONU: vives réactions après l’élection du Rwanda au Conseil de sécurité » LUI FAIT FROID DANS LE DOS! Si ce titre lui fait froid dans le dos, le génocide des populations congolaises de l’Est doit être du petit lait, pour lui! C’est de l’inversion des horreurs…

      Et il ajoute, avec arrogance et en nous souhaitant de passer une bonne journée, avec la froideur d’un psychopathe repus : » dans ce bas monde, on aime les grands vainqueurs, pas les petits vaincus ! »

      Qu’ avez-vous vaincu, Mr Rwemalika Théoneste, le bien ou le mal?

      Mr Lucas, lorsque l’on est sur de soi ou de la vérité, on n’a pas besoin de monter des stratagèmes pour montrer que l’on existe.
      Le Congo n’a pas besoin de falsifier son Histoire pour pouvoir exister. Ayez le courage de regarder les congolais dans les yeux lorsque vous les croisez, arrêtez de raser les murs lorsque vous apprenez qu’il y a des congolais quelque part!

      Vindu Muka

         2 likes

    • KIVU dit :

      Cher Lucas,
      Quelle partie du Kivu qui appartenait au Rwanda?
      Massisi? Rutchuru, Bukavu? Goma?
      Car, si je demande aux Belgex, comme tu l’a dit, leurs livres ou leurs rapport sur leurs colonie me renseignent bine que ces territoires mentionnaient ci haut avaient leurs rois et était des états voisins du royaume du Rwanda. Ce qui contredit ton assertion.

      Ce qui m’amène à conclure que les rwandais, si tu l’es aussi, ont la maladie des mensonges comme l’a dit Pierre Payen.

         3 likes

  2. Théoneste Rwemalika dit :

    Bonjour Monsieur Jean Mitari,

    Je dois reconnaître que votre titre « ONU: vives réactions après l’élection du Rwanda au Conseil de sécurité » fait froid dans le dos ! Je m’attendais à découvrir des dizaines, voire des centaines de réactions négatives, mais force est de constater que vos fameuses « vives réactions » ne sont que de trois malheureuses entités ayant une importance limitée dans le monde.

    Je nomme ici : (1) un Etat failli, (2) une ex-petite puissance coloniale engluée dans des problèmes communautaires et financiers et (3) une organisation politico-activiste sous couvert de « droits de l’homme » ! Rien que ça ? Je comprends maintenant pourquoi le monde a tremblé, face à d’aussi « vives réactions » !

    Pendant ce temps, le Rwanda a été élu par 148 Etats sur 193 et a reçu des messages de félicitation et des offres de collaboration de partout dans le monde, y compris des grandes puissances et des pays qui ne nous ont pas soutenus lors du vote. Et pour cause, dans ce bas monde, on aime les grands vainqueurs, pas les petits vaincus !

    Bonne journée.

    Rwemalika Théoneste

       2 likes

    • Vindu Muka dit :

      Théoneste Rwemalika nous dit que le seul titre: « ONU: vives réactions après l’élection du Rwanda au Conseil de sécurité » LUI FAIT FROID DANS LE DOS!

      Si ce titre lui fait froid dans le dos, le génocide des populations congolaises de l’Est doit être du petit lait, pour lui! C’est de l’inversion des horreurs…

      Et il ajoute, avec arrogance et en nous souhaitant de passer une bonne journée, avec une froideur de psychopathe repus : » dans ce bas monde, on aime les grands vainqueurs, pas les petits vaincus ! »

      Qu’ avez-vous vaincu, Mr Rwemalika Théoneste, le bien ou le mal?

         2 likes

    • kolomabele dit :

      Théoneste,

      Le fort n’est jamais éternellelment fort.Les vaincus d’hier peuvent devenir les vainqueurs de demain.

      Au Rwanda,les vainqueurs,c’est la minorité tutsie qui écrase la majorité hutue.Et quand une minorité domine une majorité,c’est une situation anormale,et ça ne peut pas durer indéfiniment.Souviens-toi de la minorité blanche en Afrique du Sud.Qui aurait cru?Qui se l’imaginerait?

      Il pourra y avoir d’autres dirigeants occidentaux qui ne seront pas d’accord avec la politique de leurs dirigeants actuels au Rwanda.Les Rwandais,Hutu et Tusti sont très attachés à leur pays.Kagame était parti en exil en Ouganda comme un gamin.Il y avait tout.Il aurait pu s’installer et terminer sa vie là-bas.Mais hélas,il est revenu dans son paysde la manière qu’on sait.Habyarimana a beu dire que le Rwanda est petit,restez là-bas à l’étranger où vous êtes.Le satrape actuel n’a pas voulu entendre.La suite est connue.

      Les Hutu réfugiés au Congo n’ont pas du tout l’intention de rester au Congo.Ils rêvent toujours de rentrer à la Mère-Patrie.

      L’Histoire nous le dira.

         1 likes

  3. Gikongoro dit :

    Monsieur Rwemalika Théoneste, le Rwanda a été élu par défaut puisqu’il était le seul candidat, il ne faut non plus oublier qu’en 1994 pendant les génocides, le Rwanda était aussi membre non permanent du conseil de sécurité. c’est pour dire que tout candidat qui se présente réussit toujours à être élu sauf les pays protestés comme l’Iran

       1 likes

  4. emmanuel dit :

    Il est étonnant d’entendre le Congo accusait le Rwanda de soutenir le recherché Bosco Ntaganda! Tandis qu’il ne vie pas sur le territoire Rwandais, c’est un Congolais, qui se trouve au Congo, on dirait que tous les Congolais sont devenus fous!!!

       0 likes

  5. Camille dit :

    L’élection du Rwanda de Kagamé n’a rien d’étonnant. Kagamé et sa bande à tuer connaitront sous peu le sort des nazis-allemands.
    Qu’a-t-on à apprendre comme leçon chez les rwandais? Eux, ils savent qu’ils ont beaucoup ou presque tout appris de la vie au en RDC- Zaïre. Ils ont travaillé chez nous dans tous les services publiques et privés pour se préparer à la déstabilisation de l’Afrique centrale depuis 1994.
    L’histoire rattrapera ces tutsis sanguinaires: J’ai reconnu des anciens collègues de classe qui se disaient zaïrois, mais qui sont devenus rwandais pour se retrouver dans l’armée rwandaise, le FPR en 1994 et dans l’AFDL en 1997!
    Et quand on s’est rencontré, ils ont cherché à me tuer parce qu’ils ont senti que j’étais tout simplement étonné en les rencontrant comme soldats deux fois: à Goma en 1994 à la grande barrière le 17/07/1994 le soir de la finale de la coupe du monde et à Mbujimayi en 1997 chez un certain agent MIBA, Kamuntu un sujet rwandais qui lui aussi se cachait sous l’identité de zaïrois !
    Pourquoi cette façon à vous, sanguinaires belliqueux, de vouloir vivre en caméléon?
    Voyez-vous comment les juifs souffrent à vouloir coloniser les terres palestiniennes depuis la guerre de Yom Kippour? Le M23 tuera-t-ils tous les kivutiens pour leur arracher Rutshuru et toutes les autres contrées qu’ils ont assiégées? Les congolais accepteront-ils la colonisation rwandaise comme se fut avec les belges?
    Kagamé et sa bande à tuer, êtes-vous certains qu’après la guerre menée par le FPR contre le gouvernement rwandais de l’époque en 1994 et des multiples rébellions créées au Congo et le génocide des congolais du Kivu qui s’en est suivi vous avez la garantie de vivre un quelconque bonheur et en paix sur cette terre des hommes? Pouvez-vous nier que votre système politico-militaro-économique basé sur la culture de la terreur, de pillage et des tueries en déjà entamé de l’intérieur par des mécontentements et sabotage que vous cherchez toujours maladroitement à réprimer???
    Kagamé n’est qu’un homme mortel et finira par passer et payer le prix des crimes par lui commis.

       2 likes

  6. polycord dit :

    Mes freres,que ca soit du Rwanda ou du congo leo,calmez-vous ,car nous tous avions vecu ensemble depuis des annees.Il faut avoir etudie a Alfadjiri,Isp Bukavu…pour connaotre ca.
    Mais le probleme du congo n’est pas le rwanda ou Kagame .Notre probleme est nous meme avec a la tete le soit disant Kabila.
    Congolais ,boutons dans notre pays ,les antivaleurs comme les Mende et son groupe,ce sont la les personnes qui detruisent notre pays.

       1 likes

  7. CESAR dit :

    Mon cher Emanuel, vous avez parfaitement raison.
    Monsieur Ntaganda est général de l’armée congolaise et non celle du Rwanda. Les Congolais semblent l’oubier.
    Comme vous le soulignez à juste titre, il est sur le sol congolais et non sur celui du Rwanda.
    S’il a commis et commet des méfaits même avec un prétendu appui du Rwanda, en tout état de cause, ses agissements relèvent de la loi congolaise.Les agissements dont dont ce soldat congolais est prétendument accusé sont anciens. Les actes négatifs actuels sont donc constitutifs de récidive. Pourquoi Kabila ne l’a pas limogé et l’a envoyé devant les tribunaux pour les crimes qu’il a commis contre les Congolais? Ce Monsieur est-il devenu criminel après sa désertion?Comment ses crimes commis par un soldats peuvent-ils être imputés au Rwanda, Etat tiers?
    Et à supposer qu’il ait fait appel à Kagame pour lui donner un coup de main, il est en tout état de cause, responsable de ses actes commis sur le territoire de son pays. Ce Monsieur est Congolais et nullement rwandais contrairement aux fabulations de certains Congolais. En effet, ceux-ci soutiennent qu’il est Rwandais mais ils n’avancent aucun argument convaincant quant à la véracité de leurs affirmations. Par ailleurs, avant que ce monsieur ne déserte de l’armée de la RDC, personne n’a entendu un Congoais soutenir que Ntaganda est Rwandais . Est-il alors devenu Rwandais après sa désertion de l’armée de la RDC?
    C’est en raison des fabulations et incohérences des dirigeants congolais que l’Assemblée Générale de l’ONU n’a très majoritairement pas accordé la moindre crédibilté aux allégations de l’Etat Congolais contre le Rwanda et ce sera toujours ainsi.
    Sur l’élection du Rwanda comme membre du Conseil de Sécurité de l’ONU, le Rwanda est membre de l’ONU. A ce titre, il a juridiquement droit de se porter candidat à un siège vacant au sein du Conseil de Sécurité.
    Le monde entier a vu le président Kabila parler devant l’Assemblée Générale de l’ONU et au Sommet de la Francophonie dans son pays. Sous réserve de prouver le contraire, personne ne l’a entendu prononcer le mot Rwanda et dire publiquement que celui-ci a agressé militairement son pays,que cet acte est constitutif d’une menace de la paix et de la sécurité dans la Région des Grands Lacs, que cet acte constitutif d’une violation de la charte de l’ONU et doit dès lors être sanctionné et l’invoquer expressément dans l’acte d’accusation contre le Rwanda adressé au comité de sanction de l’ONU. Kabila a parlé des agresseurs anonymes. Le conseil de sécurité et partant le comité de sanction de l’ONU ne se prononce que sur des faits précis expressément invoqués par l’Etat accusateur et ne sanctionne que l’Etat nommément désigné au cas où les faits sont irréfutables. Ce qui exclut des Etats anonymes ou des suppositions. Kabila parle depuis des mois tantôt de M23, tantôt du Rwandais mais en déhors de l’ONU et de l’Union Africaine, deux instances compétentes pour apporter des solutons définitives et durables aux affaires de ce genre. In fine , personne ne comprend ce qu’il dit.
    Le Rwanda ne s’est pas autodésigné membre non permanent du Conseil de Sécurité. Il a été librement élu par une majorité écrasante des Etats membres. Il s’ensuit que disserter sur son entrée au Conseil de sécurité est inopérant. Kabila devait d’abord faire une autocritique sur le fonctionnement de système et ensuite sur son incapacité notoire de tenir son baton de commandement en sa qulité de commandant en chef, le tout avant de s’en prendre à Kagamet et au Conseil de Sécurité. Ce n’est pas le Conseil de sécurité qui a été élu par le Congolais pour assurer la sécurité et la paix en RDC mais bien Kabila. Si ces paix et sécurité son menacéess par les agissement contraires à la charte de l’ONU, imputables à un Etat membre, le Rwanda dans le cas présent, il appartient au seul Kabila, garant de la sécurité publique et de la paix en RDC, de demander au Conseil de Sécurité de sanctionner le hors-la -loi supposé qu’est le Rwanda mais avec des arguments en béton. Jusqu’ à présent, les faits prouvent qu’il n’a pas été et n’est pas à la hauteur pour assumer ses missions de commandant en chef de l’armée de son pays d’une part et des missions pour lesqulles il a été élu par ses concitoyens d’autre part.

       2 likes

    • epimaque dit :

      monsieur Cesar je vx te dire que Ntaganda avant devenir générél ds l’armees congolaise , il etait cpl instrict ds l’armées d Kagome ;il est Rwandais , il viens de Ruhengeri Commune kinigi.je connais bcp des offic Rwandais qui sont ds l’armées congolaise.Cesar rekeraho kubesha nogikomeza kuba inkunda rubyino.kagame yavugaga o akurikiye interahamwe none ubu ngo bagogusubira kumipaka.hahaha , ntabwo tuzigera tuva muntambara niba aribyo kuko numvako na tanzanie hari agace ku rwanda, mu burundi no mubuganda aho hose hagomba kuba intambara kugirango hasubire kuba ahu rwanda.nizereko mufite ingufu zogutsinda ibyobihugu byode.

         1 likes

      • edouarda dit :

        Epimaque. Je suis tout à fait d’accord. Ntaganda = Rwandais. Son nom même est ‘parfaitement’ rwandais.

           1 likes

      • Hendrix dit :

        Ntaganda Bosco ubimenye neza ko ari Congolais wi Ngungu mubishyashya akaba yarize kuri College ya badventiste y’Ikanyatsi Inyamitaba muri Masisi.

           1 likes

        • Gatete dit :

          Combien des congolais connaissez vous qui s’appellent Ntaganda ??? Ntaganda a combattu en 1994 au Rwanda se disait vouloir défendre son pays, aujourd’hui il se bat au Congo en disant aussi défendre les droits de ses compatriotes, il est quoi à la fin, ? Rwandais ou Congolais??? quelque soit sa nationalité, une chose est sûr : Ntaganda est un sanguinaire au service du sanguinaire suprême Paul Kagame.

             2 likes

      • CESAR dit :

        Vous n’apportez aucun élément permettant de proférer de telle affirmation quant à la nationalité de Ntaganda.
        Le fait de porter un nom Rwandais ne signifie que l’intéressé est Rwandais. La nationalité d’une personne ne se prouve pas par son nom mais par les documents prévus par la loi du pays indiquant clairement que l’intéressé est bel et bien national du pays dont il affirme être ressortissant.
        Vous dites qu’il est de Kinigi. Mais vous ne précisez pas le lieu de naissance dans la commune de Kinigi ( car vu son jeune âge, il est nécessairement né après l’indépendance du Rwanda).
        Par contre, ce qui n’est pas à prouver est que pour être militaire et de surcroît Général d’une armée d’un pays, il faut impérativement être national de celui-ci, que Ntaganda est Général de l’armée congolaise qui, avant sa désertion était payé, logé et nourri par l’Etat Congolais, que celui-ci n’a jamais contesté sa ntionalité et que par conséquent il est bel et bien citoyen conglais. On entend par citoyen, une personne qui a la nationalité d’un pays et qui, de ce fait, a des droits et devoirs envers ce dernier.

        Vous êtes sans ignorer que dans tous les pays du monde, l’armée d’un Etat est un service publc militaire et que pour être agent d’une fonction publique militaire, il faut en tout état de cause être national de cet Etat. Je constate que ceux qui profèrent les affimations selon lesquelles Ntaganda est citoyen rwandais ne précisent pas comment un citoyen rwandais est-il est alors devenu Général de l’armée de l’Etat Congolais, sachant que la RDC est un Etat de droit écrit et nullement un pays sauvage.
        Le Kivu, nom rwandais, est une province de la RDC. Des milliers de citoyens de cette province ont intégré l’armée de la RDC, leur pays.On les trouve à tous les niveaux de la hiérarchie militaire. Il en fut de même sous Mobutu.
        Matata est premier Ministre Congolais. Les Matata, il y en a plein ici au Rwanda. Mugabe est président de Zimbabwe. Les Mugabe, il y en a plein dans ce pays. Pour vous, sont-ils alors Rwandais? Il me semble, qu’au regard de votre affirmation, il est clair que le chaos humain qui endeuille notre Région est la conséquence de la méconnaissance notoire de l’histoire de leur pays et partant de leur Région de la part d’une majorité écrasante des Rwandais et Congolais. Ils vivent dans les pays sans savoir ce qu’ils sont exactement. un homme qui ne connaît pas son passé ne peut se prejeter dans l’avenir. Il ne peut vivre que comme un oiseau dans le désert. Si les Rwandais et Congolais connaissaient leur propre histoire c’est-à-dire savaient ce qu’ils sont exactement, ils auraient intégré définitivement et de générations en générations le sens fraternité, l’idée d’appartenance anthropologique à un même groupe humain, à savoir le Goupe Bantu d’Afrique Centrale et australe ( lisez les publications de l’Institu de Recherche sur les Peuples d’Afrique Centrale, à Libreville Gabon. C’est un trésor inconnu des Peuples de cette Région). Ainsi, ils défendraient bec et ongles leurs intérêts contre des rapaces (qui dirigent le Rwanda et la RDC) et leurs alliés, les mafias internationales occideantales et asiatique, il y aurait moins de xénophobie contre Congolais qui portent des noms qui sonnent rwandais en RDC ou les Congolais au Rwanda ( cas exceptionnel).

           1 likes

    • kolomabele dit :

      @CESAR.

      Il est vrai que la première condition pour être enrolé dans l’armée d’un pays,il faut en être ressortissant.Ou au moins en avoir la nationalité.Et avant de devenir officier supérieur ou général,il faut commencer par une formation militaire de base.C’est un peu difficile de devenir général après moins de dix ans de carrière dans un pays sérieux

      .Les généraux Joseph Kabila,Bosco Ntaganda,Laurent Nkunda,feu Général Anselme Masasu Nindanga et autres officiers supérieurs du CNDP-M2-ARCO n’ont pas fait leur formation militaire de base au Zaïre.Je pense qu’on peut trouver difficilement leurs noms dans les archives de nos centres de formation( CETA, Kibomango, Kitona,Kamina, Kisangani, Rumangabo, Kotakoli) ou dans nos écoles d’officiers(EFO-Kanaga,CSM Kinshasa Ngaliema).Il y a vait pourtant dans nos centres de formation comme Kotakoli,Mbanza-Ngungu et CSM des Rwandais,des Burundais et d’autres nationalités africaines. Aucun soldas ou officer congolais de l’ âge de Kabila,Ntanganda et Nkunda ne les a eus comme copains de promotion

      .Le nom de Joseph Kabila est connu du public après la chute de Kisangani aux mains des éléments de l’AFDL en 1997.Le commandement des opérations aurait été dirigé par Joseph Kabila,le seul Congolais parmi les officiers tutsi.C’est étrange. Tous les biographes de Nkunda et Ntaganda commencent à situer leur carrière militaire dans l’APR. A en croire le défunt LD Kabila, feu Général Anselme Masasu était un caporal de l’APR

      .Il y aurait donc eu dans les rangs de l’APR,des citoyens congolais.Mais des Congolais d’une seule éthnie:les Tutsi.Comment peut-on expliquer la présence de ces citoyens congolais dans une rebellions des Rwandais?Est-ce le Rwanda est leur pays?Et pourquoi les responsables l’APR-FPR ont-ils accepté ces étrangers dans leur mouvement politico-militaire? Voilà pourquoi une certaine opinion congolaise considère ses compatriotes d’expression rwandaise comme étant des Rwandais.

      Le M23,comme avant lui le CNDP,ne se bat pas au Congo pour l’intérêt général, mais pour les siens propres.Le CNDP-M23 et Kabila se connaissent très bien.Le M23 ne cherche pas à reneverser Kabila, qu’ils souteinnent avec ardeur à chaque élection.C’est la raison du rejet du M23 par les Congolais.

      Si Kabila ne cite jamais le Rwanda comme pays agresseur,Lambert Mende,son Ministre de l’Information s’en charge en son nom.C’est à longeur des journée que celui que les Congolais appellent le vuvuzela national, chante le refrain de l’agression du Congo à gorge déployée.

      .Comment Kabila oserait-ils citer Kagame comme agresseur du Congo?Le pot ne se révolte pas contre le potier! S’il essaie,il va subir le sort de son prédécesseur de père.Quiconque se trouverait à la place de Kabila se comporterait comme lui.Qui n’ a pas peur de la mort?

         1 likes

  8. Gervais kirato dit :

    Si la Belgique s’abstient a voter pour le Rwanda, c’est parce que c’est elle qui est a l’origine de tous les problemes de la region des grands lacs: mauvais decoupage territorriale, deplacements massifs des populations du Rwanda vers le Congo, mauvaises decolonisation un peu partout, creation des tensions interethniques. Elle a peur de pouvoir etre demande de pouvoir rendre des comptes.
    Par contre Human Wrigt Watch n’est pas un etat, n’a pas de voix a l’ONU et n’a donc pas de droit de vote. C’est juste un ONG comme il y en a des milliers d’autres. Il ne pese pas pour pouvoir influencer sur les decisions de l’ONU. C’est pourquoi, malgre ses protestations, le Rwanda a pu etre elu sans aucun probleme, et va remplir sereinement son mandat de 2 ans.

       0 likes

Laissez un commentaire