FR | EN

Développement humain : le Rwanda en queue de peloton

Publié : le 4 novembre 2011 à 18:23 | Par | Catégorie: Actualité, Economie

Avec un indice sur le développement humain de 0,429, le Rwanda est le 166ème pays mondial sur 187 dans le classement IDH 2011, publié ce mercredi 2 novembre par le Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD) et se trouve dans la catégorie des pays ayant un indice de développement humain (IDH) faible.

Logo du PNUD

Logo du PNUD

Ce rapport, publié chaque année depuis 21 ans, vise au travers de 10 tableaux statistiques à donner un aperçu « des principaux aspects du développement humain au niveau des pays et des régions du monde » tels que la pauvreté, le niveau d’éducation ou encore l’accès aux soins de santé.

Pauvreté

Le rapport nous indique que d’un point de vue de la pauvreté, 50,6% de la population rwandaise vit dans une extrême pauvreté et que 63,5% de la population rwandaise rencontre des difficultés d’accès à une eau salubre.

En ce qui concerne les revenus, ils sont près de 8 rwandais sur 10 (76,8%) à vivre avec un revenu en dessous de 1,25 dollars par jour, soit le troisième plus mauvais résultat au monde juste devant le Libéria (83,7%) et le Burundi (81,3%), ce dernier étant classé au niveau global à la 185 ème position (sur 187). La RDC, qui est dernière du classement global (187/187), fait pour sa part mieux que le Rwanda sur cet indicateur avec quelques 59,2% de la population vivant avec un revenu de moins de 1,25 dollars par jour.

Au regard du seuil de pauvreté national, la population vivant sous ce seuil est de 58,5% soit près de 6 rwandais sur 10.

Enfance

Un enfant rwandais de moins de 5 ans sur deux (51,7%) souffre de rachitisme et un enfant sur 5 (18%) souffre de dénutrition. Le Rwanda fait à ce niveau-là mieux que son voisin burundais respectivement 63,1% et 38,9% mais moins bien que son voisin congolais dans lequel 45,8% des enfants de moins de 5 ans souffrent de rachitisme alors que 28,2% souffrent de dénutrition.

D’un point de vue mondial, les 3 pays se trouvent parmi les derniers au monde sur ces indicateurs.

Évolution de l’indice de développement humain 1980-2011

Avec une croissance moyenne de 1,4% de l’IDH, le Rwanda est l’un des pays qui a enregistré la meilleure progression de son IDH durant la période 1980-2011. La plus forte augmentation a été observée entre 2000 et 2011, où le Rwanda détient la deuxième plus forte croissance de l’indice du développement humain, avec une progression annuelle moyenne de l’ordre de 2,92%.

Les progrès en matière d’éducation, de santé et d’économie expliquent cette forte amélioration de l’IDH enregistrée ces dernières années.

Éducation

Avec un taux d’alphabétisation des adultes (15 ans et plus) de 70,7%, le Rwanda obtient l’une des meilleures performances parmi les pays à développement humain faible, loin devant le Mali, (26,2%) mais encore loin derrière le Zimbabwe (91,9%) élève modèle de la catégorie sur cet indicateur.

L’intérêt grandissant pour la technologie et l’information explique en partie la performance en matière de l’éducation du pays. Avec une croissance de 5900% d’utilisateurs entre 2000 et 2008, Internet semble devenir une réalité pour de plus en plus de rwandais. Cependant, le pays a encore un long chemin à parcourir quand on sait que seulement 3,1% de la population utilise Internet et moins de 0,5% ont un ordinateur portable1 .

Au niveau du rapport élèves-enseignants, le Rwanda est le cancre mondial avec 68,3 élèves pour un enseignant, ne devançant que la République centrafricaine (84,3), bon dernier sur cet indicateur. Au niveau de la formation des enseignants, le Rwanda fait toutefois un score honorable avec 93,9% des enseignants ayant suivi une formation pédagogique.

Santé

Une femme rwandaise sur deux ( 52% ) a été assistée par du personnel qualifié pour son accouchement. Le Rwanda fait à ce niveau-là beaucoup mieux que le Burundi (34%) mais est loin derrière la RDC (74%).

Avec 78,5 pour un million de décès dû au paludisme, le Rwanda fait des performances honorables à ce niveau au regard du taux moyen de décès dans les pays les moins avancés (99 pour un million) mais le taux est encore très élevé si on se situe sur une échelle mondiale.

L’espérance de vie est quant à elle de 55,4 années, l’une des plus basses au monde, 4 années en dessous de la moyenne des pays à développement humain faible (58,7) et 15 années en dessous de la moyenne mondiale (69,8).

Croissance économique

Malgré l’amélioration significative des soins de santé et de l’éducation, l’impressionnante croissance du Produit Intérieur Brut rwandais durant les années 2000-2010 reste le facteur explicatif le plus important justifiant cette hausse de l’IDH. En effet, avec une croissance à deux chiffres du PIB dans certaines périodes, le pays connait l’une des plus fortes croissances au monde durant ces dix dernières années.

Une forte croissance du revenu national fait gonfler l’IDH étant donné la part importante ( un tiers) qu’occupe le PIB dans le calcul de l’indicateur du développement humain. Cependant, il est important de noter qu’en général ce n’est pas problématique tant que le pays possède un système égalitaire de redistribution des revenus, ce qui n’est pas le cas pour le Rwanda.

En ajustant l’Indicateur aux inégalités, l’indice du développement humain pour le Rwanda passe de 0,429 à 0,276, ce qui représente une réduction de plus de 35%. Avec un indice de GINI de 0,531, le Rwanda est en effet l’une des nations les plus inégalitaires au monde.

Toutefois, certains économistes comme Kuznets affirment que les inégalités entre revenus sont un passage obligatoire pour toute société en pleine croissance. Selon eux, la croissance du PIB va de pair avec les inégalités jusqu’à un certain niveau et puis les inégalités se réduisent.

Néanmoins, les pouvoirs publics doivent créer des politiques micro et macroéconomique pour lutter de manière significative contre les inégalités entre personnes, ce qui ne semble pas être le cas pour le Rwanda. La réduction de l’inégalité n’étant pas mentionnée parmi les objectifs de la « vision 2020 ».

Satisfaction de vivre

D’un point de vue global, sur l’indice de satisfaction de vivre, le Rwanda obtient un score de 4, la satisfaction maximale étant de 10. Ce qui en fait l’un des pays au monde avec le taux d’insatisfaction le plus élevé, à égalité avec la RDC (4) et juste devant le Burundi (3,8) tous les trois pays étant en dessous du niveau moyen de satisfaction perçu dans les pays les moins avancés (4,4)

Malgré l’une des plus grandes croissances de l’IDH au cours des 10 dernières années et l’une des plus fortes croissances du PIB au monde, une grande partie de la population rwandaise vit toujours dans une extrême précarité, près de 8 rwandais sur 10 vivant avec un revenu inférieur à 1,25 dollars par jour et plus d’1 sur 2 vivant dans une extrême pauvreté. Le niveau de performance global du Rwanda reste quant à lui toujours très faible, le Rwanda étant parmi les 25 pays ayant l’indice de développement humain le plus faible au monde.

Ce paradoxe s’explique en partie par le fossé qui se creuse chaque année entre les riches et les pauvres.

A titre illustratif, entre 2010 et 2011, le coefficient de Gini est passé de 0,467 à 0,531 soit une variation à la hausse de  plus de 13,7 %. Quand on sait que l’indice de Gini mesure les inégalités de revenu dans une région donnée ( 0 signifie égalité parfaite et 1 signifie que toute la richesse du pays appartient à une seule personne), on se rend compte du fossé croissant entre riches et pauvres au Rwanda.

L’écart entre riches et pauvres continuera-t-il à croître ou les pouvoirs publics prendront-ils des mesures drastiques pour lutter contre ce problème ? le Rwanda tend il vers un système inégalitaire à coefficient de Gini de 1 ou va-il retrouver son niveau de 1985 où le coefficient de Gini était de 0,2892) ?

L’avenir nous le dira.

Clément Cyiza et Ruhumuza Mbonyumutwa

Jambonews.net

 

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

7 Commentaires à “Développement humain : le Rwanda en queue de peloton”

  1. Julienne HOUNYE dit :

    C’est ça le SINGAPOUR D’AFRIQUE tant relaté? C’est la honte!

       4 likes

    • Sangwa Rutikanga dit :

      Le Rwanda a subi un des pires génocides de l’histoire,en 1995,ce pays est devenu l’un des cinq pays les plus pauvres du monde.Donc,non,ce n’est pas une honte de songer à être le Singapour d’Afrique.Bien que des changements politiques,économiques et surtout SOCIAUX sont de mise,cela viendra avec le temps.Il ne faut pas trop se presser,chaque chose en son temps!Les opposants cherchent à critiquer,insulter le pouvoir en place,qui oui n’est pas parfait…Mais ils veulent avant tout le pouvoir!

         0 likes

  2. Anast dit :

    oh oh oh…. le boom immobilier lié aux minerais du sang n’a pas suffit pour conforter en réalisations des éloges intarissables en faveur du kagamisme, combien faut-il massacrer pour que le Rwanda kagaméen se hisse à la tête ? Peut être toute la région de Grands Lacs. Le piteux homme investit dans l’air; il est marchand du vent.

       4 likes

  3. Masokubona dit :

    Et pourtan ,le Rwanda fait mieux que ses voisins de l’ouet et du sud!
    N’en deplaisent aux detracteurs dont les parents ont fortement contribue a la destruction totale du Rwanda lors du genocide perpetre contre les Tutsi pour ne laisser que ruine et desatre apres leur defaite cinglante.
    Le Rwanda a vecu mal avec vous mais vivra mieux avec ceux qui sont prets a contribuer de bonne foi a son developpement. Abon entendeur salut!

       4 likes

  4. byenaku dit :

    Conga yagaciye noneho!

    Il n’y a pas longtemps on blaguait avec des amis en disant que le Congo (RDC) devrait être déclaré patrimoine de l’humanité! Un pays dont les ressources font avancer l’économie au niveau planétaire, un pays qui est le plus pauvre. Ces Congolais devraient avoir honte.

       0 likes

  5. rwagasana gerard dit :

    Merci a Clément et Ruhumuriza pour envoyer ces rapports objectifs et publics, a tous ceux qui s’intéressent au développement du Rwanda. Ce sont des documents impartiaux issus des organisations internationales dont le Rwanda fait partie, se basant sur des faits concrets, des études / enquêtes sur terrain, donc fiables. Pour un décideur national patriote, ils sont d’une importance inégalable car ils permettent de rectifier le tir la ou il le faut, pour que le développement aille de pair (et signifie) l’amélioration du niveau de vie de la population aussi bien urbaine que rurale, et une distribution équitable des richesses de la nation. Ce sont donc des documents très positifs que les dirigeants peuvent EXPLOITER utilement.

    Par contre, il est très dommage de remarquer qu’il y a des gens qui profitent des points faibles trouvés dans ces rapports (et les points faibles on en trouvent pour TOUS les pays sans exception) non pour donner leurs opinions ou propositions, mais pour écrire des INSULTES contre des personnalités politiques rwandais, vouloir expliquer tout ce qui ne va pas comme ils le souhaitent, par des arguments ETHNIQUES … et des insultes. Disons, en passant, que actuellement au Rwanda n’ABASHUMBA NTIBAGITUKANA ! Intiti rero noneho !!!!
    Ma conviction est que de tels gens contribuent a la division des rwandais, ramenant tout a la « lutte » entre hutus et tutsis… Mais parlons sérieusement: quand est ce que les rwandais (toutes ethnies confondues), surtout de la jeune génération, comprendront qu’il n’existe pas et qu,il n’ a jamais existe de pouvoir hutu ou de pouvoi tutsi au Rwanda? Pour un pauvre paysan de Nshiri ou d’un coin perdu de Gisenyi ou d’ailleurs, quelle différence que le Président ou tel Ministre qu’il ne connait pas, soit hutu ou tutsi? L’important pour lui c’est que son enfant puisse aller a l’école, que sa famille puisse se faire soigner, qu’il puisse accéder a cette eau propre, que sa femme puisse accoucher sans risque d’en perdre la vie, qu’ils puissent manger a leur faim, etc. Le reste n’a vraiment aucune importance pour ces gens qui font plus de 95 % de la population. Les paysans, les pauvres et même les riches, ils partagent, selon leur catégorie, la pauvreté ou la richesse, sans distinction d’ethnies ni de régions.
    L’argent, la faim et la soif n’ont point d’odeur ni d’ethnie.

    Quand la majorité des rwandais instruits auront compris cela, alors on n’aura plus de ces pseudos politiciens ignorants et irréalistes du genre INGABIRE « la pseudo Jeanne d’Arc des Bahutu, qui est venue au pays ayant en tête comme seul programme politique la négation du génocide et le soulèvement des Bahutus pour terminer le « TRAVAIL » , ni de l’avocat affamé (au sens propre) NTAGANDA dont le programme politique se résume dans sa célèbre phrase a l’Assemblée Nationale : TURA TUGABANE NI WANGA BIMENEKE !? En fait s’il avait été nommé a un poste juteux il serait tu pour de bon et rester bien tranquille entrain de « manger » … Ce sont des gens pareils que les pays occidentaux veulent imposer comme OPPOSITION au Rwanda !!! Non pas qu’ils ignorent qu’ils sont des NULS, mais ils craignent plutôt une vrai opposition nationale qui aurait une vrai idéologie de développement, avec un programme défendable dans un débat national , une opposition qui ne lutterait pas CONTRE les individus, mais POUR défendre et faire passer son programme politique s’il est jugé meilleur par la population. Ce serait alors un combat loyal des idées entre forces politiques nationales, par des débats intéressants, sans rancune, sans impolitesse ni insultes. Les insultes ne montrent que l’incapacité et le manque d’argument (et d’humanité) de celui qui y recoure. Cette « opposition » serait patriotique (et non ethnique) et donc penserait elle même sans recevoir des ordres de l’étranger. Ils penseraient avant tout aux intérêts du peuple rwandais ENTIER et tous leurs actes y seraient subordonnés. Iyo opposition YAKWIHESHA AGACIRO igahesha n’abaturarwanda. NIYO MPAMVU ABAZUNGU BATAYISHAKA, BO BISHAKIRA IBIKORESHO (ils ont raison, ils ont leurs interets zidahuje n’izacu necessairement). NTAWE BAKUNDA (kandi nta nimpamvu koko. ariko badukundira iki ?). BARIKUNDA. NATWE TWIKUNDE RERO.
    Inkumi n’abasore bacu bakanguke bafatanye bubake paradizo mu Rwanda. Birashoboka kandi bizaba.
    Imana ihe u Rwanda n’abanyarwanda imigisha myinshi n’ibindi bitangaza.

       4 likes

  6. masumbuko dit :

    Il n’est pas honnête de pratiquer une désinformation tout azimut en pensant que ce la apparaitra comme une vérité.
    Toutes les organisations internationales applaudissent les performances économiques du RWANDA après le terrible génocide de 1994. En Afrique le RWANDA est parmi les premiers pays en termes d’indice de développement (Santé,économie, IT, lutte contre la corruption, bonne gouvernance etc…). Je ne sais si l’article a confondu le RDC et le RWANDA!!!! Même la réunion du panel des chefs d’États sur les objectifs du millénaire qui s’est tenu en marge de l’A.G des NU au mois de SEP 2013 a applaudi les prouesses du RWANDA!!!! JE NE VOIS PAS D’OU VIENNENT VOS INFORMATIONS!!!!!

    Cesser de mélanger votre haine viscérale pour KAGAME et les Tutsis en général et les faits concrets et vérifiables. Ayez au moins l’honnêteté intellectuel et dire les vérités. Faire de la politique ethnique ne résoudra aucun problème et ne fera pas avancer LE GRAND PEUPLE RWANDAIS SÉCULAIRE , QUI A ETE DÉTRUIT PAR LE COLONIALISME ET LE GÉNOCIDE ET QUE LE PRESIDENT KAGAME L’A FAIT RENAITRE DES CENDRES ET OSSEMENTS HUMAINS.

       0 likes

Laissez un commentaire