FR | EN

RDC : « Le développement passe aussi par la valorisation de son environnement »

Publié : le 19 septembre 2013 à 18:19 | Par | Catégorie: Actualité

Les questions environnementales sont parmi les préoccupations principales de l’époque contemporaine. Pourtant en République démocratique du Congo(RDC) en dépit de la richesse du patrimoine naturel de ce grand pays d’Afrique, elles semblent être fort marginalisées. Peu d’initiatives existent pour remédier à cette situation. L’une d’entre elles, Congo Green Citizen, s’est donnée comme vocation d’éduquer, de former et d’informer la jeunesse congolaise sur les défis et enjeux environnementaux du millénaire.

 

Auteur du projet Congo Citizen Green

L'auteur du projet Congo Citizen Green

« Comme beaucoup de jeunes congolais, je ne m’intéressais pas trop à l’environnement » nous confie Patrick Kasele, coordinnateur de Congo Green Citizen. « J’étais plutôt  attiré par le sport et plus particulièrement par le Basketball. Je songeais même à un moment entamer une carrière professionnelle » ajoute-t-il.

C’est vers les années 2000 que la graine écolo a commencé à germer dans le cœur de ce jeune congolais. «En 2003, mon père avait installé un décodeur à la maison afin de nous permettre de suivre certaines chaines internationales. Très vite,  les émissions qui abordaient  des thèmes liés à l’environnement m’ont captivé, certainement parce que ces genres de sujet étaient quasi absents dans nos propres chaines télé ».  Malgré cet intérêt pour l’environnement, Patrick optera pour des études en ommunication des organisations au moment d’entamer ses études universitaires. « Aucune université du pays n’organisait une telle formation à l’époque (NDLR : 2004).  J’avais entrepris des démarches pour pouvoir faire des études en communication environnementale en Europe. C’est finalement ici au pays que j’ai pu obtenir ma licence en communication, mais en communication des organisations » nous livre-t-il.

En 2013, grâce à une bourse octroyée par l’Unesco à travers l’EIRAFT (l’École Régionale Postuniversitaire d’Aménagement et de Gestion Intégrés des Forêts et Territoires Tropicaux) Patrick parvint à décrocher un DESS en Aménagement et Gestion intégré des forêts et territoires tropicaux.

Les questions liées à l’environnement devraient être plus présentes dans le quotidien des congolais. Triste cependant est de constater qu’elles sont souvent absentes des écoles, des universités, des milieux socio-professionnels et même au sein des familles congolaises alors que la RDC est touchée elle aussi par des problèmes de pollution, d’insalubrité, d’explosion de sa démographie, de changement climatique et d’érosion. Ne rien faire est synonyme de compromettre le devenir des congolais et de leur pays, et cela affecte déjà le vécu des congolais. L’agriculture, secteur important commence petit à petit à être frappé par les affres du changement climatique et même si la déforestation ne semble pas encore très prononcée au Congo (le taux de déforestation des forêts congolais est de 0,2%), il y a des  risques à voir s’accroitre ce taux si aucun mécanisme efficace de gestion des forêts n’est mis en place.

« On est au niveau zéro dans la gestion de l’environnement mais la volonté de faire bouger les choses est là » nous avoue Patrick Kasele. Faire bouger les choses, voilà certainement ce qui manque au Congo dans un secteur comme celui de l’environnement. C’est ainsi que pour y arriver, l’idée de lancer Congo Green Citizen est née.  A travers cet éco-organisme, Patrick aimerait vulgariser les informations relatives à l’environnement, notamment par la sensibilisation des jeunes et la promotion des valeurs éco-citoyennes

« Il faudrait que l’homme congolais comprenne que le développement de son pays passe aussi par la valorisation de son environnement et pour y arriver, chacun à un rôle à jouer » nous livre-t-il encore. « Malheureusement chaque fois qu’il y  a un début de dynamisme dans la gestion durable de nos ressources environnementales, l’élan est toujours interrompu par des problèmes d’ordre politique » conclut-t-il.

Soulignons que la RDC est engagée depuis près de 4 ans dans un dispositif international de Réduction des Émissions liées à la Déforestation et à la Dégradation des forêts (REDD), mécanisme qui jusque-là n’a pas encore montré son efficacité.

Pour plus d’information : http://www.congogreencitizen.org/

 

Prince Djungu Tambwe
Jambonews.net 

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

3 Commentaires à “RDC : « Le développement passe aussi par la valorisation de son environnement »”

  1. ignace wanduma dit :

    courage mon frère ta vision t’acheminera loin et ton territoire avec…

       2 likes

  2. Eddy dit :

    L’entreprise est plus que louable…
    Une femme active dans le monde associatif belge et licenciée en administration rurale à L’ISDR Bukavu, me dit un jour que lors des formations universitaires d’antan,des expéditions sur terrain étaient réalisées afin de faire connaitre l’ampleur des dégâts qui étaient occasionnés à l’écosystème. Soit des suites des méconnaissances de son environnement par l’homme, soit des suites de bouleversement géologiques, soit…Cette vision chaotique interpellait les futures enseignant et affectait leur manière de prodiguer leur enseignement aux générations à venir…
    Même si je ne pense pas que la situation politique soit propice au bon déroulement de cette entreprise, je suis convaincu qu’il faut persister dans l’essais…

       2 likes

  3. Noel Basubi dit :

    Toute la population congolaise a l’école de l’environnement grâce aux initiatives louable du groupe Citizen. nous vous encourageons dans cette démarche pour sortir la nation congolaise dans l’ignorance sur les questions environnementales. Allez y vous avez notre soutien.

       0 likes

Laissez un commentaire