FR | EN

Rwanda : les élections présidentielles de 2017 ont-elles un sens ?

Publié : le 6 mars 2017 à 18:56 | Par | Catégorie: Actualité

Des élections ne peuvent avoir du sens que dans un contexte démocratique. Élire c’est choisir. Et pour pouvoir choisir, il faut plusieurs candidats sérieux qui doivent avoir eu la possibilité de présenter leurs candidatures à temps puis de mener, librement et sans crainte, une campagne électorale auprès des électeurs à travers tout le pays pour exposer leurs mérites par rapport aux autres.

103279709Ce droit de choisir doit donc impérativement être précédé du droit d’aller et venir dans le pays en toute sécurité pour tous les membres de tous les partis, mais aussi du droit à la liberté de se réunir, de s’exprimer et de mener une activité politique d’opposition.

Quant aux élections elles-mêmes, elles doivent être libres et transparentes.

Enfin, la limitation de la durée du mandat présidentiel est un gage essentiel et indispensable de la démocratie et une des seules façons de favoriser des élections libres et transparentes.

Au Rwanda, l’état de la démocratie est catastrophique à l’heure actuelle.

Or la démocratie est l’alpha et l’oméga de toute véritable construction nationale, elle précède la véritable justice, la véritable réconciliation nationale, le véritable développement du pays et même le véritable devoir de mémoire pour toutes les victimes.

Jusqu’à nouvel ordre, il n’y a qu’un seul candidat à cette élection présidentielle, en l’occurrence le président actuel Paul Kagame du FPR, parti unique au pouvoir depuis 23 ans.

Aucun autre candidat n’est autorisé à mener une campagne électorale digne de ce nom au Rwanda, ni même à conduire la moindre activité politique librement et sans crainte.

Par exemple, la candidate des FDU-INKINGI, Victoire Ingabire Umuhoza, opposante au régime du FPR, purge sa sixième année d’emprisonnement après avoir eu l’intention de présenter sa candidature aux élections présidentielles de 2010.

Toute l’activité politique libre s’effectue en exil où se trouvent une grande partie des leaders des partis politiques d’opposition, car ceux qui sont au Rwanda sont muselés.

Ces élections sont donc un non-sens tant qu’il n’y aura pas de possibilité pour les Rwandais d’exercer librement des activités politiques au Rwanda et de mener une campagne électorale sur tout le territoire national sans être persécutés ou emprisonnés.

Ce que les Rwandais réclament n’est donc rien d’autre que le droit premier de tout peuple à la démocratie qui permet de choisir ses propres dirigeants et d’avoir son destin en mains.

Le simulacre d’élections organisées périodiquement par le régime pour pérenniser la dictature de Paul Kagame, sans libération préalable de l’espace politique et de la liberté d’expression, ne fait que maintenir le Rwanda en arrière par rapport aux autres nations.

Enfin, quelle que soit la modification constitutionnelle qui a pu intervenir pour lui permettre de se représenter envers et contre toute légitimité démocratique, Paul Kagame doit quitter le pouvoir et le céder à un successeur qui devra être élu démocratiquement.

Paul Kagame détient le pouvoir absolu depuis 23 ans, dont 14 ans comme président, ce qui est fondamentalement anti-démocratique et explique notamment la terreur qui règne dans le pays.

Il ne s’agit pas d’un problème constitutionnel mais d’un problème de démocratie élémentaire qui exigerait que Paul Kagame se retire impérativement de toute campagne électorale à son profit, car une telle campagne serait nécessairement biaisée.

Kagame-elections-posters-0810-by-Marc-Hofer-APC’est à cette seule condition que les élections présidentielles au Rwanda pourront être prises au sérieux par quiconque et déboucher sur un réel avenir.

La revendication première des Rwandais au Rwanda et en exil est donc leur droit d’aller et venir librement et leur droit à la liberté d’expression, à la liberté d’association et à la liberté d’exercer des activités politiques.

Ce sont les conditions essentielles et nécessaires de la démocratie qui elle-même est un préalable indispensable à toute élection digne de ce nom.

À défaut de voir ces conditions remplies, les élections présidentielles de 2017 organisées au Rwanda par le parti FPR au pouvoir n’ont aucun sens.

Rudatinya

www.jambonews.net

Envie de proposer un article pour publication sur jambonews.net? Plus d’infos ici

 

 

 

 

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn
Tags: , , , ,

7 Commentaires à “Rwanda : les élections présidentielles de 2017 ont-elles un sens ?”

  1. gitare dit :

    être un opposant ne peut pas te donner une autorité de briser la loi quant à Victoire elle a ete jugee et reconnue coupable, donc elle a eu ce qu’elle méritait. La démocratie est applique au Rwanda même à un niveau que je crois être au-delà de ce qu’on pourrait s’imaginer. j’espère que tout le monde se rend compte de ta position. ton article est un reflet de ton image en matière de la politique Rwandaise. Tu peux tout inventer selon ton ignorance mais nous autre sommes convaincus de la direction prise par nos autorités et nous les soutenons. vive le Rwanda, vive Paul Kagamé

       2 likes

    • Gihslain dit :

      Bien dit Gitare, ces gars se croient peut etre les plus intelligents du monde entier. Quand ils nous bombardent des lecons et theories de la democratie, qu’est cequ’au fait voudriaent-ils insinuer? Dire qu’Ingabire est une democrate ne releve que de l’imaginaire. Elle a ete inculpee en parti sur base des documents compromettant trouves chez elle aux pays bas.Pourquoi ne pas vouloir l’admettre? Son adjoint a reconnu son role dans le genocide et par consequent il est derriere les barraux. Voila cette equippe qu’ils continuent a nous presenter! Quant au reste epargnez nous de ces lecons, les 30 annees de dictature ethnocratique a allure genocidaire sous une pseudo democratie majoritaire etaient suffisantes. Les temps sont revolus. Continuez de vous enfermer dans vos mythes ca n’empechera pas le Rwanda d’avancer.

         0 likes

    • CESAR dit :

      Gitare n’a manifestement pas lu le titre de l’article qui est pourtant limpide même pour un idiot mongolien.
      Aussi, il me semble qu’il a réagi sans réfléchir préalablement sur ce qu’il entend écrire.
      Sur le fond, l’article 101 de la constitution actuelle de notre pays qui a été révisée sur décision de Kagame proscrit strictement un troisième mandat de Kagame. Gitare ne sait visiblement pas que c’est le même Kagame qui a promulgué cette constitution et que conséquemment il l’a lue avant de la promulguer. Elire signifie choisir. Kagame a une peur ventrale de la compétition politique. Ce qui est surprenant pour un individu dit Général avec G. S’il est président digne de ce nom et aimé des Rwandais dont parle Gitare, face à lui, ses opposants politiques n’auront alors aucune chance de gagner. Or le constat est clair. Au lieu d’accepter la compétition politique et laisser les Rwandais d’opérer leur choix de leurs dirigeants, il a opté la terreur contre ses opposants. Il a minablement et honteusement dit devant le monde entier que ce sont les Rwandais qui lui ont demandé de violer la constitution par le jeu des prétendues pétitions par lesquelles ils lui ont demandé de s’autoproclamer président à vie en raison de ses actions positives pour le Peuple Rwandais ( voir article 172). Si tel est le cas, pourquoi a-t-il alors peur de la compétition politique et corrélativement un débat sur sa gestion depuis plus de vingt ans? Pourquoi a-t-il refusé à Nahimana Thomas de revenir dans son pays? Quant à Ingabire Umuhoza, elle croupit en prison sur décision directe de Kagame pour des crimes imaginaires commis contre son régime et les Tutsi. Un homme courageux est celui qui accepte d’affronter son adversaire tout droit au lieu d’attendre l’obscurité comme des cafards pour le poignarder dans le dos ou le broyer pour montrer qu’il est puissant. Gitare a le droit absolu d’être pro-Kagame mais il n’a pas droit de parler au nom des Rwandais, le tout sous réserve qu’il comprenne ce qu’il dit et ce qui est dit et fait par Kagame.
      Dans le cas présent, à mon sens, il ne s’agira pars d’élection mais d’autoproclamation président à vie de Kagame. Il y a élection lorsque les Rwandais choisissent librement leurs dirigeants issus de divers courants politiques. Il s’ensuit que le 3 août 2017, le Peuple Rwandais n’ira pas élire un président mais sera contraint d’aller approuver la décision de Kagame de s’autoproclamer président à vie, le tout au mépris en toute impunité de la constitution dont il est gardien au premier chef quant à son respect.
      La compétition lui tellement peur à tel point qu’il est devenu paranoïaque et voit conséquemment les ennemis partout. La parfaite illustration est l’enlèvement, séquestration et torture de Madame Violette Uwamahoro qui est venue ici pour inhumes un parant décédé au seul motif qu’elle soi disant membre d’un parti d’opposition à Kagame, le tout sur ordre de celui-ci. Ses partisans dont Gitare approuvent la terreur inique de Kagame contre les Rwandais indifféremment de sexe. Madame Uwmahoro étant également de nationalité britannique comme Kagame est aussi de nationalité ougandaise, son mari est fondé à porter plainte contre Kagame devant un tribunal britannique pour enlèvement, séquestration et torture d’Uwamahoro Violette. Les verbiages sont inopérants à l’endroit de Kagame. Ce genre d’agissement est lourdement sanctionné par les tribunaux britanniques si bien entendu les naturalisés ont les mêmes droits que les Britanniques dits de souche.

         4 likes

    • CESAR dit :

      Gitare, le titre de l’article est : « Rwanda : les élections présidentielles de 2017 ont-elles un sens? »

      C’est exclusivement son contenu qu’il faut commenter. Au regard de vos dires, vous proférez des affirmations sans préalablement l’avoir lu. Il s’ensuit que votre commentaire n’enrichit en rien les lecteurs de Jambo News. Vous avez droit d’être Kamiste mais sous peine de mauvaise foi, vous n’avez pa

         2 likes

    • CESAR dit :

      Gitare, le titre de l’article est : « Rwanda : les élections présidentielles de 2017 ont-elles un sens? »

      C’est exclusivement son contenu qu’il faut commenter. Au regard de vos dires, vous proférez des affirmations sans préalablement l’avoir lu. Il s’ensuit que votre commentaire n’enrichit en rien les lecteurs de Jambo News. Vous avez droit d’être Kagamiste c’est-à-dire à adhérer moutonnement à sa politique de terreur mais vous n’avez pas droit de commenter un sujet que vous ne comprenez visiblement pas. Quand on sait ou on comprend, on commente. Quand on ne sait ou on ne comprend pas, on se tait. La Sur le fond la question posée est la suivante: la constitution rwandaise, article 101 pose l’interdiction absolue du troisième mandat de Kagame. Kagame est garant au premier chef du respect de la constitution de notre pays. Il a juré de la respecter et de la faire respecter. Je subodore que vous savez ce que signifie une constitution et la méconnaissance de celle-ci par un président. Kagame a peur de la compétition politique si bien entendu vous comprenez ce qui signifie compétition politique. Madame Ingabire Umuhoza a demandé à Kagame d’accepter la compétition politique c’est-à-dire un débat ouvert et démocratique sur l’état de notre pays. Alors qu’il est devenu un VRP (Voyageur Représentant Placier ) dont le fonds de commerce est ona prétendu management de la chose publique dans notre pays, lorsque Ingabire a annoncé qu’elle entend participer au débat démocratique et ouvert sur les problèmes économiques, sociaux et politiques rencontrés par les Rwandais, Kagame a été atteint d’une peur ventrale d’être démasqué relativement à sa prétendue bonne gouvernance. Au regard des faits irréfutables, celle-ci n’est qu’une pure supercherie. Dans lecas contraire, Kagame ne serait pas devenu un paranoïaque caractérisé qui agit par la terreur contre les Rwandais qui lui demandent d’accepter un débat sur la situation de notre pays. Si bonne gouvernance il y a ,elle est prouvé par des résultats positifs irréfutables ou indiscutables. Ingabire Umuhoza est démocrate et a un sens aigu d’intérêt général. Kagame quant à lui est un dictateur unique et inique sur le continent africain et paranoïaque. Il est assoiffé du pouvoir, de l’argent et du sang des Rwandais. Il a maintes fois prouvé personnellement ce qu’il est effectivement.

         3 likes

  2. nicolas dit :

    Patrice t’es pas un bon journaliste ni un bon politicien et entre les deux si tu devais choisir tu serais nul à chier! en ce moment y’a plus de 3 candidature pour la présidentielle 2017 non organisé par le FPR mais par une commission électorale légitime. et si les rwandais veulent
    voté pour kagame , ils en ont parfaitement le droit. alors au lieu de se faire passer pour un prétendu journaliste tu devrais revenir dans ton pays et ugafatanya n’abandi kubaka urwakubyaye.. « soit un homme et ose ne pas supprimer ce commentaire. »

       0 likes

  3. Yombo dit :

    Une commission independant? Mon oeil !
    comme on dit en kinyarwanda  » uwo uri kurega niwe uregera » Il n’ya que des partis fictifs au Rwanda tous sous le contrôle du FPR sous peine de se voir accusé d être génocidaire.
    Alors il n’est guerre surprenant de voir que l’auto censure existe au niveau de petits partis.

       0 likes

Laissez un commentaire