Jambonews FR - Restons informés

Rwanda – attentat contre Habyarimana : Rudasingwa toujours convaincu de la culpabilité de Kagame

Rwanda – attentat contre Habyarimana : Rudasingwa toujours convaincu de la culpabilité de Kagame

Rudasingwa Théogène, ancien directeur de cabinet du président rwandais Paul Kagame

Rudasingwa Théogène, ancien directeur de cabinet du président rwandais Paul Kagame


Suite au rapport d’expertise présenté ce mardi 10 janvier 2012 dans le cadre de l’enquête de deux juges français au sujet des auteurs de l’attentat du 6 avril 1994 et qui avance l’hypothèse d’un départ des tirs de missiles depuis le camp de Kanombe, l’ancien directeur de cabinet de Paul Kagame, Théogène Rudasingwa maintient sa version. Dans un communique du 10 janvier 2012, ce dernier réaffirme que le général Paul Kagame est le responsable de l’attentat du 6 avril 1994, dans lequel l’ancien président rwandais Juvénal Habyarimana et son homologue burundais Cyprien Ntaryamira perdaient la vie, l’attentat qui fut incontestablement le déclencheur du génocide.
Théogène Rudasingwa, qui fut le plus proche conseil de Paul Kagame, avait frôlé la polémique en octobre 2011, en accusant son ancien patron d’être le commanditaire de l’attentat contre l’avion de l’ancien président rwandais Juvénal Habyarimana. Après le rapport des experts commandé par les juges français Marc Trévédic et Nathalie Poux sur les circonstances de  cet attentat, et qui conclut que » l’appareil a été abattu par deux missiles tirés depuis la colline de Kanombé, où se trouvait un camp militaire« , ce qui laisse envisager  l’hypothèse que Habyarimana aurait été assassiné par les siens puisque le camp de Kanombe était alors un site aux mains de la garde présidentielle, Rudasingwa ne change pas sa version des faits.
Pour lui, il n’y a aucun doute sur la responsabilité de l’actuel président rwandais Paul Kagame dans l’attentat qui a couté la vie à son prédécesseur. Il a réaffirmé sur sa page Facebook, une confession que lui a fait Paul Kagame, dans laquelle il reconnait être « responsable de la destruction le 6 avril 1994, de l’avion à bord duquel se trouvaient les Présidents Juvénal Habyarimana du Rwanda, Cyprien Ntaryamira du Burundi, ainsi que Messieurs Déogratias Nsabimana, Elie Sagatwa, Thaddée Bagaragaza, Emmanuel Akingeneye, Bernard Ciza, Cyriaque Simbizi, Jacky Hérault, Jean-Pierre Minaberry, et Jean-Michel qui furent tous tués« . Rudasingwa maintien ses propos selon lesquelsm Paul Kagame en personne  lui avait dit « qu’il était responsable des tirs qui ont abattu l’avion« . Il réaffirme toujours son souhait de voir son ancien patron,  le général  » Paul Kagame répondre de son rôle dans ce crime terroriste qui est l’élément qui a déclenché le génocide de 1994 au Rwanda« .
Rudasingwa s’indigne que ni lui, ni d’autres témoins disposant des informations cruciales sur l’attentat n’ont  encore pu rencontrer le Juge Marc Trévidic, pour lui fournir  » les vraies informations sur les évènements relatifs aux tirs qui ont abattu l’avion« . L’ancien conseil de Paul Kagame se dit toujours disposé à « fournir des informations supplémentaires aux juridictions nationales et/ou internationales qui seraient intéressées pour contribuer à la vérité, à la justice, à la réconciliation et au processus de guérison au Rwanda« . Et rappelle que ce rapport balistique n’est aucunement une preuve crédible écartant la responsabilité de Paul Kagame dans l’attentat. « Le fait que les missiles aient été tiré des environs de la zone de Kanombe ne signifie nullement que Kagame n’a pas commis le crime ;  le fait que les missiles étaient d’origine soviétique constitue un élément technique essentiel pour déterminer le véritable coupable » a-t-il fait savoir.
 » Je confirme avec force l’esprit et la lettre de ma confession du 1er octobre 2011. Le rapport du Juge Marc Trévidic n’a en rien démenti ce que j’ai dit. Pas plus qu’il n’a lavé Paul Kagame de son crime même si Kigali est en train de sortir l’affaire de son contexte pour célébrer ce qu’ils appellent une « victoire ». Dans les tous prochains mois et années, moi-même, les autres témoins, les rwandais ainsi que d’autres personnes de la communauté internationale qui entendent l’appel, allons continuer à faire en sorte que Kagame réponde de son rôle dans ce crime et dans plusieurs autres actes criminels« , a  réitéré Rudasingwa. En continuant à souligner l’importance pour tous les rwandais de se mobiliser pour la vérité et la justice dans la quête d’une vraie réconciliation.
« Nous devons nous mobiliser et nous organiser, car la vérité et la justice finiront par prévaloir. Nous vaincrons ! » a t’il conclu dans son message.
Jean Mitari
JamboNews.net

Commentaires

commentaires


© 2020 Jambonews