FR | EN

Afrique des Grands Lacs : La liberté de la presse mise à mal

Publié : le 21 février 2014 à 15:51 | Par | Catégorie: Actualité

Le classement annuel de Reporters Sans Frontières (RSF) 2014 sur la liberté de la presse dans le monde au cours de l’année 2013 vient d’être publié. Il fait état du traitement des journalistes, cyber-citoyens, relayeurs d’informations, de la liberté d’expression, d’informations  à travers 180 pays.  En tête de classement, on retrouve les pays les plus protecteurs de la liberté de presse et vers le bas les pays les plus dictatoriaux. Bien que l’année 2013 soit, d’un point de vue mondial, moins catastrophique que l’année 2012, la situation sur le continent africain s’est quant à elle aggravée.

Parce que l’année 2012 fut une année noire en matière de respect de la liberté d’expression, on serait tenté de croire qu’en 2013 les gouvernements les plus autoritaires, voire dictatoriaux se sont remis en question par rapport au traitement des défenseurs de la liberté d’expression. Pourtant, il n’en est rien.

RSFAfrique

C’est donc sur base de plusieurs indicateurs que 180 Etats ont été  classifiés. Ces indicateurs allant de la législation nationale à l’autocensure et l’indépendance des médias en passant par les violences contre  les journalistes. Christophe Deloire, secrétaire général de RSF, rappelle que ce classement ne tient pas compte du régime politique  en vigueur mais qu’on est tout de même forcé de constater que c’est bien évidemment  dans les Etats vraiment démocratiques que les journalistes jouissent le plus de la liberté  de produire et de faire circuler des informations. C’est donc dans les dictatures, toujours selon Deloire, que les journalistes et relayeurs d’informations sont exposés à des représailles impitoyables. La répression n’épargnant jamais les familles des journalistes.

La région des Grands Lacs

Dans le classement réalisé par RSF,  la plupart des  Etats des Grands Lacs sont en dehors du top 100. Le seul Etat à s’en rapprocher est l’Ouganda  (104ème place) qui gagne 35 places par rapport à l’année 2012. Le Burundi le suit de loin à la 142ème place,  lui-même suivit par la République Démocratique du Congo (151ème place). On peut cependant noter que la  Tanzanie  connaît une terrible chute dans le classement passant de la 34ème place en 2012 à la 69ème place. Cela s’explique notamment par la mort d’un journaliste en 2013 au cours d’une manifestation et l’assassinat d’un autre confrère. Le Kenya quant à  lui figure à la 90ème place.  Le Rwanda quant à lui occupe la 162ème place.  Ce classement du Rwanda par RSF n’est pas étonnant lorsque l’on sait que le président rwandais Paul Kagame figure parmi « la liste des 39 prédateurs de la liberté d’information recensés » par RSF en 2013[i].

En 2013, Reporters Sans Frontières a fait état de plusieurs incarcérations de journalistes rwandais sur des charges telles que la diffamation, incitation à la désobéissance civile, négation  du génocide ou encore atteinte à la sureté de l’Etat.  Sur base de ces charges, des peines de plusieurs années de prison furent requises et dans certains cas appliquées.

Ce classement  nous montre finalement que la profession de journaliste ou la simple mobilisation citoyenne en tant que cyber-citoyen sont constamment menacées et ce dans la mesure où elles vont à l’encontre de  l’ordre établi. La presse, qui est le  quatrième pouvoir dans un Etat, est un instrument dont les enjeux sont bien « compris » par les dirigeants de la région des Grands Lacs.

 

Catherine Keza

Jambonews.net

 


Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn
Tags: , , , ,

Laissez un commentaire