FR | EN

Que retenir de la visite de Ban Ki-moon dans la région des Grands Lacs ?

Publié : le 29 mai 2013 à 12:27 | Par | Catégorie: Actualité

Cette dernière semaine, l’Est de la RDC a été le théâtre d’affrontements. Le 20 mai, les sifflements des balles ont, à nouveau, retenti aux alentours de Goma, annonçant la reprise des combats entre le M23 et l’armée congolaise[1]. Assez rapidement, au cours de la semaine, la bataille rangée a laissé place à une bataille de chiffres et d’interprétations, les deux camps spéculant sur le nombre de morts.

Photo: Ban Ki-moon

Cependant, au-delà des affrontements et les querelles de chiffres, il semblerait que et le gouvernement et le M23 aient voulu rentrer dans les bonnes grâces du Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, à quelques heures de son arrivée dans la région. La veille de son arrivée, le calme est revenu et Ban Ki-moon accompagné du président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, ont pu entamer leur tournée dans un contexte plus apaisé.

Le M23 joue-t-il ses dernières cartes ?

Depuis la signature de l’accord-cadre d’Addis-Abeba et l’annonce du déploiement de la brigade d’intervention, le M23, qui jusqu’alors avait mis à mal l’armée congolaise, s’est vu peu à peu isolé. Ses tentatives d’appel aux négociations témoignent, d’une certaine manière, de sa volonté de s’ériger, à nouveau, comme un interlocuteur  valable et non plus comme un simple groupe armé dissident. On pouvait notamment lire un document signé par son chef politique, Bertrand Bisimwa, expliquant qu’en décrétant cette trêve, le M23 espérait être soutenu par Ban Ki-moon pour aboutir à un cessez-le-feu dûment signé par le gouvernement[2]. Le 23 mai, jour même de l’arrivée de Ban Ki-moon, le M23 a publié un communiqué déplorant le manque de sens de responsabilité du gouvernement congolais. Le communiqué expliquait que l’armée congolaise avait, à plusieurs reprises, tiré à l’arme lourde lors des combats, occasionnant d’importants dégâts matériels et des pertes en vies humaines dont des civils. Le M23 dénonce par-là, ce qu’il considère comme une politique de terre brulée de la part de Kinshasa qui consiste à tuer des civils pour le discréditer et accélérer l’arrivée de la brigade d’intervention.

Néanmoins, à en juger l’accueil réservé à Ban Ki-moon à l’hôpital Heal Africa qui prend en charge les femmes victimes de violences sexuelles, les tentatives du M23 ont été veines. En effet, à son arrivée à l’hôpital, Ban Ki-moon s’est retrouvé face à une petite manifestation de femmes décidées à lui faire passer un message. Elles arboraient des pancartes où l’on pouvait lire « Non à Kampala », « Refusons toutes négociations » ou encore « Négociations jusqu’à quand ? », en référence aux âpres négociations qui s’étaient tenues entre le M23 et le gouvernement dans le capitale ougandaise[3].

Le gouvernement en attente de son sauveur

Du côté du gouvernement, cette visite ne pouvait on ne peut mieux tomber pour faire cesser les affrontements à l’Est d’une part, sans oublier, d’autre part, l’enveloppe d’un milliard d’euros promis par la Banque mondiale pour les pays des Grands Lacs pour financer divers projets d’énergie et d’éducation. De plus, le Secrétaire général a réaffirmé avec fermeté sa volonté de rétablir la paix, annonçant par la même occasion, l’entrée en scène de la brigade d’intervention dans « un à deux mois ». Cette déclaration  ne pouvait que ravir Kinshasa qui semble avoir placé son salut dans cette brigade.

Cependant, si la brigade d’intervention peut avoir un apport substantiel sur le terrain, son déploiement n’est pas pour autant gage total de stabilité pour la région et ne se substitue en rien à la nécessité pour l’Etat congolais de construire une armée effective.  Pourtant, la pique envoyée par la ministre de la Défense sud-africaine, Nosoviwe Mapisa-Nqakula assimilant l’intervention de la brigade – en partie composée de Sud-Africains – à du « baby-sitting » des Congolais, dépeint un portrait peu élogieux du gouvernement congolais et de sa gestion de la crise. On aurait alors pu s’attendre à une réaction d’orgueil via son porte-parole, Lambert Mende, mais le gouvernement a préféré relativiser peut-être par réalisme ou aveu de faiblesse pour certains ou encore par couardise pour d’autres. Il a déclaré : « si on considère cela comme du baby-sitting, de l’accompagnement ou de l’encadrement, ça nous importe peu (…) Si nous nous suffisions à nous-mêmes, soyez rassurés, nous n’aurions pas appelé nos amis à la rescousse. Nous reconnaissons nous-mêmes qu’il y a des problèmes très sérieux. Ce ne sont pas des commentaires désabusés comme ça qui vont nous décourager »[4].

Que faut-il retenir de la visite de Ban Ki-moon

Ainsi, à l’issue de la visite de Ban Ki-moon, plusieurs aspects émergent. D’abord, la pression s’accroît sur le M23 qui n’est pas parvenu à s’attirer le soutien de l’opinion nationale et internationale et au contraire qui est désigné comme le principal élément déstabilisateur.

Ensuite, le gouvernement, par son silence et n’envoyant jusqu’à présent aucun signal fort quant à la réorganisation de sa propre armée, montre ses limites et son impuissance. La venue du Secrétaire général a, quelque part, rassuré Kinshasa qui semble  n’attendre que les forces onusiennes.

Enfin, Ban Ki-moon a clôturé sa tournée par une visite au Rwanda pour notamment s’entretenir de l’accord-cadre d’Addis-Abeba. Visite pendant laquelle il a soigneusement évité, du moins de manière officielle, les sujets qui fâchent tels que les accusations de soutien au M23. De quoi peut-être refroidir les ardeurs de ceux qui souhaitaient voir une prise de position ferme des Nations Unies. Il est alors légitime de se poser des questions sur l’approche de la communauté internationale quant à la paix dans la région des Grands Lacs, si celle-ci cultive certains tabous en contournant  la question de l’implication de Rwanda.

 

Michael Mutombo
Jambonews.net


Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

13 Commentaires à “Que retenir de la visite de Ban Ki-moon dans la région des Grands Lacs ?”

  1. RASEC dit :

    Les propos pathétiques ci-après de Mushikiwabo ou la Gasuku de Kagame discréditent non seulement l’intéressée mais également le régime dont elle prétend être membre.

    « UA: le Rwanda ne négociera pas avec les «génocidaires» des FDLR

    Créé le 2013-05-27 22:07

    Par Christophe Boisbouvier RFI

    UA / Rwanda / RDC

    Lors d’une réunion à huis clos au sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba, le président tanzanien, Jikaya Kikwete, a plaidé pour un dialogue régional global, en vue d’une résolution durable de la crise en RDC. Il a notamment défendu l’idée d’une ouverture des négociations entre le Rwanda et ses ennemis des FDLR. Dans une interview accordée à RFI, la réponse de la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a été cinglante : «C’est aberrant».

    RFI : Ce dimanche 26 mai, lors d’une réunion au sommet sur la crise dans l’est du Congo, le président tanzanien, Jikaya Kikwete, a dit souhaiter la reprise du dialogue avec les rebelles congolais du M23, mais aussi l’ouverture d’un dialogue avec les FDLR. Qu’en pensez-vous ?

    Louise Mushikiwabo : Vous savez, le FDLR, c’est un groupe de génocidaires. Ce sont des hommes qui ont quitté le pays après avoir participé à l’élimination de plus d’un million de Rwandais. Mais, ça ne nous étonne pas. Parce que des portes-parole du FDLR, il y en a beaucoup. Il y en a qui sont très alignés sur le FDLR, idéologiquement. Au Rwanda, on a arrêté le génocide, mais on n’a pas arrêté la manière de penser. Donc, il y a des sympathies, ici et là. Au niveau de notre voisinage, mais aussi loin du Rwanda.

    Mais que le président Jikaya Kikwete lui-même – qui pendant longtemps, en tant que ministre des Affaires étrangères de la Tanzanie, a fait partie de toutes ces discussions – tout d’un coup, aujourd’hui, pense que le Rwanda devrait s’asseoir à la table des négociations… C’est quand même aberrant !

    Mais je pense qu’il ne faut pas faire d’amalgame, non plus. Il n’a pas été clair dans la réunion d’hier [du dimanche 26 mai, nldlr]. Mais nous, on n’a jamais pensé qu’il s’agirait de demander au Rwanda de s’asseoir à la table des négociations, ce qui est choquant pour les Rwandais, aujourd’hui, qui apparemment ont écouté sur les ondes de RFI des propos pareils. Ceux qui pensent que le Rwanda devrait s’asseoir à la table des négociations avec les FDLR, ne savent pas de quoi ils parlent.

    Côté ougandais, le président Youweri Museveni ne dit pas non, lui, à un dialogue avec les rebelles de l ADF-NALU…

    L’Ouganda c’est l’Ouganda. L’Ouganda a ses propres manières de gérer ses problèmes. Mais je voudrais signaler ici que l’on sait qu’il y a beaucoup de gens, au niveau de l’Europe, au niveau du monde occidental et bien évidemment dans notre région, comme vous le disiez, qui aimeraient bien vouloir cacher leur rôle, leurs sympathies pour le FDLR. Mais ça ne nous étonne pas qu’il y ait, même au niveau des chefs d’Etat, des gens qui se portent comme la voix des FDLR. Ça ne nous étonne pas du tout.

    La reprise des combats, dans le nord de Goma, n’est-ce pas un avertissement du M23 aux casques bleus qui viennent d’arriver à Goma ?

    Cette brigade d’intervention à caractère offensif, c’est un élément important de ce package à caractère politique. Donc, ce qui est très important aujourd’hui c’est que l’on puisse très rapidement s’attaquer à cette solution politique qui n’est qu’une solution politique interne à la RDC. Pour nous, la brigade, il ne faut pas se tromper, ce n’est pas une solution au problème du Congo, c’est une petite contribution. »

    Il convient de rappeler que les fondateurs des FDL ont été intégrés dans l’armée de Kagame par celui-ci en personne, que est génocidaire une personne reconnue coupable de génocide par un tribunal impartial et indépendant. Mushikiwabo semble manifestement ignorer cette régle élémentaire pourtant clairement mentionnée dans la constitution Kagame.

    Les éléments des FDLR sont des Rwandais. Leur moyenne d’âge est de vingt cinq ans. Ils sont très majoritairement des enfants rescapés des crimes qui ont été commis en ex-Zaïre contre les réfugiés rwandais et les paysans rwandais de l’Ouest du Rwanda après la prise du pouvoir par la force par Kagame. Celui-ci a constuit de fours crématoires pour effacer ses forfaits.Il a oublié qu’il ne pouvait pas exterminer toute la population comme en témoigner ses regrets devant des millions de Rwandais.

    Pour Mishikiwabo ces gamins qui n’avaient même pas dix ans en 94 et/ou qui n’étaient pas encore nés à l’époque du génocide dit des tutsi sont génocidaires et/ou sont nés génocidaires. Ses propos constituent la preuve quant à la nature intrinséque du régime Kagame. C’est cette même Mushikiwabo qui a osé affirmer devant des radios internationales que la présidente des FDU est génocidaire des tutsi et terroriste alors qu’elle était même arrêtée et jugée, le tout au mépris absolu des lois rwandaises.

    En réponse à la juste proposition du président tanzanien à savoir l’impérative négociation entre le gouvernement rwandais et les FDLR, condition sine qua non pour le réglement définitif et durable des conflits dans la Région des Grands Lacs, Mushikiwabo a récidivé. Plus elle chante génocide des Tutsi à tort et à travers, plus elle le banalise.N’a-t-elle pas sorti le même argument relativement à l’agression caractérisée du Rwanda contre la RDC? In fine, elle est devenue experte dans les extravagances et le cynisme d’une part et la négation de l’évidence d’autre part. N’a-t-elle pas nié qu’il n’y a pas de soldats rwandais sur le sol congolais à l’heure où les autorités congolaises présentaient à la presse internationale des gamins rwandais capturés par les soldats congolais et ceux qui s ‘étaient rendus à l’armée congolaise? Ils croupissent actuellement dans les prisons congolaises dans des conditions infra-animales.Le gouvernement dont Mushikiwabo est membre a nié leur existence.Ils s’ensuit qu’ils ne sont reconnus comme prisonniers de guerre et sont corrélativement exclus du bénéfice des conventions internationales régissant le statut des prisonniers de guerre qui ont été ratifiées par le gouvernement congolais. Celui-ci les traite comme de criminels de grand chemin. Plusieurs jeunes rwandais enrôlés dans le M23 par Kagame sont morts. Leurs corps ont été rapatriés au Rwanda pour certains, pour d’autres ils ont été mangés par des charognards et des chiens. Kagame n’a jamais remis les corps à leurs familles pour qu’ils soient enterrés dignement. Tous les prétendus opposants politiques à Kagame ont observé le silence de tombeau alors que les familles de ces victimes qui ne savent plus à quel se vouer dans leurs démarches pour récupérer les corps de leurs enfants les ont alertés.

    Il est regrettable que ceux qui se disent opposants politiques à Kagame n’aient pas réagi utilement à la proposition du président tanzanien et aux propos pitoyables de Mushikiwabo, alors que les FDLR, ces prisonniers rwandais et des réfugiés rwandais en RDC font partie intégrante de la solution au chaos qui régne dans le Kivu d’une part et que Kagame, patron de ce même Mushikiwabo, en sa qualité de créateur du fameux M23 a exigé et obtenu que Kabila négocie avec celu-ci d’autre part.

    Questions:
    1- ils sont opposants à qui et dans l’intérêt de qui?
    2- qui sont-ils?
    3- que font-ils?

       0 likes

    • Hendrix dit :

      @ RASEC,

      Je trouve ton intervention audacieusement dangereuse. Qu’est ce que le FDRL va negocier ? Rentrer au pays ? Le gouvernement Rwandais ,personne n’ignore comment il tendu la main a tout les refugies se trouvant a l’exterieur de rentrer dans le pays, il y a meme quelques rebelles de FDRL qui sont rentres et qui occuppent des hautes positions dans l’armee. Et ben, s’ils ne veulent pas rentrer, ils veulent negocier quoi ? Toute la communaute internationale sait que le FDRL est issu des anciens FAR et interehamwe qui ont commis les pires atrocites du 20eme siecle. C’est beau de dire que les actuels rebelles ont en moyenne 25 ans. C’est a dire pendant le genocide, ils avaient moins de 10 ans. Tu rencontes n’importe quoi. Ils suivent la doctrine de leurs peres qui sont des genocidaires Na Lingala balobaka mwana ya Nkoy akoki kozala mwana ya Nyau te. Ils sont endoctrines jusqu’a la moelle epiniere . Apres le refus categorique de Madame Mushikiwabo a negocier avec les genocidaires, j’ai suivi la reaction la reaction d’un des portes paroles ( ils sont nombreux comme vous le savez) qui disez que si le gouvernement Rwandais ne veux pas negocier, ils passeront au plan  »B ». C’est quoi le plan  »A » qu’ils ont en main ? Au depart, ils sont en position de faiblesse du pont de vue organisationel, une armee moribonde qui pille , vole les recoltes et les betails et viol des femmes congolaises.Du point de vue mobilisation, je ne vois pas comment avec leurs idees qui ne tiennent pas debout il peuvent sensibiliser tout ces groupuscules qui poussent comme des champignons en europe d’autant plus que leurs opinions sont plus incoherentes. Est-ce que, ils seront en mesure d’imiter ou de suivre la voie que le FPR avait empunter pour arriver au pouvoir a savoir le patriotisme,la vaillance, la sensibilisation, le courage, l’unite etc…je ne pense pas que ils sont capable et vous le savez vous meme. Je n’ai pas a vous le dire et vous etes bien conscient de cela.

         1 likes

      • RASEC dit :

        Erreur de frappe dans ma précédente réaction « alors qu’elle était même arrêtée et jugée » corrigée: alors qu’elle n’était même pas arrêté et jugée.

        Hendrix,vous dites » Est-ce que, ils seront en mesure d’imiter ou de suivre la voie que le FPR avait empunter pour arriver au pouvoir a savoir le patriotisme,la vaillance, la sensibilisation, le courage, l’unite etc…je ne pense pas que ils sont capable et vous le savez vous meme ».
        Vous semblez manifestement ignorer que la courage d’un homme ne se mesure pas par le nombre de cadavres de pauvres gens dépourvus de moyen de défense à son actif, la marche dans le sang des milliers d’innocents indistinctement d’âge et de sexe, le mépris de la parole donnée.Un homme audacieux est celui qui affronte tout droit son adversaire et nullement celui qui l’attend dans l’obscurité pour le poignarder mortellement dans le dos. Un homme courageux est celui qui a le sens d’humanité avérée. Un homme courageux ne massacre pas les siens pour arriver à ses fins. Un homme courageux est celui qui a un sens de respect de soi et de ses adversaires et nullement celui qui a mortellement peur d’affronter ceux-ci royalement et démocratiquement. Un homme audacieux est celui qui a une haute idée de la Nation c’est-à-dire qui a un respect à l’égard de ses compatriotes, un dessein pour son Peuple et un sens aigu du devoir. Un homme audacieux est celui qui est dépourvu de despotisme.

        Au regard de vos dires, vous ne connaissez sûrement pas les Rwandais et encore moins leur histoire.

        Pour votre information et cela vous évitera de vous fourvoyer dans les affirmations absconses: d’avril à juillet 1994, les FAR sous le commandement du Général Bizimungu Augustin dont le courage et l’audade ne sont pas à démontrer ont affronté courageusement les quatre armées: l’armée ougandaise par le Nord, l’armée burundaise par le sud, l’armée tanzanienne par l’Est et le FPR et ses mercenaires somaliens, erythréens, burkinabés, kenyans, zaïrois etc. soit quatre contre un, le tout avec l’appui des USA et du Royaume Uni par la mise à disposition d’une satellite géostationnaire qui tourne dans la région des grands lacs depuis les années 80 et l’envoi des tonnes d’armes et des conseillers militaires au profit du FPR et ses alliés. Pour les FAR, elles ont été frappées d’asphyxie quant à la logistique consécutive aux agissements irresponsables du gouvernement Nsengiyaremye en particulier, allié majeur du FPR. Si vous êtes ici au Rwanda et de bonne foi, vous savez que Kagame a récompensé tout ce monde qui l’a aidé à marcher dans le sang des millions de cadavres de Rwandais aux seules fins d’accèder au pouvoir et que par conséquent sans les trois armées et les mercenaires « son armée » n’avait aucune de gagner. Celle-ci étant réellement une partie de l’armée ougandaise et corrélativement une fiction.

        Il s’ensuit que le courage dont vous parlez n’est que le curage de cafard et que le FPR n’a en vérité gagné aucune guerre. Plusieurs année pour traquer et anéantir les FDLR par les forces spéciales de l’armée de Kagame avec les satellites et avions espions américains et anglais en touS genres. Résultat: Les FDLR sont encore là. Une armée qui a été incapable de vaincre les FDLR dépourvues de moyens à tous les égards ne pouvait sûrement pas vaincre les FAR en cas de un contre un.

        Le FPR et Kagame marqueront tristement l’histoire du Rwanda. Ils sont déjà irreversiblement et négativement entrés dans l’histoire de notre pays.

        Sur les FDLR, à moins qu’ à l’instar de Kagame et Mushikiwabo, son Gasuku, vous souteniez tout Hutu est génétiquement génocidaire, pouvez-vous citer un de ses éléments qui a été jugé et condamné par un tribunal impartial et indépendant pour génocide des tutsi? Ce qui est certain, les FDLR rentreront au pays. C’est donc une question de temps.

        Il me semble que pour le respect des lecteurs de Jambo News, il aurait été judicieux pour vous de vous documenter avant de vous livrer aux affirmations erronées. Tout Rwandais sérieux sait que INTERAHAMWE est le nom de la Jeunesse du parti MRDN, qu’ils ont été crées par Gasana Anastase, un membre notoire du FPR et ex-ministre des affaires étrangères de Kagame, qu’ils étaient dirigés par les membres du FPR à savoir les Batutsi dont il me semble inutile de préciser les noms car ils sont connus des Rwandais, que le FPR les avaient infiltrés par le biais de leurs dirigeants, que de nombreux crimes contre les Tutsi dits de second rang ont été commis par les éléments en civil du FPR infilitrés, que ce sont les éléments du FPR en uniforme des FAR qui ont notamment tué Kavaruganda Joseph et plusieurs Hutu pourtant pro-FPR, que les INTERAHAMWE ont cessé d’exister à partir du 7 avril 1994 et qu ‘il est dès lors fallacieux d’affirmer que tous les crimes qui ont été commis contre les Tutsi sont imputables aux seuls INTERAHAMWE d’une part et que tout Hutu est INTERAHAMWE à moins que pour vous, INTERAHAMWE soit un nom générique de tous les Hutu y compris ceux qui n’étaient pas encore nés à l’époque des faits.

        Enfin, si vous êtes conséquent avec vous-même, vous savez très bien que l’armée de Kagame a formé des jeunes, membres des Jeunesses des partis d’opposition au maniement des armes sur demande de ses alliés d’alors. En formant les milices des partis d’opposition pro-FPR, Kagame connaissait les conséquences de ses agissements à l’égard des tutsi de l’intérieur en cas d’assassinat du président Habyalimana et la reprise de la guerre par lui.

        Pour l’avenir,il faudra éviter de chanter « génocide des tutsi  » au titre de réplique aux réactions des lecteurs de Jambo News car plus vous le chantez, plus vous le banalisez.

           3 likes

  2. fanche dit :

    et bien tu vois mon pote; moi muzungu je suis votre histoire depuis plus de 10 ans car j’ai travaillé dans la région et je me suis fais des amis a gastata, remera et autre. je pleure comme un gros c*n impuissant de cette pagaille suite au conflit et intérets anglo=saxon v francophonie, c’est a dire 1990. pourquoi on dit rien et que rien ne se passe alors que la Syrie et le Mali ainsi que la phobie qui gagne l’europe contre l’islam fait la une alors que le nord kivu est feu? j’en sais rien meme si les interets sont enormes pour les multi nationales j’avoue que ca me dépasse ou bien ya trop de crapules qui ont les mains bien sales mais grave. la vérité tout le monde la connait, en trainant mes savates dans les quartiers de Buiza a Bujumbura jusqu’a Kigali j’en ai appris en passant par certains ministeres ou les langues se délient. Jupiter Okwess International dit dans une de ses chansons que l’histoire jugera, oui mais quand?

       5 likes

    • Derille dit :

      Oui, mais quand ?? Quand on voit comment des politiques, des médias, des institutions internationales, l’Europe se laissent manipuler, et que ceux qui savent ce qu’il se passe se croisent les bras… pffff

         1 likes

  3. jack dit :

    Moi je suis d’accord avec la proposition du président Tanzanie pas de paix durable, sans négociation globale.Tout ces pays doivent dialogué ou négocié avec ces rebelle cas de la RDC, l’Ouganda et le Rwanda. Le FDLR doivent rentré dans leurs pays d’origine qui est le Rwanda car raison évoqué par kagame la RDC abrite de génocidaire de son pays, moi je pense mieux que le gouvernement de kigali doit faire aussi la négociation pour le retour de ces fils du pays le FDLR ne sont pas de congolais mais de rwandais et le Rwanda ce leurs pays, quand ce groupe reste en RDC, kigali aura toujours raison pour accéder au sol congolais pas traqué le FDLR mais pour voler comme ils en ont toujours l’habitude donc en ce qui concerne kagame le FDLR doivent resté toujours en RDC pour crée ces diverses raison fantôme.

       1 likes

  4. Kadafi dit :

    Operation Crimson Mist
    During the late afternoon of 6 April 1994, a hail of cannon shells tore through the fuselage of a commercial airliner flying overhead central Rwanda. Several seconds later the blazing plane exploded on impact with the ground, killing President Habyarimana of Rwanda, President Ntaryamira of Burundi, and most of their senior government officials. In that fatal millisecond of time, the entire political command structure of central Africa was decapitated, leaving the way open for “Operation Crimson Mist”, the most obscene terminal mind control experiment ever mounted by the United States of America against a sovereign nation. That “Crimson Mist” has been used again recently on a smaller scale in Iraq, is now beyond doubt.

    As Habyarimana and his colleagues made their death dive, a small group of American men and women lounged around in a large hut at the edge of a discreet gravel airstrip a few miles from the Rwandan capital Kigali, temporary home for their three unmarked C-130 Hercules transport planes. All crewmembers carried forged credentials showing them as “atmospheric researchers” employed by an authentic civilian American agency, but these were only for emergency identification if one of the aircraft was forced to make an unscheduled landing on unfriendly territory. For all practical security purposes, neither they nor their three large aircraft were even in Africa.

    When news of the presidential crash came in over the VHF radio, one of the Hercules planes was swiftly preparedfor take off. The flight engineer checked the attachment of the RATO [Rocket Assisted Takeoff] packs, while the scientists made final adjustments to a large microwave dish mounted on the rear loading ramp of the aircraft. It was this strange and esoteric piece of equipment alone that would directly contribute to the deaths of more than one million African civilians during the hundred days that followed. Though completely silent in operation, the single microwave dish had more killing potential than a whole squadron of AC-130 Spectre gunships armed with fifty Gatling cannons.

    Willing to Commit Mass Murder
    Though officially tagged an “experiment”, none of those present had any doubt that this was merely a cosmetic cover for the gruesome operational work ahead. Each member had been carefully vetted and then vetted again by US Intelligence to ensure they had the “right stuff”, and were philosophically committed to two objectives.

    First was the evolving need to control or eliminate political dissent by remote means in the run up to the 21st Century, and second was the need to stem or reverse massive population increases across the world, which threatened to overwhelm existing natural resources, especially water and food. Intrinsically this required a willingness to commit mass murder, and everyone present had passed this critical test with flying colors.

    As the Hercules’ engines started with a roar, American agents in Kigali were
    working alongside local civil servants and members of the Rwandan security service, ramping up public suspicion about foul play in the presidential air crash. Urged on by corrupt officialdom, Hutu tribesmen started marching on Tutsi tribesmen and threw a few rocks at them. Innocent enough at the outset, although with a few nasty machete cuts here and there. But then the C-130 Hercules made a carefully-calculated pass directly over the advancing Hutu, and they suddenly went berserk. Eyes glazed, the mood of the Hutu crowd went from simple anger to uncontrollable rage, and within minutes, hundreds of assorted Tutsi body parts were flying through the air.

    Creating Electronic Rage
    What the Hercules crew had just achieved has been an open secret since the late fifties, when researchers accidentally discovered that there is a precise “control” brain wave for literally everything we do, and for everything we feel. The problem back then was that each of these control brain waves [rage, fear, panic, lethargy, vomiting and so on] had to be transmitted with an accuracy taken out to three decimal places, or they simply did not work at all. But as the years rolled by, and with the advent of transistors and microprocessors, the operational application of precise control brain waves became practical reality.

    It is important to note here that the lethal trick repeated hundreds of times by the C-130 Hercules in Rwanda during April – July 1994, was not “classic mind control” in the ultimate conspiratorial meaning of the term, i.e. where people claim to hear complicated messages inside their heads, or where it is feared that the NSA [or similar] intend to turn everyone into helpless Zombies by implanting electronic chips in their arms or necks. What the C-130 crew were actually engaged in was “electromagnetically augmenting” a pre-existing state. Remember that the agents and security service personnel first had to point the Hutu tribesmen in the direction of the Tutsi, induce reasonable anger, and make sure they were appropriately armed. Only then could the C-130 go to work with the precise control brain wave of “rage”, augmenting and thus upgrading crowd behavior from that of angry demonstrators to uncontrollable genocidal maniacs. Although not “classic”, this was and is unquestionably mind control, for the simple reason that external means were being used to force an irresistible change in behavior.

    For those who really want to know how governments or agencies change public behavior on a whim, the explanation is not too complicated, though obtaining details of the classified control brain frequencies is all but impossible. Various academics have actually demonstrated some of these effects quasi-publicly over the years, which provides hard reality for skeptics.

    One of the leading lights in this field is Dr. Elizabeth Rauscher-Bise, who was a nuclear scientist and researcher at Lawrence Berkeley National Laboratory, and at Stanford Research Institute, Professor of Physics at John F. Kennedy University of California, research consultant to NASA and the U.S. Navy, and a member of IEEE, APS, AAAS, MAA, ANA, AAMI. Elizabeth Rauscher-Bise identified specific frequency effects to induce nausea, happiness and many other behavioral states decades ago. Clearly, Dr. Rauscher-Bise is an enthusiast: « Give me the money and three months », she boasts, « and I’ll be able to affect the behavior of 80 per cent of the people in this town without their knowing it. Make them happy – or at least they’ll think they’re happy. Or aggressive. »

    Unlike many researchers in this field, Elizabeth Rauscher-Bise tends to be open about her work, has demonstrated the effects many times in quasi-public forums, and claims to experiment only on fully informed people. Many years ago during one memorable demonstration in California, she turned a specific brain wave on all students in the left-side of her auditorium, whereupon their teeth started chattering collectively and uncontrollably. When the unaffected students on the right-side of the auditorium suggested this might be some sort of trick, Elizabeth Rauscher-Bise calmly turned the specific brain wave on them instead. The right-side now suffered exactly the same fate, watched by the stunned, but no longer affected students on the left-side.

    Extra Low Frequencies (ELF)
    The main problem lies in the delivery of the these brain waves to the target, because they all lie in the extremely low spectrum, between 0.1 and 25 Hertz [Cycles], with all control brain waves in an even narrower central band between 0.6 and 10.2 Hertz. These are effectively the same as “earth” frequencies, meaning that they are very hard to direct via conventional radio transmission. Remember that in order to be effective in selective crowd behavior augmentation, you must be able to restrict delivery to clearly defined crowds in clearly defined areas. This is achieved by using an extremely high frequency microwave beam, which is then amplitude modulated at exactly the same rate as the desired control brain wave. This is much easier to explain with pictures, so take a good look at the diagram below.

    Microwaves in the 1.0 to 3.0 Gigahertz range travel in perfectly straight lines, like light, making them easy to control in terms of direction, regardless of power output. In most cases microwaves are transmitted by a dish aerial of the sort you frequently see located low down on a tall television transmitter mast. These are designed to transfer high volume electronic data between the television studio and transmitter, and vice versa.

    Where the American “Mind Controllers” score with their airborne and truck mounted equipment is by using microwave aerials that can be adjusted, in exactly the same way as you would adjust the focus on a variable beam flashlight. How this is done is shown in the second diagram to the right.

    In the Rwandan Hutu tribesmen example shown near the start of this report, the crew of the C-130 Hercules only needed to know the width of the target crowd on the ground, and the width of their own microwave beam at any given true altitude in feet [as read directly from the radar altimeter]. With those two values available, it is then a simple matter to adjust beam width to accurately bracket the target crowd from any altitude chosen.

    Baghdad ‘Looting’
    But this equipment is not just deployed in large lumbering Hercules transport planes. During recent weeks, European security experts have concluded that smaller versions of Crimson Mist were recently deployed on the street of Baghdad, designed in part to augment the media propaganda line that Iraqi citizens are dangerous savages, all badly in need of direct supervision by “democratic” American authorities. One classic example of this was the “looting” of the Baghdad Museum, apparently by a crowd of undisciplined rabble, but video footage tells a very different story. To pull off this stunt the American authorities needed to assemble a crowd, managed quite easily with a promise of free food. Then they needed to place the crowd outside the museum, which again was easy because they located the free food outside the museum itself. Next up, the attention of the crowd had to be drawn to the museum itself, which was achieved in spectacular fashion by firing two 120-mm shells from an Abrams tank gun straight through the main doors.

    Fine so far, but how to get them inside? The video shows two soldiers gesticulating to the crowd, urging them to go in and help themselves, thereby clearly identifying the target “Rwanda-style”. Then it starts to get really interesting! The two soldiers rapidly withdraw, leaving the Iraqis standing leaderless outside the open doors, and then CLICK, just like flicking a light switch, the entire crowd goes nuts absolutely simultaneously, which never happens in real life. In the real world there is always a leader visibly stirring up the crowd and preparing them for action, but not outside the Baghdad Museum. One second these folk are dull hungry Iraqis, next second they are instant uncontrollable maniacs streaming in though the museum doors.

    It is also suspected that the same equipment was used to augment the “looting attacks” on various hospitals around central Baghdad, though this claim seems to be based as much on logic as it is on video footage. These so-called “looters” are Iraqi citizens who received essentially free health care in the hospitals under Saddam Hussein. Not only that, but their wives and children are being bombed and shot by Americans, meaning that their free hospitals are absolutely essential to them, and thus the very places they would normally defend in the first instance. Bearing this logic in mind, it seems likely that the European security experts are also correct in this claim.

    Homeland ‘Security’
    While there is unlikely to be very much concern in America, Britain, and Australia for the plight of Iraqis on the streets of Baghdad, it may be time to examine what is likely to happen in our own “democratic” countries if things get more out of control than they are at present. Remember that the 2.2-million-strong demonstration in London just before the illegal invasion of Iraq, had little if anything to do with English folk liking Saddam Hussein. Iraq was merely an excuse for this unprecedented mass of human beings to migrate to London waving banners that mostly read “Not in Our Name” at corrupt politicians.

    The bottom line is that the next time 2.2 million British citizens descend on the capital to have a go at the politicians [their real targets], they might be carrying something far more dangerous than banners. Every policeman and military man knows very well that a 2.2 million strong mass with hostile intent, simply cannot be stopped by standard riot control techniques, and they cannot be stopped by bullets fired by soldiers on the streets. Even if British soldiers could be persuaded to open fire on their own neighbors [most unlikely], the entire Army would be powerless to act. So what then?

    Across the Atlantic in America, and in Australia, things are really no better. As I write, the American dollar is heading straight for basement levels, which in turn will lead to a depression and increased anger on the part of all Americans, aimed largely at corrupt politicians on Capitol Hill. Naturally the politicians will try to put the people down as usual, but what if this time it is a step too far. What if a few hundred or few thousand of the 260 million private weapons in American hands are brought into play, what then?

    The chances are that in all affected western countries, politicians and their real masters will try to invoke the use of highly unconventional weapons in order to try and save their own worthless hides. How successful they might be when that day comes, as it surely will, is largely up to you.

    Joe Vialls

    http://educate-yourself.org/cn/americanmcinbaghdad29may03.shtml

       0 likes

  5. Vindu Muka dit :

    Que retenir de la visite de Ban Ki-moon dans la région des Grands Lacs ?

    Rien, sinon la traduction de ce qui est écrit ci-dessous. Chers frères et soeurs rwandais et rwandaises, jusques à quand allez-vous continuer à supporter ceci? Un seul homme, Kagame Paul, qui tient à merci des millions et des millions de vos compatriotes? Jusques à quel niveau de mensonges, de crimes, de falsifications, de félonie etc…, allons-nous continuer à supporter l’insoutenable?

    Voici ce que le furher des Mille Collines est capable de faire: après avoir sacrifié les « tutsi de l’intérieur », le voilà qu’il abandonne les cadavres de ses propres officiers sur le sol congolais du Kivu, reconnus par tous comme étant des rwandais du cru, après les avoir fait porter les uniformes des « mutins congolais du M23″ .

    « Uwo Major Butera akaba yari ayoboye ingabo z’u Rwanda Kagame Paul yohereje muri Congo mu izina rya M23. »

    Et savez-vous ce que le peuple congolais du Kivu fait dans sa magnanimité légendaire, malgré les meurtrissures qu’il endure et les crimes commis contre lui par ces VAMPIRES envoyés par Paul Kagame? Le peuple congolais honore la mort de ces rwandais tués en ne les abandonnant pas aux charognes, le peuple congolais leur rend leur dignité d’humains en les inhumant, en leur offrant une sépulture sur cette terre dont l’humus est fait des victimes des génocides de leur chef, Paul Kagame…

    Rwanda: Ukwanga atiretse…Major Butera w’ingabo za FPR yaguye kurugamba muri Congo !
    Ingabo za Congo FARDC ziri kwivuga ibigwi by’uko zivuganye umusilikare mukuru w’igihugu cy’u Rwanda ufite ipeti rya majoro. Uwo musilikare akaba ari Major Nkundi Ukuru Butera (ugaragara ku ifoto) warasiwe mu mirwano yahuje umutwe wa M23 n’ingabo za congo kuwa kabiri taliki ya 21 Gicurasi 2013. Uwo Major Butera akaba yari ayoboye ingabo z’u Rwanda Kagame Paul yohereje muri Congo mu izina rya M23.

    Major Butera yarasiwe mu mirwano yari ikomeye cyane yahuje ingabo za Congo ni iza RDF mu izina rya M23 arakomereka cyane, bitewe ni uko imirwano yari ikomeye kandi ingabo z’u Rwanda zikaba zari zisumbirijwe, zabonye zigiye kuhashirira zisiga Major Butera kurugamba yakomeretse , aza kwicwa n’ibikomere nyuma. Umurambo wa Major Butera watoraguwe n’abaturage ba Rutshuru muri Kivu y’amajyaruguru aba ari nabo bamushyingura mu buryo busuzuguritse cyane kuko u Rwanda rwabuze uko rufata umurambo we !

    Urupfu rwa Major Butera waguye ku butaka bwa Congo rwafashwe nk’ikimenyetso gikomeye kiyongera ku bindi byinshi byerekana ko umutwe wa M23 utabaho ko ahubwo ari ingabo za Paul Kagame zigenzura igice cy’ubutaka bwa Congo nk’uko ikinyamakuru « lavenir » dukesha iyi nkuru kibivuga. Icyo kinyamakuru kiribasira Kagame cyane, kikavuga ko ari umuntu utagira umutima , wahereye kera yica abana b’abanyarwanda ataretse n’abaturanyi b’abacongomani. Icyo kinyamakuru gitangazwa no kubona ingabo za Kagame zivuga ko zikomeye cyane ariko zikaba zarananiwe no gutwara umurambo w’umusilikare mu kuru wazo !! Birababaje kumva abasilikare b’igihugu cy’u Rwanda bakomeje kugwa mu mahanga bagashyingurwa nk’imbwa !

    Twizere ko abashyigikiye ko Kagame akomeza intambara bazajya kurugamba !

    Urupfu rwa Major Butera ruteye agahinda, apfuye kimwe n’abandi bose Kagame Paul yicishije ngo ari kubohoza igihugu ! Hashize imyaka 19 yose Kagame afashijwe n’ibihugu bikomeye yica impunzi z’abanyarwanda mu mashyamba ya Congo. Ntacyo Amerika n’Ubwongereza bitamuhaye ngo arimbure impunzi z’abahutu ziri muri Congo ariko kugeza ubu izo mpunzi ziracyariho ntizirashira ahubwo impfubyi zarakuze!

    Umugabo Jikaya Kikwete azi neza inkunga ihagije Kagame yahawe kugira ngo arimbure FDLR bikamunanira ; Kagame yarishe arananirwa isi yose imukingira ikibaba ntiyamubaza ubwicanyi ari gukora kugera aho imibare y’abacongomani amaze kwica irenga miliyoni 6 ariko abeshya amahanga ngo ari kurwanya FDLR !

    Ubwo Perezida wa Tanzaniya Jikaya Kikwete yabwiraga Kagame ko agomba gushyikirana na FDLR ntacyo Kagame yigeze avuga kuko azi neza ko Kikwete azi neza ko FDLR yananiye Kagame. Kuba Mushikiwabo na IBUKA baritereye hejuru bakibasira Kikwete si uko ari ibitangaza mu kurwana, ahubwo ni ubwoba bafite kuko bazi neza ko Kagame ari kunanirwa urugamba rw’amasasu na politiki , bakibaza uko bizabagendekera mu minsi iri imbere umutima ukabarya! Ibuka na Mushikiwabo nibakenyere bajye kurugamba maze barimbure FDRL ikibazo kirangire niba babishoboye koko !

    Bishoboka bite ko abantu bitwa abacikacumu batera hejuru ngo bababujije kwica abantu ! ngo barishakira intambara ! Ntabwo Kikwete yigeze abuza Ibuka cyangwa Leta ya Kigali kurwana , niba Ibuka yumva kurwana aricyo kizayimara umujinya nikenyere ijye kurugamba maze irangize ibyananiye kagame. Abayobozi ba Ibuka ntibazi ubuzima abasilikare babamo, bibera ahashyushye mu bipangu byiza, ntibagenda n’amaguru, aho gushukana nibohereze abana babo mu mashyamba ya Congo guhiga FDLR aho kubohereza i Burayi n’Amerika, nibashyire imodoka hasi bagende n’amaguru bajye gushaka FDLR , ni ba ibyo batabishoboye bari guca umugani ku manywa .Ntabwo ziriya mpfubyi za FDLR zari zanze kubaho neza nka Ibuka, ngo nabo babe mu mazu nk’abandi, bagende n’amamodoka, baririre ababyeyi babo Kagame yishe, nabo bafashwe nk’izindi mpfubyi, bige amashuri nk’abandi bana b’ingoma ! Byazashimisha cyane FDLR ibonye Ibuka ibasanze mu ishyamba nayo ikamenya ubuzima babayemo imyaka 19 yose ! Kuba Kikwete asaba ko Kagame yashyikirana na FDLR si ukuyikunda ahubwo ni ukugira ngo Ibuka n’akazu ka Kagame bashobore kwigira mo ikizere cya ah’ejo hazaza ! Abasilikare barimo na Kagame baracecetse babura icyo bavuga none ngo Ibuka niyo ishaka kurwana ! None se uyu Major Butera upfuye kimwe n’abandi bapfuye kandi bakaba bakinapfa bari biyanze ? bari banze kubaho neza se bakarindwa nka Kabarebe?

    Kikwete yarangije akazi ke , yagiriye inama Kagame n’ intore ze ntizumva , uretse ko n’urugamba zitarushoboye zitegure ko zizabazwa amaraso y’abacongomani n’abanyarwanda zirimo kwica ! Nta kintu na gito Tanzaniya ihomba kuburyo yajya mu mpaka n’u Rwanda , niba Kagame afite imbaraga koko , najye imbere maze urugamba rwo gutsinda FDLR rwamunani mu myaka 19 turebe ko azarutsinda mu kwezi kumwe !

    Hari igihe abantu bazashaka gushyikirana bitagishoboka.

    Ubwanditsi.

       7 likes

    • RASEC dit :

      Vindu Muka, votre réaction est intéressante pour tous ceux qui ne connaissent pas le vrai Kagame.
      A l’heure où les autorités congolaises et la MONUSCO présentaient à la presse internationale les gamins rwandais enrôlés de force dans le M23 par Kagame puis capturés sur le champ de bataille par l’armée congolaise, Kagame n’a-t-il pas osé affirmer publiquement qu’il n’y a aucun soldat rwandais sir le sol congolais et que par conséquent il ne connaît pas ces jeunes gens?
      Conséquence: ils sont détenus dans les prisons congolaises où ils sont traités comme de brigands et dans des conditions infra-animales car ils sont exclus du bénéfice des conventions sur le statut des soldats prisonniers. Ensuite, ce même Kagame a refusé de rendre les corps des centaines rwandais qui sont tombés sous les balles de l’armée congolaise et les familles de ceux-ci ne savent plus à quel saint se vouer. Enfin, Kagame a ordonné les massacres des réfugiés tutsi congolais du camp de Mudende et jeté ensuite son forfait aux FDLR. Ce fait est de notoriété publique.Je fais abstraction des milliers de tutsi qu’il massacrés lors de sa guerre pour s’emparer du pouvoir par la force avec l’appui des armées burundaise, ougandaise et tanzanienne ainsi des mercenaires de plusieurs nationalités qu’il a ensuite refusé de payer pour le service fait.
      Au regard de ces faits et autres, dès lors qu’il a toujours nié qu’il n’y a aucun soldat rwandais sur le sol congolais, il est normal qu’il nie l’existence de cet officier et des centaines d’autres soldats qui, dans ces derniers jours, sont tombés sous les balles de l’armée de Kabila. Cet officier est un extrat-errestre qui est tombé sur le champ de bataille en RDC. La question posée est de savoir si Kagame a une humanité élémentaire. Ce que les familles des morts rwandais pour rien en RDC demandent à Kagame c’est de leur permettre de récupérer les corps de leurs enfants, de leurs pères pour qu’ils soient enterrés dignement. Je subodore que cet officier avait une famille. Que Kagame pense au moins à la souffrance morale de ses enfants et de tous ses proches si bien entendu il a le sens de compassion humaine élémentaire. Que fait son conseiller spécial, Monsieur Tony Blair , ex-premier ministre britannique, issu d’un pays dit de droits et démocratique? Les Rwandais ont le droit de savoir que ce Monsieur est payé par les contribuables rwandais et que son lot annuel est de plusieurs millions de nos francs. Pour faire quoi?

         3 likes

  6. jack dit :

    Nos voisins Rwandais vous devez comprendre tout ce chose louche un officier rwandais mort au sol congolais enrôler comme un élément de M23, mais nous savons bien que c’est un major de l’armée Rwandaise qui est mort au combat ! mais quel combat ? parce qu’il se fait enrôler etant que un élément du M23 ce sa le problème quant on parle que le militaire rwandais combat au-près de rebelle du M23 personne le croyais et Kagame disait que c’est un problème entre congolo et congolais mais c’est officier est venu faire quoi dans nos affaires congolais? donc de preuve sont là ! pour conclure peuple Rwandais ouvré l’œil car kagame laisserait un conflit de génération entre ce deux pays nous sommes obliger de restait ensemble comme dans le temps passé, il est là pour ce bien mais pas pour le bien de peuple rwandais la preuve là aux yeux de tout le monde pour cet officier qui est mort négliger sur le sol congolais, étant un peuple hospitalier nous l’avons enterré dans un etat humain, alors nous attendons la ministre Mushikiwabo pour venir démentir comme elle en à l’habitude. Merci

       1 likes

    • RASEC dit :

      jack , il me semble qu’il faut dire les choses telles qu’elles sont. La négation de l’évidence n’est pas une preuve de l’inexistence de celle-ci. Le M23 est une fiction.Il s’agit d’un groupe de bandes armées et pillards comme en témoignent le pillage de Goma devant les caméras des télévisions du monds entier créées et armées par Kagame.
      Plusieurs gamins rwandais dont certains sont mineurs ont été enrôlés de force dans ce fameux M23 par Kagame. Les jeunes rwandais qui ont été capturés par l’armée congolaise sur le champ de bataille et ceux qui se sont volontairement rendus et parmi eux eux un neveux ont été présentés à la presse internationale.Ils croupissent actuellement dans prisons congolaises comme des criminels ou bandits de grand chemin dans des conditions infra-animales. Ils ont déclinés leurs identités. Le fait que Kagame ait nié leur existence n’est pas une preuve de leur inexistence. Tous les Rwandais frontaliers avec la RDC ont vu des camions pleins de cadavres de soldats rwandais. Le fait que Kagame les ait enterrés dans les fosses communes au mépris de la morale élémentaire et des lois qui régissent la fonction militaire rwandaise ne signifie pas qu’il n’y a pas et il n’y a jamais eu un soldat rwandais sur le sol congolais. Les méfaits de Kagame sont notoires. L’impunité de Kagame est la conséquence logique de l’incompétence varactérisée de Kabila dit président de la RDC et commandant en chef de l’armée congolaise.Il ignore la signification du baton de commandement qui lui a été remis. Par ses agissements, Kagame lui a lancé un défi.Qu’a-t-il fait pour relever ce défi? En réaction à ce défi, il a négocié avec les mêmes bandes armées quant à leur réintégration dans l’arrmée congolaise.
      Tous ceux qui connaissent Kagame savent qu’il adore le duel. Toute sa vie est , jusqu’à ce jour, gouvernée par la loi du plus fort. Pour montrer à Kabila ne vaut rien, nonobstant les concessions faites par celui-ci au profit des pillards qui ont à leur actif plusieurs cadavres de femmes, enfants et hommes congolais sans parler des femmes violées, sur ordre de Kagame, le M23 a repris la guerre. Par cet acte, Kagame a voulu dire à Kabila qu’il n’est pas en état de relever le défi.
      Il s’ensuit que le responsable du chaos qui régne dans le Kivu et des conditions infra-animales dans lesquelles se trouvent des millions de Congolais du Kivu est Kabila et nullement Kagame. Les Congolais ne doivent s’en prende qu’à celui-ci. Un président incapable de protéger les Congolais doit se démettre ou être démis de force. Il est la honte du Peuple Conglais.Je n’ignore pas que la Vérité blesse ceux qui ne sont pas en état de l’affronter tout droit.

         1 likes

  7. Mbrototos dit :

    L’enfarineur en chef dit maître boulanger = ban ki moon

       1 likes

  8. jack dit :

    Rasec là vous avez rasison

       0 likes

Laissez un commentaire