FR | EN

RDC: Quand un ex-ministre corrompt un pasteur afin de revenir aux affaires

Publié : le 11 avril 2013 à 3:30 | Par | Catégorie: Actualité
Le jeudi 4 avril 2013,  le pasteur Denis Lessie a été présenté officiellement par la Police nationale congolaise devant la presse à Kinshasa. Après plusieurs semaines sans nouvelle du pasteur visionnaire de la mission évangélique « Arche de Noé », c’est finalement la fin de l’incertitude. Denis Lessie, le plus célèbre des pasteurs des églises de réveil  de  Kinshasa et notamment propriétaire de la chaîne de télévision « Nzondo TV », est poursuivi pour crime en bande organisée, escroquerie et trafic d’influence.  En outre, il est inculpé pour avoir escroqué un ex-ministre (ayant requis l’anonymat) qui lui aurait  remis trois jeeps afin de retourner aux affaires.

Le plaignant, un ex-ministre, qui n’a pas voulu divulguer son identité publiquement, était pour sa part absent.  Une seule personne haussait le ton dans la foule : le général Jean de Dieu Oleko, commissaire général de la Police provinciale de Kinshasa.

Pasteur Denis Lessie

Pasteur Denis Lessie

D’après ce commissaire, le pasteur avait constitué une bande d’escrocs. Cette dernière organisait des  rançonnements  de certains cadres du pays. A en croire le général Oleko, Denis Lessie avait contacté un ancien ministre faisant partie du gouvernement Muzito pour lui faire des fausses promesses selon lesquelles il serait retenu au nouveau gouvernement de Matata.  « Mais pour accéder à sa fonction ministérielle Denis Lessie avait demandé à ce ministre une jeep à grande valeur dont le montant est  estimé à 35.000 dollars », a martelé le général Oleko.  Par ailleurs, le pasteur Lessie est revenu deux fois par la suite pour escroquer ce ministre en l’amenant  des hommes dont le premier, un lieutenant qui s’est fait passer pour le chauffeur du chef de l’Etat et un autre, étudiant qui prétendait être le petit-frère du président Joseph Kabila. A chaque occasion, le ministre une jeep au pasteur. Au total  trois jeeps ont été remises, affirme Jean de Dieu Oleko. Ayant longtemps attendu sa nomination, l’ex-ministre est allé voir la police.

Au-delà de cette histoire rocambolesque deux éléments importants sont à retenir. Le premier concerne le fait que, la République démocratique du Congo, est reconnue comme une nation qui compte beaucoup d’églises chrétiennes. Des millions de Congolais  fréquentent  ces lieux de prière. Pendant que le pays sombre dans la misère et les dérives politiques, bon nombre de prédications d’orateurs se dirigent plus vers la bénédiction et les miracles. Fort malheureusement,  beaucoup de prédicateurs, qui sont aussi des leaders d’opinions, n’enseignent presque pas l’auto-prise en charge du peuple pour son auto-détermination, son émancipation ou encore son développement.

Le deuxième élément à retenir concerne cet ancien ministre dont le nom n’a pas été cité et qui aurait utilisé la corruption en vue d’obtenir un poste ministériel. Depuis belle lurette en RDC, l’achat de conscience est devenu monnaie courante. Il n’y a plus vraiment  de culture de l’excellence et de la méritocratie. Cette situation a en  outre favorisé l’impunité en commençant assez haut au sommet de l’Etat. En RDC  la culture de banalisation a atteint son paroxysme, presque personne ne semble vouloir s’asseoir à sa place et une des conséquences est que  les gens « jouent » avec un peu de tout comme par exemple  la santé, la religion, l’éducation ou encore l’argent de l’Etat.

Mati Mathy
Jambonews.net

Profitez et partagez avec vos amis:
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • email
  • LinkedIn

5 Commentaires à “RDC: Quand un ex-ministre corrompt un pasteur afin de revenir aux affaires”

  1. Kindu Connection dit :

    Une trinité satanique règne au Congo, composée de kabila, le chef d’orchestre de cet enfer sur terre, des faux-pasteurs qui endorment la population et des musiciens pornographes qui alimentent les bas instincts.

       2 likes

  2. Julien-Julien dit :

    Y a pas de corrompu sans corrupteur. Les deux courent la meme peine judiciaire. Ministre ou Pasteur, les deux tombent sous le coup de la meme loi : depravation des moeurs. C’est la degradation valorifique de la societe congolaise qui  »vend tout et achete tout », pourvu que bana baliya madesu. Ministre ou homme de la rue; Pasteur ou paien. Pitie (!).

       2 likes

    • le premier escrot ce hippolyte kanambe alias joseph kabila.l,eglise catholique le savent il etait baptise sur le nom de hippolyte kanembe mais aujourd,hui ce joseph kabila ce l,escroquerie aussi.

         0 likes

  3. Grandcongo dit :

    Si la RDC était aussi corrompue que vous le dite, le grand pasteur n’aurait pas été arreté et presenté en public. C’est dire qu’il y a une police qui a fait son travail et pour le reste, c’est à la justice de prendre le relai.
    Pour votre info, c’est l’ex ministre du budget Ntahwa qui a donné les 3 hummers à Denis lessie …..

       0 likes

    • Vindu Muka dit :

      Grandcongo devrait normalement s’appeler Petitcongo. Lorsqu’il y a un corrompu, il doit y avoir un corrupteur. Pourquoi donc ce « ministre » indigne ne subit-il pas le même traitement que son acolyte « pasteur » voleur? Comme toujours, les fameux « mabanga » qui endorment et distraient le quotidien de quelques congolais figés dans les falbalas, en lieu et place de réfléchir sur ce qui nous fait passer de par le monde, pour des attardés ou des sans-cervelles. Les 3 hummers du « ministre du budget »… Parlez-nous plutôt des bouquins que vous avez trouvés dans la bibliothèque de ce « ministre du budget », qui devait certainement gérer son département ministériel selon les sciences divinatoires. C’est ce genre d’énergumène que Kanambe Hyppolite envoie au FMI ou à la BAD pour discuter du dossier RDC. Petitcongo, ouvre les yeux et cherche à mériter ce pseudo de Grandcongo, en nous parlant des drames que vit notre peuple. Kidiba kolo! Telema!

         1 likes

Laissez un commentaire