FR | EN

Rwanda – attentat contre Habyarimana : Rudasingwa toujours convaincu de la culpabilité de Kagame

Publié : le 11 janvier 2012 à 17:58 | Par | Catégorie: Actualité
Rudasingwa Théogène, ancien directeur de cabinet du président rwandais Paul Kagame

Rudasingwa Théogène, ancien directeur de cabinet du président rwandais Paul Kagame

Suite au rapport d’expertise présenté ce mardi 10 janvier 2012 dans le cadre de l’enquête de deux juges français au sujet des auteurs de l’attentat du 6 avril 1994 et qui avance l’hypothèse d’un départ des tirs de missiles depuis le camp de Kanombe, l’ancien directeur de cabinet de Paul Kagame, Théogène Rudasingwa maintient sa version. Dans un communique du 10 janvier 2012, ce dernier réaffirme que le général Paul Kagame est le responsable de l’attentat du 6 avril 1994, dans lequel l’ancien président rwandais Juvénal Habyarimana et son homologue burundais Cyprien Ntaryamira perdaient la vie, l’attentat qui fut incontestablement le déclencheur du génocide.

Théogène Rudasingwa, qui fut le plus proche conseil de Paul Kagame, avait frôlé la polémique en octobre 2011, en accusant son ancien patron d’être le commanditaire de l’attentat contre l’avion de l’ancien président rwandais Juvénal Habyarimana. Après le rapport des experts commandé par les juges français Marc Trévédic et Nathalie Poux sur les circonstances de  cet attentat, et qui conclut que » l’appareil a été abattu par deux missiles tirés depuis la colline de Kanombé, où se trouvait un camp militaire« , ce qui laisse envisager  l’hypothèse que Habyarimana aurait été assassiné par les siens puisque le camp de Kanombe était alors un site aux mains de la garde présidentielle, Rudasingwa ne change pas sa version des faits.

Pour lui, il n’y a aucun doute sur la responsabilité de l’actuel président rwandais Paul Kagame dans l’attentat qui a couté la vie à son prédécesseur. Il a réaffirmé sur sa page Facebook, une confession que lui a fait Paul Kagame, dans laquelle il reconnait être « responsable de la destruction le 6 avril 1994, de l’avion à bord duquel se trouvaient les Présidents Juvénal Habyarimana du Rwanda, Cyprien Ntaryamira du Burundi, ainsi que Messieurs Déogratias Nsabimana, Elie Sagatwa, Thaddée Bagaragaza, Emmanuel Akingeneye, Bernard Ciza, Cyriaque Simbizi, Jacky Hérault, Jean-Pierre Minaberry, et Jean-Michel qui furent tous tués« . Rudasingwa maintien ses propos selon lesquelsm Paul Kagame en personne  lui avait dit « qu’il était responsable des tirs qui ont abattu l’avion« . Il réaffirme toujours son souhait de voir son ancien patron,  le général  » Paul Kagame répondre de son rôle dans ce crime terroriste qui est l’élément qui a déclenché le génocide de 1994 au Rwanda« .

Rudasingwa s’indigne que ni lui, ni d’autres témoins disposant des informations cruciales sur l’attentat n’ont  encore pu rencontrer le Juge Marc Trévidic, pour lui fournir  » les vraies informations sur les évènements relatifs aux tirs qui ont abattu l’avion« . L’ancien conseil de Paul Kagame se dit toujours disposé à « fournir des informations supplémentaires aux juridictions nationales et/ou internationales qui seraient intéressées pour contribuer à la vérité, à la justice, à la réconciliation et au processus de guérison au Rwanda« . Et rappelle que ce rapport balistique n’est aucunement une preuve crédible écartant la responsabilité de Paul Kagame dans l’attentat. « Le fait que les missiles aient été tiré des environs de la zone de Kanombe ne signifie nullement que Kagame n’a pas commis le crime ;  le fait que les missiles étaient d’origine soviétique constitue un élément technique essentiel pour déterminer le véritable coupable » a-t-il fait savoir.

 » Je confirme avec force l’esprit et la lettre de ma confession du 1er octobre 2011. Le rapport du Juge Marc Trévidic n’a en rien démenti ce que j’ai dit. Pas plus qu’il n’a lavé Paul Kagame de son crime même si Kigali est en train de sortir l’affaire de son contexte pour célébrer ce qu’ils appellent une « victoire ». Dans les tous prochains mois et années, moi-même, les autres témoins, les rwandais ainsi que d’autres personnes de la communauté internationale qui entendent l’appel, allons continuer à faire en sorte que Kagame réponde de son rôle dans ce crime et dans plusieurs autres actes criminels« , a  réitéré Rudasingwa. En continuant à souligner l’importance pour tous les rwandais de se mobiliser pour la vérité et la justice dans la quête d’une vraie réconciliation.

« Nous devons nous mobiliser et nous organiser, car la vérité et la justice finiront par prévaloir. Nous vaincrons ! » a t’il conclu dans son message.

Jean Mitari
JamboNews.net

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

5 Commentaires à “Rwanda – attentat contre Habyarimana : Rudasingwa toujours convaincu de la culpabilité de Kagame”

  1. epimaque dit :

    hahaha, merci Rudasingwa T.ikibazo nintagondwa zigize abatutsi gusubya abandi kd bumvako bababaye gusubya abandi .izontagondwa zirirwa tukana kuri net zabuze icyozikora ntanicyobazi ;Mbisabire nshuti za kagome nukwitonda kwihuta mumagambo kuko urugendo ruracyari rurerure mwibukeko igisasu cyahanunuye indege cyaguzwe muri souvietique ; cyaguzwenande??uwakiguze yagishizehe?icyotuzi neza nuko gouvernemnt de Habyarimana itigeze igura ibintu nkibyo kd ko ntanumusirikari numwe waruzi kurashisha iyo missil.
    rudasingwa aravugisha ukuri ,batutsi mudashaka kuva kwizima mumenyeko nubwo Karegeya atavuga ko ntacyo azi;tuziko le mm jour yari muri tanzaniya nka maneko mukuru wa Kagome .muribasharero.

       1 likes

  2. Joachim248 dit :

    Monsieur Rudasingwa, Pendant 15 ans vous étiez du côté de kagame. Aujourd’hui vous parlez de lui comme de la peste; Vos preuves sont où ? Vous digérer mal son ascension que vous convoitez (comme l’indique en parti votre nom de famille ;),  » celui qui ne perd pas  » )), mais les rwandais savent que de hommes comme Paul Kagame il y en aura plus. @ Jambonews: le jour où vous publierez un article positif sur Kagame, les gens devront commencer à vous faire confiance. Votre journal est payé pour détruire Kagame, vous savez comme on appelle ce genre d’info ;)). Pour ma part j’attends d’un journal des infos de qualités exempt de prise de parti, dans tout les hommes il y a du bon et du mauvais, dans le vôtre il y a ou des bons ou des mauvais ! Pas la même chose n’est ce pas ?

       3 likes

    • Derille dit :

      Je trouve la fin de votre commentaire très positive et très juste …. » dans tous les hommes, il y a du bon et du mauvais ». Cela change du discours officiel et répétitif que nous entendons dans les médias depuis 18 ans , encore hier d’ailleurs au journal de 19h : le bon FPR et les « Hutus modérés' » d’un côté, et de l’autre « les mauvais
      extrémistes Hutus ».
      Je consulte régulièrement Jambonews parce que justement, j’y trouve des informations objectives et des réactions intéressantes. L’opposition peut s’exprimer. Leur cadre éthique est clair.
      Vivement que la vérité arrive au jour, que la justice se fasse, que les Rwandais puissent vivre dans la paix et dans la démocratie.

         1 likes

  3. Bertrand Loubard dit :

    Il faudrait attendre de pouvoir lire dans sa totalité et ses détails le rapport du Juge d’Instruction Trevidic. Cependant, il est particulièrement réjouissant qu’enfin l’instruction ait pu être conduite à charge et à décharge, sur cet aspect précis de l’affaire. Cela n’avait pas été le cas du Rapport Mucyo pour des raisons « évidentes ». Cela n’avait pas été le cas, non plus, à l’époque de l’instruction par le Juge Brugyère pour des raisons relativement incontournables comme : la non recevabilité des plaintes auprès de la Communauté Internationale (ONU) ; l’impossibilité du TPIR de siéger le au Rwanda, étant donné que le Rwanda ne reconnaît pas la CPI ; le refus du Rwanda de laisser les enquêteurs du TPIR accéder aux preuves ; l’éviction par la Rwanda et Gerald Gahima de Carla Del Ponte, suivie de celle de Butros Butros Gahli ; la décision de ‘ONU de ne pas laisser au Rwanda l’exécution des peines, etc., etc.
    Une bonne fois pour toute, il faudrait donc pouvoir lire ce qui est écrit exactement sur la localisation des tirs. Dans quels termes et dans quelles formes les conclusions de cette partie de l’enquête sont-elles formulées ? Et tant mieux si une hypothèse se révèle inexacte. Il y en a encore tant d’autres qui pourraient conduire à d’autres choses tellement plus terrifiantes et pour les quelles les enquêtes pourraient conduire, le cas échéant, à des non lieues? Par exemple le Mapping report de Pilay…..?
    Cependant, bien que toutes les rédactions des média avancent systématiquement déjà de preuves (noms à l’appuis, quasi akazu) que ce sont les extrémistes du camp (Kanombe) d’Habyarimana qui l’ont assassiné (et qui ont donc planifié de longues dates et exécuté méthodiquement le génocide rwandais qui a fait 800.000 morts Tutsi et Hutus modérés, suivant l’ONU), aucune ne s’en réfère, d’une manière précise, complète et exacte, dans cette partie de l’information, au texte lui-même du rapport de l’enquête Trevedic. Selon ces média, des conclusions incriminant les extrémistes Hutus, iraient en sens contraire de celles que le Juge Brugyère avaient avancées, bien que les conclusions de celui-ci ne sont pas fondées uniquement sur la localisation du départ des tirs….Le faisceau de présomptions qui fondait la base de sa conviction motivant la délivrance des mandats d’arrêt n’en semble pas essentiellement changé. Une porte est fermée mais c’est tout, et tant mieux. Dans les procédures judiciaires du système germano-romain appliquées en France tous les éléments sont pesés, contradictoirement, contrairement à la justice anglo-saxonne où le procureur instruit uniquement à charge, comme c’est la cas au Rwanda. La justice espagnole est, elle-aussi impliquée dans cette affaire et cela ne repose pas uniquement sur la localisation des tirs et pas uniquement à charge.
    Ce qui est particulièrement étonnant c’est le ton d’une agressivité à peine contenue de certains commentateurs vis-à-vis de ceux qui ne partagent pas leur point de vue de l’histoire convenue. Les attitudes exaltées, frisant l’indécence, manifestent une volonté d’imposer ce qui ressemblerait, en quelques sortes, à une condamnation « anthume » de ceux qui voudraient exercer leur droit à la liberté de penser et d’exprimer leurs doutes. Tout cela prend le ton d’un prononcer, dans une précipitation suspecte, par une sorte de tribunal d’Inquisition, par un espèce de Conseil de la Charia, d’une condamnation de tout mécréant, présent et à venir. Etre traité de négationniste, de révisionniste et de complice des génocidaires parce qu’on pourrait penser que les tirs sont partis non pas de la colline de Kanombe mais bien de celle de Masaka, cela frise l’hystérie et en tout cas révèle un sérieux manque de retenue dont on peut se poser la question « du pourquoi » et « de la motivation »….
    Il est vrai que certains ont été pendant des années traités de « collabos des boches » parce qu’ils prétendaient que c’étaient les Soviétiques qui avaient commis le massacre de Katyn. Il est vrai qu’il fallait être un « coco de Moscou » pour prétendre que Lumumba avait été assassiné par des Belges, pour le compte d’autrui. Il est vrai qu’il faut être adepte du « Grand Complot » pour se poser des questions à propos de l’effondrement du bâtiment n°7 du WTC et de la découverte « miraculeuse » du passeport de Mohammed Atta dans les décombres à Ground Zero. Il est vrai aussi que les armes de destructions massives de Saddam Hussein, les pilules de Viagra de Kadhafi, la comparaison entre les 5.000 victimes d’El Assad en Syrie et des 60.000 morts de l’Otan en Libye….sont des affabulations de gens qui n’ont pas compris qu’évoquer le sang de certaines victimes c’est salir la mémoire des autres. Mais, il ne faudrait pas oublier que c’est sur une déclaration d’impôts falsifiée qu’aux USA, Al Capone est tombé, et qu’en France on n’achète pas (encore) la justice…..et que Viktor Bout n’est toujours pas bien loin ……(Pas vrai Jeannette ?).

       1 likes

  4. musa dit :

    Inkono ihira igihe ntabwo ihira ikibatsi,Kagame rero agomba kutubwiza ukuri kuko igihe kirageze ko avugisha ukuri naho ubundi ibintu bizagera iwandabaga.

       0 likes

Laissez un commentaire