Rwanda : Conférence sur le prix Lantos décerné à Paul Rusesabagina - Jambonews FR

FR | EN

Rwanda : Conférence sur le prix Lantos décerné à Paul Rusesabagina

Publié : le 13 décembre 2011 à 10:42 | Par | Catégorie: Actualité
Paul Rusesabagina en compagnie de Madame Annette Lantos (Veuve de Tom Lantos) et Nancy Pelosi (Ex -présidente de la chambre des réprésentats des USA)

Paul Rusesabagina en compagnie de Madame Annette Lantos (Veuve de Tom Lantos) et Nancy Pelosi (Ex -présidente de la Chambre des réprésentants des USA)

Ce 10 décembre 2011 s’est tenue à Bruxelles une conférence dont le but était d’informer le public sur la récente attribution du prestigieux prix Lantos à Paul Rusesabagina, le héros d’Hotel Rwanda, connu pour sa bravoure lors des évènements qui ont endeuillé le Rwanda en 1994.

Le 16 novembre 2011, Paul Rusesabagina a reçu le prix Lantos au sein même du Capitole, le Congrès américain, succédant au Dalaï-Lama et à Elie Wiesel entre autres  sommités.

Rusesabagina qui a déjà reçu pléthore de médailles et de prix prestigieux aux États-Unis est connu pour avoir donné refuge à 1268 personnes pour la plupart Tutsis alors qu’elles risquaient d’être tuées lors du génocide rwandais de 1994.

Plusieurs invités ont participé à la réunion dont les principaux étaient évidemment Paul Rusesabagina et son épouse, l’américaine Kitty Kurth et son époux, cette dernière étant la chargée de relations publiques de la fondation Hôtel Rwanda.

La conférence était animée par quelques maîtres de cérémonie, essentiellement Madame Drocella Uwimbabazi, porte-parole de l’organisation, et Monsieur Pio Ngilikesha.

Madame Drocella Uwimbabazi a d’abord pris la parole pour remercier les rwandais qui ont sauvé d’autres rwandais et a affirmé que même si le prix Lantos a été attribué uniquement à Rusesabagina : « cette récompense aurait pu revenir à beaucoup de rwandais dont vous car beaucoup avez été héroïques ». Elle a ajouté que « aimer le Rwanda, c’est aimer tous les rwandais » et « cette journée de la célébration des droits de l’Homme dans le monde est la journée de tous les rwandais ».

Mr et Madame Kurth, couple d'Américains de "Hotel Rwanda Rusesabagina Foundation"

Mr et Madame Kurth, couple d'Américains de "Hotel Rwanda Rusesabagina Foundation"source: www.musabyimana.net

Une vidéo relatant quelques extraits des discours prononcés au sein du Congrès américain a alors été projetée. Ainsi, a-t-on pu constater que divers intervenants dont un ancien ambassadeur américain au Burundi et « grand ami » du Rwanda, deux sénateurs en exercice ainsi que d’autres orateurs se sont succédés pour louer la bravoure et le sens des responsabilités de Rusesabagina qui, gestionnaire de l’hôtel des Milles collines au plus fort de la tragédie rwandaise, a non seulement fait son métier mais a fait plus. Un des sénateurs a même souligné que la vaillance de Rusesabagina s’est même exprimée dans le dossier du Darfour où sans son intervention où il a joint sa voix à celle d’autres pour réclamer la reconnaissance du génocide au Darfour, la situation aurait été bien pire.

Mais l’intervention la plus expressive fut sans doute celle de Katherine Lantos, fille du créateur du prix éponyme qui par un sens inégalé de la rhétorique a illustré sa glorification par une question qu’elle fut amenée à se poser quand elle était encore une jeune collégienne : Si elle avait la chance de rencontrer Dieu et qu’elle devait lui poser une seule question, quelle serait-elle ? Elle avait réfléchi à l’époque, elle ne pouvait lui poser des questions auxquelles elle avait déjà une réponse du genre : Quelle est la plus grande valeur qu’un homme devrait avoir ? C’est évident, c’est l’amour. Ou, quelle est la plus grande réalisation que les hommes devraient accomplir ? C’est évident, c’est la paix ? Mais la question qui resta sans réponse fut : à quel test moral devrait-on être confronté pour être sûr d’aller dans le bon sens ? À cette question, dît elle,  ce sont des gens comme Paul Rusesabagina qui, au fil du temps, lui ont apporté des réponses.

Katherine Lantos compara alors Paul Rusesabagina à ces diplomates suédois qui lors de l’holocauste ont sauvé des milliers de juifs dont son regretté père Tom Lantos.

« Les danseurs ont changé mais la musique reste la même »

Paul, son épouse Thaciana et Mme Kitty

Paul, son épouse Thaciana et Mme Kitty source: www.musabyimana.net

Vint alors le moment où Rusesabagina prit la parole, toujours dans le Capitole, pour exprimer sa reconnaissance d’être élevé au même rang que le Dalaï-Lama ou au prix Nobel  Elie Wiesel qui, avant lui, ont reçu le prix Lantos. Il rappela avoir sauvé 1268 Tutsis menacés de mort alors gérant d’hôtel et évoqua le crédo qui désormais guide sa voie, le fameux « Plus jamais ça ». Il proclama qu’il a toujours été et qu’il sera toujours comme son nom «Rusesabagina » l’indique, « celui qui met fin aux conflits». Il affirma que dans son jeune âge, son héros était son père analphabète qui lui conseilla de ne jamais prendre de parti dans les conflits, de plutôt toujours  se mettre au milieu des belligérants pour les séparer et de ne jamais regarder ni à gauche ni à droite mais plutôt en haut afin de témoigner sa neutralité. Il condamna le génocide rwandais qui vit périr  des centaines de milliers de Tutsis et de Hutus. Il afficha sa satisfaction pour les poursuites judiciaires qui ont été faites à l’encontre de l’élite Hutue, des miliciens et des militaires qui ont trempé dans le génocide mais regretta que la transition politique ne soit pas venue au bout de l’enjeu du respect des droits humains par l’illustration ; « les danseurs ont changé mais la musique reste la même » a-t-il ainsi claironné. Il a alors fustigé les violations des droits de l’Homme auxquels se livrent les autorités rwandaises actuelles depuis leur prise de pouvoir en 1994 ; pas de liberté d’expression, intimidations, emprisonnement, disparitions et implication dans la tragédie du Congo voisin où un conflit sur fond de pillage de ressources minières a déjà coûté la vie à plus de 6.000.000 de vies humaines, en somme une dictature sans nom. Il rappela ces mots d’Einstein : « Le monde est un endroit dangereux non à cause de ceux qui se livrent aux actes avilissants mais à cause de ceux qui laissent faire ».

Sur ce, la projection immobilisa les images sur le moment où Rusesabagina se voit passer une médaille autour du coup par la veuve Lantos.

Survinrent des coulisses deux artistes dont le fameux Kazadi qui firent une démonstration enjouée de la danse traditionnelle rwandaise tandis que de charmantes hôtesses apportèrent par la suite quelques présents classiques aux couples Kurth et Rusesabagina. On pouvait distinguer  un panier traditionnel « Agaseke » ou un cadre avec des mots avenants à l’intérieur du genre « Que vous ayez beaucoup de lait », signe de prospérité s’enquit de signifier un interprète aux hôtes américains.

La parole fut passée ensuite à Kitty Kurth qui enthousiasma la salle par des salutations en kinyarwanda avant de poursuivre en anglais à l’aide d’un interprète. Après avoir brièvement présenté son expérience de relations publiques à différents échelons allant des autorités locales, des ONG aux campagnes présidentielles, dont celle d’Obama en 2004, elle confirma qu’elle souhaitait à l’instar de Paul Rusesabagina la vérité, la justice et la réconciliation pour les rwandais, raison pour laquelle elle est devenue chargée de relations publiques pour la fondation Hôtel Rwanda pour laquelle elle appela l’assistance à souscrire en surfant à l’adresse www.hrrfoundation.org. Elle raconta que depuis qu’on vint la voir, il y a quatre ans, pour qu’elle transmette une lettre de Rusesabagina à Bill Clinton, elle avait alors commencé un travail profond avec l’expéditeur qui s’est concrétisé par le projet de la fondation. Elle termina son intervention par un au revoir en kinyarwanda en passant la parole à son ami Paul Rusesabagina.

Conférence de Paul Rusesabagina à Bruxelles

Conférence de Paul Rusesabagina à Bruxelles source: musabyimana.net

Paul Rusesabagina gagna le pupitre et commença par se passer la médaille Lantos autour du cou. Il remercia le public et lui dit qu’il lui amenait des amis avec qui il avait fêté dans le Capitole le 16 novembre 2011. Il illustra son propos par la verve qu’on lui connait de divers fables et proverbes. Pour soutenir l’idée que la médaille qu’il a reçue n’était pas à lui seul mais à tous ceux qui l’ont soutenu en dépit du fait que les autorités rwandaises ont tout fait pour empêcher que cela se réalise, il raconta la fable des trois jeunes gens qui sont allés chasser l’éléphant et quand celui-ci fut tué, l’un des trois voulut s’approprier la paternité exclusif de cet exploit mais se rendit vite compte que cela n’avait aucun sens étant donné qu’il ne pouvait déplacer tout seul l’éléphant mort. Il déclara qu’il ne voulait pas être le tueur exclusif de l’éléphant.

Rusesabagina prit cependant le soin d’appeler l’assemblée à applaudir ces adversaires au pouvoir au Rwanda car leurs virulentes et très audibles attaques contre  sa personne ont accéléré le travail d’enquête de la commission d’attribution des médailles Lantos qui a convoqué les auteurs des critiques pour les entendre et conclure qu’ils n’étaient rien moins que des menteurs.

Il prit pour témoin l’assemblée en mettant en garde les autorités rwandaises au vu de ce qui se passe en Afrique du Nord. Il les compara aux Baringa, fantômes en culture rwandaise, sous-entendant que leurs paroles sont tout aussi illusoires que les Baringa.

S’ensuivit une jeune fille qui joua quelques airs de violons ; un air de Noël et un air des esclaves noirs américains. Quelques fausses notes, cependant, montraient qu’elle était encore dans sa courbe de progression.

Parmi les dernières interventions, notons celle de Ngarambe Jean-Baptiste qui a regretté que certaines personnes qui furent sauvées par Rusesabagina se retournent maintenant contre lui pour lui porter des accusations. Pio Ngilikesha eut une pensée pour les personnes qui souffrent en ce jour des Droits de l’Homme comme Victoire Ingabire, injustement emprisonnée au Rwanda.

La journée s’est terminée autour d’un verre, dans une ambiance conviviale.

Donatien Nshimyumuremyi
JamboNews.net 

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

10 Commentaires à “Rwanda : Conférence sur le prix Lantos décerné à Paul Rusesabagina”

  1. MATINDA ZAÏNA dit :

    J’aimerais demander à toutes ces personnes qui s’enthousiasment tant du fait que Monsieur Paul RUSESABAGINA a eu ces médailles, surtout ceux de l’ethnie hutu ! Combien d’entre eux ont vu en entier le fameux film HOTEL RWANDA dont la réalisation est parait-il basée sur la vie de cet homme pendant les trois mois qui ont suivi l’assassinat du président HABYARIMANA. Si oui, quel message ce film transmet ! Toute personne qui l’a vu, que garde-t-il dans sa tête ? Que le vrai message de ce film, tel qu’il a été réalisé est que tout hutu est génocidaire, et que tout tutsi est victime ! C’est sur base de ce fait que Monsieur RUSESABAGINA a été connu dans le monde entier, qu’il a su vendre une histoire dont le message est absolument faux. L’on peut peut-être comprendre qu’à l’époque il avait intérêt à ce que cette exagération dans la réalisation de son film soit très visible et que ce message de tout hutu génocidaire y soit très marquée, car cela allait lui faire gagner beaucoup d’argent. Et effectivement, c’est une fois l’argent accumulé qu’il a commencé à changer de langage. Si au départ, Monsieur RUSESABAGINA s’entendait très bien avec KAGAME et son pouvoir pendant qu’on réalisait le film, c’est qu’il collaborait avec le pouvoir de Kigali dans cette entreprise, et le pouvoir de Kigali ne pouvait laisser ce film transmettre un autre message que celui-là : TOUT HUTU = GENOCIDEUR. Ceci a été fait en connaissance de cause par Monsieur RUSESABAGINA. Le désaccord entre KIGALI et RUSESABAGINA a commencé quand il a voulu récolter l’argent généré par ce film seul alors qu’il avait collaboré avec le pouvoir de KAGAME dans cette entreprise. Ce désaccord est devenu une haine acharnée entre eux quand Monsieur RUSESABAGINA a su très malignement utiliser tous les moyens possible pour en tirer le maximum de sous, et que suite à ce litige avec Kigali, il s’est décidé à donner à ce litige un caractère politique, soi-disant qu’il est un vrai opposant, et que c’est seulement pour cela qu’il est acculé par Kigali. Les blancs commencent à avaler cette supercherie, et alors il se met au devant de la scène, et les ignorants applaudissent. Tout ceci n’est que ruse, et que KAGAME ait constaté que RUSESABAGINA a été plus rusé que lui, surtout en parvenant à intervertir la raison de leur haine mutuelle en raison politique, c’est ça qui le tue et rien d’autre ! Il n’en reste pas moins que toutes ces boissons que ceux qui étaient à cette rencontre ont consommées sont le fruit de la vente maléfique d’une histoire truquée pour des raisons purement et simplement de cupidité de la part de RUSESABAGINA ! En effet, je ne vois aucune différence entre lui qui s’enrichit sur le dos de toute une ethnie dont il a confirmé dans son entièreté le statut de génocideur, et Monsieur KAGAME qui expose les cranes des pauvres hutu que ses boys ont massacrés soi-disant que ce sont les tutsis génocidés par les hutu, afin d’apitoyer la communauté internationale et leur soutirer des sous. C4EST LA MËME LOGIQUE, LA MEME ECOLE. Car il s’agit bel et bien d’une histoire portée à l’écran avec tant d’exagérations mensongères voulus, sciemment entretenus où tout HUTU est GENOCIDEUR. A l’époque du tournage du film Monsieur RUSESABAGINA savait très bien comment le FPR tuait les gens pendant ces 3 mois fatidiques et même avant ! Mais bouche cousu à ce propos dans ce film ! Pourquoi ? Et le plus surprenant c’est que jusqu’à ce jour Monsieur RUSESABAGINA ne s’est jamais expliqué sur ce fait, et n’a jamais demandé pardon ! Ayez au moins la clairvoyance de savoir ce que vous fêtez exactement et non de suivre n’importe qui comme un mouton qui ne réfléchit pas. Je me rends compte en tout cas que nous avons vraiment encore un long chemin à parcourir….

       3 likes

  2. Greg dit :

    En fait quand je regarde le tout ici, personne n est parfait. J avoue que je n ai pas vu le film et je ne veux pas le voir car au moment ou il est sorti, je me suis dit que c est une version hollywoodienne de voir encore les africains se massacrer. Et une version toujours a la western de mettre d un cote des bons et de l autres des mechants(et la je rejoinds Matinda).
    Par contre apres je le vois mal le condamner parc qu il attaque Kigali. Il sait qu il a au de la notoriete pour attaquer Kigali et surtout etre pris au serieux. Par les temps qui courent il vaut mieux un type comme ca qui peut encore attirer micro et camera pour parler de la triste realite des rwandais que d avoir des opposants a qui on ne donne meme pas 1 minutes d antenne sur ces grands medias. Car oui Matinda, il faut gagner la guerre de la communication que Kigali s emplois a 100%. Si pour ce temps d ecoute qu on accordait au regime de Kigali, il diminue au profit des gens comme Rusesabagina, ingabire, RNC…etc moi je suis preneur.

    Il faut justement sortir de cette histoire qui place toute une ethnie comme genocidaire, et non genocideur ;-)
    Et j avoue qu avec lui ca marche.
    Quant a savoir si il est arriviste et opportuniste. Ben je dirais qu il a pris justement cette opportunite qu on lui offrait de pouvoir dire la verite sur le drame rwandais et surtout sur le regime actuel. Je ne demande pas mieux.

    Quant a Matinda, je ne sais vraiment pas ou elle trouve la preuve qu ils se disputent l argent issue du film(kagame et Rusesabagina).
    Ce que tu peux realiser c est que kagame est son regime, le plus important ce sont l image du bienfaiteur et de l homme qui a arreter le genocide qui est ecornee. Cette image apporte plus d argent que le film de hotel rwanda.
    Cette image apporte l argent, le pouvoir, …etc
    Si Kigali veut de l argent, il conconte un petit programme style la lutte contre le sida, les naissances, la pauvrete, et va voir les bailleurs de fonds,…. Il y a de l argent la dedans……ET SANS OUBLIER LE CONGO BIEN SUR

    Donc Hotel Rwanda, ca ne paie meme pas 4 aller retour de ses Jets prives.

    Greg

       0 likes

  3. Zinica Tessy dit :

    Victor INGABE, tu as raison, RSESABAGINA est effectivement un arriviste qui croit que pour avoir su rouler le monde entier dans la farine et qu’il est devenu riche, maintenant ce qui lui reste c’est d’aller diriger les rwandais ! Demandez à toutes les personnes qui ont collaboré avec lui dans le domaine politique, comment il se comportait quand il s’agissait de lui demander d’avancer un peu de sous (puisqu’il en avait) pour que le parti ou l’organisation que par ailleurs il voulait diriger fonctionne. Tout simplement il disparaissait, soi-disant qu’il voudrait rester dans l’humanitaire, alors que la vraie raison était la cupidité, et pour lui le plus ‘important c’était de continuer à vendre son film. Maintenant qu’il voit que l’opposition réelle commence à être reconnue internationalement suite aux sacrifices des uns et des autres qui ont sacrifié leur temps, leur travail et leurs peu de revenus, leurs vies, leurs familles, il s’amène tout bonnement croyant qu’il va encore embobiner tout le monde. C’est son droit de faire de la politique comme tout le monde, mais de grâce qu’il arrête de penser que ceux qui le connaissent ne gardent pas un oeil ouvert sur lui et qu’un jour il devra répondre à la question : « pourquoi as-tu sciemment voulu à travers le film de ta vie en 1994 mettre une étiquette de génocideur à tous ces hutus que tu veux diriger » ? Moi aussi j’attends ce moment, kandi amenye ko azacibwa indishyi zakababaro ! Nonese, abanza gushinja abantu ko ari abicanyi ba ruhagwa, hanyuma ati reka nze mbayobore ! Mbega mbega… Arashaka gutuka abahutu abemeza ko ari ibicucu bose ko nta bantu baima binyangamugayo bagira ? barahari benshi batari we !!!!!!!!!!!

       0 likes

  4. Sankara dit :

    Cet homme croit que pour être écouté, il devait faire la manche. il oublie qu’il tend la manche aux hommes qui l’ont conduit ou il se trouve aujourd’hui.

    Si j’étais lui j’aurais réfusé ce prix parce qu’il déshonore ceux qui ont fait comme lui ou ceux qui ont mené une guerre juste en se battant contre le FPR mais en epargnant la population (ceux qu’on a mis dans le même sac que des génocidaires). Ca serait la manière la plus noble de rendre hommage à tous ces hommes et femmes mais avec honneur et en dénoncant en même temps la justice des vainceurs. Seul qui a mis en prison les génocideurs hutu mais a oublié les génocidaires tutsi.

    Dans un monde des grands médias, il oublie qu’il essaie de raconter une histoire qu’il a déjà raconté mais autrement. Sauf que celle qu’il raconte maintenat n’intéresse pas ceux qui ont financé Kagame dans sa guerre. Il peut faire 10 000… conférences mais le message que le film a transmis ça sera difficile de l’éffacer.
    A moins qu’il finance un autre film.

       0 likes

  5. Greg dit :

    Cher Sankara,

    l’autre film qui est en train de tourner c’est celui d’être contre kagame. Difficile à tourner car dans son script il y aura des perturbateurs. Faire un film c’est facile, tu t’enfermes dans un studio pendant des mois, et tu fais à ta sauce, et puis tu sors le film. Ici c’est un tournage en direct avec les effets positifs ou negatifs du direct ou télé réalité. Aucun control, aucune censure.
    Sankara, tu peux toujours lui proposer la meilleure des options suivant ton avis.

    Ce qu’on a oublié vite, c’est que ce qui se passe c’est de la politique, et en politique. La part de l’opportunisme ou arrivisme joue beaucoup.
    Je serais surpris de voir des gens qui sont contre lui maintenant le soutenir si il renversait le pouvoir de Kigali ;-)

    A ce propos, je ne suis ni pour ni contre lui. Mais ce qu’il fait moi je suis pour car nous avons le meme ennemi ;-)

    Restez en paix
    Greg

       0 likes

  6. Mandaïla Zinica dit :

    Greg,

    C’est vrai que vous avez le même ennemi qui est KAGAME, et il faut dire qu’il en a plein dans le monde. Mais cela n’empêche pas que RUSESABAGINA soit un arriviste, un parvenu très calculateur, que NYAMWASA qui est aussi l’ennemi de KAGAME soit un assassin de renom, que TWAGIRAMUNGU qui aujourd’hui dit combattre KAGAME est un umugambanyi de première catégorie, que tant d’autres auxquels on peut donner différentes qualifications bien méritées sont aussi des ennemis de KAGAME.

       0 likes

  7. Greg dit :

    Cher Mandalïla,

    Il n’y a aucune ligne de ma part où je dis qu’il n’est pas opportuniste ou arriviste, d’ailleurs je dis qu’en politique tout le monde profite des moments qui tombent en leur faveur( Vous remarquerez que le FRP profite de chque opportunité qui se présente à eux depuis 1990, et ils obtiennent un résultat, même contestable mais un résultat). Comme on devrait marquer des points avec ça. Dans la question rwandaise si on se laisse aller par des sentiments personnels sur tel ou tel personne on n’est pas sorti du problème rwandais.

    A vue de l’actualité d’aujourd’hui quand même, les gens qui s’opposent contre Kigali quand même risque la mort (Cfr Susan Rise). Donc même avec l’argent qui gagne ou a gagné sur ce film, j’avoue qu’en tant qu’opportuniste ou arriviste, il met beaucoup en balance sa vie.

    Voilà le fond de ma pensée.

    Greg

       0 likes

  8. rujugiro dit :

    Le problème de Rusesabagina est qu’il est nombriliste! Il aime bien être adulé mais il ne fait pas grand chose avec la chance qu’il a d’avoir autant de gens des américains notamment qui ont ont occupés les bons postes du pouvoir américain. Pour lui le plus important c’est pas de faire tomber Kagamé c’est plutôt de continuer à amasser des médailles!! pour faire quoi avec ? je ne sais pas peut être il est collectionneur!
    Quand le film Hôtel Rwanda est sorti le gouvernement de Kagamé ne jurait que par lui !! Donc ce qu’on dit actuellement à Kigali qu’il a utilisé le génocide pour se faire un nom n’a aucun sens il lui veut du mal parcequ’il a vu qu’il peut se désolidaliser du pouvoir de Kigali pour se faire un nom et pour ne pas dépendre d’eux surtout que quand tu travailles avec eux ils veulent que tu te soumettes et que tu sois comme un disque audio qui doit jouer que la musique enregistrée!! Quand à sa volonté d’être solidaire avec les autres il n’en a pas il n’iame pas quelqu’un qui peut lui faire l’ombre! Son exisence quand même sur le plan politique quelque chose d’important même si si il s’oubliait un peut et travailler avec les autres , la chute du sanguinaire se ferait le plus rapidement possible!
    A méditer!!

       0 likes

  9. MPONGO LOVE dit :

    Rjugiro, tu me fais rire sur un point ! Si Rusesabagina s’oubliait un peu la chute du sanguinaire se ferait le plus rapidement possible ? Parce qu’il a quelle force surnaturelle ? Parce qu’il a fait quel démarche politique importante qui a fait que le monde entier ouvre les yeux et commence à relâcher ce bandit massacreur. Ne lui donne pas la force qu’il n’a pas. Les vrais rwandais(e)s qui ont contribué à ce fait tout le monde les connaît. Il voudrait désormais être ce qu’on appelle chez nous « RUTEMAYEZE », croyant que parce qu’il s’est enrichi sur le dos de tous les hutus dont il a sciemment sacrifiés à cause de sa cupidité en leur collant à eux tous le statut de génocideur, et ce en collaboration avec KAGAME, que pour cela il est devenu un héros national !!!!! Mon Dieu quel magouilleur impertinentnet sans scrupules ! This time is OVER !!!!

       0 likes

Laissez un commentaire