FR | EN

Rwanda : le calvaire des domestiques

Publié : le 11 janvier 2013 à 11:15 | Par | Catégorie: Actualité

Ce mercredi 09 janvier 2013, l’Organisation internationale du travail (OIT) a publié un nouveau rapport sur la situation accablante des millions de travailleurs domestiques dans le monde, qui demeurent exclus de la protection dont jouissent les autres travailleurs. Dans un reportage réalisé par la BBC (Gahuzamiryango) ce jeudi au Rwanda pour voir la situation des domestiques, le constat est amer : de la violence physique, sous alimentation, abus psychologique, le non-paiement des salaires, aux licenciements abusifs, les domestiques au pays des milles collines sont  soumis à tous les abus.     

Organisation International du TravailSi le Rwanda ne cesse de se féliciter d’avoir réalisé des avancées significatives en matière de droits des femmes, des défis sont encore à relever pour des milliers de domestiques (en majorité des femmes), qui sont à la merci de leurs employeurs, et travaillent dans les conditions souvent analogues à l’esclavage. « Je fais la lessive, nettoie la maison, cuisine,  j’amène et vais chercher les enfants à l’école » témoigne une domestique qui se plaint de ne pas avoir une minute de repos puisqu’elle doit être disponible autant que l’exige son employeur. « Au Rwanda les domestiques n’ont aucune valeur, ils mangent le reste » témoigne une autreau micro de Prudence Nsengiyumva journaliste de la BBC. Les plus chanceux ont  trois à quatre jours de congé par an pour aller rendre visite à la famille, mais nombreux n’ont pas ce privilège. « Je me réveille tôt le matin, je nettoie la maison ensuite, j’amène les enfants à l’école, au retour je vais au marché faire des courses et cuisiner, et après je repars ramener les enfants, le travail est dur, je suis insulté tout le temps, et quand je commets une faute je suis quelques fois battu » témoigne un travailleur. Les travailleurs résident chez leurs employeurs d’où leur vulnérabilité à l’exploitation, ils touchent souvent une modeste rémunération forfaitaire, qui ne tient pas compte du nombre d’heures prestées. A  causé de la surcharge du travail, et d’une alimentation souvent insuffisante, les domestiques tombent fréquemment malade, et sont obligés de continuer à travailler par peur d’être renvoyés sans toucher leur solde.

« Moi je n’ai pas de problème ou je travaille, bien sûr je n’ai pas de congé annuel, cependant j’ai la permission chaque dimanche pour aller à l’église. Cependant, nombreux de mes collègues m’ont dit passer souvent plusieurs mois sans apercevoir leur salaire, d’autres sont battus et renvoyés n’importe comment sans préavis, des fois la nuit » a confié à la BBC une autre domestique de Kigali. Quand une domestique est renvoyée la nuit sans savoir où aller, car souvent sa seule famille habite à la campagne à des dizaines de kilomètre de la capitale, les autres s’arrangent pour la cacher sous le lit juste pour une nuit, et le lendemaint elle repart.

A côté du Rwanda, d’autres pays sont confrontés à cette problématique des domestiques travaillant dans des conditions désastreuses. Au total, le rapport de l’OIT répertorie plus de 52 millions de travailleurs domestiques, parmi eux, plusieurs millions d’entre eux, à travers tous les continents travaillent dans des conditions désastreuses. Les pays en voie de développement sont les plus touchés par ce phénomène.

 

Jean Mitari

Jambonews.net

http://www.bbc.co.uk/gahuza/audio_console.shtml?programme=glak1630

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=29608&Cr=oit&Cr1=domestiques#.UO8_OeTX6k0

Article mis à jour le 11 janvier à 14h.

 

 

 


Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

6 Commentaires à “Rwanda : le calvaire des domestiques”

  1. Pacico dit :

    C’est incroyable ce qui est publé….c’est impensable qu’en 2013 cela se passe encore….tout homme,femme à le droit d’être respecté en tant qu’être humain….

       2 likes

  2. Brennus dit :

    > Quand une domestique est renvoyée la nuit sans savoir où aller, car souvent sa seule famille habite à la campagne à des milliers de kilomètre de la capitale, les autres s’arrangent pour la cacher sous le lit juste pour une nuit, et le lendemaint elle repart.<
    Alors, ces domestiques viennent-ils des Philippines ou du Pakistan? Car pour avoir la famille à quelques milliers de kilometres de la capitale rwandaise…
    Mais cette exageration n'enlève rien à la gravité des abus signalés, bien entendu.

       0 likes

    • Derille dit :

      Ou nous n’avons pas le même texte ou vous avez mal lu : »pour avoir de la famille à des DIZAINES de kms de la capitale rwandaise… »…

         1 likes

  3. Derille dit :

    Quel recul sur le plan social ! Je me demande si ce n’est pas encore pire qu’avant 1959.
    En tous cas, c un recul par rapport aux années 70. Là, j’y étais , nos 2 travailleurs étaient respectés et c’était réciproque. Ils n’ont jamais été battus (!!), ils étaient payés chaque fin de semaine, avaient leur we de repos et des périodes de vacances. On les véhiculait qd c’était nécessaire par ex qd la femme de notre cuisinier a fait une grave pneumonie, ns l’avons conduite à l’hôpital, ou qd notre jeune Félix ns a accompagnés pour acheter à Kigali ses premières chaussures.. Et qd ns sommes rentrés en Belgique, ns avons veillé à ce qu’ils retrouvent du travail. Et ns n’étions pas les seuls à agir comme ça.
    Que sont-ils devenus en 94 ? Qu’est devenu humainement le Rwanda depuis 94 ?

    Quand on pense que « des millions de travailleurs domestiques travaillent ds ces conditions désastreuses à travers ts les continents  » et plus particulièrement ds les pays en voie de développement. Pourquoi ?

    Cette situation semble toucher particulièrement les pays en voie de développement. Pourquoi ?

       1 likes

  4. Gikongoro dit :

    ces domestiques ne sont pas seulement à majorité des femmes, elles sont également toutes des hutu réduits en esclavage par un système tusti,

       2 likes

    • Hendrix dit :

      @Gikongoro
      Tu ne savais pas que dans la culture rwandaise umuhutu asanzwe arumugaragu wu mututsi?Mais vos textes exagerent un peu. Dans le monde entier les domestiques ne sont pas bien traiter mais a vrai dire quand on accepte d’etre domestique c’est parce que on aime ce metier et quelques un sont menent une vie meilleures que leurs freres ou soeur rester au village.C’est souvent ces domestiques qui les recommandent aux autres familles qui ont besoin des domestiques. Ca fait 16 ans que mon pere a le meme domestique. Pensez-vous qu’il serait toujours la si il etait mal traiter ? Nous lui avons meme payer la dot, il se marie bientot et va continuer a travailler et nous l’avons financer pour que sa future femme ouvre une kiosque juste a cote de chez-nous.

         2 likes

Laissez un commentaire