FR | EN

Journée internationale de la femme – Rencontre avec Cécile

Publié : le 8 mars 2015 à 21:27 | Par | Catégorie: En bref
Cécile, 32 ans, Belgo-burundaise et mère de famille

 

Ce 08 Mars nous fêtons la Journée Internationale de la Femme. Que t’évoque-t-elle?

Le 08 mars, je célèbre les droits de la femme, je rends hommage à ces nombreuses femmes, célèbres ou non,  qui se sont battues pour que les femmes bénéficient de leurs droits fondamentaux (étudier, travailler, voter, etc.) et je me rappelle que toutes les femme3femmes au monde ne sont pas logées à la même enseigne. Je sens donc en ce jour spécial mon devoir de contribuer à l’amélioration de la condition féminine. Enfin, j’ai une pensée pour ma mère qui s’est toujours battue pour l’amélioration de la condition féminine et la solidarité entre les femmes.

 

Penses-tu que la condition de la femme s’améliore d’année en année?   

Je ne suis pas spécialiste du domaine donc je ne peux pas répondre à cette question avec certitude. Ce qui est évident, c’est que de plus en plus de femmes sont sensibilisées à leurs droits vu le progrès des technologies de communication. Or, je pense que le premier pas vers le changement passe par la sensibilisation du plus grand nombre de femmes.

 

Quelle place penses-tu que la femme occupe ou devrait occuper dans des domaines tels que la politique, la famille ou encore le travail?  

Je pense que la place occupée par tout un chacun dépend de ses motivations et de ses capacités. Beaucoup de femmes dans le monde s’impliquent avec passion et professionnalisme dans le domaine de la politique. Certaines occupent même la place de président de leurs pays. Dans sa famille, la femme occupe une place centrale. En Afrique, beaucoup de femmes sont la seule source de revenus dans la famille. En plus de cette lourde responsabilité, elles prennent soin des membres de la famille plus particulièrement les enfants.  En occident, nombreuses sont celles qui sacrifient leur carrière pour s’occuper des enfants.  Je trouve juste regrettable que ce sacrifice ne soit pas reconnu à sa juste valeur par la société.

 

Quelle est ta vision de la femme africaine à notre époque? Et de la femme rwandaise en particulier?  

La femme africaine reste debout contre vent et marées et elle est résolument tournée vers l’avenir. Ses épaules frêles portent les maux de l’Afrique avec dignité. Mais cela ne doit faire oublier que l’humanité toute entière doit se mobiliser pour la protéger quand le viol est utilisé comme arme de guerre et met en jeu son intégrité physique. La femme rwandaise est cette femme africaine. Malgré les violences qu’elle a subies et qu’elle continue de subir, elle reste débout et digne. J’ai une pensée particulière pour Mme Victoire Ingabire en ce jour.

 

En tant que femme d’origine rwandaise vivant en Belgique, est-il facile de combiner les deux cultures (rwandaise et belges) dans sa vie quotidienne?  

La rencontre entre deux cultures peut être déstabilisante surtout lorsque les valeurs véhiculées rentrent en contradiction. Les cultures rwandaise et belge véhiculent les valeurs universelles et humanistes ce qui facilitent leur rencontre. L’identité évolue aussi au fil d’expériences vécues. Les plus beaux échanges que j’ai eus jusqu’ici l’ont été avec des personnes de « culture belge ».

 

Que pourrais-tu dire à nos lectrices à l’occasion de cette journée de la femme?

Je leur souhaite une belle journée de la femme. Si vous le pouvez, profites en pour prendre particulièrement soin de vous.

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

Laissez un commentaire