FR | EN

Journée internationale de la femme – Rencontre avec Julie

Publié : le 8 mars 2015 à 21:18 | Par | Catégorie: En bref
Julie, 30 ans, belgo-rwandaise et mère de famille

Ce 08 Mars nous fêtons la Journée Internationale de la Femme. Que t’évoque-t-elle?

Honnêtement, le 8/03 ne m’évoque rien.  En général, ce jour évoque des acquis dont certains n’ont pas été bénéfiques à la femme et on en profite pour proliférer un certain nombre d’autres qui sont discutable sur leur réelles motivations ou impact sur la liberté de Femme2la femme.  Ce jour serait un jour intéressant s’il ne devenait pas le rendez-vous de tout ceux qui veulent le détourner à des fins politiques ou autres fin personnelles dont je n’ose imaginer le but ultime.

Penses-tu que la condition de la femme s’améliore d’année en année? 

Je ne sais pas si la condition des femmes s’améliore d’année en année, mais ce qui est sûr c’est qu’on devient de plus en plus unanime sur le fait qu’encourager la liberté de la femme peut contribuer au développement d’un pays.  Il faut aussi le dire, les femmes se battent de plus en plus pour leurs rêves et savent aussi les imposer. La femme d’aujourd’hui est une battante.

Quelle place penses-tu que la femme occupe ou devrait occuper dans des domaines tels que la politique, la famille ou encore le travail?  

Chaque femme devrait pouvoir réaliser ses rêves. Si elle a envie d’occuper une place importante dans la politique et dans son lieu de travail, elle ne devrait pas devoir déverser plus d’effort que ses homologues masculin. Cependant, je considère que si elle a envie d’être mère en même temps, elle devra avouer qu’il faut choisir l’un ou l’autre. Une famille réussie va rarement de pair avec une carrière professionnelle qui demande beaucoup de disponibilité.. J’ai parfois l’impression que ce dilemme chez les femmes vient du fait qu’on dévalorise le rôle de la femme au foyer  mère, alors que mener de front une famille réussie est un travail de titan. Bref, pour moi le problème est tout autre…

Quelle est ta vision de la femme africaine à notre époque? Et de la femme rwandaise en particulier?  

Question difficile. Aujourd’hui la femme rwandaise autour de 30ans, vivant en Belgique, a commencé sa vie au Rwanda et a grandi par la suite en Belgique. Nageant au milieu d’un Mélange de culture, elle est encore en train de faire le tri sur un certain nombre de thèmes. Ce que je pense ? Elle se construit encore. Elle est forte, ambitieuse et a de grands rêves et se sent libre de les réaliser. Elle a acquis une mentalité qui ne la limite en rien, elle se sent presque comme une citoyenne internationale capable de conquérir le monde. Mon avis ? C’est une gagnante.

En tant que femme d’origine rwandaise vivant en Belgique, est-il facile de combiner les deux cultures (rwandaise et belges) dans sa vie quotidienne?  

Combiner les deux cultures, c’est très dur. On choisit l’un ou l’autre ou on s’aliène au milieu. Cependant choisir l’un ou l’autre, c’est aussi passer à côté d’une grande richesse. Dilemme. De mon point de vue, la femme rwandaise vivant en Belgique se bat au milieu d’une crise identitaire profonde. Elle a encore un long chemin à parcourir.

Que pourrais-tu dire à nos lectrices à l’occasion de cette journée de la femme?

Vous êtes libre ou devenez libre. Lorsque vous aurez acquis votre liberté battez-vous pour vos rêves. Cependant, ne confondez pas la liberté avec l’aliénation qu’offre les multiples libertés définies par la société actuelle. Décidez d’être des libres penseurs, qui ne dépendent de rien…

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

Laissez un commentaire