FR | EN

Rwanda : Le torchon brule entre Londres et Kigali

Publié : le 26 mai 2011 à 7:17 | Par | Catégorie: Analyses de l'actualité

Manifestation de la communauté rwandaise à Londres

Manifestation de la communauté rwandaise à Londres

Un belge d’origine rwandaise vivant à Bruxelles a été refoulé le samedi 14 mai de Londres vers la Belgique au motif qu’il aurait été envoyé par le gouvernement rwandais afin d’assassiner deux ressortissants Rwando-Britanniques vivant dans la capitale anglaise.1

Cet épisode fût le paroxysme de toute une série d’incidents qui ont congelé les relations entre Londres et Kigali et qui risquent de déboucher sur une rupture des relations diplomatiques s’ils ne sont pas enrayés. Jambonews vous propose de revenir sur ces incidents jusqu’il y’a peu invraisemblables.

 

C’est le 29 avril 2011 que le couple Kigali-Londres a connu ses premières tensions, lorsque le journal « The Independent » rendait public des informations selon lesquelles, le MI5, les services secrets britanniques avaient demandé à l’ambassadeur du Rwanda à Londres de cesser d’harceler les opposants, au risque que le Rwanda perde les 83 millions de pounds d’aide au développement.

Le tweet du journaliste Ian Birell

Le tweet du journaliste Ian Birell

Après une période d’accalmie, où les relations semblaient revenir à la normale, le journal BBC en Kinyarwanda révélait le vendredi 13 mai une information selon laquelle, Scotland Yard, la police judiciaire britannique avait averti deux Rwando-Britaniques d’une menace imminente d’atteinte à leur vie posée par le gouvernement rwandais. Dans l’immédiat, cette affaire est restée contenue et quelque peu ignorée par les médias anglo-saxons, seul le site internet « African Dictators » l’ayant relayé.

 

Le samedi 14 mai, le même jour ou une conférence du RNC devait avoir lieu à Londres, c’est un autre événement surréaliste et quelque peu inattendu qui a fait la une de la presse britannique. Ian Birell, journaliste au Guardian qui fût rédacteur en chef adjoint de « The Independent » et rédacteur des speechs de campagne de David Cameron, a eu une série de vifs exchanges sur Twitter avec le général Paul Kagame, président du Rwanda.

Tout au cours du week-end, la presse britannique en fait ses choux gras. Tour à tour, « The Telegraph » ou encore « The Guardian » rapportent la nouvelle avec souvent de sérieuses critiques au sujet des violations graves des Droits de l’Homme prétendument commises par Paul Kagame et ses troupes contre les populations rwandaises et congolaises.

Dans le « The Guardian » du lundi 16 mai, c’est Ian Birell lui-même qui est revenu sur ces échanges dans un article intitulé « My twitterspat with Paul Kagame ». Il y parle d’une première sur Twitter, à savoir un chef d’état discutant avec un journaliste et rejoint par la suite par la ministre des affaires étrangères, Louise Mushikiwabo venue défendre le président.  Il analyse de manière très critique les réponses données par Paul kagame « écrites avec le genre d’abréviations utilisées par les adolescents ».  Le site Slate Afrique a fait une analyse en français de ces échanges.

Paul Kagame et Louise Mushikiwabo ont essuyé une pluie de critiques à l’issue de ces derniers, la plupart d’entre elles venant de leur propre camp, au point que la ministre est personnellement montée au créneau et a publié un article dans le quotidien « Igihe », justifiant les échanges Twitters qui s’étaient déroulés quelques jours plus tôt et intitulé « l’Afrique a le droit de partager ses opinions sur Twitter au sujet des bonnes et mauvaises choses qui s’y disent à son sujet ».

Le samedi 14 mai toujours, pendant que les médias britanniques avaient les yeux rivés sur les échanges Twitter, une information hautement préoccupante nous est parvenue selon laquelle la Police britannique avait refoulé vers la Belgique un belgo-rwandais venu assister à la conférence du RNC, en l’accusant d’avoir été envoyé par le gouvernement afin de tuer deux ressortissants Rwando-Britanniques. L’information au sujet de l’expulsion a été confirmée à Jambonews par plusieurs témoins oculaires dont l’intéressé lui-même, qui se défend toutefois d’être à la solde du gouvernement rwandais.

Deux jours plus tard, le lundi 16 mai 2011, lors d’une rencontre entre Paul Kagame et les étudiants de l’université nationale du Rwanda, le numéro un rwandais fût interrogé sur les menaces contre les ressortissants rwandais et sur les conséquences que pourraient avoir le retrait de l’aide financière britannique.

Dans une réponse hésitante de près de vint-minutes, Paul Kagame, visiblement embarrassé et surpris par la question répond que « Ce n’est pas le Rwanda qui attaque, c’est le Rwanda qui est attaqué, mais lorsque le Rwanda est attaqué, il sait se défendre. »

Avant d’avertir les anglais et les pays étrangers « si les anglais ou un autre pays veulent travailler avec ces rwandais qui vivent à l’extérieur, ils en ont le droit, mais dans ce cas, ils nous perdraient aussitôt, et cela ne changerait rien pour nous ».

Conscient d’une avalanche de critiques sur son gouvernement actuellement répandues dans les médias et sur les réseaux sociaux, il demande aux jeunes, de suivre ce qui se passe et se dit  « sur facebook, sur Twitter » et de répondre à ces informations.

Au cours de la même réponse, Paul kagame s’en prend à la jeunesse rwandaise vivant à l’extérieur et appelle la jeunesse rwandaise du pays à se mobiliser contre cette jeunesse exilée« il n’est pas normal qu’un jeune homme ou une jeune fille de votre âge, assis en Angleterre ou en Belgique, soit celui qui explique ce qu’est le Rwanda, comment le Rwanda devrait être, devrait respirer et que tu l’acceptes » et il ajoute « c’est te donner peu de respect, d’autant plus que toi tu ne peux pas  parler de ce qui concerne son pays ». Si tu l’acceptes à cause de l’argent dont tu parlais (NDRL, faisant référence aux donations des pays étrangers), « penses tu vraiment qu’ils te donnent cet argent par amour ? Quelle pitié ont-ils pour te donner cet argent ? ».  Et il appelle les jeunes à se lever et se battre pour dire « leur vérité ».

Siège du Commonwealth à Londres avec le drapeau du Rwanda qui flotte

Siège du Commonwealth à Londres avec le drapeau du Rwanda qui flotte

C’est à partir du jeudi 19 mai que les choses se sont envenimées dans les médias anglo-saxons après que l’un des deux principaux quotidiens américains « The New York Times» aie publié un article dans lequel il affirme que des agents britanniques ont confirmé au Média New Yorkais l’authenticité des menaces sur les deux ressortissants rwandais. «The Independent, the Telegraph, la BBC. Fox News, Al Jazirah, the Dailymail c’est au total quelques 153 médias anglophones dont les plus importants qui relayent l’information avec souvent des attaques virulentes à l’encontre du gouvernement rwandais au sujet de ses violations persistantes des Droits de l’Homme.

Le reportage le plus complet sur le sujet étant celui diffusé le dimanche 22 mai par la BBC.

Un spécialiste belge du Rwanda a lors d’un contact téléphonique avec Jambonews évoqué « un Microphénomène » mais s’étonne du silence des médias francophones sur le sujet.

Du côté du gouvernement rwandais, c’est le rejet catégorique de ces accusations. Dans un communiqué diffusé in extenso par l’agence rwandaise d’information, le gouvernement, rejette avec force ces accusations et assure ne jamais utiliser la violence contre des rwandais que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur du pays.3

Un argumentaire similaire est développé dans un article du quotidien « Igihe », le média le plus populaire en Kinyarwanda qui accuse les rwandais vivant à l’étranger de vouloir donner une image erronée de leur pays.

La réponse la plus argumentée  venue du Rwanda viendra d’une vidéo postée le 24 mai par « Igihe TV » qui rompant avec un ton voulant habituellement donner une image légèrement indépendante du gouvernement, adopte le même discours virulent que le gouvernement envers l’opposition dans une vidéo intitulée « des groupes terroristes pro-génocide (FDU,FDLR, RNC) désinforment les services secrets britanniques. »

Depuis ces incidents, plusieurs voix britanniques se sont élevées pour demander la suppression de l’aide britannique au Rwanda. Le dernier épisode en date, est une colonne de Ian Birell, publiée dans le Times du lundi 23 mai, dans laquelle il pousse un véritable « coup de gueule » contre l’aide britannique au Rwanda. Le titre de son billet d’humeur est révélateur du contenu « The desperate desire for an aid success story has for too long blinded British leaders to Kagame’s wrongs ».4

 

L’un après l’autre écrit il, les leaders britanniques ont ignoré que le régime de Paul kagame avait joué un rôle prépondérant dans le conflit au Congo ayant fait plus de 5 millions de victimes. Ils ont ignoré poursuit il, « comment Monsieur Kagame écrase les dissidents, emprisonne les opposants et ferme les journaux critiques ». Ils ont également ignoré, termine t-il, comment il a gagné, l’année dernière, « une élection sans signification entachée de meurtre avec un score ridicule de 93 pour cent des voix ». Et il s’interroge, « peut on vraiment avoir une situation dans laquelle on donne plus de 83 millions de pounds par an à un régime qui en retour, selon Scotland Yard, envoie des équipes d’assassins pour éliminer des rwandais vivant à Londres ? »

Pressé de questions, le département britannique pour le développement international (DFID) a affirmé ne pas avoir l’intention de retirer l’aide au Rwanda qui bénéficie  principalement, selon ce département, aux citoyens les plus pauvres du pays.

Il est sans doute encore trop tôt, pour tirer des conclusions au sujet de l’avenir des relations entre Londres et Kigali, mais ce qui est déjà certain, c’est que ces incidents marquent la fin d’un soutien inconditionnel des anglais au régime du FPR et qu’il est plus que temps que Kigali fasse face aux critiques au sujet des violations graves des Droits de l’Homme qui se commettent encore aujourd’hui au lieu de systématiquement les rejeter avec la plus grande énergie.

Ruhumuza Mbonyumutwa

Jambonews.net

 

 

 

1 Joint au téléphone par Jambonews, l’intéressé lui-même a reconnu avoir été refoulé de Londres mais nie travailler pour le gouvernement rwandais. Au vu de la gravité des accusations et de la préoccupation que cela suscite au sein de la communauté rwandaise de Belgique, nous menons actuellement des investigations dont les résultats seront entièrement communiqués à nos lecteurs à la fin de cette semaine.

 

2 A partir de la 33ème minute et à partir de la 53ème minute

 

 

3 « The Government of Rwanda rejects in the strongest terms the allegations of an assassination plot against two Rwandans living in the UK. Never does the Government of Rwanda threaten the lives of its citizens, nor use violence against its people, wherever they live.”

 

4 Extraits du billet d’humeur de Ian Birell dans le « Times de ce lundi 23 mai »

 

One after the other, they chucked huge amounts of aid at the tiny nation. They ignored how Paul Kagame’s regime played a leading role in the conflict in the Congo, the most vicious war in African history with more than five million people killed, and sold off stolen minerals. They ignored how Mr Kagame crushes dissent, jails opponents and closes down critical newspapers. And they ignored the way he won a meaningless election marred by murder last year with a ludicrous 93 per cent share of the vote.

 

But surely they cannot ignore the latest transgression. Can we really have a situation in which we hand over £83 million a year to a regime that in return, according to Scotland Yard, sends hit squads to assassinate Rwandans living in London? Incredibly, the revelation that police had warned two exiles of a threat to their lives from the Rwandan Government came just a month after MI5 told the country’s High Commissioner to stop an alleged campaign of harassment and intimidation against dissidents.

 

Such tactics are no surprise. Opponents have been shot, beheaded, jailed and terrorised. I have spoken to former members of Mr Kagame’s inner circle who said he never hid what would happen to his critics. Even Paul Rusesabagina, the hotel manager who became a hero after saving 1,268 people as the hundred-day hell of genocide raged around him, had to go into hiding after speaking out.

 

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

31 Commentaires à “Rwanda : Le torchon brule entre Londres et Kigali”

  1. kunzi dit :

    en tout cas, il faut qu’on garde les yeux ouverts sur ces espions qui viennent massacrer les opposants en GB, en France, en Belgique, aux pays bas et aux usa. quand kagamé s’en prend à la jeunesse exilée et instrumentalise la jeunesse de l’intérieur du rwanda à raconter sur les réseaux sociaux la propagande du FPR. Sur ce point gardons aussi les yeux ouverts, et qu’on ne nous raconte pas des histoires.

       2 likes

  2. Mike dit :

     » La roche Tarpéienne est proche du Capitole ». On dirait que la lune de miel touche à sa fin. Il était temps! La ligne de défense du gouvernement rwandais prêterait à sourire si des vies innocentes n’étaient pas engagées. Ce régime n’est pas seulement criminel mais aussi menteur, malhonnête à tous points de vue. Heureusement que certaines consciences européennes, longtemps aveuglées par les Kouchner et consorts, commencent à découvrir la vérité en s’intéressant directement aux faits.
    Que dire de ces faux réfugiés politiques à qui l’état belge a distribué le statut de réfugié ( pas mal ont changé de noms pour brouiller les pistes) voir pire, la nationalité belge. Dois-je rappeler ici que le principal suspect de la tentative d’assassinat du général Kayumba Nyamasa est un de ces « nouveaux belges » certainement, ancien bénéficiaire du statut de réfugié politique? Il est temps de les dénoncer systématiquement aux autorités surtout ceux qui se livrent dans des activités d’espionnage et d’intimidation.Ici nous sommes en Occident, dans des états de droit garantissant les libertés fondamentales à chaque être humain. C’est décidément très compliqué à comprendre pour Kagame et ses sbires.

       6 likes

    • Muhinzi dit :

      Rien à dire Mike a tout compris et dit.
      Bravo!!!!!!

      Ce Kagame pris de peur commence à tire dans tous les sens. Il ne sait pas ce qu’il chasse.
      Qu’il en profite maintenant car « his days are numbered ».
      La justice et Démocratie ne vont pas le laisser de portes de sortie.

      Que ceux qui sont encore avec lui sauvent leurs peaux avant qu’il ne soit trop tard.
      A ceux qui souffrent, ceux qui ont perdu les leurs, peut-être le bout du tunnel est à vue.

         1 likes

  3. rukuba dit :

    Bravo Jambonews,
    UK; les carottes sont presque cuites chez Kagame,professionnel menteur! Quand on tire le vin il faut le boire! A malin malin et demi! Les victimes des actes criminels du FPR crient justice!

       3 likes

  4. Albert dit :

    Ce n’est pas exactement un exemple de journalisme. Cette nouvelle est pleine d’informations aproximatives. C’est comme l’autre news au sujet de l’arrestation du major Majyambere aux USA. Il est bien alle aux.States et revenu au Rwanda, mais sans aucune inquietudes. L’auteur de cette nouvelle peut rever d’un lynchage du Rwanda par le UK, mais a mon humble avis ce n‘est pas demain la veille. Et quand bien meme la nouvelle a ete teprise par d’autres media, cela ressemble etrangement a l’intox qui est sortie dans EL PAIS. BBC n’a rien verifie et a ete repris par d’auttes. C’est bon pour le moral? Ca ne derangera pas Kigali.

       2 likes

    • Mike dit :

      Ne vous inquiétez pas, le temps joue indubitablement contre vous. Un supporteur de Habyarimana ne pouvait pas concevoir en 1985 que son régime tomberait comme un vulgaire fruit 9 ans plus tard en 1994. Je rappelle que le régime de Kinani était aussi loué pour sa « bonne gestion du pays » et « l’éradication de l’extrême pauvreté ». L’histoire est un éternel recommencement non? Continuez à asséner vos certitudes et arrogance, le réveil n’en sera que beaucoup plus dur. Enfin , pour peu qu’on soit féru de la chose historique, rien n’est éternel et les alliances sont changeantes. Kagame et son régime ne seront pas éternellement les chouchous de l’Occident. Demandez à Mobutu et consorts. Qui vivra, verra! Ce dont à quoi nous assistons, est certainement le début d’un long processus de démystification du régime.

         5 likes

  5. cmunan dit :

    on ne peut pas mener une guerre sale de 1990 qui a abouti aux assassinats politiques, à l’extermination massive des Rwandais et des Congolais et continuer à être considéré comme normal dans la tête.
    Je termine sur ce mot car le reste ne va pas tarder à ce montrer.

       0 likes

  6. Nestor Mbruamununwerebe dit :

    D’ici là la voyoucratie tutsie au pouvoir prendra la poudre d’escampette la queue entre les jambes. Quand les chantres Magali, Carlota…. et les autres se dissimuleront dans des recoins de villages pour se cacher de la honte qui deviendra un titre honorifique pour chacun d’eux. Pourvu qu’ils s’exercent déjà à faire les 100 mètre. Ce qui leur sera utile le moment venu. Une question de jours.

       4 likes

  7. mungo dit :

    il ne faut pas se presser restons calmes le temps viendra tôt ou tard où ce qui s’est passé et se passe sera mis à la lumière du jour mais je me demande ce que diront les supporters du régime présent à kigali et en afrique.quand on a voyagé c’est là qu’on comprend et voit mieux les choses,comme le disait l’autre intervenant qui aurait imaginé la fin de kinani? en tous cas lui l’imagine sans bien le comprendre peut être
    selon les dires de magayane mais nous les simples paysans c’était impessable mais sa chute est venue très vite il ne pouvait pas y échaper sauf s’il quittait le pouvoir il a commis des erreurs à son époque mais kagame c’st plus vous le savez tous pendant la guerre mais en temps de pax c’était pa mal
    je n’en sais pas plus que ça mais si kagamé ne change pas pas sa politique de mensonge d’intimidation il se trompe non seulement ceux qui l’on mis au pouvoir(usa) savent bien de quelle nature il est il se trompe donc en pensant que la menace viendrait des fdlr non c’est faux ces bandits qui les soutiendront ? ils violent tuent tout le monde a peur d’eux au fait les choses ont changé et il faut changer avec le temps et les techno de pointe actuelle et la démocratie viendra des rwandais seuls sans armes ni machette puisque les occidentaux savent mieux s’adapter avec le temps et les occidentaux cherissent les droits de l’homme la liberté et la démocratie peut etre pas trop la démocratie mais les deux premiers et obama a bien eu raison de dire que la liberté est universelle.

       0 likes

  8. Bantou dit :

    @meme si KAGAME n’est pas du tout bon,mais reconnaissons que ses troupes cas meme ont pu sauver des vies humaines,reconnaissons que les ideologues hutus avaient jures d’extrerminer les tutsis de la planete,le travail a continuer jusqu’au congo,…comment nous oublions ca, et aujourd’hui le travail continue avec les FDLR…quand je pense a ca et que je vois combien de fois les gens oublient de souligner l’unique acte auquel l’humanite entiere avait echouer de remplir mais dont kagame a rempli,qu’il chatie les genocidaires oui, mais les derapages qui menent aux massacres de hutu, il doit y repondre…

       0 likes

  9. Mugabe dit :

    Le mensonge ne peut tenir longtemps sous la mondialisation. Kagame ne peut nier l’évidence. La police britannique possède des preuves accablantes des accusations portées contre Kagame et son régime. Quelles sont ces preuves? En effet, au moins deux de ceux qui étaient envoyés en mission pour tuer les réfugiés rwandais se sont confiés aux services de renseignement britannique. Ils ont donné tous les éléments et ont révélé l’objet de leur mission avec tous les détails. Après vérification, les agents britanniques ont pris les choses au sérieux et ont averti les rwandais concernés par les menaces. Pour décourager toute l’équipe des tueurs, la police a préféré utiliser les média et encourager les deux victimes concernées à parler aux médias avec des preuves matérielles (voir les documents leur remis par la police).
    Aujourd’hui, la ligne de défense du régime de Kagame et de dire que la police britannique n’a pas de preuves matérielles des accusations avancées. C’est une provocation de Kagame, mais il sait que ces preuves ne peuvent en aucun cas lui être présentées car ceci reviendrait à révéler les sources d’information. Or, c’est connu que les services de renseignement britannique ne peuvent en aucun cas révéler ses sources.
    Donc, Kagame doit cesser de prendre en otages les rwandais par des demandes de preuves qu’il sait lui même que c’est impossible d’obtenir.
    Ayant eu les confidences de ces deux jeunes hommes envoyés en sale mission de verser du sang des innocents rwandais, je confirme que ce que la Police britannique a publié est vrai. Les deux braves hommes qui ont refusé le sale besogne publieront discrètement tous les détails de leur mission dans les prochaines semaines.

       2 likes

    • Bantou dit :

      MUGABE,comment pouvons nous te croire, bien que je ne peux pas nier ou confirme,mais tu as eu les confidences de ces pretendus sbires de Kagame,ils se sont confies a toi apres s’etre confies a la police britaniques, et ces preuves ne peuvent pas etre divilguer, mais Mugabe tu renconte du n’importe quoi, je comprend que tu ne portes pas Kagame dans ton coeur,pour des raisons propres a toi, mais de grace eparges nous des mensonges, donnez ces preuves c’est simple, nous voulons connaitre la verite,comme tu l’as connu, si tu ne les mets pas a la porte de tout le monde soit la police britanique et toi gardent ces elements pour proteger Kagame ou tout simplement vous mentez…ce qui est mauvais, menons un combat de verite et non des mensonges…

         2 likes

  10. Pop dit :

    Une chance inespérée pour le RPF était offerte au lendemain de la victoire sur les FAR au 04/07/1994.
    Si la politique de VRAIE réconciliation nationale avait commencé à ce moment, le régime aurait régné 1000 ans et plus comme le PC de Chine….
    Mais au lieu de réconciliation, c’est la volonté de mettre à genoux tout ce qui est HUTU. Qu’il ait participé aux crimes inhumaines de 1994 ou pas, c‘est kif kif! Innocent ou pas, il est HUTU.
    Le pire, ce sont les communautés du Sud du pays, qui ont payé un lourd tribu! Et pourtant ce sont elles qui ont aidé le RPF à conquérir le pouvoir et à devenir ce qu‘il est maintenant!
    Ingratitude, faux calculs, l’histoire nous le dira.
    Mais depuis que je vis sur cette terre, je n’ai jamais entendu un cas semblable.

       1 likes

    • Bantou dit :

      @pop tu as raison, ils auraient pu jouer de cette carte et regner pour longtemps mais ils ont choisi la mauvaise voie et je pense qu’ils comprennent qu’une politique d’exclusion ne faira pas durer leur pouvoir.le FPR et Kagame ont reellement echouer…

         0 likes

  11. Rwemalika Théoneste dit :

    Bonsoir Monsieur Mbonyumutwa Ruhumuza,

    Merci de nous faire une récapitulation de cette Affaire Mugenzi-Musonera. Cependant, votre article est incomplet sur les faits et manque d’analyse critique sur les incohérences de cette affaire.

    Tout d’abord, il convient de rappeler que la théorie du complot d’assassinat contre les opposants résidant à l’étranger et à Londres, en particulier, n’est pas nouvelle. Déjà en avril 2008, un certain Keith Harmon Snow, connu pour son négationnisme, avait déjà prétendu, dans Global Research que le Rwanda avait envoyé des assassins au Royaume-Uni. En janvier 2011, après zéro mort, c’est le Journal Umuvugizi (dont tout le monde connait la source de ses informations) qui a prétendu la même chose, avant qu’en mars 2011, Théogène Rudasingwa ne sorte un communiqué prétendant que les diplomates rwandais à l’étranger avaient reçu des instructions précises d’assassinats. Il concluait son communiqué en appelant même les rwandais de la diaspora à porter plainte à la Police autant que possible.

    De ce qui précède, il est facile de deviner d’où la Police londonienne a tiré ses « conclusions ». Il est évident que cette stratégie de la RNC et de ses soutiens a fini par payer et que la fameuse MI5 s’est malheureusement laissée manipuler par une opération politique bien organisée et bien coordonnée. On peut, d’un autre côté, essayer de comprendre qu’une Police recevant de nombreux « témoignages » concordants, puisque préparés à l’avance, finisse par tomber dans le panneau.

    Car cher, ami, que The Independent, la BBC ou d’autre media trouvent cette affaire crédible, on peut à la limite comprendre. Mais vous, en tant qu’observateur politique rwandais, croyez-vous sincèrement que si le Gouvernement rwandais voulait réellement se débarrasser d’opposants gênants, il aurait visé deux illustres inconnus ? En quoi diable la mort des seconds couteaux que sont René Mugenzi (qui n’est pas le fils de Justin comme j’ai pu le lire ici et là) et Jonathan Musonera, aurait-t-elle pu affaiblir la RNC ?

    Par ailleurs, vous écrivez ceci : « Une information hautement préoccupante nous est parvenue selon laquelle la Police britannique avait refoulé vers la Belgique un belgo-rwandais venu assister à la conférence du RNC, en l’accusant d’avoir été envoyé par le gouvernement afin de tuer deux ressortissants Rwando-Britanniques ».

    Cher Ruhumuza, ne voyez-vous donc rien qui cloche dans cette affirmation ? Récapitulons. La Police londonienne dispose d’éléments précis sur un complot d’assassinat contre des résidents britanniques. Mieux, elle dispose d’éléments probants non seulement selon lesquels un assassin « belgo-rwandais » se dirige vers le Royaume-Uni pour y commettre les dits assassinats mais surtout que cet assassin a été commandité par le Gouvernement. Et que fait la fameuse MI5 ? Elle refoule simplement l’assassin, comme s’il s’agissait d’un vulgaire demandeur d’asile ! La Police britannique a-t-elle au moins averti la police belge qu’un assassin sur commande opère à partir du pays plat et qu’il est susceptible de recommencer? Que nenni ! L’individu est toujours en liberté, pour bien sûr avoir l’occasion de planifier d’autres crimes à partir du sol belge ! Bonjour la coopération policière!

    Autre chose. Comment donc expliquez-vous que les « victimes » Mugenzi et Musonera puissent se sentir en sécurité, alors que la Police, pourtant en possession d’éléments accablants, a libéré un assassin faisant manifestement partie d’un réseau criminel ? Pourquoi donc ne l’a-t-elle pas arrêté et interrogé, même de manière musclée, pour obtenir ses aveux et ainsi démanteler le réseau criminel et confondre le Gouvernement rwandais ? Ou bien, pourquoi diable la Police Métropolitaine n’a-t-elle pas laissé l’assassin gouvernemental pénétrer le sol britannique, le mettre sous surveillance policière, afin de bien le cueillir au moment où il se serait apprêté à passer à l’acte ?

    Monsieur Ruhumuza Mbonyumutwa,

    En conclusion, je vous ferais remarquer qu’il y a un élément important que vous avez passé sous silence dans votre reportage. Deux parlementaires britanniques, Douglas Alexander et Eric Joyce, ont demandé qu’une investigation soit menée afin que toute la lumière soit faite sur cette affaire. Et curieusement, du côté rwandais, seul le Gouvernement rwandais a apporté un appui marqué à cette requête parlementaire.

    Et même le journaliste que vous êtes n’a, dans cet article que vous venez de signer, manifesté le moindre intérêt pour une enquête approfondie pouvant établir les faits, démanteler le réseau criminel rwandais, rendre publics les noms des assassins composant ce réseau et mettre à mal le Gouvernement rwandais, avec des preuves accablantes à l’appui !

    En revanche, l’on a l’impression que vous êtes plus intéressé par les conséquences politiques et diplomatiques de cette information (voir le titre même de votre article) que par la justice! Vous avez tellement hâte de voir le Gouvernement britannique rompre ses relations diplomatiques avec le Rwanda que vous en oubliiez même de lui demander une chose élémentaire : mener une enquête judiciaire afin de rendre justice aux victimes et d’empêcher que des crimes ne soient commis contre les opposants rwandais résident en Europe!

    Ceci explique peut-être cela.

    Bonne soirée.

    Rwemalika Théoneste

       3 likes

  12. ruhumuza dit :

    Monsieur Rwemalika Théoneste, ou plus exactement Olivier Nduhungirehe,

    Je vous remercie pour votre réaction. Je trouve toutefois qu’il est fort dommage et regrettable que vous nous fassiez un tel procès d’intention alors que vous disposez de tous les éléments pour vous abstenir d’en faire, du moins pour le moment.

    Des la première phrase, nous avons mis l’information au conditionnel et avons precisé dans la note de bas de page, que des investigations étaient actuellement en cours au sujet de cette affaire et que les resultats de ces investigations seront publiés à la fin de cette semaine.

    C’est la raison pour laquelle, le nom de la personne n’a pas été dévoilé (si nous voulions le tenir secret, pensez vous vraiment qu’on aurait annoncé qu’on connait ce nom et qu’on ne le dévoile pas ? Alors qu’on plaide pour crever l’abces et que TOUTE la verité soit dite dans les affaires rwandaises, pensez vous que nos lecteurs pourraient comprendre qu’on garde ce genre d’informations ?) , on estime toutefois que agent du FPR ou non, on ne peut pas publier son nom sans d’abord approfondir les lourdes accusations qui pesent contre lui, voire si c’est possible entendre sa version des faits.

    C’est en raison de ces investigations en cours également qu’aucun élément (qui inculpe ou qui disculpe) au sujet de cette affaire n’a été dévoilé et que l’article n’analyse que le point de vue diplomatique étant donné que suffisamment d’éléments pour faire l’article sur ce point étaient disponibles.

    Je regrette que vous ne pointiez dans nos « ommissions » que les éléments qui pourraient disculper Kigali, et que vous ne pointiez à aucun moment le nombre d’éléments qui pourraient incriminer le régime. Alors qu’en tant que diplomate bien informé, vous savez qu’il y’en a plusieurs.

    Laissez nous simplement le temps d’entendre toutes les versions sur cette histoire, laissez nous creuser, laissez confronter les differents éléments et critiquez nous lorsque nous les aurons diffusé.

    Vous terminez en disant :
    « En revanche, l’on a l’impression que vous êtes plus intéressé par les conséquences politiques et diplomatiques de cette information »

    Vous êtes bien entendu libre de débattre de ce que vous voulez, mais je pense que si nous voulons etre constructif et gagner du temps, nous devrions débattre de faits car si on doit débattre des impressions que vous avez de nous ou qu’on doive débattre des impressions que nous avons de vous, à mon humble avis, on ne s’en sortirait pas.

    Bien à vous,

    Ruhumuza Mbonyumutwa

       3 likes

  13. Mugabe dit :

    Monsieur Bantou demande qu’on lui fournisse les preuves que les deux braves se seraient confiés à la police britannique. Les preuves matérielles sont là, ouvrez les yeux, vous les verrez. Le fait que la police britannique ait donné et signé des papiers pour dire qu’elle est informée du programme de Kagame de tuer les réfugiés rwandais, n’est-elle pas une preuve suffisante pour que vous compreniez que la police n’a pas inventé ce qu’elle dit. Le fait d’avoir averti l’ambassadeur du harcèlement des réfugiés, n’est -elle pas une preuve matérielle suffisante? Le fait d’avoir autorisé les victimes à parler dans les médias, n’est-elle pas une preuve matérielle? Quant à vos provocations demandant que l’on vous cite des noms de ces deux braves hommes, je n’y céderais pas pour des raisons de leur sécurité. Patience, dans moins de temps d’autres déclarations plus troublantes vous parviendront.
    Monsieur Bantou, voudriez-vous me donner de bonnes raisons pour lesquelles vous porterez Kagame dans votre coeur, après tout ce qui a été dit sur lui?

       0 likes

    • bantou dit :

      mugabe, la situation securitaire de ces compatriotes me preoccupe, raison pour la quelle nous voulons que la verite et rien que la verite soit mis a jour, les gens aiment speculer pour des raisons obscures..1)je ne porte pas kagame dans mon coeur pour des raisons qui ne sont pas peut etre semblable au votre, mais je ne peux pas l’accuser sur base des rumeurs..2)ma ligne politique est que je suis centriste, je n’appui aucune organisation criminelle ou quelle viennes 3)on a jamais dit ou menti sur moi ou sur quelqu’un de ma famille d’avoir ete pres ou de loin tueur des tutsis ou de Hutus,par..consequent ma position a toujour ete intact et objectif,…lisez cet article..Bonsoir Monsieur Mbonyumutwa Ruhumuza,

      Merci de nous faire une récapitulation de cette Affaire Mugenzi-Musonera. Cependant, votre article est incomplet sur les faits et manque d’analyse critique sur les incohérences de cette affaire.

      Tout d’abord, il convient de rappeler que la théorie du complot d’assassinat contre les opposants résidant à l’étranger et à Londres, en particulier, n’est pas nouvelle. Déjà en avril 2008, un certain Keith Harmon Snow, connu pour son négationnisme, avait déjà prétendu, dans Global Research que le Rwanda avait envoyé des assassins au Royaume-Uni. En janvier 2011, après zéro mort, c’est le Journal Umuvugizi (dont tout le monde connait la source de ses informations) qui a prétendu la même chose, avant qu’en mars 2011, Théogène Rudasingwa ne sorte un communiqué prétendant que les diplomates rwandais à l’étranger avaient reçu des instructions précises d’assassinats. Il concluait son communiqué en appelant même les rwandais de la diaspora à porter plainte à la Police autant que possible.

      De ce qui précède, il est facile de deviner d’où la Police londonienne a tiré ses « conclusions ». Il est évident que cette stratégie de la RNC et de ses soutiens a fini par payer et que la fameuse MI5 s’est malheureusement laissée manipuler par une opération politique bien organisée et bien coordonnée. On peut, d’un autre côté, essayer de comprendre qu’une Police recevant de nombreux « témoignages » concordants, puisque préparés à l’avance, finisse par tomber dans le panneau.

      Car cher, ami, que The Independent, la BBC ou d’autre media trouvent cette affaire crédible, on peut à la limite comprendre. Mais vous, en tant qu’observateur politique rwandais, croyez-vous sincèrement que si le Gouvernement rwandais voulait réellement se débarrasser d’opposants gênants, il aurait visé deux illustres inconnus ? En quoi diable la mort des seconds couteaux que sont René Mugenzi (qui n’est pas le fils de Justin comme j’ai pu le lire ici et là) et Jonathan Musonera, aurait-t-elle pu affaiblir la RNC ?

      Par ailleurs, vous écrivez ceci : « Une information hautement préoccupante nous est parvenue selon laquelle la Police britannique avait refoulé vers la Belgique un belgo-rwandais venu assister à la conférence du RNC, en l’accusant d’avoir été envoyé par le gouvernement afin de tuer deux ressortissants Rwando-Britanniques ».

      Cher Ruhumuza, ne voyez-vous donc rien qui cloche dans cette affirmation ? Récapitulons. La Police londonienne dispose d’éléments précis sur un complot d’assassinat contre des résidents britanniques. Mieux, elle dispose d’éléments probants non seulement selon lesquels un assassin « belgo-rwandais » se dirige vers le Royaume-Uni pour y commettre les dits assassinats mais surtout que cet assassin a été commandité par le Gouvernement. Et que fait la fameuse MI5 ? Elle refoule simplement l’assassin, comme s’il s’agissait d’un vulgaire demandeur d’asile ! La Police britannique a-t-elle au moins averti la police belge qu’un assassin sur commande opère à partir du pays plat et qu’il est susceptible de recommencer? Que nenni ! L’individu est toujours en liberté, pour bien sûr avoir l’occasion de planifier d’autres crimes à partir du sol belge ! Bonjour la coopération policière!

      Autre chose. Comment donc expliquez-vous que les « victimes » Mugenzi et Musonera puissent se sentir en sécurité, alors que la Police, pourtant en possession d’éléments accablants, a libéré un assassin faisant manifestement partie d’un réseau criminel ? Pourquoi donc ne l’a-t-elle pas arrêté et interrogé, même de manière musclée, pour obtenir ses aveux et ainsi démanteler le réseau criminel et confondre le Gouvernement rwandais ? Ou bien, pourquoi diable la Police Métropolitaine n’a-t-elle pas laissé l’assassin gouvernemental pénétrer le sol britannique, le mettre sous surveillance policière, afin de bien le cueillir au moment où il se serait apprêté à passer à l’acte ?

      Monsieur Ruhumuza Mbonyumutwa,

      En conclusion, je vous ferais remarquer qu’il y a un élément important que vous avez passé sous silence dans votre reportage. Deux parlementaires britanniques, Douglas Alexander et Eric Joyce, ont demandé qu’une investigation soit menée afin que toute la lumière soit faite sur cette affaire. Et curieusement, du côté rwandais, seul le Gouvernement rwandais a apporté un appui marqué à cette requête parlementaire.

      Et même le journaliste que vous êtes n’a, dans cet article que vous venez de signer, manifesté le moindre intérêt pour une enquête approfondie pouvant établir les faits, démanteler le réseau criminel rwandais, rendre publics les noms des assassins composant ce réseau et mettre à mal le Gouvernement rwandais, avec des preuves accablantes à l’appui !

      En revanche, l’on a l’impression que vous êtes plus intéressé par les conséquences politiques et diplomatiques de cette information (voir le titre même de votre article) que par la justice! Vous avez tellement hâte de voir le Gouvernement britannique rompre ses relations diplomatiques avec le Rwanda que vous en oubliiez même de lui demander une chose élémentaire : mener une enquête judiciaire afin de rendre justice aux victimes et d’empêcher que des crimes ne soient commis contre les opposants rwandais résident en Europe!

      Ceci explique peut-être cela.

      Bonne soirée.

      Rwemalika Théoneste

         0 likes

  14. ruhumuza dit :

    Pour les raisons pour lesquelles le gouvernement voudrait assassiner des « seconds couteaux », si tout va bien, un article sur le sujet sera publié ce soir. Mais je peux d’ors et dèjà vous dire que cela n’est pas directement lié au RNC. Rene Mugenzi n’ets d’ailleurs pas membre du RNC et les autres ressortissants rwandais régulièrement menacés à londres n’ont parfois rien avoir avec le RNC.

       1 likes

  15. Albert dit :

    Ceux qui croient que le FPR et Kagame ont un probleme avec les ‘Hutu’, qui n’apprecient pas que le Rwanda ne s’est pas enfonce dans un cycle de violence. … Qui ne voient pas l’incroyable bon en avant qu’a fait le Rwanda, et il suffit de comparer avec les voisins…
    Il est clair que tout n’est pas rose, mais parlons des vrais problemes. certainment pas James Bond et Rambo en UK.

       0 likes

    • Nestor Mbruamununwerebe dit :

      Un jour sois en sûr que le voisin viendra vous demander son du. Tout ce que vous lui avez volé ! Que des yeux pour pleurer !

         1 likes

  16. kavumu dit :

    Monsieur Mbonyumutwa,

    Votre réaction au message de Théoneste Rwemalika n’est pas convaincante du tout. Vous bottez simplement en touche, ce qui est une manière d’avouer que vous n’avez pas réussi à trouver la moindre faille dans l’argumentation imparable qu’il oppose aux nombreuses irrégularités qui figurent dans ce dossier. Un dossier que vous abordez sans pouvoir cacher votre souhait de voir le torchon brûler jusqu’aux cendres entre Londres et Kigali bien entendu, en dépit des préventions d’ordre « journalistique » dont vous vous prévalez. Il n’y a qu’à lire la succession de titres qui défilent sur votre site (Kigali en état de siège etc…) pour comprendre que la sérénité professionnelle n’est vraiment pas votre dada quand il s’agit de diaboliser le régime auquel vous vous opposez, ce qui est par ailleurs votre droit de citoyen. Je remercie en tous cas Théoneste Rwemalika pour son intervention excellente dans ce débat.

    PS. J’aimerais aussi vous faire remarquer, Monsieur Mbonyumutwa, que la révélation de son identité « réelle » n’apporte rien dans un débat sur un forum où tout le monde ou presque se sert de pseudos. Ne le connaissant, ni sous l’identité dont il signe, ni sous celle que vous nous livrez, je trouve que les idées peuvent circuler sans que les animateurs des forums se croient obligés de « démasquer » les personnes qui donnent librement leur contribution. Tout en espérant une professionalisation progressive du site et du forum que vous nous offrez, je vous souhaite le meilleur pour vous-mêmes et pour notre pays.

       2 likes

  17. Ruhumuza Mbonyumutwa dit :

    Monsieur Ou Madame Kavumu,

    Je comprends très bien et suis d’accord avec vous que si on ne connait pas la personne ni sous son nom réel ni sous son pseudo, le fait de dévoiler son nom peut sembler être une attaque aussi gratuite qu’inutile.

    Mais pour votre information, la personne est très connue sur les forums rwandais et son nom réel est un secret de polichinelle que l’intérressé lui même ne cache pas.

    Ceci dit, je conviens que ça n’apportait rien au débat, mais je vous dis simplement que ce n’était pas une attaque, car connaitre son nom réel n’est pas une grande trouvaille de ma part et je ne pense pas que cela puisse importuner la personne outre mesure. (Il en aurait été autrement d’une personne qui garde la confidentialité sur son identité réelle, quand bien même on ne partagerait pas les mêmes opinions, je respecterais cette confidentialité).

    Pour l’argument de fond, je n’ai rien à ajouter, c’ets votre opinion. Soit pour dimanche ou pour mercredi au plus tard, nous publierons un article qui analyse les faits en détail, et vous pourrez juger si dans notre analyse « twabogamye » ou non.

    Je vous remercie pour vos voeux au sujet de notre site et espère également le meilleur pour notre pays.

       2 likes

  18. Hokey dit :

    Iyo ndebye neza nsanga ubuhungiro butera ubwenge buke. Ntamuntu muzima utungwa nibihuha mbona buri munsi kubantu biyita opposition kubutegetsi buriho mu rwanda

       2 likes

  19. Girubutwari dit :

    Mr Rwemalika, Bantou et Kavumu, vous semblez vous plaire dans vos spéculations qui semblent vous soulager dans vos peurs. Prenez courage, ouvrez les yeux, regardez en face et arrêtez de défendre l’indéfendable car vous risquez d’être accusés de complices de ce régime génocidaire dont le règne approche de sa fin qui sera tragiquement semblable à celui de Ferdinand Marcus, de Mobutu Sese Seko Kuku Bendu Wazabanga, de Saddam Hussein et plus récemment de Ben Ali, de Moubarak et consorts .

       0 likes

    • bantou dit :

      Girubutwari,la fin a ete tragique au genocidaire habyarimana dont tu ne veut pas parler, mobutu a bien fini il n’a pas ete assassine par les siens,bien que je haissais habyarimana car il etait racistes, kagame aussi je le hait car il est aussi raciste comme habyarimana, il a tue des hutus je ne peu jamais le soutenir, seulement toi tu as un panchant au regime genocidaire hutu, car dans tous tes commentaires je n’ai vu nul part ou tu t’attaque aux FDLR qui violent et pillent au congo,tu ne te rejouits pas des interahamwe qui sont arrate et traque dans le monde,moi j’ai halte de voir tous les criminels poursuivi, mais je ne veux plus voir d’autres massacres, je ne veux pas m’asscocier aux speculateurs des rumeurs, quand j’accuse le systeme kagame je me base sur des sources fiables,les rapport des organisations internationales des droits de l’homme,de rapport MAP, je ne base jamais aux rapports qui accusent kagame emanant des activistes ayant tisse des liens avec des genocidaires car toutes les personnes qui haissent kagame parmi eux il ya 7.cartegories..1..ils le haissent car ils les a empeche de continuer a tuer des tutsis et de les exterminer…2..ils le haissent d’avoir massacre des hutu..byumba, kibungo, ect…3.ils le haissent car ils voient que sa politique de reconciliation n’est pas tenable car base sur l’hypocrisie,4.ils le haissent car leurs sembables sont en prison pour crimes de genocides.5.ils le haissent car il les empachent de voler 6.ils le haissent car il leur a pris de pouvoir et la confier a lui et a ses semblable..7.pour divers raisons…alors toi quel est ton probleme avec kagame pourquoi tu le hais..moi mon probleme (point 1,2,3)cette question je la pause aussi a mugabe….j’ai remarque une chose dans nos divers commentaires certains sont pur INKOTANYI, d’autres sont pur INTERAHAMWE…vous etes tous des mauvais…

         0 likes

    • Girubutwari dit :

      Bantou,
      J’ai l’impression que tu lis à l’envers les rapports de Mapping project et des organisations des droits de l’homme et que tu les exploites plutôt de manière partisane. Mon message était très clair mais j’ai peur qu’au lieu de lire le contenu du message tu lis plutôt tes sous entendus et ce que tu aimerais entendre dire et voir. Niba rero utumva neza igifaransa reka ngusubiriremo mu kinyarwanda ingingo y’ibanze igize iriya nyandiko yanjye: »INGOMA Z’ABAJURA N’ABICANYI IZARIZO ZOSE AMAHEREZO YAZO NI UKUMENEKA » et il y a toujours des signes précurseurs annonçant la fin tragique de ces régimes sanguinaires. Malheureusement, je constate par tes propos que tu mets en doute ces signes parce que, par la peur probablement, tu n’oses pas croire que cela puisse arriver. Tu dis que Mobutu a bien fini ses jours ! Je crois que tu n’es pas bien informé à ce sujet et je ne te souhaiterais jamais de les finir comme lui.

      PRENDS COURAGE !

         0 likes

  20. DavidRob dit :

    Votre débat sur l’absence ou pas de preuves est on ne peut plus stérile (quoique cela dépend pour qui…) vu le contexte et je suis étonné de vous voir vous Ruhumuza vous faire embarquer aussi facilement dedans…

    Si les faits reportés sont vrais, on parle quand mm de faits concernant des services secrets de deux nations et non de criminels pour reprendre le terme qu’a utilisé Mr Rwamalika.

    Ce qui signifie que dès le départ cette affaire sera conduite de manière opaque, à notre grand regret à tous, parce que c’est ainsi que de tout temps les services secrets de tous les pays ont fonctionné et fonctionnent encore.
    Combien de fois n’a-t-on pas entendu que tel ou tel agent secret avait été expulsé de tel ou tel pays et ce en dépit de fais parfois graves lui étant reproché?
    C’est toujours ainsi que les pays règlent ces affaires entre eux, affaires au combien sensibles pour être mise sur la place publique.
    Et notre « cher » Kagame le sait très bien. Il a beau jeu d’exiger des preuves, ces preuves existeraient-elles que le contre espionnage anglais ne les divulguerait jamais et il joue la dessus.

    Et sans oublier que un élément qui tient comme preuve pour un agent secret ne l’est pas forcément pour vous ni moi et encore moi pour un juge.

    Sûrement il y aura des bribes d’informations ici et là, mais il fort probable que ce ne sera jamais de quoi permettre de trancher votre débat.

    Quoiqu’il en soit la véritable question est: « Est ce que Kagame est-il capable de commanditer des assassinats d’opposants en dehors de son pays? »
    Moi je suis convaincu que oui. Mais ce n’est qu’une conviction et la conviction de tel ou tel n’est pas ce qui importe ici.
    Par contre, c’est une nouvelle question dérangeante que bien de personnes (en dehors de notre communauté rwandaise) vont se poser concernant Kagame.
    Les régimes dictatoriaux n’ayant jamais s’attirer ce genre de publicité.. ben ma foi c’est une bonne chose.

    DR.

       0 likes

  21. epimaque dit :

    hahahaha, Ruhumuza il n faut pas t’inquiete mon frere , on est derieur toi. moi mm je connais le mec , il est chauffeur de bUs a Bxl .abakwataka turabazi barimuri babandi nyine kagame yohereje kutwica .ariko ntakibazo urucira mukaswo rugatwaranyoko. mon frere on est derieure toi.
    Bravo Ruhumuza l

       2 likes

  22. mahoro meza dit :

    je comprends parfaitement Ruhumuza , et d’ailleur JamboNews en général , ils nous offrent un espace de discution et c’est une occasion de partager nos points de vues. ce que j’apprecie de plus chez Ruhumaza , il est ce genre de journalistes qui s’approchent à leurs lecteurs ds le souci d’écouter les commentaires et les critiques de chacun ds le respect , il est transparent ,il verfie chaque information avant de le diffuser !
    moi je suis plutôt fiere d’avoir un jeune integré comme Ruhumuza mettant ses talent à la service de notre communauté !!

       2 likes

  23. benejuru dit :

    Une fois encore, Kagame vous a battu… Lisez vous-mêmes cet article ci-dessous. Et ce n’est qu’un début. Vous savez pourquoi ? Parce que les Services secrets britanniques, canadiennes et américaines travaillent ensemble. ça veut dire que ces pays vont encore plus s’éloigner de vous. Quant aux journalistes qui vous ont soutenus, de tout ce qui va concerner le Rwanda, ils viennent de perdre leur crédibilité.

    Why UK police were duped in Rwanda`s assassination claims

    BY GUARDIAN ON SUNDAY CORRESPONDENT
    5th June 2011

    Recently, sections of the press in UK published a story about the British Police warning two Rwandan exiles that they were at risk of being assassinated by the Rwandan government sparked more questions than answers as to the motive behind handling such kind of unsubstantiated serious allegation on another state through the media.
    Secondly, though there is no account of evidence indicated by the British Police, the mention of a possible assassin being stopped and later let free by the UK Police at the Eurotunnel terminal on England’s South Coast is another hair rising allegation.
    What kind of ammunition was this person carrying to execute his assassination plan, and what was the evidence that he was on the government of Rwanda assassination mission? Nothing!
    Common sense tells me that if the alleged assassin had any of the above incriminating evidences, he would not be left free to go back where he had come from, but he would be kept to aid police get more information on the assassination plot and also be questioned to name his associates.
    Plot by Rwandan dissidents
    Early May, a political organization of Rwandan dissidents called Rwandan National Congress (RNC) circulated a document in Europe and North America asking Rwandans in Diaspora in those regions, to do all they can to deny the Rwandan government the existing good relations with outside countries more especially the UK and USA considered to be giving Rwanda considerable aid.
    The document written in the local language by the defacto leader of RNC, Dr. Theogene Rudasingwa also called on elements opposed to the Rwandan government in the Diaspora, to report to the Police allegations of assassination attempts and harassment.
    The UK police I am sure cannot fail to trace copies of the letter I am talking about which is enough evidence to show a systematically calculated build up of the alleged assassination attempt by the Rwandan government that never was.
    An online newspaper known as Umuvugizi which was banned in Rwanda and now operating from Sweden and a mouth piece of RNC has persistently fed its readers falsehoods that the Rwandan government dispatched hit squads around the world to kill President Kagame’s opponents.
    Last month, the paper specifically mentioned UK as one of the countries where hit squads were sent. It is therefore very likely that the UK police fell victim to such malicious propaganda manufactured intentionally by Rwandan dissidents and genocide fugitives with the sole intention of tarnishing the image of Rwanda and that of President Kagame.
    The paper further mentioned names of Rwanda Government officials who were allegedly in London and held meetings to implement the plot of assassination. I am sure the UK police can easily verify if this is true, and my take is that again, such accumulated and consistent romours were eventually believed by the police.
    Who are the alleged assassination targets and why?
    The two individuals mentioned namely Rene Mugenzi and Jonathan Musonera are hardly known individuals both in the UK and in Rwanda, leave alone qualifying as Rwandan dissidents or critics. What is known is that the duo arrived in the UK in search of green pastures but as most people from the African continent, do, they claimed to be asylum seekers which usually permits them to be granted legal stay given that they hailed from a country that had just come out of war and genocide.
    Musonera served in the Rwandan army and by the time he left, he was a non-commissioned officer contrary to media reports that he had the rank of Captain. He served in the anti-smuggling unit as a driver, a job that cannot be assigned to a military Captain.
    What threat can such a simple being cause to any government on earth? The UK police can easily establish that while in the UK, Musonera frequently visited Rwanda, where if the assassination allegation was anything to be believed could probably be executed there, rather than spending time and money dispatching a hit man to a friendly country with good bilateral relations.
    In his interview on Aljazeera Rene Mugenzi claimed that he is convinced he is targeted by the Rwandan government simply because he has been working with Rwandan opposition groups, and, “…I asked questions to Kagame on BBC World Service, asking him if what’s happening in North Africa can happen in Rwanda”. What a naïve statement! Can we then assume that the British journalist Ian Birrell who recently while enjoying the privilege of twitting with President Kagame and called him names is on a wanted list?
    Media stories unashamedly also portrayed Mugenzi as a CEO of a non-existent think tank. People who know him in London testify that he is a character associated with lots of forgeries and one of such is that he has in the past forged a marriage certificate for his associate Jonathan Musonera.
    Rwandan Diaspora in UK know very well how Musonera shamelessly disowned his family and ran away from his official wife and children with whom they lived together in London and arranged to invite a ‘new wife’.
    Because he could not be married to two wives at the same time, his friend Mugenzi helped him to forge a marriage certificate. The UK authorities were then duped that Musonera was reuniting with his family! This is the real business a man portrayed by the UK media as a CEO of an unknown think tank is actually engaged in.
    On another occasion, Mugenzi authored a document that he gave to a journalist by the names of Keith Herman Snow with false claims that the Rwandan Embassy in London had plans to assassinate refugees.
    Keith Harmon Snow is well known to be a disciple of the genocidaires’ narrative denying and trivializing genocide. This is a clear indication that both Mugenzi and Musonera are men of witty characters who cannot be relied on for any least kind of truth.
    The UK police issued letters of alleged assassination plot to Musonera and Mugenzi which I am informed under the British law is a constitutional obligation; granted. However, mentioning the involvement of a foreign state, by name, without tangible evidence and the courtesy of cross checking the ‘relied on evidence’, indeed raises more questions than answers.
    There seem to be no sense of logic in the entire assassination claim. The whole thing simply looks like a fiction–movie set up scenario by the Rwandan dissidents and fugitives to give Rwanda a bad image abroad.
    If the UK police cared to dig out the evidences, I am sure they have the required expertise to do so rather than sliding their feet in a Rwandan dissidents trap.
    The author is a Rwandan analyst based in Kigali, and he filed this report as part of his response to the recent UK’s media reports about the alleged plans to kill the so called Rwandan dissidents living in England.

    SOURCE: GUARDIAN ON SUNDAY

       1 likes

Laissez un commentaire